Les Jeux olympiques de Mexico ont connu beaucoup de records à cause de l'altitude

Proposé par
le
dans

Les Jeux olympiques de Mexico de 1968 connurent beaucoup de records. En effet, la capitale du Mexique se trouvant en altitude, les effets de la pesanteur étaient moins grands sur les corps des athlètes. Il y eut donc beaucoup de records dans les épreuves demandant un effort court et intense, tels que les sprints, les sauts et les lancers. Sur les distances plus longues, cela favorisa les coureurs habitués à l'altitude (et donc à moins d'oxygène) comme les Kényans et Éthiopiens.


Tous les commentaires (57)

Tant qu'on y est, peut être que la réduction de la gravité a allongé les jambes des athlètes et favorisé le saut en hauteur.

a écrit : Ca n'a rien à voir. La pression varie en fonction de l'altitude à cause de l'agitation des molécules du gaz et de la vitesse de libération qui dépend de la masse de la terre. La légère variation de pesanteur avec l'altitude est négligeable pour expliquer la variation de pression de l'air. Pour faire simple : si les molécules de gaz n'étaient pas agitées, l'atmosphère ferait une couche uniforme à la surface de la terre comme l'eau des océans, si elles étaient plus agitées ou si la pesanteur était moins forte la terre ne pourrait pas retenir son atmosphère et il n'y aurait pas d'air à la surface de la terre, et entre ces deux extrêmes on a une couche relativement dense au niveau du sol qui décroit rapidement avec l'altitude. Afficher tout J'avoue que j'ai un peu mélangé ... Mais toi aussi :)
La pression varie en fonction de l'altitude a cause de la moindre masse d'air au dessus.
Je me souviens d'un exercice en physique ou il fallait calculer la pression atmosphérique avec comme seuils paramètres la gravité et la densité de l'air. Et ça suffit !

Et pour l'anecdote, je persiste : la variation de gravité est minime mais la pression atmosphérique varie beaucoup. Donc moins de résistance de l'air pour les sprinteurs.

Posté le

android

(1)

Répondre

a écrit : Et pourtant Mexico est la ville la plus polluée du monde.. Surprenant cette anecdote! A vérifier, il y a aussi oulan bator, la capitale de la Mongolie qui est extrêmement pollué

Posté le

android

(0)

Répondre

C'est d'ailleurs à cette occasion que fut construit le lycée climatique et sportif de Font-Romeu (66). La station Pyrénéenne de Font-Romeu fut choisie pour son altitude (1850m), son climat et sa latitude (la plus basse en France). Le site envisagé se présentait sous forme d’un vaste amphithéâtre, protégé des vents dominants et largement ouvert sur le magnifique panorama de la Cerdagne.
L'ensemble de ces éléments ont permis aux athlètes français de s'entraîner dans des conditions proches de celles de Mexico et d'être ainsi mieux préparés.

a écrit : Tout dépend ce que tu appelles "longue distance"...
Certe jusqu'à une distance d'environ 42kms les ethiopiens dominent mais quand on passe à de "vraies" longues distances (non pas 40 petits kms mais bien 100 ou même le 24h, de l'ultrafond quoi) on n'en trouve plus beaucoup.
Au contraire on trouve beaucoup de Russes, Japonais, (Mami Kudo chez les dames), grecs (Yannis Kouros+++), americains bien sûr.
La course la plus dure du monde, le Badwater Ultramarathon (qui est une des seules où une femme a gagné) est monopilisé par les Mexicains, brésiliens et Etatsuniens.
Afficher tout
Merci de ton commentaire ! J'ai été regardé ce qu'était ce marathon.. Et chapeau ! Quel condition il faut avoir pour arriver au bout !

a écrit : Altitude ou pas, les éthiopiens et les Kényans sont toujours au dessus sur les longues distances ! Ils sont justement encore plus meilleure en basse altitude car plus d'oxygène. Mais là en altitude ce sont les autres qui avaient un désavantage.

Posté le

android

(0)

Répondre

a écrit : Mais étant donné la forte pollution de Mexico, l'oxygène devait être encore plus rare? 1968...

Posté le

android

(0)

Répondre

a écrit : Record également pour l'armée mexicaine qui aurait abattu environ 300 manifestants à Tlatelolco dix jours avant la cérémonie d'ouverture. Mais médaille d'or au gouvernement qui annonça "4 morts et quelques blessés" Oh tu sais 300 et 4 je pense que c'est juste un petit problème d'arrondie dans les calculs

a écrit : Excellente question!!!
A vrai dire je sais qu'il y a des courses de ce genre qui se déroulent en Afrique du Sud, en Ethiopie et du côté de Madagascar (ça va du 50kms au 100kms). Des coureurs d'Afrique du Sud et du Zimbabwe ont déjà triomphé dans ce genre de course mais étant donné que la majorité se dér
oulent en Europe, peut-être y participent-ils moins.

Tu as raison sur les facteurs socio-culturels. J'ai vu en Afrique (c'était au Kenya) comment ils repéraient les gamins doués en course dès leur plus jeune âge pour essayer d'en faire des champions. De plus, ces derniers sont obligés de courir des dizaines de kms par jour rien que pour aller à l'école. Là-bas, sport=course a pied. Peut etre l'un des seuls moyens de devenir une star, un héros national, de s'en sortir tout en partant de rien. D'où l'engouement...
Après je ne parle que de l'Afrique de l'Est que je connais le mieux.

Cela me fait aussi penser aux coureurs Népalais dont certains rivalisent d'endurance avec les meilleurs coureurs du monde. Les conditions sont globalement les mêmes (distance maison-école de l'ordre de la dizaine de kms, pauvreté, altitude) à la différence qu'il y a beaucoup beaucoup moins d'engouement pour la compet' (d'où la non-représentation).
Afficher tout
Je suis impressionné par leur endurance ! J'avais vu un reportage sur des villageois kenyans qui chassaient la gazelle jusqu'à épuisement de la bête .... ( la course pouvait durée plus d'une heure) Rien que la tu comprend déjà d'où vient leur écrasante domination, sachant qu'ils courent dans une chaleur écrasante.

a écrit : Je pense que j'ai raté un truc mais ça ne ferait pas plutôt 2.0066kg de différence si on utilise tes données? Oups ! erreur de frappe c'est bien 79,9944 qu'il faut lire :-)

En accord avec Grishka, la cause annoncée dans l'anecdote est très douteuse. Et n'est, soit dit en passant, corroborée par aucune source !

Posté le

android

(0)

Répondre

Je ne suis vraiment pas d'accord avec cet anecdote. Je vais argumenter:
Dans un premier temps, la Terre n'est pas totalement ronde, ce qui signifie que même au niveau de la mer, il n'y a pas la même distance entre le point au niveau de la surface de l'eau et le centre géologique de la terre, cet écart pouvant être largement supérieur a l'altitude de la ville de Mexico (environ 2250m), cela signifie qu'il y a probablement eu des JO organisés sur des sites bien plus éloigné du centre de la Terre que mexico.
Dans un second temps, on peut très simplement calculer l'écart de force de pesanteur exercée sur un humain de à 0m ou à 2km d'altitude, tout en sachant que la distance conventionnelle du rayon de la terre est une moyenne (on obtient environ 6380km)
La formule permettant de calculer la puissance du champ gravitationnel d'un objet (donc le poids ou la force exercée sur cet objet) est p=m*g avec m la masse de l'objet et g le champ de pesanteur de la planète Terre à l'altitude 0.
La formule du champ de pesanteur est : g=G*mt*m/d²
On dit donc que g est constant pour tout point sur la planète, altitude ou non, car pour le cas de mexico, 2km est très petit devant 6380km, la distance entre le centre est l'objet est donc à 0,0003% près la même.
Tout ça pour dire que l'altitude n'influe pas sur la compétence des athlètes, au niveau gravitationnel en tout cas.
Sinon le reste de l'anecdote est juste a ma connaissance :)
En espérant que l'anecdote soit corrigée au plus vite!
Je vous aurais bien détaillé les calculs, mais je n'en ai point le temps, des connaissances obtenues lors d'un Bac S peuvent suffit à démontrer mathématiquement ce que j'avance.

Posté le

android

(2)

Répondre

a écrit : Et a ton avis pourquoi la pression atmosphérique diminue avec l'altitude ? Parce que la gravité diminue !

Mais tu as néanmoins raison : la variation est minime et négligeable pour un sportif.
La pression atmosphérique diminue avec l'altitude car il y a plus de masse gazeuse aérienne au dessus de l'air a l'altitude 0 qu'en altitude, l'air est donc de plus en plus compressé lorsque l'on se rapproche de l'altitude 0, aucun rapport avec la variation de l'attraction gravitationnelle

Posté le

android

(0)

Répondre

a écrit : Je ne suis vraiment pas d'accord avec cet anecdote. Je vais argumenter:
Dans un premier temps, la Terre n'est pas totalement ronde, ce qui signifie que même au niveau de la mer, il n'y a pas la même distance entre le point au niveau de la surface de l'eau et le centre géologique de la terre, c
et écart pouvant être largement supérieur a l'altitude de la ville de Mexico (environ 2250m), cela signifie qu'il y a probablement eu des JO organisés sur des sites bien plus éloigné du centre de la Terre que mexico.
Dans un second temps, on peut très simplement calculer l'écart de force de pesanteur exercée sur un humain de à 0m ou à 2km d'altitude, tout en sachant que la distance conventionnelle du rayon de la terre est une moyenne (on obtient environ 6380km)
La formule permettant de calculer la puissance du champ gravitationnel d'un objet (donc le poids ou la force exercée sur cet objet) est p=m*g avec m la masse de l'objet et g le champ de pesanteur de la planète Terre à l'altitude 0.
La formule du champ de pesanteur est : g=G*mt*m/d²
On dit donc que g est constant pour tout point sur la planète, altitude ou non, car pour le cas de mexico, 2km est très petit devant 6380km, la distance entre le centre est l'objet est donc à 0,0003% près la même.
Tout ça pour dire que l'altitude n'influe pas sur la compétence des athlètes, au niveau gravitationnel en tout cas.
Sinon le reste de l'anecdote est juste a ma connaissance :)
En espérant que l'anecdote soit corrigée au plus vite!
Je vous aurais bien détaillé les calculs, mais je n'en ai point le temps, des connaissances obtenues lors d'un Bac S peuvent suffit à démontrer mathématiquement ce que j'avance.
Afficher tout
Tout à fait d'accord.
C'est un peu dommage de voir que certaines anecdotes ne sont pas mieux vérifiées. Surtout que les sources citées ne mentionnent pas la gravité comme (fausse) explication.

Posté le

android

(0)

Répondre

a écrit : Altitude ou pas, les éthiopiens et les Kényans sont toujours au dessus sur les longues distances ! Ils sont devant plutôt non ? ;)

Rien de tel qu'une mesure de la pesanteur locale à la surface du globe réalisée par la NASA : fr.wikipedia.org/wiki/Pesanteur#mediaviewer/File:GRACE_globe_animation.gif

Il s'agit d'une carte des variations par rapport à un éllipsoïde, c'est-à-dire un modèle de Terre aplatie au niveau des pôles. En effet l'aplattissement aux pôles est supérieur à 2km (altitude de Mexico), et d'autre part la force centrifuge dûe à la rotation de la Terre entraîne des variations supérieures aux variations de pesanteur dûe à une excentricité de 2km par rapport aux 6400km de rayon terrestre moyen. En effet plus on se rapproche de l'équateur, plus la composante centrifuge de la pesanteur est élevée et compense la composante gravitaire. AInsi d'après ce tableau de données (pedagogie.ac-toulouse.fr/sc_phy/site_php/traam2011/lycee/co/JO.html) la pesanteur vaut 9.78 m/s/s à Mexico. Cette valeur représente un écart de 0.3% par rapport à 9.81 m/s/s, la valeur moyenne à la surface du globe. Les jeux de Mexico sont en effet les premiers jeux à une latitude inférieur à 20°, les villes précédentes étant de latitudes plus proches de 40° (au Nord pour l'Europe et au Sud pour les jeux de Melbourne) on est donc plus proche de l'équateur, donc plus loin du centre de masse de la Terre et on ressent d'avatage la force centrifuge dpue à la rotation de la Terre qui nous abaisse légèrement la pesanteur. Cela représente 240g de moins pour un athlete de 80kg ce qui est tout de même quelque chose mais dans ce cas on pourrait s'attendr e à des temps inférieur de l'ordre de 0.3% en ordre de grandeur. Quant à la raréfaction de l'air je n'arrive pas à trouver de données de pression atmosphérique à Mexico en 1968, sachant que la pollution est capable d'influencer le climat et donc la pression. Mais en tous cas la pression aujourd'hui à Mexico est de 1018 hPa, ce qui n'est pas sensiblement inférieur aux valeurs moyennes que l'on peut constater dans les villes hôtes de JO de plus basse altitude. En revanche ce qui change avec l'altitude est la composition de l'air, moins riche en oxygène et plus riche en azote. Ainsi d'apres l'article Wikipedia sur les jeux de Mexico, la portion d'oxygène et 25% plus basse à Mexico qu'au niveau de la mer. Ce qui nous donne une masse molaire pour l'air (modélisé par un mélange 1/5 dioxygène, 4/5 diazote au niveau de la mer) de 14.3g/mol à Mexico et 14.4g/mol au niveau de la mer. On obtient donc une différence de 0.7% pour la densité de l'air, donc 0.7% de moins pour les forces de traînées dans l'air. Il semble donc que l'effet de la "raréfaction" de l'air soit deux fois plus important que celui de variation de pesanteur. Personnellement l'argument du revêtement me semble être prépodérant mais je n'ai pas de quantification.

a écrit : Altitude ou pas, les éthiopiens et les Kényans sont toujours au dessus sur les longues distances ! J’avais lu une anecdote qui expliquait qu’ils avaient un centre de gravité plus bas que le nombril , ceux qui les favorisaient à la course