Les Jeux olympiques de Mexico ont connu beaucoup de records à cause de l'altitude

Proposé par
le
dans

Les Jeux olympiques de Mexico de 1968 connurent beaucoup de records. En effet, la capitale du Mexique se trouvant en altitude, les effets de la pesanteur étaient moins grands sur les corps des athlètes. Il y eut donc beaucoup de records dans les épreuves demandant un effort court et intense, tels que les sprints, les sauts et les lancers. Sur les distances plus longues, cela favorisa les coureurs habitués à l'altitude (et donc à moins d'oxygène) comme les Kényans et Éthiopiens.


Tous les commentaires (57)

a écrit : Tout dépend ce que tu appelles "longue distance"...
Certe jusqu'à une distance d'environ 42kms les ethiopiens dominent mais quand on passe à de "vraies" longues distances (non pas 40 petits kms mais bien 100 ou même le 24h, de l'ultrafond quoi) on n'en trouve plus beaucoup.
Au contraire on trouve beaucoup de Russes, Japonais, (Mami Kudo chez les dames), grecs (Yannis Kouros+++), americains bien sûr.
La course la plus dure du monde, le Badwater Ultramarathon (qui est une des seules où une femme a gagné) est monopilisé par les Mexicains, brésiliens et Etatsuniens.
Afficher tout
Les kenyans et éthiopiens ne participent pas à ces sports qui ne sont pas olympiques et finalement peu populaires.

JO au Népal :
Les juges n'ont pas retrouvé le sauteur en hauteur champion du monde en titre...

Posté le

android

(9)

Répondre

a écrit : Est ce que les kenyans et les éthiopiens y participent régulièrement? Parce qu'au delà des facteurs environnementaux, il y a aussi des raisons culturelles a leurs domination de ce sport, un peu comme la Jamaïque en ce qui concerne le sprint ou les états unis avec le basket Ball Excellente question!!!
A vrai dire je sais qu'il y a des courses de ce genre qui se déroulent en Afrique du Sud, en Ethiopie et du côté de Madagascar (ça va du 50kms au 100kms). Des coureurs d'Afrique du Sud et du Zimbabwe ont déjà triomphé dans ce genre de course mais étant donné que la majorité se déroulent en Europe, peut-être y participent-ils moins.

Tu as raison sur les facteurs socio-culturels. J'ai vu en Afrique (c'était au Kenya) comment ils repéraient les gamins doués en course dès leur plus jeune âge pour essayer d'en faire des champions. De plus, ces derniers sont obligés de courir des dizaines de kms par jour rien que pour aller à l'école. Là-bas, sport=course a pied. Peut etre l'un des seuls moyens de devenir une star, un héros national, de s'en sortir tout en partant de rien. D'où l'engouement...
Après je ne parle que de l'Afrique de l'Est que je connais le mieux.

Cela me fait aussi penser aux coureurs Népalais dont certains rivalisent d'endurance avec les meilleurs coureurs du monde. Les conditions sont globalement les mêmes (distance maison-école de l'ordre de la dizaine de kms, pauvreté, altitude) à la différence qu'il y a beaucoup beaucoup moins d'engouement pour la compet' (d'où la non-représentation).

a écrit : Altitude ou pas, les éthiopiens et les Kényans sont toujours au dessus sur les longues distances ! Les Kenyans et Ethipiens gagnent non seulement parce qu'ils sont habitués à l'altitude, mais aussi (et surtout) parce que leur morphologie est particulièrement adaptée à la course à pied! Je me rappelle d'une étude qui montrait que le poids moyen du mollet d'un Danois était 400 grammes plus lourd qu'un Ethiopien ou Kenyan!
C'est pareil pour le 100 mètres, la plupart des meilleurs athlètes sont noirs parce que leur centre de gravité est plus haut (jambes plus longues que les athlètes "blancs")
De là à imaginer des compétitions à part pour chaque "race" (je met des guillemets) il n'y a qu'un pas que je ne franchirais pas, mais tout de même la remarque mérite d'être faite!

a écrit : Les Kenyans et Ethipiens gagnent non seulement parce qu'ils sont habitués à l'altitude, mais aussi (et surtout) parce que leur morphologie est particulièrement adaptée à la course à pied! Je me rappelle d'une étude qui montrait que le poids moyen du mollet d'un Danois était 400 grammes plus lourd qu'un Ethiopien ou Kenyan!
C'est pareil pour le 100 mètres, la plupart des meilleurs athlètes sont noirs parce que leur centre de gravité est plus haut (jambes plus longues que les athlètes "blancs")
De là à imaginer des compétitions à part pour chaque "race" (je met des guillemets) il n'y a qu'un pas que je ne franchirais pas, mais tout de même la remarque mérite d'être faite!
Afficher tout
Si tu te rappelles du nom de l'étude tu pourras me la fournir stp:) (le sujet m'interesse).
N'ayant trouvé que des articles (un tant soit peu référencé et scientifiquement valable) pour le moment qui traitaient du "mythe de l'avantage génétique" (voir les liens en-dessous) je voudrais lire cet article/publication que tu cites pour (enfin) avoir une étude opposée

vazel.blog.lemonde.fr/2013/04/12/comment-les-marathoniens-africains-sont-ils-devenus-les-meilleurs/

www.sgsm.ch/fileadmin/user_upload/Zeitschrift/49-2001-4/3-2001-4_Sacco.pdf

FAUX! La gravité ne change pas avec l'altitude! (Cours de SVT, Terminale S). Mais la pression atmosphérique diminue, et donc les frottements aérodynamiques.
Tout est détaillé dans l'article Wikipedia en source.

Pas d'accord avec la cause avancée : "les effets de la pesanteur [...] sur les corps des athlètes". Cet effet est négligeable. J'avais entendu dire et je le crois que le vrai effet c'est la raréfaction de l'air qui permet une meilleure pénétration dans l'air, comme si les athlètes étaient plus aérodynamiques, et favorise donc tout ce qui est course et saut. La raréfaction de l'air pénalise par ailleurs l'oxygénation des muscles mais ce n'est pas un handicap pour les efforts courts et intenses comme le sprint sur 100 m ou 200 m ou le saut en longueur ou en hauteur, car l'oxygène n'a pas besoin de se renouveler pendant la durée de l'effort : l'athlète consomme ce qui est déjà dans ses muscles avant l'effort. D'où les records dans ces disciplines.

a écrit : FAUX! La gravité ne change pas avec l'altitude! (Cours de SVT, Terminale S). Mais la pression atmosphérique diminue, et donc les frottements aérodynamiques.
Tout est détaillé dans l'article Wikipedia en source.
Et a ton avis pourquoi la pression atmosphérique diminue avec l'altitude ? Parce que la gravité diminue !

Mais tu as néanmoins raison : la variation est minime et négligeable pour un sportif.

Posté le

android

(2)

Répondre

Il faut aussi préciser que la fin des années 60 est marqué par l'utilisation de produits dopants tels que l'EPO qui n'était pas encore détecté... C'est pour ca qu'il y a eu une explosion de record aussi

A quand les JO au sommet de l'Everest ?

Posté le

windowsphone

(0)

Répondre

a écrit : Et a ton avis pourquoi la pression atmosphérique diminue avec l'altitude ? Parce que la gravité diminue !

Mais tu as néanmoins raison : la variation est minime et négligeable pour un sportif.
Ca n'a rien à voir. La pression varie en fonction de l'altitude à cause de l'agitation des molécules du gaz et de la vitesse de libération qui dépend de la masse de la terre. La légère variation de pesanteur avec l'altitude est négligeable pour expliquer la variation de pression de l'air. Pour faire simple : si les molécules de gaz n'étaient pas agitées, l'atmosphère ferait une couche uniforme à la surface de la terre comme l'eau des océans, si elles étaient plus agitées ou si la pesanteur était moins forte la terre ne pourrait pas retenir son atmosphère et il n'y aurait pas d'air à la surface de la terre, et entre ces deux extrêmes on a une couche relativement dense au niveau du sol qui décroit rapidement avec l'altitude.

J'aurais vraiment penser que cela était dut à la production d' EPO par le corps et donc l production de globules rouges ....

a écrit : Je suis étonné que l'effet de la variation de la pesanteur puisse avoir la moindre incidence sur les athlètes.
La variation relative de l'accélération de la gravité vaut -2h/R, soit -3,086×10^-7 par mètre à faible distance de la surface de la Terre (fr.wikipedia.org/wiki/Pesanteur)
Autrem
ent dit un athlète de 80 kg ne pèserait plus que 77,9944 kg à Mexico soit un gain d'environ 5,5 grammes !
Je pense plutôt quea raréfaction de l'air permet un meilleur coefficient aérodynamique, ce qui explique que les sports de rapidité aient été essentiellement touchés par les records (100m 200m longueur) plutôt que la hauteur ou le lancer du poids
Afficher tout
Euh... de 77,9kg à 80kg, il y a un peu plus de 2kg de différence...

Posté le

android

(3)

Répondre

a écrit : FAUX! La gravité ne change pas avec l'altitude! (Cours de SVT, Terminale S). Mais la pression atmosphérique diminue, et donc les frottements aérodynamiques.
Tout est détaillé dans l'article Wikipedia en source.
Tu pense vraiment qu'un cours de terminal est un argument pour justifier ton fameux "FAUX" ?

Posté le

android

(2)

Répondre

Bob Beamon y pulvérisa le record du monde du saut en longueur, le portant de 8m35 à 8m90.
Record battu seulement par Mike Powell à Tokyo en 1991 : 8m95

a écrit : FAUX! La gravité ne change pas avec l'altitude! (Cours de SVT, Terminale S). Mais la pression atmosphérique diminue, et donc les frottements aérodynamiques.
Tout est détaillé dans l'article Wikipedia en source.
??

Elle diminue forcément puisqu'elle finit même par disparaître !

Posté le

android

(6)

Répondre

Si selon certains commentaires la différence reste minime peut être y a t il eu un effet placebo sur les compétiteurs ayant participé à ces jo ( en supposant qu'ils étaient au courant de cette différence d'apesanteur )

Posté le

android

(0)

Répondre

a écrit : Je suis étonné que l'effet de la variation de la pesanteur puisse avoir la moindre incidence sur les athlètes.
La variation relative de l'accélération de la gravité vaut -2h/R, soit -3,086×10^-7 par mètre à faible distance de la surface de la Terre (fr.wikipedia.org/wiki/Pesanteur)
Autrem
ent dit un athlète de 80 kg ne pèserait plus que 77,9944 kg à Mexico soit un gain d'environ 5,5 grammes !
Je pense plutôt quea raréfaction de l'air permet un meilleur coefficient aérodynamique, ce qui explique que les sports de rapidité aient été essentiellement touchés par les records (100m 200m longueur) plutôt que la hauteur ou le lancer du poids
Afficher tout
Tu veux plutôt dire 79.9944 et non pas 77.9944 qui est proche de 78kg. Mais sinon je partage ton avis sur les coefficients aerodynamiques. Je cite Wikipedia: "La pression est réduite d'un facteur 2 à l'altitude 5500 m". J'ai déjà couru en Bolivie sur les hauts plateaux et le manque d'air se ressent tant dans la respiration que dans le fait que courir offre moins de résistance, sur de courtes longueurs cependant parce qu'après on s'essoufle très vite.

Posté le

android

(1)

Répondre

a écrit : ??

Elle diminue forcément puisqu'elle finit même par disparaître !
Excellente remarque. J'espère pour lui qu'il a pu redoubler sa terminale....