Le pari fou de Marie-Antoinette

Proposé par
le

En 1775, Marie Antoinette lança un défi de taille à son beau-frère le comte d’Artois : démolir et reconstruire entièrement le château de Bagatelle, construit 55 ans plus tôt, en 100 jours ! Pari tenu, puisque la nouvelle demeure, surnommée « la Folie » fut construite en 64 jours seulement !

Le chantier, dirigé par l’architecte François-Joseph Bélanger, mobilisa près de 900 ouvriers travaillant jour et nuit, et coûta la somme de 1 200 000 livres (sans compter les jardins et l’aménagement intérieur), bien plus que la somme mise en jeu lors du pari : 100 000 livres.


Commentaires préférés (3)

Construire en 100 jours un château.
Construire en 3 mois un palais.
Je me demande si cette anecdote à inspiré Goscinny et Uderzo.

a écrit : C'était pas Alain Chabat ??? J'espère que c'est de l'humour ^^

Il y a une petite erreur il me semble dans l'énoncé de l'anecdote. La demeure n'a pas été surnommé "la folie". Une folie était simplement le nom que l'on donnait au résidences secondaires de l'aristocratie car elle était souvent le siège d'idées loufoques au niveau architectural pour une utilisation assez faible.
C'était "une folie" car ces résidence coutaient beaucoup d'argent pour pas grand chose finalement. Le Château de Bagatelle est donc une folie mais ne s'appelle pas "la Folie". On parle de "la folie d'Artois" comme on dirait "le palais de trucmuche".
fr.wikipedia.org/wiki/Folie_(maison_de_plaisance)

Autre anecdote de vocabulaire : dans le parc du château se trouve également un trianon qui est un pavillon annexe avec jardin généralement accolé à une demeure d'aristocrate. Ce terme provient du château de Versailles dont les pavillons annexes + les jardins (Petit et Grand Trianon) ont tout simplement était construit sur le village de Trianon.
fr.wikipedia.org/wiki/Trianon


Tous les commentaires (35)

Construire en 100 jours un château.
Construire en 3 mois un palais.
Je me demande si cette anecdote à inspiré Goscinny et Uderzo.

a écrit : Construire en 100 jours un château.
Construire en 3 mois un palais.
Je me demande si cette anecdote à inspiré Goscinny et Uderzo.
C'était pas Alain Chabat ???

a écrit : C'était pas Alain Chabat ??? J'espère que c'est de l'humour ^^

Tu m'étonnes qu'elle se soit fait couper la tête avec une telle dépense d'argent inutile.

Le mec a perdu son temps pour des bagatelles ! A moins qu'elle ne lui ait offert la bagatelle en cas de victoire !!

Par curiosité, quelqu’un pourrait traduire 1200 000 livres en euros ? Et le refaire en prenant en compte l’inflation ?

a écrit : Par curiosité, quelqu’un pourrait traduire 1200 000 livres en euros ? Et le refaire en prenant en compte l’inflation ? Un ouvrier gagnerai entre 100-300 livre par an soit entre 12000-4000 ans de salaire d'ouvrier

a écrit : Un ouvrier gagnerai entre 100-300 livre par an soit entre 12000-4000 ans de salaire d'ouvrier Plutôt entre 12000 et 4000 ans selon ton ratio

Il y a une petite erreur il me semble dans l'énoncé de l'anecdote. La demeure n'a pas été surnommé "la folie". Une folie était simplement le nom que l'on donnait au résidences secondaires de l'aristocratie car elle était souvent le siège d'idées loufoques au niveau architectural pour une utilisation assez faible.
C'était "une folie" car ces résidence coutaient beaucoup d'argent pour pas grand chose finalement. Le Château de Bagatelle est donc une folie mais ne s'appelle pas "la Folie". On parle de "la folie d'Artois" comme on dirait "le palais de trucmuche".
fr.wikipedia.org/wiki/Folie_(maison_de_plaisance)

Autre anecdote de vocabulaire : dans le parc du château se trouve également un trianon qui est un pavillon annexe avec jardin généralement accolé à une demeure d'aristocrate. Ce terme provient du château de Versailles dont les pavillons annexes + les jardins (Petit et Grand Trianon) ont tout simplement était construit sur le village de Trianon.
fr.wikipedia.org/wiki/Trianon

a écrit : Par curiosité, quelqu’un pourrait traduire 1200 000 livres en euros ? Et le refaire en prenant en compte l’inflation ? En prenant en compte l'estimation de Antonvoyl55, ça fait dans les 170 millions d'euros... Vu le prix du mètre carré sur Paris, ça reste raisonnable... (Même si, perso, ça me fait halluciner !!! Le prix du mètre carré francilien...

a écrit : Ils avaient que ça a faire ? Ils avaient le pognon, ils avaient le pouvoir, ils devaient s'emmerder j'imagine...

Aujourd'hui, on a les LEGO, c'est pareil, mais en moins cher. ^^

a écrit : Il y a une petite erreur il me semble dans l'énoncé de l'anecdote. La demeure n'a pas été surnommé "la folie". Une folie était simplement le nom que l'on donnait au résidences secondaires de l'aristocratie car elle était souvent le siège d'idées loufoques au niveau architectural pour une utilisation assez faible.
C'était "une folie" car ces résidence coutaient beaucoup d'argent pour pas grand chose finalement. Le Château de Bagatelle est donc une folie mais ne s'appelle pas "la Folie". On parle de "la folie d'Artois" comme on dirait "le palais de trucmuche".
fr.wikipedia.org/wiki/Folie_(maison_de_plaisance)

Autre anecdote de vocabulaire : dans le parc du château se trouve également un trianon qui est un pavillon annexe avec jardin généralement accolé à une demeure d'aristocrate. Ce terme provient du château de Versailles dont les pavillons annexes + les jardins (Petit et Grand Trianon) ont tout simplement était construit sur le village de Trianon.
fr.wikipedia.org/wiki/Trianon
Afficher tout
Bonjour ! Merci pour cette précision. C'est ma première annecdote publiée et elle m'a été inspirée par la série de documentaire "jardin d'ici et d'ailleurs" sur arte (cf sources). Du coup, je ne suis pas spécialisée en architecture de l'époque. Les journalistes ont rédigé leurs articles en mettant en avant ce terme de "Folie" mais c'est peut être parce que, pour le coup, c'est vraiment bien adapté pour qualifier cette demeure :-)

a écrit : Il y a une petite erreur il me semble dans l'énoncé de l'anecdote. La demeure n'a pas été surnommé "la folie". Une folie était simplement le nom que l'on donnait au résidences secondaires de l'aristocratie car elle était souvent le siège d'idées loufoques au niveau architectural pour une utilisation assez faible.
C'était "une folie" car ces résidence coutaient beaucoup d'argent pour pas grand chose finalement. Le Château de Bagatelle est donc une folie mais ne s'appelle pas "la Folie". On parle de "la folie d'Artois" comme on dirait "le palais de trucmuche".
fr.wikipedia.org/wiki/Folie_(maison_de_plaisance)

Autre anecdote de vocabulaire : dans le parc du château se trouve également un trianon qui est un pavillon annexe avec jardin généralement accolé à une demeure d'aristocrate. Ce terme provient du château de Versailles dont les pavillons annexes + les jardins (Petit et Grand Trianon) ont tout simplement était construit sur le village de Trianon.
fr.wikipedia.org/wiki/Trianon
Afficher tout
Merci Tybs, super complément d'anecdote qui en aurait mérité une concernant le Trianon, JMCMB :)

Posté le

android

(4)

Répondre

a écrit : Tu m'étonnes qu'elle se soit fait couper la tête avec une telle dépense d'argent inutile. C'est surtout la déconnexion totale avec la population et le mépris qu'ils avaient pour les travailleurs français.

a écrit : Bonjour ! Merci pour cette précision. C'est ma première annecdote publiée et elle m'a été inspirée par la série de documentaire "jardin d'ici et d'ailleurs" sur arte (cf sources). Du coup, je ne suis pas spécialisée en architecture de l'époque. Les journalistes ont rédigé leurs articles en mettant en avant ce terme de "Folie" mais c'est peut être parce que, pour le coup, c'est vraiment bien adapté pour qualifier cette demeure :-) Afficher tout Pas de problème et c’est une super anecdote que je ne connaissais pas du tout. J’ai même pensé à un moment que le château de l’anecdote aurait pu être à l’origine du terme « folie » que je connaissais mais il semble plus ancien.

a écrit : C'est surtout la déconnexion totale avec la population et le mépris qu'ils avaient pour les travailleurs français. Et ça n'a d'ailleurs toujours pas changé

Posté le

android

(5)

Répondre

Peut-on considérer ça comme un "problème de riches"?