La cornemuse, arme de guerre ?

Proposé par
le

La cornemuse, instrument emblématique des Highlanders écossais, a été interdite et classée comme arme de guerre au Royaume-Uni de 1746 à 1910. Son utilisation était punie de mort suite à la Bataille de Culloden et la répression du mode de vie des Highlanders qui en découla.

La cornemuse peut atteindre des décibels allant jusqu'à 115 dB, sachant que le seuil de douleur de l'oreille humaine se situe à 120 dB.


Commentaires préférés (3)

Attention, 120db représente plus de deux fois ce qui est perçu par l’oreille à 115db (on double tous les 3db, cf une autre anecdote)

La cornemuse est une arme de guerre considérable, au même titre que le tambour auquel elle fût vite associée. Connue pour galvaniser les troupes, elle fut utilisée par les Écossais pendant la première guerre mondiale, qui chargeaient férocement en kilt au son du biniou. Les Allemands les avaient d'ailleurs surnommés les "femmes de l'Enfer".

A pratiquer, l'instrument est physiquement exigeant pour l'exécutant, qui doit avoir la capacité pulmonaire de souffler dans une seule entrée d'air pour en alimenter quatre sorties : la chanter (la ligne mélodique), ainsi que les trois bourdons (dont un sonne une octave plus bas).

Le son ne passe pas directement du joueur à l'air, comme pour une flûte par exemple, une fois que l'exécutant a soufflé, l'air se stocke dans l'outre, et c'est à lui de gérer la pression continue, de jouer les notes de la mélodie, et de souffler en même temps (tout en étant désynchronisé de ce qui sort de l'instrument)

Les premières traces de cornemuse connues remontent à l'Antiquité Égyptienne et gréco-romaine, Aristophane avait pris l'habitude de s'en moquer dans ses écrits. On pense qu'elle aurait débarqué en Europe grâce aux grecs.
En France, chaque région a sa cornemuse spécifique. Comme par exemple la veuze nantaise, le sac de gemecs catalan, la cabrette auvergnate, etc.

Pour avoir eu l'occasion d'entendre et d'essayer une cornemuse traditionnelle écossaise, tout en étant positionnée à côté de l'instrumentiste, je peux confirmer que c'est très, TRÈS fort. Vos oreilles bourdonnent immédiatement, et dans mon cas les murs qui nous entouraient (peut-être pas être bien solides certes), ont carrément vrombi. Assez impressionnant, et pas forcément agréable de près donc !

Posté le

android

(129)

Répondre

Définition d’un gentleman : un homme qui sait jouer de la cornemuse et qui s’en abstient  ...


Tous les commentaires (17)

Attention, 120db représente plus de deux fois ce qui est perçu par l’oreille à 115db (on double tous les 3db, cf une autre anecdote)

La cornemuse est une arme de guerre considérable, au même titre que le tambour auquel elle fût vite associée. Connue pour galvaniser les troupes, elle fut utilisée par les Écossais pendant la première guerre mondiale, qui chargeaient férocement en kilt au son du biniou. Les Allemands les avaient d'ailleurs surnommés les "femmes de l'Enfer".

A pratiquer, l'instrument est physiquement exigeant pour l'exécutant, qui doit avoir la capacité pulmonaire de souffler dans une seule entrée d'air pour en alimenter quatre sorties : la chanter (la ligne mélodique), ainsi que les trois bourdons (dont un sonne une octave plus bas).

Le son ne passe pas directement du joueur à l'air, comme pour une flûte par exemple, une fois que l'exécutant a soufflé, l'air se stocke dans l'outre, et c'est à lui de gérer la pression continue, de jouer les notes de la mélodie, et de souffler en même temps (tout en étant désynchronisé de ce qui sort de l'instrument)

Les premières traces de cornemuse connues remontent à l'Antiquité Égyptienne et gréco-romaine, Aristophane avait pris l'habitude de s'en moquer dans ses écrits. On pense qu'elle aurait débarqué en Europe grâce aux grecs.
En France, chaque région a sa cornemuse spécifique. Comme par exemple la veuze nantaise, le sac de gemecs catalan, la cabrette auvergnate, etc.

Pour avoir eu l'occasion d'entendre et d'essayer une cornemuse traditionnelle écossaise, tout en étant positionnée à côté de l'instrumentiste, je peux confirmer que c'est très, TRÈS fort. Vos oreilles bourdonnent immédiatement, et dans mon cas les murs qui nous entouraient (peut-être pas être bien solides certes), ont carrément vrombi. Assez impressionnant, et pas forcément agréable de près donc !

Posté le

android

(129)

Répondre

Définition d’un gentleman : un homme qui sait jouer de la cornemuse et qui s’en abstient  ...

a écrit : Attention, 120db représente plus de deux fois ce qui est perçu par l’oreille à 115db (on double tous les 3db, cf une autre anecdote) C'est surtout la pression acoustique qui est doublée tous les 3 db.

Posté le

android

(3)

Répondre

C'est drôle comme le seuil de la douleur auditive évolue avec le temps. À l'époque où j'ai commencé à travailler, dans les années '80, il était de 110 db.
Est-ce dû à un ajustement des appareils de mesures ?

Posté le

android

(5)

Répondre

Pour ma part, j'ai déjà entendu 2 explications au fait que les joueurs de cornemuse marchent en même temps qu'ils jouent :
- pour fuir le bruit
- parce qu'une cible en mouvement est plus difficile à atteindre
Je ne sais pas laquelle est la meilleure :)

Posté le

android

(6)

Répondre

a écrit : Attention, 120db représente plus de deux fois ce qui est perçu par l’oreille à 115db (on double tous les 3db, cf une autre anecdote) Si tu doubles le volume tous les 3 décibels, entre 115 et 120 on a 5 décibels, on doit fortement se rapprocher d une pression acoustique quadruplée.

Je suis Duncan MacLeod, né il y a près de 400 ans dans les Hautes Terres d’Écosse. Je suis immortel comme une poignée d’élus. Des siècles durant nous avons attendu l’heure de l’Ultime combat au terme duquel l’épée qui tranche une tête libère le Quickening, la puissance de l’Éclair. À la fin, un seul d’entre nous survivra.

a écrit : La cornemuse est une arme de guerre considérable, au même titre que le tambour auquel elle fût vite associée. Connue pour galvaniser les troupes, elle fut utilisée par les Écossais pendant la première guerre mondiale, qui chargeaient férocement en kilt au son du biniou. Les Allemands les avaient d'ailleurs surnommés les "femmes de l'Enfer".

A pratiquer, l'instrument est physiquement exigeant pour l'exécutant, qui doit avoir la capacité pulmonaire de souffler dans une seule entrée d'air pour en alimenter quatre sorties : la chanter (la ligne mélodique), ainsi que les trois bourdons (dont un sonne une octave plus bas).

Le son ne passe pas directement du joueur à l'air, comme pour une flûte par exemple, une fois que l'exécutant a soufflé, l'air se stocke dans l'outre, et c'est à lui de gérer la pression continue, de jouer les notes de la mélodie, et de souffler en même temps (tout en étant désynchronisé de ce qui sort de l'instrument)

Les premières traces de cornemuse connues remontent à l'Antiquité Égyptienne et gréco-romaine, Aristophane avait pris l'habitude de s'en moquer dans ses écrits. On pense qu'elle aurait débarqué en Europe grâce aux grecs.
En France, chaque région a sa cornemuse spécifique. Comme par exemple la veuze nantaise, le sac de gemecs catalan, la cabrette auvergnate, etc.

Pour avoir eu l'occasion d'entendre et d'essayer une cornemuse traditionnelle écossaise, tout en étant positionnée à côté de l'instrumentiste, je peux confirmer que c'est très, TRÈS fort. Vos oreilles bourdonnent immédiatement, et dans mon cas les murs qui nous entouraient (peut-être pas être bien solides certes), ont carrément vrombi. Assez impressionnant, et pas forcément agréable de près donc !
Afficher tout
J'ai vécu à edimbourg à cote de l'opéra local, 2 fois par semaine il y avait un écossais en kilt qui jouait son bijou de 19h a 22h pour accueillir les spectateurs. C'est effectivement insupportable !

Posté le

android

(9)

Répondre

Ça sert à rien de condamner à mort un highlander...

Et malgré ça on s est tapé riverdance et lord of the dance..

Posté le

android

(1)

Répondre

Qu'est ce que c'est beau à écouter.. comment on peut interdire ce genre d'instruments qui, personnellement, m'apporte un petit sentiment de nostalgie. Dans le même style, dans les pays maghrébins et spécialement en Tunisie il y a le Chakwa ou Mezwed (fait avec une peau de chèvre et une corne de veau) avec un son plus aigu.

youtu.be/wpui4k7qLMw

La question est : est ce que les uns se sont inspirés des autres pour créer cet instrument à 2000 km les uns des autres ou est ce un pur hasard? En sachant que ces instruments existent depuis des centaines voir des milliers d'années.

Posté le

android

(4)

Répondre

a écrit : Qu'est ce que c'est beau à écouter.. comment on peut interdire ce genre d'instruments qui, personnellement, m'apporte un petit sentiment de nostalgie. Dans le même style, dans les pays maghrébins et spécialement en Tunisie il y a le Chakwa ou Mezwed (fait avec une peau de chèvre et une corne de veau) avec un son plus aigu.

youtu.be/wpui4k7qLMw

La question est : est ce que les uns se sont inspirés des autres pour créer cet instrument à 2000 km les uns des autres ou est ce un pur hasard? En sachant que ces instruments existent depuis des centaines voir des milliers d'années.
Afficher tout
C'était plus histoire d'interdire un instrument culturel (et donc indirectement une culture) plutôt que interdire un simple instrument.
Il y toujours eu de fortes tensions entre l'écosse et l'Angleterre.

Posté le

android

(5)

Répondre

a écrit : Attention, 120db représente plus de deux fois ce qui est perçu par l’oreille à 115db (on double tous les 3db, cf une autre anecdote) Non. C’est l’intensité qui double tous les 3 décibels.
La perception sonore, quant à elle, ne double que tous les 10 décibels.
C’est bien expliqué ici : www.journee-audition.org/pdf/guide-decibels.pdf
Extrait: « L’échelle des décibels a une progression logarithmique et les calculs sur les décibels suivent des règles particulières, parfois déroutantes. La règle générale est que lorsque l’intensité d’un son double, son niveau ne s’élève que de 3 dB. A l’inverse, si l’on divise l’intensité d’un son par trois, le niveau sonore ne baisse que de 3 dB.
Par exemple, si un aspirateur produit dans une pièce 80 dB, l’utilisation d’un second aspirateur identique ne fera pas monter le niveau à 160 dB, mais à 83 dB.
A cette règle logarithmique, l’oreille ne répond pas de façon simple à l’intensité des sons qui la stimulent.
Plus simplement, à chaque fois que le niveau s’élève de 10 dB, on entend deux fois plus fort. Du coup, un son de 100 dB est entendu 4 fois plus fort qu’un son de 80 dB. »

a écrit : Et malgré ça on s est tapé riverdance et lord of the dance.. C’est pas irlandais ça????

a écrit : C’est pas irlandais ça???? Si. Mais je pense pas qu on puisse dire que la cornemuse est d origine plus écossaise qu irlandaise... De ce que j ai lu les origines sont floues... Sachant que c est les anglais qui l ont interdite je pense j ai le droit de dénoncer riverdance et de le mettre au pilori ? ;)

Posté le

android

(1)

Répondre

C'est même plutôt celte.
Les Asturies ET la Galice en Espagne sont celte et ont aussi Une cornemuse.la gaīta.
Seulement Un bourdon au lieux de trois en Écosse.
Mais la plus Belle en sonorité Pour moi est la cornemuse Irlandaise
Uilleann pipes
Elle se joue assis Avec Un Soufflet sous le bras Pour gonfler la poche.

Posté le

android

(1)

Répondre