L'Eglise catholique ne rejette pas le Big Bang et l'évolution

Proposé par
le

L'Église catholique atteste que c'est Dieu, et non pas le hasard, qui est à l'origine de la création de l'Univers et de toute forme de vie. Cependant, contrairement à ce que l'on pourrait croire, l'Église a reconnu par le passé et reconnaît par son pape actuel François la théorie du Big Bang ainsi que celle de l'évolution.

Le pape François a ainsi déclaré que le Big Bang "n'est pas en contradiction avec l'intervention créative de Dieu, au contraire, il la nécessite". Quant à la théorie de l'évolution, il juge qu'elle "n'est pas incompatible avec la notion de création, parce que l'évolution requiert la création de choses qui évoluent".


Tous les commentaires (83)

Pour répondre au pape François et à l'anecdote, la théorie de l'évolution n'est pas incompatible avec l'idée de création mais elle est incompatible avec la Genèse. Le concept de Dieu développé dans la Bible est aussi imaginaire que le récit de la création. Et oui, on peut dire que Dieu n'existe pas.

a écrit : Pour répondre au pape François et à l'anecdote, la théorie de l'évolution n'est pas incompatible avec l'idée de création mais elle est incompatible avec la Genèse. Le concept de Dieu développé dans la Bible est aussi imaginaire que le récit de la création. Et oui, on peut dire que Dieu n'existe pas. C’est volontairement provocateur et je te trouve bien affirmatif pour quelqu’un qui n’a aucune preuve à apporter…

Je suis désolé si ce commentaire heurte la sensibilité de personnes croyantes ici mais si vous êtes très sensible sur le sujet peut-être qu'il vaut mieux ne pas lire ce fil de commentaires.

Ça m'embête un peu quand l'église tient ce genre de propos sur des sujets scientifiques. Il y a toujours une rhétorique de "on ne se trompait pas vraiment c'est juste que notre interprétation a changé au vu des progrès scientifiques, mais la parole sacrée est toujours aussi vraie etc blablabla". Évidemment oui on peut réinterpréter les textes anciens à l'infini et à chaque fois que la science ne trouve pas Dieu l'Église répond qu'il est sans doute ailleurs. Le pape a tout l'air d'un chic type mais je suis désolé, la théorie du Big Bang ne requiert pas l'existence de Dieu.

Leur discours ressemble de plus en plus aux théories conspirationnistes quand il s'agit de les tondre au rasoir d'Ockham, à chaque élément scientifique qui contredit les "vérités" que l'Église a soutenues pendant des siècles ils inventent une explication de plus en plus compliquée pour maintenir en vie un morceau de Dieu.

Pourquoi ne pas simplement accepter la vérité et reconnaître une seule vraie divinité créatrice de l'univers le monstre spaghetti volant ?
Ramen.

a écrit : Je suis désolé si ce commentaire heurte la sensibilité de personnes croyantes ici mais si vous êtes très sensible sur le sujet peut-être qu'il vaut mieux ne pas lire ce fil de commentaires.

Ça m'embête un peu quand l'église tient ce genre de propos sur des sujets scientifiques. Il y a toujou
rs une rhétorique de "on ne se trompait pas vraiment c'est juste que notre interprétation a changé au vu des progrès scientifiques, mais la parole sacrée est toujours aussi vraie etc blablabla". Évidemment oui on peut réinterpréter les textes anciens à l'infini et à chaque fois que la science ne trouve pas Dieu l'Église répond qu'il est sans doute ailleurs. Le pape a tout l'air d'un chic type mais je suis désolé, la théorie du Big Bang ne requiert pas l'existence de Dieu.

Leur discours ressemble de plus en plus aux théories conspirationnistes quand il s'agit de les tondre au rasoir d'Ockham, à chaque élément scientifique qui contredit les "vérités" que l'Église a soutenues pendant des siècles ils inventent une explication de plus en plus compliquée pour maintenir en vie un morceau de Dieu.

Pourquoi ne pas simplement accepter la vérité et reconnaître une seule vraie divinité créatrice de l'univers le monstre spaghetti volant ?
Ramen.
Afficher tout
Du coup, je suis allé m'informer sur le pastafarisme ou spaghetti volant. JMCMB.

fr.wikipedia.org/wiki/Pastafarisme?wprov=sfla1

a écrit : C’est volontairement provocateur et je te trouve bien affirmatif pour quelqu’un qui n’a aucune preuve à apporter… Je suis désolé, je ne veux blesser personne.
Simplement, il me semble qu'un concept "objet de croyance", qui n'est pas du domaine de ce que l'on peut prouver, ça ressemble quand même beaucoup au père noël et je suis totalement d'accord sur le fait que ça serait beaucoup mieux que le Père Noël ou Dieu existent.

a écrit : Ça a longtemps été nécessaire pour expliquer ce qui était inexplicable, et je suis convaincue que ça a souvent évité aux foules de sombrer dans la folie collective, bien que ça y ait parfois conduit... Moi même, j'ai accès à toutes sortes d'informations aujourd'hui, mais certaines sont trop complexes pour moi, alors, souvent, face à un événement improbable, bien qu'au fond de mon petit cerveau je sache qu'il existe la théorie du Chaos, je réponds "c'est le Karma". Est-ce que j'y crois vraiment ? Moins qu'à la théorie du Chaos bien sûr, mais le concept me séduit et il est plus abordable au quotidien. Traitez moi d'ignare ou de feignasse, je comprendrais. N'empêche j'aime bien, quand quelqu'un se comporte de manière douteuse et se claque un orteil dans la foulée, lui envoyer un petit "c'est le Karma". Ça me fait du bien et ça ne fait pas de mal. Je pense qu'à l'origine les religions avaient un rôle similaire, moraliser la société, culpabiliser les mauvaises actions, encourager les bonnes, quand on regarde, ça a mis des siècles à dévier vers les guerres de religions les exterminations et les horreurs qu'on leur assimile aujourd'hui. Ça a quand même eu longtemps un rôle unificateur et même pacificateur, et encore aujourd'hui je ne crois pas que ce soit les religions le souci, mais leurs dirigeants. D'ailleurs toutes les principales croyances, les monothéistes j'entends, condamnent la violence et le meurtre. L'ancien testament intime "tu ne tueras point ", et le Coran précise avec poésie "celui qui tue un homme tue l'humanité toute entière ". Le problème n'est donc pas le Livre, que certains trouveront toujours un moyen de détourner pour lui faire dire ce qui les arrange... Non je ne suis pas croyante, pour tout dire j'ai perdu la foi ce jour de grande mascarade qu'était ma communion, mais j'ai du mal à croire que le concept aurait pu s'étendre sur une si large plage de l'histoire sans aucune utilité pour les individus... si on s'y est accroché si longtemps, c'est qu'on en avait besoin. Au même titre que l'espoir je dirais. Concrètement l'espoir est une arnaque aussi, toujours espérer un lendemain meilleur, alors qu'au bout on est toujours déçus, n'empêche si tout le monde devenait dépressif suicidaire l'espèce ne ferait pas long feu! Et quand on voit le comportement humain alors que la plupart ont encore peur de l'enfer, des fois je me surprends à imaginer ce que ce serait le monde sans ce genre de menaces... dans ma tête ça finit toujours en beau bordel en tous cas! Afficher tout Si tu crois au « karma » juste apprends l’histoire du Dr Mengele et tu verras que ça existe pas

a écrit : J'ai beaucoup de mal avec l'idée que les passages invraisemblables de la Bible ne serait que métaphores... Ce sont des métaphores auxquelles tout le monde croyait et auxquelles il y a encore des personnes qui croient. Ils ont été écrit pour qu'on y adhère.
C'est juste une façon de s'accro
cher un peu plus aux saintes écritures. Mais il faut admettre que la Bible raconte de belles histoires, fausses auxquelles on peut désormais cesser d'accorder de l'intérêt si ce n'est d'un point de vue culturel bien sûr. Afficher tout
Tu rigoles là?
Il y aurait, d'après toi, une religion dont le(s) livre(s) raconterai(en)t un histoire vraie?
malheureusement, même si j'ai posté plus haut que l'absence de connaissance que nous avons de l'univers (nous ne connaissons que 4.91% de sa composition, le reste c'est au doigt mouillé), permet beaucoup de spéculations, il est peu probable qu'un dieu, quelque soit son nom (ou pas) et ses mythologies se cache derrière tout ça. Les livres religieux reflètent les peurs et les croyances de l'époque où ils ont été écrits, en aucun cas des "vérités" immuables, trop souvent "soufflées" à l'oreille de copistes âgés et à moitié analphabètes

a écrit : Tu rigoles là?
Il y aurait, d'après toi, une religion dont le(s) livre(s) raconterai(en)t un histoire vraie?
malheureusement, même si j'ai posté plus haut que l'absence de connaissance que nous avons de l'univers (nous ne connaissons que 4.91% de sa composition, le reste c'est au
doigt mouillé), permet beaucoup de spéculations, il est peu probable qu'un dieu, quelque soit son nom (ou pas) et ses mythologies se cache derrière tout ça. Les livres religieux reflètent les peurs et les croyances de l'époque où ils ont été écrits, en aucun cas des "vérités" immuables, trop souvent "soufflées" à l'oreille de copistes âgés et à moitié analphabètes Afficher tout
Ce n’est pas du tout ce qu’il écrit il me semble.

a écrit : J'ai beaucoup de mal avec l'idée que les passages invraisemblables de la Bible ne serait que métaphores... Ce sont des métaphores auxquelles tout le monde croyait et auxquelles il y a encore des personnes qui croient. Ils ont été écrit pour qu'on y adhère.
C'est juste une façon de s'accro
cher un peu plus aux saintes écritures. Mais il faut admettre que la Bible raconte de belles histoires, fausses auxquelles on peut désormais cesser d'accorder de l'intérêt si ce n'est d'un point de vue culturel bien sûr. Afficher tout
Et pourtant, l'archéologie donne de plus en plus souvent raison aux livres, en retrouvant les traces de lieux, ou de personnes, que l'ont croyait mythiques, et qui finalement s'avèrent réels. La bible au final c'est juste un livre d'histoire, raconté longtemps après, par des gens dopés à la spiritualité, et qui ont tendance à broder pour accrocher, le tout sans aucunes connaissances scientifiques... ça n'en est pas moins un témoin intéressant, d'une période passionnante, d'un croisement important de la grande Histoire, et une fenêtre ouverte sur l'état d'esprit de l'époque.

a écrit : Et pourtant, l'archéologie donne de plus en plus souvent raison aux livres, en retrouvant les traces de lieux, ou de personnes, que l'ont croyait mythiques, et qui finalement s'avèrent réels. La bible au final c'est juste un livre d'histoire, raconté longtemps après, par des gens dopés à la spiritualité, et qui ont tendance à broder pour accrocher, le tout sans aucunes connaissances scientifiques... ça n'en est pas moins un témoin intéressant, d'une période passionnante, d'un croisement important de la grande Histoire, et une fenêtre ouverte sur l'état d'esprit de l'époque. Afficher tout Entièrement d'accord, on pourrait remplacer "et pourtant" par "en effet" :)

a écrit : Les religions c’est surtout à la base pour dominer et contrôler les peuples à l’aide d’une peur. Rien de « sympa » derrière tout ça, juste la recherche du pouvoir comme tout culte de la personnalité. Et non, ça, ça vient ensuite, quand les dirigeants du dit culte politisent les discours dans leur propre intérêt. Mais prends la chrétienté par exemple, qui estvk'exemple le plus connu par chez nous. Le discours de base était "tu ne tueras point", "nous sommes tous frères " "les pauvres aussi ont droit au sacré " etc etc. Ça a été créé sur mesure pour que ceux qui étaient à l'époque considérés comme des rébus de la société, puissent se reconnaître et adhérer, les mendiants les esclaves les femmes... au tout début c'était un mouvement contestataire, libérateur, qui revendique casi les mêmes choses que les gilets jaunes quand tu regardes... d'ailleurs les passages les plus marquants sont empreints de liberté, de fugues d'eclaves, de femmes à qui Jesus accorde son enseignement, il parle aussi de pardon, dans un contexte où on lapidait à tout va pour le fun... il dénonçait vertement, pour ne pas dire violemment, les dérives monétaires qu'engendraient le culte. Que plus tard des tarés assoiffés de sang et d'or en aient fait une religion conquérante, violente, et avide d argent et de pouvoir, qu'ils en aient fait des croisades et des bûchers, ça n'explique pas comment un phénomène aussi marginal que la secte que c'était au départ a pu prendre autant d ampleur. S'ils étaient arrivés direct avec d'aussi gros sabots personne n'aurait jamais adhéré... au commencement, c'était la religion la plus libérale qui soit a ce moment là... plus besoin de tuer les pécheurs, il seront jugés après leur mort, ça en a sauvé des époux/épouses infidèles ! Plus besoin de sacrifices, Jésus a fait le sacrifice ultime! Si je me repent je peux être pardonné ? Cool! Je suis une femme, esclave en plus, mais quand j'aurais fini de souffrir dans cette vie je serais accueillie au Royaume de Dieu?!? Un paradis ou on ne travaille pas et où tout tombe tout cuit? Plus jamais mal ni faim ni soumise? Mais je signe ou bordille???
Pour qu'une religion puisse s'enraciner dans une culture, elle doit commencer par séduire le peuple, pour que les élites y adhèrent ca prend un peu de temps en général, ils sont d'abord inquiets que l'ordre établit (et qui les arrange) soit bouleversé. Quand ils ont perdu le contrôle, là ils se convertissent pour reprendre la main mise, et quand tout ca est bien en place depuis un certain temps, que la houle se calme et que la vie reprend son cours, LÀ ils ont le temps de réfléchir à comment utiliser cette nouvelle norme à leur avantage.
Quand on regarde, aujourd'hui, c'est tout pareil, mais on les appelle "partis politiques"... ils promettent monts et merveilles, se placent en unificateurs, en protecteurs, vous promettent que vous aurez un meilleur travail plus d argent une meilleure santé tout en étant plus libres... ils se font élire, jouent le jeu pendant un an, et en profitent discrètement pour commettre les pires exactions qui soient d'une main pendant qu'ils agitent ostensiblement l'autre au JT... avant ça prenait quelques siècles, aujourd'hui quelques années. Mais c'est la même m*rde.

a écrit : Entièrement d'accord, on pourrait remplacer "et pourtant" par "en effet" :) "En effet" soulignerait le fait que je lui donnerais raison, hors je le contredit, "et pourtant" me semble donc plus adapté ici. Ceci dit l'archéologie biblique est un sujet intéressant, c'est dommage de rebondir uniquement sur la grammaire, il y aurait beaucoup à ajouter.

a écrit : "En effet" soulignerait le fait que je lui donnerais raison, hors je le contredit, "et pourtant" me semble donc plus adapté ici. Ceci dit l'archéologie biblique est un sujet intéressant, c'est dommage de rebondir uniquement sur la grammaire, il y aurait beaucoup à ajouter. Non, justement, il n'y a aucune contradiction entre les deux commentaires.
Vous avez peut-être mal saisi la portée du premier. Par "passages invraisemblables", je parlais des miracles et des descriptions de Dieu qui, par définition, sont mystiques (et mythiques).
Pour ce qui est de la valeur historique des livres religieux, les deux commentaires s'accordent sur son importance.

a écrit : Je n’ai jamais trop compris pourquoi cet emploi était contesté.
Quand on construit quelquechose la base est souvent construite en premier. La notion de temporalité a pleinement sa place dans l’expression.

De toute façon le rouleau compresseur de l’usage écrasera les certitudes des vieux sages de
l’académie. ;)

C’est cadeau : youtu.be/d9BgmVqgdaU
Afficher tout
Bien sûr que la temporalité a sa place dans une construction. La temporalité a toujours sa place. Le temps est la base de tout, tout se déploie dans le temps: "Le temps précède l'essence" écrivait Heidegger.

Mais tout n'est pas construction.

Je ne sais pas quel âge tu as, mais quand j'étais à l'école l'usage de "à la base" était très peu répandu, et son emploi malheureux était systématiquement réprimé par mes profs. Du coup, j'ai un peu de mal avec cette expression.
Et puis elle est très connoté "banlieue" (où j'ai grandi) à l'instar des "t'as vu quoi ?" et des bus "blindés" (déformation de bondé). Du coup je suis encore moins fan.

Mais l'usage est roi, tu as raison.

a écrit : Bien sûr que la temporalité a sa place dans une construction. La temporalité a toujours sa place. Le temps est la base de tout, tout se déploie dans le temps: "Le temps précède l'essence" écrivait Heidegger.

Mais tout n'est pas construction.

Je ne sais pas quel âge tu a
s, mais quand j'étais à l'école l'usage de "à la base" était très peu répandu, et son emploi malheureux était systématiquement réprimé par mes profs. Du coup, j'ai un peu de mal avec cette expression.
Et puis elle est très connoté "banlieue" (où j'ai grandi) à l'instar des "t'as vu quoi ?" et des bus "blindés" (déformation de bondé). Du coup je suis encore moins fan.

Mais l'usage est roi, tu as raison.
Afficher tout
L'usage est roi, mais on peut aussi le combattre pour éviter que les changements s'opèrent trop vite et de la mauvaise façon. Il est également possible que l'usage de "à la base" soit fortement influencé par l'anglais "based on".
Personnellement, je ne suis pas friand non plus de l'expression "être basé sur", car j'ai été formaté par un environnement militaire. Pour moi, seuls les soldats peuvent être basés, dans le sens d'être rattachés à une emprise militaire.

Tu as lu tous les "Dire / ne pas dire" de l'Académie ?
www.academie-francaise.fr/blinde
www.academie-francaise.fr/la-base-pour-dabord

a écrit : L'usage est roi, mais on peut aussi le combattre pour éviter que les changements s'opèrent trop vite et de la mauvaise façon. Il est également possible que l'usage de "à la base" soit fortement influencé par l'anglais "based on".
Personnellement, je ne suis pas friand non
plus de l'expression "être basé sur", car j'ai été formaté par un environnement militaire. Pour moi, seuls les soldats peuvent être basés, dans le sens d'être rattachés à une emprise militaire.

Tu as lu tous les "Dire / ne pas dire" de l'Académie ?
www.academie-francaise.fr/blinde
www.academie-francaise.fr/la-base-pour-dabord
Afficher tout
Je connaissais les "dire / ne pas dire" mais j'en avais jamais lu.

Merci pour les liens.

a écrit : Je n’ai jamais trop compris pourquoi cet emploi était contesté.
Quand on construit quelquechose la base est souvent construite en premier. La notion de temporalité a pleinement sa place dans l’expression.

De toute façon le rouleau compresseur de l’usage écrasera les certitudes des vieux sages de
l’académie. ;)

C’est cadeau : youtu.be/d9BgmVqgdaU
Afficher tout
Ça fait plaisir de lire ce commentaire... Est-ce que votre avis sur la langue aurait évolué ?

a écrit : Ce n’est pas du tout ce qu’il écrit il me semble. En effet : D

a écrit : Ça fait plaisir de lire ce commentaire... Est-ce que votre avis sur la langue aurait évolué ? Oui effectivement. Il est indéniable que l’usage sera plus fort que tout et que c’est aussi l’usage qui a donné à notre langue ces particularités.
J’ai aussi pris conscience qu’il n’est pas impossible de juger l’orthographe. Pas celle des gens mais l’orthographe en général. Et on peut affirmer que pas mal de règles en français sont inutiles voire même un peu stupides et issus d’erreurs passées. Elles existent pourtant et on se doit de les respecter.

Finalement, défendre bec et ongle une langue comme si elle était figée est irréaliste et même impossible.