Les Jeux olympiques de Mexico ont connu beaucoup de records à cause de l'altitude

Proposé par
le
dans

Les Jeux olympiques de Mexico de 1968 connurent beaucoup de records. En effet, la capitale du Mexique se trouvant en altitude, les effets de la pesanteur étaient moins grands sur les corps des athlètes. Il y eut donc beaucoup de records dans les épreuves demandant un effort court et intense, tels que les sprints, les sauts et les lancers. Sur les distances plus longues, cela favorisa les coureurs habitués à l'altitude (et donc à moins d'oxygène) comme les Kényans et Éthiopiens.


Commentaires préférés (3)

Record également pour l'armée mexicaine qui aurait abattu environ 300 manifestants à Tlatelolco dix jours avant la cérémonie d'ouverture. Mais médaille d'or au gouvernement qui annonça "4 morts et quelques blessés"

Posté le

android

(646)

Répondre

Et à l'inverse, les Jeux olympiques aux Pays-Bas c'est d'un ennui...

Altitude ou pas, les éthiopiens et les Kényans sont toujours au dessus sur les longues distances !


Tous les commentaires (57)

Record également pour l'armée mexicaine qui aurait abattu environ 300 manifestants à Tlatelolco dix jours avant la cérémonie d'ouverture. Mais médaille d'or au gouvernement qui annonça "4 morts et quelques blessés"

Posté le

android

(646)

Répondre

Et à l'inverse, les Jeux olympiques aux Pays-Bas c'est d'un ennui...

Altitude ou pas, les éthiopiens et les Kényans sont toujours au dessus sur les longues distances !

Et parmi les plus beaux records, on peut citer, celui du nombre de pinatas détruites. Mais aussi le plus long lancer de sombrero. Et pour finir, la traversée de cactus entièrement nu!;)

a écrit : Altitude ou pas, les éthiopiens et les Kényans sont toujours au dessus sur les longues distances ! Ben oui... Précisément parce qu'ils vivent en altitude... Donc quand il faut courir en altitude ils sont habitués et le vivent mieux que les autres (on le sent quand on fait un effort en altitude) ; et quand la course se passe au niveau de la mer, ils "regorgent" de globules rouges et sont performants.
Beaucoup de préparations physiques d'athlètes se font en altitude quelques jours avant la compétition, pour ces raisons. C'est une forme de "dopage"naturel...

Mais étant donné la forte pollution de Mexico, l'oxygène devait être encore plus rare?

Posté le

android

(6)

Répondre

Record aussi pour les tribunaux qui hésitent pas avec les peines de prison .

J'aimerai bien voir usain bolt là bas!
Il descendrait peut être sous les 9"40 !!

Et pourtant Mexico est la ville la plus polluée du monde.. Surprenant cette anecdote!

Je suis étonné que l'effet de la variation de la pesanteur puisse avoir la moindre incidence sur les athlètes.
La variation relative de l'accélération de la gravité vaut -2h/R, soit -3,086×10^-7 par mètre à faible distance de la surface de la Terre (fr.wikipedia.org/wiki/Pesanteur)
Autrement dit un athlète de 80 kg ne pèserait plus que 77,9944 kg à Mexico soit un gain d'environ 5,5 grammes !
Je pense plutôt quea raréfaction de l'air permet un meilleur coefficient aérodynamique, ce qui explique que les sports de rapidité aient été essentiellement touchés par les records (100m 200m longueur) plutôt que la hauteur ou le lancer du poids

Les Jeux Olympiques de Mexico sont également les premiers jeux où le revêtement synthétique en "tartan" (à base de polyuréthane) fut adopté sur les pistes d'athlétisme.
En effet, jusqu'à Tokyo en 1964, la piste était encore en terre battue. À partir des Jeux de Montréal en 1976, c'est "Mondo" qui est fournisseur officiel des pistes d'athlétisme pour les Jeux Olympiques et Paralympiques. Le revêtement est quant à lui aussi modifié et est à base de caoutchouc. Le «gaufrage» de la partie supérieure de la piste offre une plus grande zone de contact entre la chaussure et le sol, ce qui permet une amélioration de l’adhérence au sol. Mais cette couche permet également de restituer l’énergie des athlètes : elle agit comme un tremplin qui «propulse» un peu plus l’athlète à chaque foulée. La couche inférieure, en contact avec l’asphalte, se replie facilement dans n’importe quelle direction et permet plus de confort. Les concepteurs ne mesurent pas l’augmentation de la performance, mais ils font valoir que depuis 1976, 230 records au monde ont été battus sur ce type de revêtement.

a écrit : Mais étant donné la forte pollution de Mexico, l'oxygène devait être encore plus rare? Sans trop vouloir m'avancer, en 1968 la pollution devait être beaucoup moins présente qu'aujourd'hui. Je pense que ce n'était pas un facteur à prendre en compte.

a écrit : Mais étant donné la forte pollution de Mexico, l'oxygène devait être encore plus rare? Hum en 1968 Mexico était loin d'être comme aujourd'hui.
De plus ce n'est pas parce qu'il y a de la pollution qu'il y a moins d'oxygène. Il y a en a toujours autant seulement l'air est de plus mauvaise qualité.

a écrit : Je suis étonné que l'effet de la variation de la pesanteur puisse avoir la moindre incidence sur les athlètes.
La variation relative de l'accélération de la gravité vaut -2h/R, soit -3,086×10^-7 par mètre à faible distance de la surface de la Terre (fr.wikipedia.org/wiki/Pesanteur)
Autrem
ent dit un athlète de 80 kg ne pèserait plus que 77,9944 kg à Mexico soit un gain d'environ 5,5 grammes !
Je pense plutôt quea raréfaction de l'air permet un meilleur coefficient aérodynamique, ce qui explique que les sports de rapidité aient été essentiellement touchés par les records (100m 200m longueur) plutôt que la hauteur ou le lancer du poids
Afficher tout
Je pense que j'ai raté un truc mais ça ne ferait pas plutôt 2.0066kg de différence si on utilise tes données?

Je suis aller a Mexico en 2006 et a ma grande surprise le simple fait de courir 100m las bas me donner l'impression d'en avoir fait 400 en France ! Pourtant je suis un sportif aguerri . La pollution rend tout effort démesuré . Et les habitants de Mexico ne connaisse pas le ciel bleu . Il y'a toujours un léger voile qui rend le ciel gris . D'après un article que j'ai lu il y'a un baille , les scientifiques sont certains que dans quelques années les sportifs seront aux maximum de leur capacité donc plus de record battu .

a écrit : Et à l'inverse, les Jeux olympiques aux Pays-Bas c'est d'un ennui... Oui mais du coup les athlètes hollandais doivent être encore mieux préparés que les athlètes en altitude?

a écrit : Altitude ou pas, les éthiopiens et les Kényans sont toujours au dessus sur les longues distances ! Tout dépend ce que tu appelles "longue distance"...
Certe jusqu'à une distance d'environ 42kms les ethiopiens dominent mais quand on passe à de "vraies" longues distances (non pas 40 petits kms mais bien 100 ou même le 24h, de l'ultrafond quoi) on n'en trouve plus beaucoup. Au contraire on trouve beaucoup de Russes, Japonais, (Mami Kudo chez les dames), grecs (Yannis Kouros+++), americains bien sûr.
La course la plus dure du monde, le Badwater Ultramarathon (qui est une des seules où une femme a gagné) est monopilisé par les Mexicains, brésiliens et Etatsuniens.

Haaa le Mexique, terre des tacos, des cartels et de la drogue Et des JO de 68 !

Posté le

android

(0)

Répondre

a écrit : Tout dépend ce que tu appelles "longue distance"...
Certe jusqu'à une distance d'environ 42kms les ethiopiens dominent mais quand on passe à de "vraies" longues distances (non pas 40 petits kms mais bien 100 ou même le 24h, de l'ultrafond quoi) on n'en trouve plus beaucoup.
Au contraire on trouve beaucoup de Russes, Japonais, (Mami Kudo chez les dames), grecs (Yannis Kouros+++), americains bien sûr.
La course la plus dure du monde, le Badwater Ultramarathon (qui est une des seules où une femme a gagné) est monopilisé par les Mexicains, brésiliens et Etatsuniens.
Afficher tout
Est ce que les kenyans et les éthiopiens y participent régulièrement? Parce qu'au delà des facteurs environnementaux, il y a aussi des raisons culturelles a leurs domination de ce sport, un peu comme la Jamaïque en ce qui concerne le sprint ou les états unis avec le basket Ball

Posté le

android

(5)

Répondre