L'atterrissage en mode automatique

Proposé par
le
dans

Le pilotage automatique d'un avion ne concerne pas que le vol, mais peut aussi avoir lieu lors de l'atterrissage : certaines pistes sont équipées du système ILS (Instrumental Landing System) qui guide l'avion lors de l'atterrissage. Sous certaines conditions météorologiques (fort brouillard), l'ILS CAT IIIc est un atterrissage totalement géré par le pilote automatique.


Tous les commentaires (78)

a écrit : Qui d'entre vous voyagerais dans un avion sans pilote? Moi non mais il faut dire que c'est ce genre de technologies qui font de l'avion le moyen de transport le plus sûr qui soit !

Posté le

unknown

(0)

Répondre

a écrit : Je suis d'accord avec toi, mais je pense cependant que dans certain métier, l'arrivée de la technologie peut provoqué une hausse du chômage, je pense notamment au cas des caisses automatiques dans certains grand magasin. Justement en parlant des caisses automatique , sa bug tellement souvent que finalement on a toujours 2 ou 3 caissière qui sont la pour faire annuler l'action .

Posté le

unknown

(2)

Répondre

Si les armées de l'air sont équipés dans peu de temps ce sont les joueurs de jeux vidéos qui piloteront lol

Posté le

unknown

(1)

Répondre

a écrit : Qui d'entre vous voyagerais dans un avion sans pilote? Très peu , pourtant 99% des accidents ont pour cause le facteur humain !!

Posté le

unknown

(2)

Répondre

Voilà une anecdote qui aurait été à la pointe de l'actualité et de la technologie dans les années... 70 ! Concernant la perte d'emploi, les avions de lignes se pilotaient après guerre à 5 : deux pilotes (dont le commandant), mécanicien, radio et navigateur. Très vite il y a eu des radio-navigateurs, remplacés par la technologie et les pilotes (qui ont fait la radio). À la fin des années 80, le mécanicien navigant disparaissait progressivement dans des avions "pilotage à 2".

Posté le

unknown

(1)

Répondre

Suite... On sait très bien que la technologie permettrait aujourd'hui de faire voler les avions de lignes depuis le sol... Reste la sécurité, car il est évident que rien ne remplacera le "regard" du pilote dans le cokpit.

Posté le

unknown

(0)

Répondre

a écrit : À Lille le métro est automatisé. Peut-etre mais il est beaucoup plus facile d'automatiser un metro, car celui-ci ne risque pas de rencontrer d'autres usager de la route, qu'il circule sur ses propres rail (comme le tram) et aussi, qu'il est soit sous-terrain ou aeriens, donc il ne risque pas de rencontrer de pietons (a moins que celui-ci veuille se donner la mort...).

Posté le

unknown

(0)

Répondre

En fait les pilotes font plus de paramétrages d ordinateurs ,lors du vol ,que de pilotage à proprement dit. Ils ne déconnectent l auto pilote que quelque dizaines mètres avant de se poser !

Posté le

unknown

(1)

Répondre

Moins ancien que le VSV mais pas nouveau.

Posté le

unknown

(0)

Répondre

La disparition des pilotes n'est pas pour demain ! Le pilote garde une charge de travail très élevée dans ce type d'aterrissage. Dans ces conditions de visibilité nulle le guidage de l'avion jusqu'au sol est effectué de manière plus précise par la machine elle même. Mais le pilote reste indispensable pour déterminer la strategie d'atterrissage et surveiller que tout se passe bien. C'est à lui de reprendre le contrôle et de faire une remise de gaz au moindre écart de guidage ou instabilité !

Posté le

unknown

(0)

Répondre

J'en ai été témoin il y a un mois en atterisssant à Paris (brouillard incroyable), le pilote nous avait dit un petit mot là-dessus d'ailleurs !

Posté le

unknown

(0)

Répondre

a écrit : Tant que l on n enleve pas les hôtesses de l air
Ça me va
Rien que pour t embêter je demanderais qu ils gardent les stewards et licencient les hôtesses de l air (qui ne sont pas toujours agréables (physique+caractère)) :p

Posté le

unknown

(0)

Répondre

a écrit : En fait les pilotes font plus de paramétrages d ordinateurs ,lors du vol ,que de pilotage à proprement dit. Ils ne déconnectent l auto pilote que quelque dizaines mètres avant de se poser ! Si l'on devait donner un ordre de grandeur moyen de la distance à laquelle le pilote automatique est désengagé, on parlerait plutôt d'une vingtaine de kilomètres !

Comme cela a été souligné, l'ILS est en effet une technologie très ancienne. Aujourd'hui, l'actualité porte plutôt sur les approches appelées GNSS, qui utilisent notamment le GPS pour guider l'avion jusqu'au plus près possible de la piste, soit jusqu'à 200ft (environ 70m) de hauteur au-dessus du sol. Pour l'instant, il n'y a pas d'atterrissage automatique possible en GNSS, mais on y viendra certainement (il faudra encore attendre au moins 10 ans). Il y a cependant fort à parier que les ILS resteront un moyen de secours quasi-indispensables.

Posté le

unknown

(0)

Répondre

Tous les aéroports commerciaux ont l'ILS non?

Posté le

unknown

(0)

Répondre

Dans Sciences par Cullingham, le 19 nov. 2010, 00:50
Il est connu que les avions de ligne sont équipés de pilotes automatiques, mais l'on sait moins que ceux-ci peuvent également diriger les atterrissages, et vont même jusqu'à freiner pour certains. D'ailleurs, débrayer le pilote automatique en approche finale est une manœuvre d'urgence chez certaines compagnies.

Posté le

unknown

(1)

Répondre

La plupart en ont un, oui. Mais ce n'est pas une raison suffisante pour qu'il soit utilisé ; par exemple, il peut n'être installé que dans un seul sens d'atterrissage et les vents (critère primordial pour déterminer le sens d'atterrissage) peuvent pousser les opérateurs (contrôleurs + équipages) à faire poser l'avion dans l'autre sens.

Et contrairement à ce qu'on pourrait croire, ces informations sont totalement publiques. Sur ce document (www.sia.aviation-civile.gouv.fr/aip/enligne/fr/..%5CPDF_AIPparSSection%5CAIP%20FRANCE%5CAD%5C1%5C1201_AD-1.5.pdf), on peut voir la liste des équipements d'aide à l'atterrissage qui équipent tous les aérodromes de France. Dès que vous voyez écrit "GP" (pour Glide Path), c'est qu'il y a un ILS (c'est en fait l'équipement de l'ILS qui permet le guidage vertical, le LOC - pour Localizer - permettant le guidage latéral).

Posté le

unknown

(1)

Répondre

a écrit : On en a déjà parler récemment dans une autre anecdote, il n'y a que quelques aéroports dans le monde équipé de ce système. Quasiment tous les aéroports du monde en sont équipés.

Posté le

unknown

(1)

Répondre

a écrit : Tant que l on n enleve pas les hôtesses de l air
Ça me va
Nous sommes d'accord ;)

Posté le

unknown

(0)

Répondre

Sous réserve qu'il n'y ait pas trop de vent aussi.

Posté le

unknown

(0)

Répondre

a écrit : Bientôt ils n'auront même plus besoin d'avoir de pilote dans leurs avions... ^^ Ça commence déjà avec les drones de l'armée américaine ! En effet ces avions sont pilotés à distances et servent pour des opérations de surveillance ou de bombardements (il me semble) ! Ils ont d'ailleurs servit lors des révolutions durant le 'Printemps Arabe' ! Qui dit que dans vingt ans cette technologie ne sera pas mise à disposition des avions de lignes ?

Posté le

unknown

(1)

Répondre