Quand le pilote ne fait plus atterrir l'avion

Proposé par
Cullingham
le
dans

Il est connu que les avions de ligne sont équipés de pilotes automatiques, mais l'on sait moins que ceux-ci peuvent également diriger les atterrissages, et vont même jusqu'à freiner pour certains. D'ailleurs, débrayer le pilote automatique en approche finale est une manœuvre d'urgence chez certaines compagnies.


Tous les commentaires (77)

Autre chose certaines compagnies aérienne imposent lautoland ( atterrissage auto) car en manuel les nombreuses mains d'œuvres provoquent des nausées chez certaines personnes

Posté le

unknown

(1)

Répondre

Sissou a première vue ton boulot est trop bien ( je dit bien dit a première vue car je connai pas du tout le travail de pilote mais c'est joli ) et tu as filmé l'atterrissage dans la meilleure ville de France =P

Posté le

unknown

(2)

Répondre

je n'applaudis pas le pilote tout comme je n'applaudis pas un conducteur de bus... si j'applaudis un spectacle c'est que j'ai vraiment aimé, j'ai ri, ça m'a apporté qqch, je comprends vraiment pas ce que le métier de pilote a de spécial par rapport au reste...

Posté le

unknown

(0)

Répondre

en moyenne, un pilote touche le manche de l'avion 13secondes par vol. ceci est la moyenne de tout vol commercial confondu, prenant en compte les moment de vol difficile et les approches en mauvaises conditions. (src:Thales)

Posté le

unknown

(4)

Répondre

a écrit : Je sais que nous avons plusieurs pilotes lecteurs ici, je serai intéressé qu'ils apportent des compléments sur cette anecdote : j'ai trouvé plusieurs références au pilotage automatique lors de phases d'atterrissage, mais je serai curieux de savoir si certains pilotes automatiques se chargent vraiment de tout. En effet, le PA peut être utile aux pilotes. Le pilote automatique peut gérer la puissance au décollage, en croisière, et même à l'atterrissage. Ce système s'appel le AT (auto throttles) et au décollage, l'AT est mis en mode TO/GA qui est aussi utilisé en cas de remise des gaz (erreur à l'approche).
À l'approche, si l'aéroport n'est pas muni du système ILS, il est souvent équipé du VOR/DME qui aide les avions à intercepter le Localiser (alignement à la piste) mais n'affiche pas le Glyde Slope (pente d'approche) contrairement a l'ILS.

Posté le

iphone

(4)

Répondre

a écrit : C'est rassurant... Mais le probleme, qui dit pilote automatique, dit perte de compétence des pilotes avec le temps non ? Ou ya des formations régulières ? Non c est pas parce qu ils utilisent un systeme automatise de navigation qu'ils n ont pas pour autant un role a jouer et on ne les laisserai pas voler s ils n etaient pas capables de voler par eux-meme et de redresser une situation. Un travail a si haute responsabilite les oblige a s entrainer et a subir des controle. Il ne faut pas oublier que des simulateurs de vol existent (bon apres est ce qu ils les utilisent regulierement une fois leur diplome en poche ?).

Posté le

android

(3)

Répondre

a écrit : Oui le pilotage automatique peut se charger de tout, il faut pour cela que l'aéroport soit équipé d'un ILS de Catégorie IIIC (Instrument Landing System)
Il existe trois niveaux de precision sur le systeme ILS, Cat I, Cat II & Cat III (La categorie III possède 3 sous niveaux a b & c)
L'
;atterrissage en CAT IIIC ne possède pas de hauteur de décision pour atterrir vu qu'on peut y atterrir avec 0 de visibilité. Néanmoins il faut savoir que tout le monde ne peut pas atterrir en catIIIC, il faut posséder les qualifications nécessaires. Afficher tout
Merci pour cette magnifique explication. En revanche et je ne cherche pas specialement de reponse, pourquoi demander une personne ultra-qualifiée pour une chose qu elle ne fera pas?? Je veux dire, a part programmer le ILS cat3 bidule... il va juste regarder l avion descendre tout seul non?

Posté le

android

(0)

Répondre

À savoir que à l'heure actuelle un avion pourrait décoller voler et atterrir sans pilote alors vous demanderez pourquoi y'a t-il encore des pilotes? Pour des raison de sécurité d'une part en cas de dysfonctionnement des systèmes mais aussi pour le côté "humain", je m'explique, en cas de défaillance d'un système si l'avion est dans pilote l'ordinateur tenter de corriger cette erreur mais il n'a pas "l'instinct de survie" alors qu'un pilote humain s'il est confronté à un problème va essayer de sauver sa vie et accessoirement celle de son équipage :)
Lors du vol AF 447 Rio Paris, le PA à été désengagé suite à un dis fonctionnement des sondes pitot, l'équipage à donc repris l'avion en manuel ce qui n'a malheureusement pas sauvé les passagers de ce vol

Posté le

iphone

(5)

Répondre

a écrit : Je ne suis pas pilote, mais ayant pas mal joué à un jeu de simulation très connu, je peux vous dire qu'un système appelé "ILS" permet de se positionner dans l'axe de la piste, et d'amorcer la descente en approche. Mais à ma connaissance, il ne gère pas la vitesse ni le freinage. Effectivement, l'ILS ( Instrument Landing System) est un système d'atterrissage aux instrument et permet au pilote d'ajuster son taux de descente et de s'aligner avec l'axe de piste

Posté le

iphone

(1)

Répondre

a écrit : @sissou ; en 7 ans de vol tu n'a fait que 2 land en auto? Ici en Belgique il faut AU MOINS faire 3 lands en auto tous les 6 mois. 2 au simu et 1 sur l'avion même pour garder sa qualification CAT3. Chacun de nos avions doit faire AU MOINS 2 lands en auto par mois pour rester CAT3. il parle des atterissage 100% dans actions du pilote, un atterissage ILS n'est pas forcelent automatique puisque c'est souvent le pilote qui assure l'arrondie final. Pour le reste, le freinage au sol est un systeme relativement ancien avec un general 3 reglages de freinages. Airbus travaille aussi sur un systeme de freinage automatique associé a un systeme de Taxiage automatique. ce systeme permettra a l'avion de freiner seul en fonction de la bretelle de sortie de piste qu'il doit emprunter. tout ca pour degager le plus vite possible et economiser du kérosène ( reacceleration apres freinage)

Posté le

android

(3)

Répondre

Oui jouant sur Flight Simulator et ayant acheter les avions Boeing 767 et 777 qui sont des répliques exacts et les pilots rentre la piste d’atterrissage dans le FMC et l'avion rentre les donnés Sois la fréquence de la piste pour le ''ILS'' d'après moi quand il parle de freinage automatique je pense plus qu'il parle du ''Autobrakes'' qui est présent dans tout les avions de ligne et les pilots doivent renversé les moteurs manuellement et non automatiquement

Posté le

website

(0)

Répondre

Pour cela il faudrait que l'aèroport aie un bon equipement de balisage sur les pistes. sans cela, le pilote devra prendre les commandes de l'avions

Posté le

iphone

(0)

Répondre

Il est vrai que le pilote automatique est programmé par les pilotes, ironiquement qualifiés aujourd'hui de "pousse-boutons". Des lors que le pilote programme une route sur un ordinateur intégré, il suffit de décoller, prendre 100 mètres d'altitude, d'appuyer sur un bouton, et attendre d'arriver. On peut penser que dans quelques temps, les pilotes soient remplacés entièrement par des machines. Alors pourquoi ne pas les remplacer dès maintenant? Simplement parce que l'être humain n'a pas trouvé comment une machine peut gérer une panne. Je veux dire que rien ne peut remplacer l'instinct et l'expérience d'un pilote.

Posté le

iphone

(3)

Répondre

Alors oui les pilotes automatiques font les choses suivantes :
- maintenir la vitesse
- maintenir et changer d'altitude
- maintenir et changer de cap (tourner)
- s'aligner à la piste et donc d'atterrir
- contrôler les freins au taxi (au sol)

Les choses qui restent manuels pendant le P.A :
- aerofreins
- trains d'atterrissage
- volets
- radio
Sources : je suis pilote virtuel (simulateur)

Posté le

android

(0)

Répondre

a écrit : Applaudir apres un atterissage, c'est surement un moyen pour les passagers de se décharger du stress dut à la descente. Mais j'ai remarqué que en fonction de la destination, soit ça applaudit soit non. Exemple: USA, EAU, FAAA, HONG KONG: pas d'applaudissement; TURQUIE, AFRIQUE DU SUD, JAPON: Applaudissement Je confirme : ça dépend des destinations. Et j'ajouterais que ca dépend aussi si c'est un vol charter et que c'est un phénomène en diminution. J'ai ma petite explication : sur un vol charter pour la tunisie par exemple, le billet et le séjour ne sont pas chers, c'est donc une clientèle qui n'a pas les moyens de voyager fréquemment en avion et qui prend peut-être même l'avion pour la première fois, alors ils trouvent ca extraordinaire d'atterrir en toute sécurité après avoir entendu tellement d'histoires de crashes... D'où les applaudissements ! Sur une ligne régulière Paris-New york par exemple beaucoup de passagers sont des habitués et prennent l'avion presque comme d'autres prennent le train de banlieue.

a écrit : Je confirme : ça dépend des destinations. Et j'ajouterais que ca dépend aussi si c'est un vol charter et que c'est un phénomène en diminution. J'ai ma petite explication : sur un vol charter pour la tunisie par exemple, le billet et le séjour ne sont pas chers, c'est donc une clientèle qui n�39;a pas les moyens de voyager fréquemment en avion et qui prend peut-être même l'avion pour la première fois, alors ils trouvent ca extraordinaire d'atterrir en toute sécurité après avoir entendu tellement d'histoires de crashes... D'où les applaudissements ! Sur une ligne régulière Paris-New york par exemple beaucoup de passagers sont des habitués et prennent l'avion presque comme d'autres prennent le train de banlieue. Afficher tout Ou alors tout simplement que les passagers applaudissent une performance qui n'est tout de même pas si anodine... transporter des gens en plein ciel...)))

Posté le

android

(0)

Répondre

d'ailleurs j'ai vu dans une émissions que certains avions sont impossibles à conduire sans pilote automatique.

Posté le

android

(0)

Répondre

Un pilotage automatique ne remplaceras jamais l'expérience d'un pilote, après on s'étonne qu'il y ait des accidents...

a écrit : Malgré l'existence de pilote automatique, il est évident que les pilotes sont surqualifiés et que ça n'enlève rien à leur métier. Ce n'est pas "un calculateur" qu'on applaudit, comme cela a été confirmé par beaucoup d'entre vous. Cependant, je ne comprends pas vraiment cette "tradition" consistant à applaudir. Il ne fait que son métier, pas un exploit ni une performance artistique. Je n'applaudis pas mon boulanger tous les matins, je n'applaudis pas mon chirurgien après une intervention ou mon anesthésiste parce que je me suis "réveillé". Afficher tout C'est pour le fun et pour fêter le début des vacances voyons !

a écrit : Malgré l'existence de pilote automatique, il est évident que les pilotes sont surqualifiés et que ça n'enlève rien à leur métier. Ce n'est pas "un calculateur" qu'on applaudit, comme cela a été confirmé par beaucoup d'entre vous. Cependant, je ne comprends pas vraiment cette "tradition" consistant à applaudir. Il ne fait que son métier, pas un exploit ni une performance artistique. Je n'applaudis pas mon boulanger tous les matins, je n'applaudis pas mon chirurgien après une intervention ou mon anesthésiste parce que je me suis "réveillé". Afficher tout Ah moi perso, je n'applaudit pas mais lorsque le chirurgien réussi ça fait quand même plaisir ! Le pilote aussi d'ailleurs ! C'est bien les deux phobies qui me hantent le plus, donc quand ils gèrent la fougère, je suis soulagé :)