Un véhicule électrique est-il vraiment bon pour la planète ?

Proposé par
le

Sur l’ensemble de son cycle de vie, la consommation énergétique d’un véhicule électrique est globalement proche de celle d’un véhicule diesel. Il faut en effet 2 fois plus d'énergie pour construire une voiture électrique qu'une voiture thermique, notamment à cause des batteries extrêmement énergivores.


Tous les commentaires (102)

a écrit : Le gros avantage des batteries des voitures électriques (de même que celui des panneaux solaires photovoltaïques d'ailleurs) c'est que c'est fabriqué en Chine alors c'est beaucoup plus facile de détourner le regard sur la pollution engendrée par la fabrication (et l'extraction des matières premières par des enfants en Afrique) et de s'émerveiller de l'absence de fumées chez nous... Pour croire qu'une voiture électrique ne pollue pas, Il faut aussi oublier qu'une bonne partie des particules fines produites par une voiture provient de l'usure des plaquettes de frein lors du freinage, mais c'est tellement facile à oublier ! Afficher tout Je me permets de corriger ce point, les panneaux photovoltaïques français polluent bcp moins et leurs impact environnementale est remboursé en 6-8 mois d'utilisation ( je travaille chez photowatt)
Il faut savoir que les batteries de voiture électrique sont recyclés et/ou réutilisés www.tesla-mag.com/batteries-recyclables-bonnes-nouvelles/
Les véhicules électriques utilisent beaucoup moins leurs freins à disque car le frein moteur recharge la batterie.
Attention aux rumeurs peu ou pas fondées :)

a écrit : Le gros avantage des batteries des voitures électriques (de même que celui des panneaux solaires photovoltaïques d'ailleurs) c'est que c'est fabriqué en Chine alors c'est beaucoup plus facile de détourner le regard sur la pollution engendrée par la fabrication (et l'extraction des matières premières par des enfants en Afrique) et de s'émerveiller de l'absence de fumées chez nous... Pour croire qu'une voiture électrique ne pollue pas, Il faut aussi oublier qu'une bonne partie des particules fines produites par une voiture provient de l'usure des plaquettes de frein lors du freinage, mais c'est tellement facile à oublier ! Afficher tout www.futura-sciences.com/tech/actualites/technologie-bientot-batteries-magnesium-ion-battre-celles-lithium-69378/

Peut-être qu'un jour on réussira à faire des batteries entièrement recyclables type magnésium-ion au lieu de lithium-ion. De même pour les panneaux photovoltaïques, en 20 ans, les technologies ont fait des progrès prodigieux sur le recyclage et la conception des panneaux (merci la Nasa).
Puis on pourra toujours utiliser des panneaux solaires thermiques qui eux polluent beaucoup moins pour chauffer notre eau et nos maisons au moins en été.

a écrit : Le gros avantage des batteries des voitures électriques (de même que celui des panneaux solaires photovoltaïques d'ailleurs) c'est que c'est fabriqué en Chine alors c'est beaucoup plus facile de détourner le regard sur la pollution engendrée par la fabrication (et l'extraction des matières premières par des enfants en Afrique) et de s'émerveiller de l'absence de fumées chez nous... Pour croire qu'une voiture électrique ne pollue pas, Il faut aussi oublier qu'une bonne partie des particules fines produites par une voiture provient de l'usure des plaquettes de frein lors du freinage, mais c'est tellement facile à oublier ! Afficher tout Le freinage a un tel impact sur l'environnement?

L’Électrique est (à ce jour) aussi polluant que les voitures à pétrole si on examine l’ensemble de la chaîne de production (de l’extraction minière des ressources à la fin de vie du véhicule). Ok.

La différences c’est que la voiture électrique est polluante lors de la fabrication, et très peu à l’usage. La voiture à pétrole, c’est beaucoup moins à la construction et davantage à l’usage.

Faut-il passer à l’électrique ?

Perso je pense que oui. Pour plusieurs raisons.

1)
Aujourd’hui, la pollution émise par le pot d’échappement se fait directement dans la rue, donc là où il y a le plus de monde et là où ça fait d’office le plus d’impact sur la santé.

Une usine peut très bien polluer autant, si cette dernière est située en milieu rural, la pollution (bien que présente) a le temps de se diluer un peu dans l’air avant d’être respiré.

2)
De plus, si la pollution sort par une cheminée, il est nettement plus simple (et moins coûteux) de placer un énorme pot catalytique sur une usine que 5 000 000 de pots sur autant de voitures.

Bien-sûr, certaines pollutions ne sont pas aussi simples à traiter : pour extraire le cuivre ou le lithium, par exemple, il faut beaucoup de produits chimiques qui peuvent se retrouver dans la nature…

3)
À l’usage. Une voiture électrique n’est viable (sur le bilan carbone) que l’électricité qui permet de la recharger est propre. Si c’est produit en brûlant du gazole, c’est totalement absurde.

Dans une bonne partie des pays, une part toujours grandissante de l’énergie est produite par du renouvelable ou du nucléaire, qui sont propres au niveau du CO2. C’est le cas de la France (qui a une des énergies les plus propres au monde grâce au nucléaire).

La part de l’énergie amenée à être produite par des sources propres monte et la tendance n’est pas prêt à s’inverser. D’autant plus qu’on n’aura plus de choix quand il n’y aura plus de pétrole du tout…

4)
Toute la technologie déployée dans la fabrication, l’usage et la recharge des voitures électriques sont elles aussi encore en évolution, et cette évolution se fait dans le bon sens.
Les batteries sont plus performantes, l’énergie est de plus en plus propre, les moteurs électriques sont meilleurs, etc.

Le moteur thermique, par contre, on est pratiquement au maximum de ce qu’on peut faire en terme de rendement. Le rendement maximal théorique d’un moteur thermique est à peine de 40 % (énergétiquement parlant).


Pour toutes ces raisons, je pense que même si la voiture électrique est actuellement équivalente au moteur thermique en terme de pollution, ça ne peut que s’améliorer dans le futur, ce qui n’est pas le cas pour le moteur thermique.



(bien-sûr, j’exclue ici toute considération de prix des voitures électriques…)

Ah ? Les panneaux français ça veut dire installés, ou assemblés, ou produits à partir de matières premières en France ? Et impact environnemental remboursé en 6 à 8 mois ça veut dire que tous les produits chimiques polluants rejetés dans l'environnement sont entièrement bio-dégradés en 6 à 8 mois ? Parce que j'avais quand même dans l'idée que ce n'est pas que le bilan carbone de l'énergie dépensée pour la fabrication des panneaux photovoltaïques qu'il faut prendre en compte et que s'il sont généralement produits dans certains pays ce n'est pas seulement pour profiter des bas coûts de main d'oeuvre mais aussi du laxisme concernant les rejets de produits dangereux dans la nature, car c'est une industrie très polluante.

Même si on prend un vieux diesel allemand qui a fait 600000km en consommant 7l/100 !!!!! Du mal à croire quand même que l'extraction et le raffinage de son carburant et autre fluides plus ses émissions et le changement des pièces n'arrive pas à polluer plus qu'une Zoé....
Le pétrole a encore du pouvoir !!

J'aime bien le fait que cette anecdote mette en garde contre les victoires à courts termes.
Mon commentaire n'est pas documenté, il ne traduit donc que mon ressenti, mais à la lecture de certains autres, j'avais envie de réagir.
Peut on réellement comparer la pollution des particules fines libérées dans l'atmosphère par le freinage ou par l'usure des pneus et l'émission de gaz à effet de serre d'un moteur thermique ? J'ai l'impression qu'on ne parle pas de la même échelle, si ?
Et l'un des problèmes majeurs ne vient il tout bêtement pas de la difficulté à quantifier les pollutions de façon objective ? Les particules fines ont sans doute un effet plus immédiat sur le genre humain, mais l'émission de gaz à effet de serre perturbe l'intégralité de notre écosystème et donc se révèle probablement plus dangereux à long terme, non ? Comment comparer ces pollutions aux déchets liés à l'industrie nucléaire ?
Bref, existe-t-il une échelle universelle de la pollution qui considère non seulement l'humain directement, mais également le reste de la faune et la flore (qui impactera l'humain de toute façon un jour ou l'autre... )
Si quelqu'un a des réponses à ce sujet, je suis preneur.

a écrit : Le vélo et la marche a pied.

Blague à part, il existe des pistes d'alternatives comme l'hydrogène, mais qui souffre de difficulté technique au niveau de la production, qui est plutôt compliqué. Les alternatives sont aussi peu financé a cause des lobbies pétroliers qui n'ont aucun intérêt à v
oir les moteurs thermiques disparaître.

La vrai alternative c'est une modification de notre mode de transport, surtout sur les courtes distance, ainsi que nos habitudes de consommation courante qui nécessitent de faire venir des tomates d'Espagne en camion et des bananes du Costa Rica en avion.
Afficher tout
Parfaitement d'accord. S'il est certainement judicieux de chercher (et si possible de trouver :)) des solutions technologiques au défi énergétique, il serait vraisemblablement judicieux de penser à moins gaspiller et à réduire nos besoins ... Plus facile à dire qu'à faire puisque ça implique de faire des sacrifices à l'échelle individuelle aussi (ne pas changer de portable tous les ans, accepter de ne pas vivre en t-shirt chez soi en février ...)
Je ne veux evidemment pas donner de leçon parce que je suis comme tout le monde, je suis prêt à faire certains efforts (je vais au boulot en bus :-)) mais certainement pas assez...

a écrit : C’est vrai j’ai fait ma thèse sur ce thème, toute l’énergie grise dépensée (de la production au recyclage) revient au même qu’à une voiture diesel.
On ne peut donc pas parler de voiture « propre » puisque quoiqu’il en soit le lithium
utilisé dans les batteries + le plastique des tableaux de bord continuent
à polluer énormément Afficher tout
Oui le plastique du tableau de bord...
Moi j’aurai ajouté l’électricité provenant de réacteurs nucléaires.

a écrit : J'aime bien le fait que cette anecdote mette en garde contre les victoires à courts termes.
Mon commentaire n'est pas documenté, il ne traduit donc que mon ressenti, mais à la lecture de certains autres, j'avais envie de réagir.
Peut on réellement comparer la pollution des particules fines
libérées dans l'atmosphère par le freinage ou par l'usure des pneus et l'émission de gaz à effet de serre d'un moteur thermique ? J'ai l'impression qu'on ne parle pas de la même échelle, si ?
Et l'un des problèmes majeurs ne vient il tout bêtement pas de la difficulté à quantifier les pollutions de façon objective ? Les particules fines ont sans doute un effet plus immédiat sur le genre humain, mais l'émission de gaz à effet de serre perturbe l'intégralité de notre écosystème et donc se révèle probablement plus dangereux à long terme, non ? Comment comparer ces pollutions aux déchets liés à l'industrie nucléaire ?
Bref, existe-t-il une échelle universelle de la pollution qui considère non seulement l'humain directement, mais également le reste de la faune et la flore (qui impactera l'humain de toute façon un jour ou l'autre... )
Si quelqu'un a des réponses à ce sujet, je suis preneur.
Afficher tout
Ce qui est surtout difficile c'est de qualifier ce qu'est la "pollution" de ce qui ne l'est pas. On parle de pollution lorsque l'on casse un certain équilibre, lorsqu'on dégrade un écosystème fonctionnel que l'origine soit humaine ou autres. Pour l'air, chaque composant de l'atmosphère doit se trouver dans une fourchette de quantité définie par nos soins par mesure. Même chose pour l'eau et l'ensemble des écosystèmes.

Un volcan en éruption pollue car il dégrade l'équilibre des composants en présence dans la région de l'éruption. L'arbre qui produit du CO2 par contre ne pollue pas car ce mécanisme fait déjà partie du fonctionnement de notre écosystème. La météorite ayant provoqué l'extinction des dinosaures est une forme de pollution. L'homme pollue car il introduit en grandes quantités dans l'air des composants qui ne devraient pas s'y trouver en si grandes quantités. L'industrie nucléaire pollue car elle introduit des éléments radioactifs en grandes quantités à la surface terrestre alors qu'ils ne devraient pas s'y trouver.

Je ne sais pas s'il existe une échelle des pollutions genre de la plus grave à la moins grave. Elles sont finalement toutes graves à partir du moment où il y a dérèglement de l'équilibre dit "normal".

Si un jour on arrive à capter le CO2, en refaire du pétrole, le réutiliser dans des voitures à essence puis le recapter dans l'air etc... Finalement on ne polluera plus puisqu'on aura créé un nouvel équilibre qui n'impacte pas les autres équilibres déjà en place.

a écrit : Au delà des questions de pollution, il ne faut pas oublier que le pétrole est une énergie voué à disparaître d'ici quelques décennies.
Quelle alternative est plus crédible que l'électrique en ce moment ?
Faux. Le pétrole ne va pas disparaître. Il y a par exemple en Russie plus de réserves que dans tous les pays du monde. Par contre, le coût de l'extraction lui devient prohibitif... et c'est à ce niveau là que ça ne devient plus intéressant.

C'est comme les métaux rares ou le charbon... on en a plein en France... il faut simplement creuser, puis traiter... mais ça coûte très cher. En Chine ou en Russie les installations date de la période communiste... ça pollue, ça coûte bien moins cher.

a écrit : Pas le peine d'en rajouter :) Bon, tu aimes ta Tesla on le comprend, on est content pour toi, mais faire 800 km en 7h recharge de 40mn comprise, ça veut dire une MOYENNE de 130 km/h sur les 6h20 de route... Même s'il n'y a pas de bouchon c'est impossible en respectant les limitations de vitesses : tronçons à 110, 90, etc ; péages, traversées de villes, j'en passe...
Et puis quand même : dire "j'ai goûté à ça et je ne changerai plus", ça me fait un peu penser à "j'ai goûté à la 1ère classe en avion et je ne changerai plus"... Tout le monde ne peut pas se payer la 1ère ou acheter une Tesla, si ? :)
Afficher tout
Pour la distance je schématisais mais il ne faut pas beaucoup plus de temps en électrique contrairement à ce que certaines personnes pensent.
Pour le reste de ta réponse, je sais que tout le monde n’a pas la possibilité d’acheter une Tesla. Une situation n’est pas l’autre. Je parlais juste de mon ressenti. Tout en respectant le fait que certains ne jurent que par les thermiques. Je voulais juste apporter mon avis de conducteur de voiture électrique.

a écrit : Sans oublier que la consommation d'électricité du chargeur TESLA à la maison est loin d'être négligeable. J'ai un client qui a une Tesla model S qu'il recharge tous les soirs pour environ 1h-1h30 suivant le nombre de km parcourus en journée (environ 100-150 par jour 5/7 soit 25.000 par an).
<
br /> Sur une année, il dépense pour la recharge voiture ~1.300€ d'électricité consommée (pour environ 11 MWh consommés à 0,115 €/kWh). Et surtout son chargeur nécessite une puissance absorbée de 14 kW en fonctionnement. Il a du passer un contrat type "moyenne tension" car il a des pics nocturne à ~25 kW pendant la recharge de la voiture. A 55€/kW la prime de puissance, cela lui fait une facture de ~1400 €/an de puissance réduite.

Sa Tesla lui coûte donc en électricité, 2.700€/an...
Une voiture à essence qui consomme 6L/ 100 à 1,5€/L consommera 1500 L/an soit 2.250€/an.

PS: Vous allez me dire, pourquoi ne pas étaler la charge sur 4h ou 6h et diminuer la puissance absorbée, etc. C'est exactement ce qu'on lui a dit.
Afficher tout
Une Tesla consomme en route ± 200 Wh/km en été et ± 300 Wh/km en hiver (donc on peut compter une moyenne annuelle de 250 Wh/km)
Pour 100 km parcourus, on aura donc consommé 25 kW/h qu'on devra recharger. Le coût du kw/h est à 0,115 € / kW/h donc recharger 100 km d'autonomie coûte 2,875 € chez soi. Soit autant que 2 litres de diesel.

a écrit : Une Tesla consomme en route ± 200 Wh/km en été et ± 300 Wh/km en hiver (donc on peut compter une moyenne annuelle de 250 Wh/km)
Pour 100 km parcourus, on aura donc consommé 25 kW/h qu'on devra recharger. Le coût du kw/h est à 0,115 € / kW/h donc recharger 100 km d'autonomie coûte 2,875 € chez soi. Soi
t autant que 2 litres de diesel. Afficher tout
Tu n’as pas lu mon commentaire en fait ?

a écrit : Tu n’as pas lu mon commentaire en fait ? Il a dû le lire et constater que tu compares le coût d'une Tesla qui parcours 25 000 km / an et une voiture à essence qui parcours seulement 15 000 km / an, et que la moitié du coût que tu annonces pour la Tesla vient de l'abonnement EDF... Alors il s'est dit qu'il valait mieux qu'il refasse son propre calcul pour obtenir un résultat correct. Et on constate que la Tesla coûte 3 fois mois cher en énergie pour la même distance parcourue que la voiture à essence, si on ne biaise pas le calcul avec des erreurs grossières.

Par contre pour tout ce qui est habillage intérieur etc... C'est vrai que la plupart des constructeurs de véhicules électrique (Tesla, BMW , Renault, Fisker (quand ça existait encore !)...) ont tendance à garder ce côté écolo, du coup a l'intérieur on retrouve du bois pour le tableau de bord, des matériaux recyclé en grande quantité , des matériaux dit "neutre" etc...

a écrit : Concernant la première source, si vous regardez les suggestion d'articles en bas, vous trouverez un article paru 6 jours plus tard :
www.liberation.fr/planete/2018/02/07/finalement-la-voiture-electrique-deux-a-trois-fois-moins-emettrice-que-les-vehicules-essence-et-dies_1627853
Je n'ai peut être pas compris mais il me semble que la première étude citée fait référence au cycle de vie (donc de la fabrication au démentellement) quand le 2eme ne parle que de consommation à l'usage. Et puisque la voiture électrique est bien plus polluante à la construcrion et de construction, cedt encore heureux qu'elle pollue moins à l'usage que les essences et diesels :)

a écrit : www.futura-sciences.com/tech/actualites/technologie-bientot-batteries-magnesium-ion-battre-celles-lithium-69378/

Peut-être qu'un jour on réussira à faire des batteries entièrement recyclables type magnésium-ion au lieu de lithium-ion. De même pour les panneaux photovoltaïques, en 20 ans, les
technologies ont fait des progrès prodigieux sur le recyclage et la conception des panneaux (merci la Nasa).
Puis on pourra toujours utiliser des panneaux solaires thermiques qui eux polluent beaucoup moins pour chauffer notre eau et nos maisons au moins en été.
Afficher tout
Même si c'est recyclable, encore faut il savoir si c'est recyclé et dans quelles conditions parce que, actuellement, pour tout ce qui est électronique, une grosse partie part dans les ordures ménagères (brûlé ou enfoui) et ce qui est déposé dans les filières de recyclage est démonté et trié à mains nues par des enfants dans des pays pauvres dans des conditions d'exposition à des produits chimiques et métaux lourds qui font peur à voir !

a écrit : Et si on supprime le besoin à la source, plus besoin de se déplacer. C'est une autre idée mais plutôt que de chercher à réduire la pollution, il "suffit" de ne pas la créer.

Prenons l'exemple de la France, en 2016, c'est 75,8% de personnes travaillant dans le secteur des services.
Je vais surement en faire râler plus d'un mais aujourd'hui nous avons largement de quoi faire travailler les gens à distance de chez eux ou dans des centres collaboratifs à coté de chez eux. Il suffit d'une connexion internet et on peut remplir la plupart des taches que l'on fait tous les jours pour ceux qui travaillent en bureaux. La pollution du transport est supprimée et l'électricité consommée chez soi est celle que l'on ne consommera pas au bureau.

Pour le côté relations sociales, vous pourrez toujours sortir prendre un café avec un collègue au bar du coin.
Afficher tout
Le bar du coin est à 7km de chez moi, j'ai Internet (depuis 1996), mais je n'ai pas une vocation d'ermite.
Je te donnes un exemple : j'habite une commune qui a été obligée de fusionner avec deux autres en 2016. Aucun commerce dans aucune des trois, sauf un restau "gastro" ouvert les vendredi, samedi et dimanche midi. On y mange pour beaucoup moins de 100€ par personne, mais même 35€/p, quand on est trois...
C'est Vallées en Champagne, dans l'Aisne. Si j'ai un accident bénin (fracture, commotion etc) je peux aller à l'hôpital de Château-Thierry - 30km, ZÉRO transport
Si c'est plus grave (accouchement, accident cardiaque ou blessure de diabétique par exemple), c'est Amiens, 250km 16 € de péage (500km A/R) pas de liaison Sncf de Château-Thierry à Amiens, il faut passer par Paris
Pour les cas de grands brulés, on est à 90km de Paris, mais l'hôpital référent est à Nancy. 300km, 18€ de péage.
Donc, ou on laisse les gens seuls pendant leur hospitalisation, ou on prend sa voiture.
Quand tu fais tes courses, n'oublie pas le pain, le boulanger est à 15km A/R, ça revient cher la baguette.
Ça se passe à moins de 100km de Paris, pas de services publics, un 8 à 8 aux tarifs d'épiciers de banlieue, une Poste ouverte 4 demies journées par semaine, La perception fermée depuis le 31/12/2016, un tabac ouvert le WE...

a écrit : Une Tesla avec une batterie de 100 kw/h a une autonomie annoncée de 635 km (mais en réalité on fait ± 500 km sur autoroute en été et 400 en hiver car chauffer l'habitacle dépense de l'énergie vu qu'il n'y a pas de dégagement de chaleur sur les moteurs électriques)
Une charge dans un super ch
argeur Tesla dure ± 40 minutes (et il y en beaucoup en France, au moins une centaine de stations) donc votre trajet de 800 km en Tesla ne dure pas 2 jours mais ± 7 heures, recharge comprise (pour autant qu'il n'y ait pas de bouchons)

Marrant ces fausses idées que les gens ont sur des voitures électriques. Cet été j'ai fait le trajet de Liège à Salou (1.400 km) en une seule étape (4 arrets de recharge que j'ai fait coincider avec les heures de repas) De là je suis allé en Andorre, et je suis rentré en Belgique en passant par l'ouest de la France, la Bretagne, le Mont St-Michel etc. Je n'ai jamais eu de soucis pour recharger, jamais dû faire la file (la plupart des stations de recharge ont entre 8 et 16 bornes de recharge) et je n'ai pas payé ces recharges (qui sont gratuites avec l'achat de la voiture)
J'ai fait sur le total de mes vacances Presque 5.000 km sans aucun soucis avec la voiture.

Personnellement je ne voudrais plus retourner à une voiture diesel, j'ai pris le goût de l'électrique et je suis conquis.
Afficher tout
Quand on fait quatre arrêts, ce n'est pas une étapes, mais cinq, et j'aimerai bien savoir combien tu as payé ta Tesla, c'est effectivement une bonne voiture, mais elle coute, en moyenne et en France, le prix de trois Renault Scenic.
Personnellement, quand je dis qu'avec mon Xsara Picasso je fais Paris Cannes (env 1000km) en une étape, c'est que je me contente de ralentir aux péages, et qu'il me reste du gasoil à l'arrivée (je l'ai fait, ce n'est pas de la théorie). Et, à la fin, le recyclage du Picasso coutera 5 à 6 fois moins cher que le recyclage de "seulement" des batteries à 90000km - elles deviennent inefficaces après seulement 30% d'usure. Une voiture électrique d'occasion de plus de 5 ans nécessite un changement de batteries qui coute de 6 à 9000€ en plus du prix payé