Envoyer son enfant par la poste

Proposé par
le

Dans les années 1910, aux États-Unis, il était possible d’expédier son enfant par voie postale. Les seules restrictions étaient le poids et l’affranchissement : l’enfant ne devait pas faire plus de 22,6 kg et devait être suffisamment affranchi.

Cette possibilité n’était permise que par l’absence de régulations, et les parents confiaient leur enfant à un facteur de confiance. En fin de compte, seule une dizaine d’enfants voyagèrent ainsi.


Commentaires préférés (3)

On voit ça encore de nos jours. Les "UM" dans l'aviation, par exemple : on confie l'enfant à des personnes des compagnies, on paie le service, et l'enfant voyage seul.

Pourquoi pas!?

Après tout si on fait des trous pour qu’il respire et bien emballé dans du papier bulle...

Bien sûr ne pas oublier le plus important: la mention « fragile » sur le carton et une image interdisant l’ouverture de ce dernier par un cutter...v’la v’la.

Sinon très astucieux et écologique, niveau bilan carbone on doit être bien aussi.

Le même système avait été imaginé pour envoyer les esclaves par voie postale dans les états du sud, mais ça n'a pas marché car les maitres refusaient de les affranchir.


Tous les commentaires (23)

On voit ça encore de nos jours. Les "UM" dans l'aviation, par exemple : on confie l'enfant à des personnes des compagnies, on paie le service, et l'enfant voyage seul.

Pourquoi pas!?

Après tout si on fait des trous pour qu’il respire et bien emballé dans du papier bulle...

Bien sûr ne pas oublier le plus important: la mention « fragile » sur le carton et une image interdisant l’ouverture de ce dernier par un cutter...v’la v’la.

Sinon très astucieux et écologique, niveau bilan carbone on doit être bien aussi.

Mais il faut être timbré, et le gosse il devait être lettré ?

Le même système avait été imaginé pour envoyer les esclaves par voie postale dans les états du sud, mais ça n'a pas marché car les maitres refusaient de les affranchir.

Il fallait qu'il soit emballé aussi ou pas ?

Posté le

android

(3)

Répondre

Les commentaires sont un régal :) Pour ma part, je pense que le plus simple est de scotcher l’enfant sur un avion en papier assez solide et de bien viser. Même pas besoin d’affranchir !

a écrit : Le même système avait été imaginé pour envoyer les esclaves par voie postale dans les états du sud, mais ça n'a pas marché car les maitres refusaient de les affranchir. Celle là aussi je l'aime bien ...

Posté le

android

(11)

Répondre

a écrit : Mais il faut être timbré, et le gosse il devait être lettré ? Pas mal... ; -)

Posté le

android

(2)

Répondre

22,6 kilos, c'est 50 pounds en unités impériales et illogiques. Merci à l'auteur de l'anecdote d'avoir converti d'ailleurs. ^^

"Suite à une erreur, nous vous informons que votre colis est actuellement en transit à Kiev en Ukraine"

Posté le

android

(22)

Répondre

a écrit : "Suite à une erreur, nous vous informons que votre colis est actuellement en transit à Kiev en Ukraine" Informatique!

Informatique, l'erreur, informatique! c'est toujours à cause du logiciel qui a encore bogué.
C'est facile à se rappeler, c'est au même moment que quand j'ai renversé mon café bouillant sur le clavier

a écrit : Mais il faut être timbré, et le gosse il devait être lettré ? Bien trouvé !

Posté le

android

(2)

Répondre

a écrit : Le même système avait été imaginé pour envoyer les esclaves par voie postale dans les états du sud, mais ça n'a pas marché car les maitres refusaient de les affranchir. Quoi qu on en disent, c' est ma préféré celle là !

Le plus difficile c'est de le faire passer dans la boîte aux lettres..

Posté le

android

(6)

Répondre

a écrit : Le même système avait été imaginé pour envoyer les esclaves par voie postale dans les états du sud, mais ça n'a pas marché car les maitres refusaient de les affranchir. Joli trait d' esprit

Posté le

android

(4)

Répondre

a écrit : On voit ça encore de nos jours. Les "UM" dans l'aviation, par exemple : on confie l'enfant à des personnes des compagnies, on paie le service, et l'enfant voyage seul. Simon Jérémy dans la cité de la peur.

Posté le

android

(2)

Répondre

a écrit : On voit ça encore de nos jours. Les "UM" dans l'aviation, par exemple : on confie l'enfant à des personnes des compagnies, on paie le service, et l'enfant voyage seul. Le truc chiant quand t’es UM c’est le fait de devoir attendre que tous les passagers soient descendus de l’avion pour en descendre à son tour mais sinon je garde des très bons souvenirs de mes nombreux voyages en tant qu’UM, les hôtesses étant toujours aux petits soins avec moi sans parler des petits cadeaux pour nous occuper pendant le voyage (coloriages, petits jeux de société etc, c’est certes pas grand chose quand j’y repense mais à cet âge là, on est toujours content d’avoir des petits cadeaux).

a écrit : Pourquoi pas!?

Après tout si on fait des trous pour qu’il respire et bien emballé dans du papier bulle...

Bien sûr ne pas oublier le plus important: la mention « fragile » sur le carton et une image interdisant l’ouverture de ce dernier par un cutter...v’la v’la.

Sinon très as
tucieux et écologique, niveau bilan carbone on doit être bien aussi. Afficher tout
La mention « fragile » n’existe pas à la Poste aujourd’hui. Mais peut-être à l’époque...

Ça me rappelle une chanson de lou Reed "the gift" ou le hero s'envoie lui même par la poste. La fin n'est pas heureuse ...

Posté le

android

(2)

Répondre