Bourreaux de père en fils

Proposé par
le
dans

Charles-Henri Sanson fut le bourreau de Paris au XVIIIe siècle et faisait partie d'une famille de bourreaux qui exerça sur 4 générations. Cela l'amena à exécuter environ 3000 personnes dont Louis XVI, Robespierre ou Marie-Antoinette pour les plus illustres. En 1766, il rata la décapitation de Thomas Arthur de Lally-Tollendal, et c'est son père qui la termina.


Tous les commentaires (109)

J'imagine même pas les devoirs à faire à la maison....

Posté le

windowsphone

(20)

Répondre

Il était le septième fils d'un septième fils ? ^^
(Bravo a ceux qui reconnaîtront la référence)

J'imagine bien les conversations au repas de famille ..

Je ne comprends pas comment on peut rater une décapitation

Posté le

android

(5)

Répondre

"Sanson aimait disséquer ses victimes". Plutôt pratique comme passion avec ce métier. Heureusement que cette passion ne lui est pas venue avant la mort des victimes..

Posté le

android

(10)

Répondre

Il faut préciser que avant l'invention de la guillotine, les décapitations se faisait à la hache, et on pouvait parfois "rater" la décapitation (Comme expliqué dans l'anecdote), ce qui entraînait.. Beaucoup de souffrance.
L'invention de la guillotine a servi notamment à empêcher ce genre d'accident.

Le dernier bourreau français est passé il y a quelques années sur France Info

Très intéressant

Posté le

android

(6)

Répondre

a écrit : Je ne comprends pas comment on peut rater une décapitation Si vous êtes dégoutés quand on tue un insecte ne lisez pas ce qui suit.

Victor hugo dans un texte du livre dernier jour d'un condamne (etudié pour mon orale d'histoire des arts de 3eme sur la dénonciation de la peine de mort) raconte assez fidélement comment une guillotine émoussée trancha 5 fois la gorge d'un condamné sans le tuer et c'est un assistant qui du le "finir" avec un couteau de boucher alors que sa tête pendait.
Bonne appétit.

Posté le

android

(38)

Répondre

a écrit : bourreau de père en fils et fière de l'être. Pour citer "La Tour Montparnasse Infernale" : "laveur de carreaux de père en fils, fils de boulanger !"

Posté le

android

(25)

Répondre

Un autre bourreau célèbre et plus proche de nous est Anatole Deibler (1863-1939) qui "s'occupa" de près de 400 condamnés dont Landru. Il est également l'un des premiers Français à avoir passé son permis de conduire.

Les décapitation rate parfois. Un coup mal placé ou pas assez puissant. Ainsi le bourreau de l'une des femmes de barbe bleue (Henri VIII) a du s'y reprendre à 8 fois avant que la tête ne tombe. L'un des plus gros raté de l'histoire dans ce domaine. (Lui n'avait pas son papa pour l'aider)

a écrit : Un autre bourreau célèbre et plus proche de nous est Anatole Deibler (1863-1939) qui "s'occupa" de près de 400 condamnés dont Landru. Il est également l'un des premiers Français à avoir passé son permis de conduire. Tu m'étonnes qu'on lui ai donné ;)

Posté le

android

(13)

Répondre

C'est d'ailleurs sur son pied qu'à marchée Marie-Antoinette avant son exécution !

(Voir anecdote a ce sujet)

C'est de ce Thomas que l'on tiens cette célèbre phrase (il l'a dit en entendant sa sentence) : " la journée sera rude ".

a écrit : Quand on a ça dans le sang, ça finit par te monter a la tête ce genre de boulot !
Sérieusement, cet homme a été "forcé" d'arrêter ses études et de faire ce boulot après la paralysie de son père, afin de subvenir aux besoins de sa famille. Il était d'ailleurs partisan de la guillotine
J'espère pour lui et son business qu'il était partisan de la guillotine...

Il doit avoir une place de choix dans la série game of thrones.

Posté le

android

(4)

Répondre

a écrit : Mes voisins ont le même nom... Dois-je fuir ?? Si j'etais toi je fuirais !! :p

a écrit : Il était le septième fils d'un septième fils ? ^^
(Bravo a ceux qui reconnaîtront la référence)
Esclave du pouvoir, il faisait partie de ces tueurs maîtrisant l'éclair de la lame.

Posté le

android

(4)

Répondre