De nombreux livres interdits par l'église catholique

Proposé par
Invité
le

Durant plus de 4 siècles, l'église catholique a compilé une liste de livres interdits, parce que jugés immoraux ou contraires à la foi. Dans cet "Index librorum prohibitorum" instauré vers 1550, on trouvait presque tous les écrits scientifiques, mais aussi ceux des plus grands intellectuels : Montaigne, Diderot, Rousseau, Descartes, Montesquieu, Voltaire, Kant, Schopenhauer ou Nietzsche pour ne citer qu'eux.

Certains livres échappaient à cette mise à l'index, et depuis la « Notification de la suppression de l'index des livres interdits », émise en 1966, l'index a perdu son caractère obligatoire, même s'il est encore considéré comme un guide moral.


Commentaires préférés (3)

On y trouvait même la Bible en latin et en grec, la Bible commentée et ses différentes traductions. En effet, seul la Bible en hébreu biblique était autorisée au départ. On peut également citer dans la liste l'Evangile de Barnabé, reconnu authentique par l'islam mais pas par les chrétiens.

La liste était donnée par auteur avec le titre de l'ouvrage mais sans aucune justification. Cet index avait surtout une portée politique plus que religieuse. Il a ainsi eu pour première vocation d'empêcher la diffusion des écrits protestants. Quant aux écrits de Diderot, Sartre, Voltaire ou Nietzsche, ils étaient principalement interdits car ils apportaient aux lecteurs un regard critique sur la société catholique. Interdire ces ouvrages, c'était "empêcher" les individus de réfléchir par eux-mêmes.

Avec cette liste, il était courant que certains libraires vendent des livres interdits en cachette.

Pour plus d'informations, lire les excellents ouvrages de Jean-Baptiste Amadieu sur le sujet :
journals.openedition.org/assr/48379

D’où l’expression « mettre à l’index », qui a été utilisée d’abord par les ouvriers pour désigner les patrons qui ne respectaient pas les conventions de salaire, puis de manière plus générale pour désigner quelque chose ou quelqu’un que l’on veut exclure.

a écrit : Très intéressant... merci.
Il y a une chose que je m'explique mal, même après avoir lu la source : c'est "l'interdiction"... Un livre était mis à l'index par les grands penseurs du vatican, OK, mais ensuite ? Il n'était pas publié et personne ne pouvait le lire ? Ou bien c'
était une "interdiction" destinée simplement aux croyants ?
Parce que si c'est la première solution, je ne vois pas bien comment cette mise à l'index aurait traversé les siècles, au moins après la Révolution française...
Afficher tout
Les ouvrages étaient publiés, car certains imprimeurs non seulement se passaient de l'Imprimatur de l'Église, voire même étaient spécialisés dans les ouvrages à l'index. Certains auteurs, comme Descartes, se faisaient publier aux Provinces Unies (actuels Pays Bas) où l'influence de l'Église catholique était limitée. Les livres étaient ensuite commercialisés «sous le manteau», mais il n'était pas trop difficile de se les procurer. Même les grandes bibliothèques possédaient des ouvrages mis à l'index, qui étaient entreposés dans un local fermé, inaccessible au simple visiteur, et appelé l'Enfer.
L'Enfer du Vatican était même réputé pour être le plus fourni, la Curie possédant au moins un exemplaire de chaque ouvrage qu'elle avait interdit...


Tous les commentaires (55)

On y trouvait même la Bible en latin et en grec, la Bible commentée et ses différentes traductions. En effet, seul la Bible en hébreu biblique était autorisée au départ. On peut également citer dans la liste l'Evangile de Barnabé, reconnu authentique par l'islam mais pas par les chrétiens.

La liste était donnée par auteur avec le titre de l'ouvrage mais sans aucune justification. Cet index avait surtout une portée politique plus que religieuse. Il a ainsi eu pour première vocation d'empêcher la diffusion des écrits protestants. Quant aux écrits de Diderot, Sartre, Voltaire ou Nietzsche, ils étaient principalement interdits car ils apportaient aux lecteurs un regard critique sur la société catholique. Interdire ces ouvrages, c'était "empêcher" les individus de réfléchir par eux-mêmes.

Avec cette liste, il était courant que certains libraires vendent des livres interdits en cachette.

Pour plus d'informations, lire les excellents ouvrages de Jean-Baptiste Amadieu sur le sujet :
journals.openedition.org/assr/48379

D’où l’expression « mettre à l’index », qui a été utilisée d’abord par les ouvriers pour désigner les patrons qui ne respectaient pas les conventions de salaire, puis de manière plus générale pour désigner quelque chose ou quelqu’un que l’on veut exclure.

a écrit : On y trouvait même la Bible en latin et en grec, la Bible commentée et ses différentes traductions. En effet, seul la Bible en hébreu biblique était autorisée au départ. On peut également citer dans la liste l'Evangile de Barnabé, reconnu authentique par l'islam mais pas par les chrétiens.

La li
ste était donnée par auteur avec le titre de l'ouvrage mais sans aucune justification. Cet index avait surtout une portée politique plus que religieuse. Il a ainsi eu pour première vocation d'empêcher la diffusion des écrits protestants. Quant aux écrits de Diderot, Sartre, Voltaire ou Nietzsche, ils étaient principalement interdits car ils apportaient aux lecteurs un regard critique sur la société catholique. Interdire ces ouvrages, c'était "empêcher" les individus de réfléchir par eux-mêmes.

Avec cette liste, il était courant que certains libraires vendent des livres interdits en cachette.

Pour plus d'informations, lire les excellents ouvrages de Jean-Baptiste Amadieu sur le sujet :
journals.openedition.org/assr/48379
Afficher tout
Très intéressant... merci.
Il y a une chose que je m'explique mal, même après avoir lu la source : c'est "l'interdiction"... Un livre était mis à l'index par les grands penseurs du vatican, OK, mais ensuite ? Il n'était pas publié et personne ne pouvait le lire ? Ou bien c'était une "interdiction" destinée simplement aux croyants ?
Parce que si c'est la première solution, je ne vois pas bien comment cette mise à l'index aurait traversé les siècles, au moins après la Révolution française...

a écrit : Très intéressant... merci.
Il y a une chose que je m'explique mal, même après avoir lu la source : c'est "l'interdiction"... Un livre était mis à l'index par les grands penseurs du vatican, OK, mais ensuite ? Il n'était pas publié et personne ne pouvait le lire ? Ou bien c'
était une "interdiction" destinée simplement aux croyants ?
Parce que si c'est la première solution, je ne vois pas bien comment cette mise à l'index aurait traversé les siècles, au moins après la Révolution française...
Afficher tout
Les ouvrages étaient publiés, car certains imprimeurs non seulement se passaient de l'Imprimatur de l'Église, voire même étaient spécialisés dans les ouvrages à l'index. Certains auteurs, comme Descartes, se faisaient publier aux Provinces Unies (actuels Pays Bas) où l'influence de l'Église catholique était limitée. Les livres étaient ensuite commercialisés «sous le manteau», mais il n'était pas trop difficile de se les procurer. Même les grandes bibliothèques possédaient des ouvrages mis à l'index, qui étaient entreposés dans un local fermé, inaccessible au simple visiteur, et appelé l'Enfer.
L'Enfer du Vatican était même réputé pour être le plus fourni, la Curie possédant au moins un exemplaire de chaque ouvrage qu'elle avait interdit...

Je pense que ca ne servait pas à grand chose, du moins pendant un certain temps, parce que... pour pouvoir lire un livre interdit, encore fallait il savoir lire, le meilleur moyen de maintenir le petit peuple dans l'ignorance. ^^

L’ingérence de la religion dans la vie publique est insupportable, quelque soit cette religion

Ce qui est beau c'est que malgré la dynamique d'obscurantisme l'église n'a pas détruit ces ouvrages mais s'est contentée de les blacklister. En général le réflexe est plutôt de détruire ce qui dérange. Mais c'est sûrement parce qu'à cette époque elle n'avait déjà plus les moyens de les détruire.

C'est d'ailleurs la raison pour laquelle on disait que Jean-Paul II n'avait rien compris à l'utilisation du préservatif puisqu'il l'avait mis à l'index...

Son successeur Benoit XVI n'était pas plus large d'esprit et c'est la raison pour laquelle on l'appelait Benoit treize et trois...

Je n'ai pas encore entendu de sobriquet pour le pape François, c'est peut-être une indication qu'il est plus moderne que ses prédécesseurs...

En tout cas merci aux contributeurs pour toutes ces infos majeures concernant cette mise à l'index. Si j'ai bien compris, pendant tout ce temps là, l'église se faisait son beurre en revendant son Missel ^^

a écrit : L’ingérence de la religion dans la vie publique est insupportable, quelque soit cette religion son ingérence dans le cerveau est plus insupportable encore

a écrit : On y trouvait même la Bible en latin et en grec, la Bible commentée et ses différentes traductions. En effet, seul la Bible en hébreu biblique était autorisée au départ. On peut également citer dans la liste l'Evangile de Barnabé, reconnu authentique par l'islam mais pas par les chrétiens.

La li
ste était donnée par auteur avec le titre de l'ouvrage mais sans aucune justification. Cet index avait surtout une portée politique plus que religieuse. Il a ainsi eu pour première vocation d'empêcher la diffusion des écrits protestants. Quant aux écrits de Diderot, Sartre, Voltaire ou Nietzsche, ils étaient principalement interdits car ils apportaient aux lecteurs un regard critique sur la société catholique. Interdire ces ouvrages, c'était "empêcher" les individus de réfléchir par eux-mêmes.

Avec cette liste, il était courant que certains libraires vendent des livres interdits en cachette.

Pour plus d'informations, lire les excellents ouvrages de Jean-Baptiste Amadieu sur le sujet :
journals.openedition.org/assr/48379
Afficher tout
Es-tu sûr pour la Bible en latin et grec et l’autorisation en hébreu ? Il me semble que la seule version autorisée était la traduction en latin de Saint Jérôme, et que les versions originales (hébreu et araméen pour l’ancien testament, avec sa traduction antique en grec, la Septante, et grec pour le nouveau testament) étaient interdites, justement pour empêcher les discussions des protestants autour de l’interprétation de certains textes…

Désolé pour le pavé et le possible hors sujet !

a écrit : On y trouvait même la Bible en latin et en grec, la Bible commentée et ses différentes traductions. En effet, seul la Bible en hébreu biblique était autorisée au départ. On peut également citer dans la liste l'Evangile de Barnabé, reconnu authentique par l'islam mais pas par les chrétiens.

La li
ste était donnée par auteur avec le titre de l'ouvrage mais sans aucune justification. Cet index avait surtout une portée politique plus que religieuse. Il a ainsi eu pour première vocation d'empêcher la diffusion des écrits protestants. Quant aux écrits de Diderot, Sartre, Voltaire ou Nietzsche, ils étaient principalement interdits car ils apportaient aux lecteurs un regard critique sur la société catholique. Interdire ces ouvrages, c'était "empêcher" les individus de réfléchir par eux-mêmes.

Avec cette liste, il était courant que certains libraires vendent des livres interdits en cachette.

Pour plus d'informations, lire les excellents ouvrages de Jean-Baptiste Amadieu sur le sujet :
journals.openedition.org/assr/48379
Afficher tout
Vous faites mention de l’évangile de Barnabé dont j’ignorais l’existence. Merci pour cette découverte !

Toutefois, vous affirmez que les musulmans le reconnaissent mais il me semble que cet argument soit quelque peut limité pour affirmer sa valeur.
Les chercheurs et notamment les biblistes (sans définir une quelconque appartenance religieuse) établissent que ce dit évangile n’en ai pas un.
Il apparaît plus comme un simple texte appuyant les doctrines musulmanes, puisque cet évangile tend à apporter un regard très « islamique/musulman » sur Jésus : ce qui ne coïncident absolument pas avec le reste des évangiles.

Ses origines floues, son contenu assujetti à controverse et incohérent avec le reste des évangiles, et son caractères musulman, nous pousse à conclure qu’il parait assez logique qu’il ne soit pas un des livre reconnu de la bible.

Il semble également que les écrits scientifiques étaient peu nombreux dans cet index. Qu'il s'agissait surtout de philosophie de théologie et d'histoire de la religion.

a écrit : Vous faites mention de l’évangile de Barnabé dont j’ignorais l’existence. Merci pour cette découverte !

Toutefois, vous affirmez que les musulmans le reconnaissent mais il me semble que cet argument soit quelque peut limité pour affirmer sa valeur.
Les chercheurs et notamment les biblistes (sans dé
finir une quelconque appartenance religieuse) établissent que ce dit évangile n’en ai pas un.
Il apparaît plus comme un simple texte appuyant les doctrines musulmanes, puisque cet évangile tend à apporter un regard très « islamique/musulman » sur Jésus : ce qui ne coïncident absolument pas avec le reste des évangiles.

Ses origines floues, son contenu assujetti à controverse et incohérent avec le reste des évangiles, et son caractères musulman, nous pousse à conclure qu’il parait assez logique qu’il ne soit pas un des livre reconnu de la bible.
Afficher tout
Oui c'est ce qu'il dit pour l'évangile de Barnabé, reconnu par les musulmans mais pas les chrétiens. Tu viens d'expliquer pourquoi il est reconnu par les uns et pas les autres.

Des textes y en a eu pleins, l'église a reconnu ceux qui collaient avec l'histoire du christianisme et s'est débarrassé plus ou moins efficacement des autres. C'est pas pour rien qu'il y a pleins de religions monothéistes similaires mais pas tout à fait identiques. Chacun sa lecture du truc.

a écrit : Ce qui est beau c'est que malgré la dynamique d'obscurantisme l'église n'a pas détruit ces ouvrages mais s'est contentée de les blacklister. En général le réflexe est plutôt de détruire ce qui dérange. Mais c'est sûrement parce qu'à cette époque elle n'avait déjà plus les moyens de les détruire. Ils n'étaient pas détruit car ils étaient étudiés. Il faut se remettre dans le contexte de l'époque, l'esprit critique n'était pas le même que maintenant, l'alphabétisation non plus, ce n'étaient pas tant pour contrôler les peuples que pour éviter que certains (il fallait déjà savoir lire, donc avoir été scolarisé, donc issu de familles riches et puissantes) s'en servent. Car le peuple de toute façon n'avaient pas accès aux livres.
On aime frapper sur l'Eglise (et le Moyen Age) en France mais ce n'est pas sur le sujet de l'éducation qu'il faut donner des leçons aux catholiques ou croyants en général. Par contre les autodafés sont bien à mettre en lien avec les régimes totalitaires qui interdisent la pratique de la religion, nazisme, communisme,...

a écrit : Ils n'étaient pas détruit car ils étaient étudiés. Il faut se remettre dans le contexte de l'époque, l'esprit critique n'était pas le même que maintenant, l'alphabétisation non plus, ce n'étaient pas tant pour contrôler les peuples que pour éviter que certains (il fallait déjà savoir lire, donc avoir été scolarisé, donc issu de familles riches et puissantes) s'en servent. Car le peuple de toute façon n'avaient pas accès aux livres.
On aime frapper sur l'Eglise (et le Moyen Age) en France mais ce n'est pas sur le sujet de l'éducation qu'il faut donner des leçons aux catholiques ou croyants en général. Par contre les autodafés sont bien à mettre en lien avec les régimes totalitaires qui interdisent la pratique de la religion, nazisme, communisme,...
Afficher tout
Pas pour contrôler le peuple mais pour pas qu'on s'en serve.. Très bon le pléonasme ^^

Je peux me tromper mais si mes souvenir de ces lectures sont exacts il me semble que ce qui posait problème à nos amis lumières n'était pas spécialement la religion, mais vraiment spécifiquement le clergé. Je convient que c'est proche mais c'est une nuance qui peut être importante.

a écrit : Je pense que ca ne servait pas à grand chose, du moins pendant un certain temps, parce que... pour pouvoir lire un livre interdit, encore fallait il savoir lire, le meilleur moyen de maintenir le petit peuple dans l'ignorance. ^^ Bien vu.
Parallèle avec notre époque où l’envie de lire par soi-même est découragée (“News” qui arrivent automatiquement sur le téléphone, etc. )

a écrit : Pas pour contrôler le peuple mais pour pas qu'on s'en serve.. Très bon le pléonasme ^^ J'avoue que mon commentaire n'est pas des plus compréhensibles, c'est toujours mieux avec un exemple: Mein Kampf n'est pas interdit pour contrôler le peuple, mais pour pas que certain s'en serve pour suivre et faire suivre l'idéologie de ce livre.
Actuellement il est édité avec une mise en contexte et en garde, on est en 2022 et les gens qui le lisent ou se le font imposer peuvent le comparer et le critiquer, pas il y a plusieurs siècles.
On dit souvent que l'Eglise est dépassé et moyen-ageuse, qu'elle ne vit pas avec son temps, c'est à nuancer.
Elle ne se laisse pas influencer ou pousser à agir vite par la mode, le système politique en vigueur ou la pression populaire, elle prend le temps d'investiguer de réfléchir et de mettre en contexte, c'est scandaleux dans le présent mais elle n'est pas pressée de changer pour faire plaisir ou ne pas fâcher ( voir mariage des prêtres, affaires de pédophilie, les églises qui se vident sous nos latitudes.
Ca peut nous paraître lent vu la rapidité avec laquelle les chose évoluent aujourdhui, où les modes se démodes, où les statues sont déboulonnées.

a écrit : Ils n'étaient pas détruit car ils étaient étudiés. Il faut se remettre dans le contexte de l'époque, l'esprit critique n'était pas le même que maintenant, l'alphabétisation non plus, ce n'étaient pas tant pour contrôler les peuples que pour éviter que certains (il fallait déjà savoir lire, donc avoir été scolarisé, donc issu de familles riches et puissantes) s'en servent. Car le peuple de toute façon n'avaient pas accès aux livres.
On aime frapper sur l'Eglise (et le Moyen Age) en France mais ce n'est pas sur le sujet de l'éducation qu'il faut donner des leçons aux catholiques ou croyants en général. Par contre les autodafés sont bien à mettre en lien avec les régimes totalitaires qui interdisent la pratique de la religion, nazisme, communisme,...
Afficher tout
Propos à nuancer même si je suis d'accord avec le propos général que cet index est à replacer dans son contexte.
Le conseil de Tarragone en 1234 par exemple va ordonner la destruction par le feu de l'ensemble des traduction de Bibles en langues vernaculaires.