L'alcool est-elle la plus dangereuse des drogues ?

Proposé par
le
dans

Certaines études, comme celle menée par le neuropsychopharmacologue britannique David Nutt, affirment que la drogue la plus dangereuse pour l'Homme est l'alcool (évalué à 72 sur 100). À la seconde place arriverait l'héroïne avec un score de 55. Quant au cannabis, il n'arrive qu'à la 8ème place. Cette échelle de la nocivité prend en compte les dangers qu'encourt l'utilisateur du produit mais aussi les troubles qu'il cause à son entourage et à la société en général.


Tous les commentaires (160)

a écrit : Bah justement je ne vois pas de différence entre dire que l'alcool fasse partis de la société occidentale et dire qu'il est normal que je consomme de l'alcool.
Puisque je suis un homme occidental, c'est un corollaire non ?
J’avais l’impression qu’on pouvait nuancer dans le sens où la société ne t’oblige pas a en consommer. Mais oui c’est une forme de corollaire.

a écrit : Ce que vous avez dit sur la révolution française et ma réponse ne souffrait pas de débat, parce que l'on de parlait pas de la même chose. Vous aviez mélangé politique contemporaine et histoire de la révolution. C'était du grand n'importe quoi anachronique, alors que ma réponse était dénué de politique, je parlais alors simplement d'histoire. Sur l'histoire vous avez dit n'importe quoi et je voulais vous le montrer par l'histoire, sur la politique je n'avais pas répondu.

Mais comme la dernière fois vous recommencez avec des clichés politiques. Si nos gouvernant étaient si préoccupé que ça par l'argent et leurs situations, ils ne seraient tout simplement pas nos gouvernant. S'ils voulaient vivre comme des rois ils iraient dans le privé, ils multiplirait ainsi par 20 leurs salaires. Vous leurs faite un procès d'intention dénué de sens. Bien sûr des débutés abuses, certains maires bien connu mais il n'y a pas de généralité à faire. Notre président vivrait bien plus comme un roi s'il était resté à travailler pour une banque.
Regardez le budget de l'Etat, ses dépenses. Il n'y a pas matière à être tendencieux en disant "mais il surdonnent à qui ?".

Parce que si j'aspire à être juriste je ne fais pas partie du même monde, du même pays, je perds ma qualité d'homme du peuple ? Vous me ressortez la lutte des classes... encore un cliché. Déjà c'est mal connaître le milieu, je sais que vous ne pouvez pas forcément savoir mais sachez qu'il y a de tout dans cette filière.

Je ne mets pas tout les gilets jaunes dans le même sac, j'ai l'impression que vous ne cherchez pas à me comprendre. Il y a des gilets jaunes pacifistes, il y en a des aggressifs, il y des petits, des grands, des minces, des gros etc il y a de tout et c'est bien ce que je dis. C'est un mouvement ouvert à tous, et sans contrôle. C'est pas moi qui le dit, c'est assumé. Conséquence : tous ce qui se revandiquent gilets jaunes sont, de facto, des gilets jaunes. Donc ceux qui cassent et vandalisent sont des gilets jaunes. Pour ceux qui sont pacifistes et ne vandalisent pas il faut qu'ils assument qu'ils font partis d'un mouvement qui permet ce genre de chose. C'est tout. Quand certains gilets jaunes pacifistes disent que ce ne sont pas des gilets jaunes qui ont fait telle chose ou telle chose, ils se mentent, ils se voilent la face.
Vous même vous parlez de "methodes différentes". Il y a une donc une différence à faire entre les individus qui composent les gilets jaunes, mais il n'y a pas de différence entre le mouvement "les gilets jaunes" et ceux qui cassent et vandalisent.

Je suis matérialiste parce que je suis scandalisé par le sacage de l'arc de triomphe ? Souhate je suis matérialiste alors.

Pour être honnête je ne connaîs que très peu mai 68. Donc je ne sais pas s'il y a une différence.
Afficher tout
"Regardez le budget de l'Etat, ses dépenses. Il n'y a pas matière à être tendencieux en disant "mais il surdonnent à qui ?".
Parce que si j'aspire à être juriste je ne fais pas partie du même monde, du même pays, je perds ma qualité d'homme du peuple ?"

> Quand je vois comme tu idéalises nos gouvernants (qui ne font ce métier uniquement que pour servir les intérêts du peuple apparemment), et comme tu nies les dépenses fastueuses et/ou inutiles qui sont intolérables et qui font vomir n'importe quelle personne de classe moyenne ou inférieure, oui, je me permets de croire que nous ne sommes pas du même milieu (c'est le terme que j'avais employé). Ce n'est en aucun cas un jugement de valeur, simplement un constat qui me permet de comprendre pourquoi nous ne voyons absolument pas les choses de la même façon et pourquoi nous ne tomberons jamais d'accord. Par contre, effectivement, je ne dois pas mettre tous les juristes dans le même sac, n'importe qui peut y aspirer bien sûr. Et je ne mets pas tous les députés dans le même sac non plus d'ailleurs, certains (trop peu) font ce qu'ils peuvent pour changer les choses mais ils ne sont jamais majoritaires malheureusement.

"Donc les gilets jaunes même pacifistes doivent assumer que lors mouvement fasse ce genre de chose et qu'ils le permettent. Quelques soit le bien fondé du mouvement."
> Et concernant les gilets jaunes, c'est cette remarque qui m'a fait tiquer. C'est totalement insensé ! Par exemple, je suis végane, et je ne soutiens pas (ni ne me sens responsable de quelque manière que ce soit) ceux qui ont saccagé les boutiques de pauvres bouchers locaux. En aucun cas je ne m'assimile à ces personnes qui sont totalement à côté de la plaque et en aucun cas je ne laisserai qui que ce soit dire que le "mouvement végan" aspire à ce genre de comportement.

Par contre, je te rejoins sur la phrase d'après où tu dis que "les gilets jaunes se trompent lourdement en s'en prenant a Macron et au gouvernement. Le pouvoir aujourd'hui est mondialisé, il n'y a qu'une infime partie du pouvoir qui est en France, et les gilets jaunes ne le trouveront pas à l'Elysée."
Alors oui, je serais ravie que cet énergumène et son gouvernement soit destitué, comme pour faire un exemple car il est allé beaucoup trop loin, surtout dans ses paroles. Par contre, en effet, tant que la France restera dans l'UE, elle ne sera pas libre de ses choix et devra se conformer à des directives toujours plus mondialistes. Mais si on pouvait déjà remanier totalement nos institutions, nos organisations, ce serait quand même un bon début. Le modèle actuel ne fonctionne pas et donne beaucoup trop de marge à ceux qui ont les pouvoirs et les relations nécessaires pour profiter encore davantage du système.

a écrit : pourrais tu me donner le titre du livre s'il te plaît? Avec plaisir. C'est Dealer du tout-Paris de Gérard Fauré.

Je ne l'ai pas lu (et cela ne m'intéresse guère car je ne pense pas y découvrir grand chose) mais je l'ai découvert par hasard sur Youtube dans un entretien télévisé où les journalistes et lui mentionnent pas mal d'informations, comme le fait que Chirac prenait de la cocaïne, ce que toute personne avertie savait déjà (c'est la raison pour laquelle il avait des « envies » intempestives car, de ce que j'ai pu lire, cette drogue entraîne un fort désir sexuel en même temps qu'il diminue la libido ; ce qui explique également les nombreux débordements dans les milieux politique, entrepreneurial et financier).

a écrit : Je n'ai jamais compris l'argument "l' État ne légalise pas telle ou telle drogue car elle ne lui rapporte rien"... A ma connaissance, n'importe quel produit vendu légalement rapporte de l'argent à l'État... Ne serait-ce que grâce à la TVA. Donc si l'État français légalise le cannabis et le taxe ( à 60% comme le gasoil par exemple :)), ça remplira les caisses, non ? C'est moi qui suis bête ou l'argument ne tient pas debout ? Afficher tout Fabriquer de l'alcool n'est pas accessible facilement pour tout le monde, alors on fonce choper son apéro au supermarché. La TVA rentre (en masse) dans les caisses. En revanche faire pousser un ou deux pieds de chanvre est très facile, de la même manière que cultiver des tomates dans son jardin ou sur son balcon. En tant que fumeur je peux te garantir que si le cannabis était légalisé, l'état ne percevrai pas un seul centime de ma poche car je deviendrai mon propre fournisseur et "nous" serions beaucoup à faire de même. La somme d'argent perçue grâce à la légalisation serait dérisoire en comparaison avec ce que représente l'alcool à ce petit jeu. Donc mon avis est que le Cannabis ne rapportera pas grand chose à l'état. Et je ne pense pas que l'état profiterai de l'argent de touristes venant fumer dans nos coffeeshops puisque la plupart de nos voisins ont des lois plus souples en la matière.

PS: la beuh reste illégale (selon moi) aussi car le marché lié au trafic de drogues demeure une bonne source de peur, insécurité, etc.. qui arrange bien nos politiques et leur machine électorale mais je vais peut-être un peu loin la je m'arrête. Sur ce bonne soirée :-D

a écrit : Les crises d'épilepsie par exemple, renseigne-toi, tu seras très surpris.

En outre en France, le Sativex (médicament: inhalateur à base de cannabis) possède une AMM pour la scélrose en plaques. Il en possède une pour l'épilepsie dans d'autres pays.

Enfin, tu ne peux pas repr
ocher à une drogue/médicament de ne s'attaquer qu'aux symptômes de la maladie, sinon on peut vider les 3/4 des rayonnages des pharmacies. Afficher tout
Soigner = prodiguer les soins nécessaires à une guérison.
Le cannabis ne soigne ni l'épilepsie, ni la SEP (qui est à l heure actuelle incurable).
Et je ne parle pas de refaire la pharmacopée mais de rester juste dans les propos : comme pas mal de médicaments le cannabis peut potentiellement soulager, mais ne soigne pas.

a écrit : "Regardez le budget de l'Etat, ses dépenses. Il n'y a pas matière à être tendencieux en disant "mais il surdonnent à qui ?".
Parce que si j'aspire à être juriste je ne fais pas partie du même monde, du même pays, je perds ma qualité d'homme du peuple ?"

>
; Quand je vois comme tu idéalises nos gouvernants (qui ne font ce métier uniquement que pour servir les intérêts du peuple apparemment), et comme tu nies les dépenses fastueuses et/ou inutiles qui sont intolérables et qui font vomir n'importe quelle personne de classe moyenne ou inférieure, oui, je me permets de croire que nous ne sommes pas du même milieu (c'est le terme que j'avais employé). Ce n'est en aucun cas un jugement de valeur, simplement un constat qui me permet de comprendre pourquoi nous ne voyons absolument pas les choses de la même façon et pourquoi nous ne tomberons jamais d'accord. Par contre, effectivement, je ne dois pas mettre tous les juristes dans le même sac, n'importe qui peut y aspirer bien sûr. Et je ne mets pas tous les députés dans le même sac non plus d'ailleurs, certains (trop peu) font ce qu'ils peuvent pour changer les choses mais ils ne sont jamais majoritaires malheureusement.

"Donc les gilets jaunes même pacifistes doivent assumer que lors mouvement fasse ce genre de chose et qu'ils le permettent. Quelques soit le bien fondé du mouvement."
> Et concernant les gilets jaunes, c'est cette remarque qui m'a fait tiquer. C'est totalement insensé ! Par exemple, je suis végane, et je ne soutiens pas (ni ne me sens responsable de quelque manière que ce soit) ceux qui ont saccagé les boutiques de pauvres bouchers locaux. En aucun cas je ne m'assimile à ces personnes qui sont totalement à côté de la plaque et en aucun cas je ne laisserai qui que ce soit dire que le "mouvement végan" aspire à ce genre de comportement.

Par contre, je te rejoins sur la phrase d'après où tu dis que "les gilets jaunes se trompent lourdement en s'en prenant a Macron et au gouvernement. Le pouvoir aujourd'hui est mondialisé, il n'y a qu'une infime partie du pouvoir qui est en France, et les gilets jaunes ne le trouveront pas à l'Elysée."
Alors oui, je serais ravie que cet énergumène et son gouvernement soit destitué, comme pour faire un exemple car il est allé beaucoup trop loin, surtout dans ses paroles. Par contre, en effet, tant que la France restera dans l'UE, elle ne sera pas libre de ses choix et devra se conformer à des directives toujours plus mondialistes. Mais si on pouvait déjà remanier totalement nos institutions, nos organisations, ce serait quand même un bon début. Le modèle actuel ne fonctionne pas et donne beaucoup trop de marge à ceux qui ont les pouvoirs et les relations nécessaires pour profiter encore davantage du système.
Afficher tout
Tu peux te permettre de croire ce que tu veux, mais ton constat est faux : je suis pile dans la classe moyenne.
Et tu relèves bien de l'idéologie de la lutte des classes puisque tu pars du principe que l'on ne peut pas être d'accord uniquement à cause d'une hypothétique différence de milieu. C'est assez déroutant, mais bon.

Et je n'idealise pas nos gouvernants ! J'ai des critiques à leurs égares, évidemment. Mais les traités de tout et de n'importe quoi je trouve ça indigne, et donc logiquement sa m'indigne. J'aime le respect de la fonction. Je la trouve nécessaire.
Au passage réclamer une destitution au nom de quoi ? Il a été élu non de dieux, une majorité de français lui a donné le pouvoir pour 5 ans. Demander sa destitution est gravement anti démocratique. Si vous voulez permettre une destitution pour un oui ou pour un non il faut changer de constitution, il y a des candidats qui l'ont proposé, ils n'ont pas été élu, donc demander une destitutions n'est pas légitime. Et ca serait quoi la conséquence ? Si un exécutif a peur de se faire destituer à la moindre mesure impopulaire c'est la mort assuré. Bref je m'égare.

Ton exemple sur les vegans montre que tu n'as pas saisi ce que je voulais dire. J'avoue que je chipote un peu et ça n'a d'importance peut être que pour moi. Je fais évidemment la différence entre un gilet jaune qui bloque tranquillement un péage et ceux qui ont entourés la tombe du soldat inconnu avec les vandalistes de l'arc de triomphe et les brûleurs de préfecture.

L'UE, si elle a plus de pouvoir que l'Elysee ne détient pas non plus le pouvoir. Le pouvoir au XXIeme siecle n'a pas de siège, il n'a pas de nationalité, il n'est même pas humains et encore moins institutionnel. Il est diffus et immatériel. On peut reprendre l'image de la fameuse "main invisible" du marchée. Le pouvoir aujourd'hui échappe à tous. Enfin je sais que c'est très nébuleux ce que je dis, mais c'est pourtant vrai.

a écrit : Avec plaisir. C'est Dealer du tout-Paris de Gérard Fauré.

Je ne l'ai pas lu (et cela ne m'intéresse guère car je ne pense pas y découvrir grand chose) mais je l'ai découvert par hasard sur Youtube dans un entretien télévisé où les journalistes et lui mentionnent pas mal d'informa
tions, comme le fait que Chirac prenait de la cocaïne, ce que toute personne avertie savait déjà (c'est la raison pour laquelle il avait des « envies » intempestives car, de ce que j'ai pu lire, cette drogue entraîne un fort désir sexuel en même temps qu'il diminue la libido ; ce qui explique également les nombreux débordements dans les milieux politique, entrepreneurial et financier). Afficher tout
Merci beaucoup pour ta réponse. Ça me fera une nouvelle lecture, meme si comme tu le dit on est déjà à peu près tous au courant que la drogue circule même dans les plus haute sphère de l'état..

a écrit : Soigner = prodiguer les soins nécessaires à une guérison.
Le cannabis ne soigne ni l'épilepsie, ni la SEP (qui est à l heure actuelle incurable).
Et je ne parle pas de refaire la pharmacopée mais de rester juste dans les propos : comme pas mal de médicaments le cannabis peut potentiellement soulager, m
ais ne soigne pas. Afficher tout
Cette définition vient du Larousse en ligne apparemment, mais tu t'es arrêté de lire au milieu de la phrase ! Si tu lis quelques mots de plus tu verras qu'on peut employer soigner aussi pour une amélioration et pas seulement pour une guérison ! Et un tout petit peu plus loin on voit comme exemple "soigner un rhume", or tu devrais savoir que les médicaments ne guérissent pas le rhume, ils en diminuent seulement les symptômes. Tu devrais expliquer à l'éditeur que son exemple n'est pas bon d'après sa propre définition (ou ce que tu en as retenu) ! Je préfère croire que tu étais trop fatigué pour lire plusieurs paragraphes et même pas une ligne entière, plutôt que supposer que tu aurais pu intentionnellement essayer de tromper le lecteur en citant la toute petite partie qui t'arrange comme si c'était la définition complète de ce mot !

a écrit : Heu non pas forcément. Tu crois que tout ce qui est légal a été rendu légal parce que c'est jugé "bien"? et inversement que ton ce qui est illégal à été rendu illégale parce que jugé "mal"? Certaines fois oui, certaines fois non, il n'y a pas de relation systématiquement entre bien/mal et légal/illégal.

Par exemple tous les pays qui ont légalisé la prostitution ne pensent pas que la prostitution soit intrinsèquement bien !
Afficher tout
Il y a forcément un jugement de valeur. C'est pas une question de bien ou de mal mais de balance bénéfice/risque.

a écrit : Soigner = prodiguer les soins nécessaires à une guérison.
Le cannabis ne soigne ni l'épilepsie, ni la SEP (qui est à l heure actuelle incurable).
Et je ne parle pas de refaire la pharmacopée mais de rester juste dans les propos : comme pas mal de médicaments le cannabis peut potentiellement soulager, m
ais ne soigne pas. Afficher tout
Les soins palliatifs qui guérissent la mort.

Si seulement...

a écrit : Cette définition vient du Larousse en ligne apparemment, mais tu t'es arrêté de lire au milieu de la phrase ! Si tu lis quelques mots de plus tu verras qu'on peut employer soigner aussi pour une amélioration et pas seulement pour une guérison ! Et un tout petit peu plus loin on voit comme exemple "soigner un rhume", or tu devrais savoir que les médicaments ne guérissent pas le rhume, ils en diminuent seulement les symptômes. Tu devrais expliquer à l'éditeur que son exemple n'est pas bon d'après sa propre définition (ou ce que tu en as retenu) ! Je préfère croire que tu étais trop fatigué pour lire plusieurs paragraphes et même pas une ligne entière, plutôt que supposer que tu aurais pu intentionnellement essayer de tromper le lecteur en citant la toute petite partie qui t'arrange comme si c'était la définition complète de ce mot ! Afficher tout J'imagine qu'à 4h46, on est un peu fatigué car il est très tard ou très tôt selon le point de vue. On perd peut-être ses moyens devant des définitions certes erronées mais vous repartez dans vos travers de commentaires agressifs sans raison...

a écrit : Tu peux te permettre de croire ce que tu veux, mais ton constat est faux : je suis pile dans la classe moyenne.
Et tu relèves bien de l'idéologie de la lutte des classes puisque tu pars du principe que l'on ne peut pas être d'accord uniquement à cause d'une hypothétique différence de milieu. C
'est assez déroutant, mais bon.

Et je n'idealise pas nos gouvernants ! J'ai des critiques à leurs égares, évidemment. Mais les traités de tout et de n'importe quoi je trouve ça indigne, et donc logiquement sa m'indigne. J'aime le respect de la fonction. Je la trouve nécessaire.
Au passage réclamer une destitution au nom de quoi ? Il a été élu non de dieux, une majorité de français lui a donné le pouvoir pour 5 ans. Demander sa destitution est gravement anti démocratique. Si vous voulez permettre une destitution pour un oui ou pour un non il faut changer de constitution, il y a des candidats qui l'ont proposé, ils n'ont pas été élu, donc demander une destitutions n'est pas légitime. Et ca serait quoi la conséquence ? Si un exécutif a peur de se faire destituer à la moindre mesure impopulaire c'est la mort assuré. Bref je m'égare.

Ton exemple sur les vegans montre que tu n'as pas saisi ce que je voulais dire. J'avoue que je chipote un peu et ça n'a d'importance peut être que pour moi. Je fais évidemment la différence entre un gilet jaune qui bloque tranquillement un péage et ceux qui ont entourés la tombe du soldat inconnu avec les vandalistes de l'arc de triomphe et les brûleurs de préfecture.

L'UE, si elle a plus de pouvoir que l'Elysee ne détient pas non plus le pouvoir. Le pouvoir au XXIeme siecle n'a pas de siège, il n'a pas de nationalité, il n'est même pas humains et encore moins institutionnel. Il est diffus et immatériel. On peut reprendre l'image de la fameuse "main invisible" du marchée. Le pouvoir aujourd'hui échappe à tous. Enfin je sais que c'est très nébuleux ce que je dis, mais c'est pourtant vrai.
Afficher tout
Pour compléter, je conseille à d'autres de regarder quelque interview de Jean-Jacques Attali qui explique justement que le président de la République a aujourd'hui très peu de pouvoirs. Il existe plusieurs facteurs à cela :
- plus de peine de mort (plus de droit de vie ou de mort)
- plus de bloc soviétique et donc plus de menace imminente nucléaire
- retour dans le commandement intégré de l'OTAN (plus question d'appuyer sur le bouton pour un oui ou un non)
- mise en commun des forces de défense sur un grand nombre de théatres d'opérations
- mondialisation des marchés
- monnaie européenne unique et marché européen commun
- décentralisation des grands projets (les régions ont quasiment plus de pouvoirs que l'état sur les projets d'infrastructure)
- montée en puissance du pouvoir juridique et du pouvoir de la presse depuis 20 ans
- montée en puissance de l'information libre (internet, etc..)

Bref, on peut critiquer le gouvernement et c'est même bénéfique. Il n'a pas tant de pouvoir qu'on ne le croit. Je rappelle quand même que les mesures prises, même si elles sont contestables, ont pour but final de passer en dessous des 3% de déficit sinon on se fait taper sur les doigts par Bruxelles.

a écrit : Cette définition vient du Larousse en ligne apparemment, mais tu t'es arrêté de lire au milieu de la phrase ! Si tu lis quelques mots de plus tu verras qu'on peut employer soigner aussi pour une amélioration et pas seulement pour une guérison ! Et un tout petit peu plus loin on voit comme exemple "soigner un rhume", or tu devrais savoir que les médicaments ne guérissent pas le rhume, ils en diminuent seulement les symptômes. Tu devrais expliquer à l'éditeur que son exemple n'est pas bon d'après sa propre définition (ou ce que tu en as retenu) ! Je préfère croire que tu étais trop fatigué pour lire plusieurs paragraphes et même pas une ligne entière, plutôt que supposer que tu aurais pu intentionnellement essayer de tromper le lecteur en citant la toute petite partie qui t'arrange comme si c'était la définition complète de ce mot ! Afficher tout Et ben tu vois cette définition que j'ai donnée je ne l'ai absolument pas prise sur le Larousse mais sur mes souvenirs d'études. Procès d'intention donc.
Après être allé voir ta source me confirme que les dictionnaires ont plusieurs objectifs : donner des informations spécialisées mais aussi vulgarisées.
Un exemple parmi d'autres : je te laisse regarder leur définition de l'état maniaque. La version vulgarisée donne la définition classique et médicalement totalement à côté de la plaque (ordre, rangement...), et en bout de liste ils parlent d'état maniaque qui correspond à sa vraie signification médicale (par opposition à la dépression).
En bref je te confirme qu'il faut faire extrêmement attention aux contenus des dictionnaire et que l'on y trouve facilement ce qui nous arrange, aussi bien pour moi que pour toi...

Pour en revenir au terme de soins, et à ton expression de soigner un rhume, ton exemple est une parfaite illustration de mes propos : un rhume ne se soigne pas d'un point de vue médical, et d'ailleurs contrairement à ce que tu dis il n'y aucune prescription médicamenteuse nécessaire lors d'un rhume, mais juste de très mauvaises habitudes bien françaises de tout médiquer (des patients pleureurs qui veulent quelque chose et qui ne payent rien, des médecins qui se sentent obligés de faire une ordonnance pour se sentir plus médecin). Un rhume ne se soigne pas je le maintiens, on attend qu'il passe, et l'expression soigner un rhume est un non sens médical.

a écrit : Les soins palliatifs qui guérissent la mort.

Si seulement...
et pourtant ton exemple est une argumentation parfaite de mes propos : si un soin est précisé comme palliatif, c'est justement parce qu'il ne se veut pas curatif.

Mais tu considères sans doute que la pomme de terre est une variété de pommes...

a écrit : Tu peux te permettre de croire ce que tu veux, mais ton constat est faux : je suis pile dans la classe moyenne.
Et tu relèves bien de l'idéologie de la lutte des classes puisque tu pars du principe que l'on ne peut pas être d'accord uniquement à cause d'une hypothétique différence de milieu. C
'est assez déroutant, mais bon.

Et je n'idealise pas nos gouvernants ! J'ai des critiques à leurs égares, évidemment. Mais les traités de tout et de n'importe quoi je trouve ça indigne, et donc logiquement sa m'indigne. J'aime le respect de la fonction. Je la trouve nécessaire.
Au passage réclamer une destitution au nom de quoi ? Il a été élu non de dieux, une majorité de français lui a donné le pouvoir pour 5 ans. Demander sa destitution est gravement anti démocratique. Si vous voulez permettre une destitution pour un oui ou pour un non il faut changer de constitution, il y a des candidats qui l'ont proposé, ils n'ont pas été élu, donc demander une destitutions n'est pas légitime. Et ca serait quoi la conséquence ? Si un exécutif a peur de se faire destituer à la moindre mesure impopulaire c'est la mort assuré. Bref je m'égare.

Ton exemple sur les vegans montre que tu n'as pas saisi ce que je voulais dire. J'avoue que je chipote un peu et ça n'a d'importance peut être que pour moi. Je fais évidemment la différence entre un gilet jaune qui bloque tranquillement un péage et ceux qui ont entourés la tombe du soldat inconnu avec les vandalistes de l'arc de triomphe et les brûleurs de préfecture.

L'UE, si elle a plus de pouvoir que l'Elysee ne détient pas non plus le pouvoir. Le pouvoir au XXIeme siecle n'a pas de siège, il n'a pas de nationalité, il n'est même pas humains et encore moins institutionnel. Il est diffus et immatériel. On peut reprendre l'image de la fameuse "main invisible" du marchée. Le pouvoir aujourd'hui échappe à tous. Enfin je sais que c'est très nébuleux ce que je dis, mais c'est pourtant vrai.
Afficher tout
"Tu peux te permettre de croire ce que tu veux, mais ton constat est faux : je suis pile dans la classe moyenne."
Mea culpa, j'avais oublié (il y avait eu un débat dans une autre anecdote) que le terme "classe moyenne" est assez large en vérité et qu'il ne veut absolument rien dire...

"Tu pars du principe que l'on ne peut pas être d'accord uniquement à cause d'une hypothétique différence de milieu."
Je ne vois pas comment la vision d'un gamin qui a grandit en voyant son père rentrer noir de crasse de son boulot, se plaignant de ses conditions de travail et parlant de la prochaine grève organisée, pourrait être la même que celle du gamin du PDG de cette même boîte, dont le père se vante d'avoir réussi à négocier après s'être fait un peu malmené verbalement par des ouvriers à bout de nerfs.
Ce n'est qu'un exemple hein ! forcément que le gamin va grandir et ouvrir ses horizons (en ne mettant pas tout le monde dans le même panier par exemple). En revanche, ils n'auront pas une vision identique du monde à leur 18 ans malgré qu'ils auront appris les mêmes choses à l'école. De toute façon, il y a autant de vision du monde que d'être humains, je n'ai jamais dit que le milieu social était le SEUL critère à prendre en compte, mais il joue un rôle, on ne peut le nier...) Bref !

"Mais les traités de tout et de n'importe quoi je trouve ça indigne, et donc logiquement sa m'indigne. J'aime le respect de la fonction. Je la trouve nécessaire."
> Mais respect de quoi ? Il nous respecte lui ?? A nous traiter de fainéants, d'incapables, de "rien" ? Ils nous respectent eux à s'octroyer toujours plus d'avantages quand des hommes, des femmes, même des enfants dorment dans la rue ? Quand des millions de français se mobilisent et qu'il envoie son premier ministre nous dire "on verra ça dans 6 mois" (quand la Loi de Finances sera déjà établie donc ?? laisse-moi rire stp)

"Il a été élu non de dieux, une majorité de français lui a donné le pouvoir pour 5 ans."
> Une majorité de Français l'a élu ? Tu es sûr de toi ?? 44% des inscrits, c'est loiiiin d'être la majorité des français il me semble. Surtout quand il y a 34% d'abstentions/blancs/nuls en face !

"Si vous voulez permettre une destitution pour un oui ou pour un non il faut changer de constitution"
> C'est ce qu'il faudrait en effet et ce que j'essayais de dire dans l'autre anecdote quand j'ai dis que le pouvoir avait été repris ensuite par certains et que rien n'avait vraiment changé. Ils ont écrit une constitution comme ça les arrangeait, de façon à donner au peuple une illusion d'équité tout en se protégeant de toute rébellion future. Par exemple, tu dois le savoir mais en vérité, la constitution n'autorise pas réellement le droit de manifester comme la plupart d'entre nous le pense.

"Si un exécutif a peur de se faire destituer à la moindre mesure impopulaire c'est la mort assuré."
> Tout d'abord, personnellement mais ça n'engage que moi hein, je trouve qu'il mériterait d'être destitué car non seulement il ne représente pas la majorité des français, mais en plus il nous crache dessus régulièrement par ses termes inadmissibles dans la bouche d'un président.
Ensuite, tu parles de mesures impopulaires... N'est-elle pas là, la véritable anti-démocratie que tu dénonces ? Il existe des systèmes où de nombreuses mesures sont proposées et/ou en tout cas votées par les citoyens. C'est plutôt par là qu'il faudrait aller pour une vraie démocratie, pas la mascarade qu'on nous propose.

> Pour ton dernier paragraphe, excuse-moi mais soit c'est toi qui est de mauvaise foi, soit tu fantasmes totalement. Le pouvoir échappe à tous ?? C'est vrai que les lobbies, les multinationales, les médias, les institutions européennes et même nationales n'ont aucun pouvoir.... Tu es sérieux quand tu dis ça ? Tu fais vraiment du Droit et si oui, c'est ce qu'on t'enseigne dans tes cours ?

Bref, on devrait arrêter là car on est vraiment parti en HS total là... D'ailleurs, c'est un soucis sur SCMB je trouve, car on n'a aucune possibilité de se contacter entre membres pour poursuivre une discussion en dehors des commentaires d'une anecdote...

a écrit : C'est problématique de ne pas faire de jugement de valeur sur quelque chose qu'on voudrait légaliser. Non, ce n'est pas problématique, au contraire.

Les jugements de valeur impliquent une appréciation individuelle, subjective. Ils s'opposent aux jugements de fait basés sur une observation neutre, objective.

Or le débat sur la légalisation étant un sujet concernant toute la société, il est nécessaire qu'il soit dépassionné et assis sur des jugements de fait, ou de réalité comme dirait Durkheim.

a écrit : J’adore lorsque des pro cannabis viennent défendre leur produit.

L’alcool n’est pas interdit, mais se promener ivre est répréhensible.
L’effet n’est pas visible pour un seul verre, mais il est déjà réel.
Que quelqu’un fume du canabis ne me dérange pas. Mais de la même manière il n’a pas à imp
oser son « état » aux autres.

J’ai des salariés qui en fument, et régulièrement ils arrivent les yeux bien rouge au travail... leur productivité n’est pas top. Je ne nie pas qu’avec de l’alcool cela serait strictement identique.


Une drogue récréative a des effets, et en légaliser son usage ne sera jamais une bonne solution.
Afficher tout
Les douaniers ne jurent que par les tests urinaires (ou salivaires) pour détecter la consommation de stupéfiants. Certains gendarmes, ayant reçu une formation spécifique, sont capables de détecter une consommation en observant, en posant des questions, en demandant à l'individu d'accomplir certains exercices intellectuels et psychomoteurs.
Et vous, vous détectez une consommation (en réussissant même à nommer le produit !) juste en regardant quelqu'un dans les yeux. Chapeau bas !

Il ne vous est jamais venu à l'idée que vos salariés aux yeux rouges soient allergiques, fatigués, enrhumés...

PS La conso de cannabis ne provoque pas de rougeurs oculaires mais une mydriase (dilatation de la pupille).

a écrit : Soigner = prodiguer les soins nécessaires à une guérison.
Le cannabis ne soigne ni l'épilepsie, ni la SEP (qui est à l heure actuelle incurable).
Et je ne parle pas de refaire la pharmacopée mais de rester juste dans les propos : comme pas mal de médicaments le cannabis peut potentiellement soulager, m
ais ne soigne pas. Afficher tout
C'est bien ce que je disais, en adoptant ta définition réductrice et obtuse du soin, bien peu de médicaments soignent réellement, c'est indubitable, je te l'accorde.

Cependant, il est absolument ridicule de vouloir que tous les dispositifs médicaux aboutissent à une guérison totale. Si on peut le faire tant mieux, mais on ne va pas se priver de tous les moyens qui permettent au malade de mieux vivre.

Le cannabis (THC et CBD exactement) permettent de diminuer de façon spectaculaire la survenue des crises d'épilepsie, mais c'est sans intérêt ?

L'adrénaline permet d'arrêter les effets -potentiellement mortels- d'un choc anaphylactique lorsqu'un allergique absorbe accidentellement un aliment auquel il n'avait pas le droit.
D'accord, cela ne guérit en aucun cas son allergie. Mais c'est sans intérêt ?

a écrit : Oui je suis au courant, c'est bien pour ça que je l'ai ecrit.
Et pourquoi crois-tu que le budget de l'Etat est en déséquilibre depuis 30 ans ? Il veut maintenir les services publics et toutes les aides qu'il accorde à ses citoyens alors qu'il manque de fond. Il ne fait pas que redonner,
il sur-donne. Baisser les aides et les SP il le fait en rechignant, et pas suffisamment vite pour équilibrer son budget. Du coup il souffre d'un côté à cause du manque de fond, et de l'autre il se fait taper dessus constamment par ceux pour lesquelles il se met en difficulté. Donc oui tu peux remercier l'Etat : dans le contrat social, la partie lésée c'est bien l'Etat. Je le rappelle, ce n'est plus qui a le pouvoir, il subit subit subit. Il subit le pouvoir nébuleux du XXIeme siècle sur lequel il ne peut pas influencer ou si peu, il subit les objectifs de SP et d'aides qu'il s'est fixé, il subit le courroux des gens pour lesquels il se saigne. Tu combines les 3 et là tu te dis : putain j'aimerai pas être à sa place. Afficher tout
Je t entends et je ne dirais pas que tout ce que tu dis est faux mais je ne suis pas d accord.
Je ne peux pas accepter que des gens qui bossent gagne un smic quand des multinationales ne paient pas ou peu d impots, quand des amis de notre president pratique l optimisation fiscale, et une multitude d injustice que je ne resumerai pas puisque tu as l air bien au faite sur le sujet et que tu dois de facto connaitre, je comprends ce que tu dis mais mets toi egalement a la place du smicard qui entends que ( pure exemple personel de 2015 me semble t il) la mairie de montpellier a usé 40 000 euros de frais de PIZZA!

a écrit : Ceci dit tout est question de modération (bon pour l’héroïne j'ai quelques doutes). Fumer un pétard de temps à autres ou boire une coupe de champagne pour un mariage ne fait pas de nous des toxicomanes ou des alcooliques...

Par ailleurs la lutte contre la drogue n'a jamais eu les résultats esco
mptés (bien au contraire) quant à l'interdiction de l'alcool, il suffit de voir ce qu'il s'est passé aux états unis de 1920 à 1933 pour comprendre que c'était un combat perdu d'avance. Afficher tout
Non ce n'est pas une question de modération mais une question de savoir dans quel pays on est pour poser la limite de l'alcoolisme.

En france une personne qui te dis je prends une ou deux bières par soir et tout les week-ends en soirée je suis déchiré c'est presque normale (la fameuse phrase on s'ennuie sans alcool).

Au USA, par exemple, une personne qui te dis je prends une ou deux bière par soir au l'envoie en centre de désintoxication.