Les masques à oxygène des avions ont 13 minutes d'autonomie

Proposé par
Invité
le

Dans un avion commercial, il n’y a que 13 minutes d’oxygène de subsistance dans les masques qui tombent en cas de dépressurisation de la cabine. C'est le temps nécessaire au pilote de l'avion pour redescendre à une altitude permettant à nouveau de respirer l'air extérieur, soit 3000 mètres.


Commentaires préférés (3)

a écrit : Et si le pilote n'a plus le contrôle de l'avion ? Il s'écrase. Mais il faut savoir que les avions commerciaux peuvent planer sur une assez grande distance. Il suffit que le pilote positonne son avion sur une trajectoire en descente pour arriver a 3000 metres puis de redresser pour espere pouvoir se poser

Posté le

android

(234)

Répondre

Ça marche à condition que le pilote n'oublie pas lui-même de mettre son masque... comme c'est déjà arrivé, il me semble.

Posté le

android

(265)

Répondre

Faut aussi savoir que les repas du pilote et du copilote sont toujours différents et même préparés par des "traiteurs" différents.... pour des raisons évidentes de sécurité !

Posté le

android

(357)

Répondre


Tous les commentaires (109)

Et si le pilote n'a plus le contrôle de l'avion ?

a écrit : Et si le pilote n'a plus le contrôle de l'avion ? Il s'écrase. Mais il faut savoir que les avions commerciaux peuvent planer sur une assez grande distance. Il suffit que le pilote positonne son avion sur une trajectoire en descente pour arriver a 3000 metres puis de redresser pour espere pouvoir se poser

Posté le

android

(234)

Répondre

Hormis le masque qui permet de respirer pendant cette période, je me demande quelle peut être la pression dans les oreilles et dans la poitrine car passer de 10 000 mètres à 6 000, ça doit être très violent. (pardon mais je n'ai pas testé!)
Heureusement, c'est rare et lorsque ça arrive (là, c'est moins drôle!), les passagers sont dans le coma s'ils n'ont pas de masque avant que l'avion ne se crashe donc, théoriquement, ils n'ont pas le temps de souffrir.
Pas gai, ce matin!

a écrit : Et si le pilote n'a plus le contrôle de l'avion ? Ou il s'écrase et tout le monde meurent , ou ils ont plus d'oxygène et tout le monde meurent

Ça marche à condition que le pilote n'oublie pas lui-même de mettre son masque... comme c'est déjà arrivé, il me semble.

Posté le

android

(265)

Répondre

Et quand il atteint les 3000m d'altitude le pilote ouvre la fenetre du cockpit pour respirer ?! ... :p

Posté le

android

(58)

Répondre

Ca donne en gros un taux de descente de 3000ft/min ce qui est important mais pas catastrophique, les organisme risque plus de souffrir de la décompression explosive (passer subitement de 8000ft altitude à l'intérieur de la cabine à 35000 ft à l'exterieur)

Ce qu'il faut savoir aussi c'est que les masques à oxygène des passagers fournissent un mélange d'oxygène et d'air de la cabine, ce qui les rends inefficace en cas de feu ou fumées dans la cabine.

13minutes... Le pilote ne doit pas dormir...

a écrit : Très rassurant... Évidemment que c'est rassurant si le pilote arrive à redresser l'avion et le mener à bon (aéro) port!

Faut aussi savoir que les repas du pilote et du copilote sont toujours différents et même préparés par des "traiteurs" différents.... pour des raisons évidentes de sécurité !

Posté le

android

(357)

Répondre

L'oxygène ça vous fait planer, vous acceptez mieux votre destin.

a écrit : Hormis le masque qui permet de respirer pendant cette période, je me demande quelle peut être la pression dans les oreilles et dans la poitrine car passer de 10 000 mètres à 6 000, ça doit être très violent. (pardon mais je n'ai pas testé!)
Heureusement, c'est rare et lorsque ça arrive (là, c'est
moins drôle!), les passagers sont dans le coma s'ils n'ont pas de masque avant que l'avion ne se crashe donc, théoriquement, ils n'ont pas le temps de souffrir.
Pas gai, ce matin!
Afficher tout
Non seulement les oreilles qui dégustent et la manque d'O2 immédiat (hypoxie : qui fait tomber dans les pommes ; c'est pour ça que les masques tombent)... Ce qu'il y a de plus grave en cas de "dépressurisation rapide", c'est que, le temps que la pression de l'avion soit la même que celle de l'altitude où il se trouve, tout est "aspiré" violemment vers l'extérieur ; et rien n'y résiste...

a écrit : Il s'écrase. Mais il faut savoir que les avions commerciaux peuvent planer sur une assez grande distance. Il suffit que le pilote positonne son avion sur une trajectoire en descente pour arriver a 3000 metres puis de redresser pour espere pouvoir se poser Pardon, mais ce n'est pas l'histoire de planer, l'avion n'est en panne "que" de pressurisation mais pas de moteurs donc le pilote doit gérer en urgence ce problème mais sa machine n'est pas en perdition!
Dans mon premier post, j'ai dit "passer de 10 000 à 6 000, je voulais dire à 3000!)
Bien que souvent les lignes soient plutôt autour de 45 000 pieds, CAD 15 000 mètres d'altitude!

13 minutes peut paraître très peu, mais pas de panique, il y a une bonne raison à cela. En cas de dépressurisation de la cabine quand l’avion se trouve à son altitude de croisière (plus de 10.000 mètres pour les long courriers, un peu moins pour les vols courts), la pression atmosphérique descend de manière brutale et l’air se vide de son oxygène, créant des conditions insupportables pour les organismes humains.
Le pilote doit donc faire redescendre au plus vite l’avion à 10.000 pieds d’altitude (environ 3.000 mètres), et il ne lui faut pas plus de 13 minutes pour effectuer cette descente, ce qui explique les 13 minutes d’oxygène des masques.

Et pas d'histoire de porte malheur ou je ne sais quoi la dessus? "13" min

a écrit : Ca donne en gros un taux de descente de 3000ft/min ce qui est important mais pas catastrophique, les organisme risque plus de souffrir de la décompression explosive (passer subitement de 8000ft altitude à l'intérieur de la cabine à 35000 ft à l'exterieur)

Ce qu'il faut savoir aussi c'es
t que les masques à oxygène des passagers fournissent un mélange d'oxygène et d'air de la cabine, ce qui les rends inefficace en cas de feu ou fumées dans la cabine. Afficher tout
Arrêtes-moi si je me fourvoie mais la décompression explosive ne risque pas de faire se rompre les tympans ou la cage thoracique à l'instar des effets d'une explosion de poudre noire?

Posté le

android

(1)

Répondre

Desolé mais cela est très parcellaire. En effet, 13mn est la durée de certains types d'avion équipés d'oxygène chimique. D'autres disposent de 22mn. D'autres sont en oxygène gazeux (des bouteilles) et l'autonomie depend donc de la pression disponible dans les bouteilles et du nombre de passagers.

Enfin, pour les pilotes, l'autonomie va de 15 mn à 02h00 (minima réglementaires) selon que l'on couvre la protection contre des fumées ou la dépressurisation.

Posté le

android

(25)

Répondre

a écrit : Ça marche à condition que le pilote n'oublie pas lui-même de mettre son masque... comme c'est déjà arrivé, il me semble. En cas de dépressurisation rapide, un pilote ne peut pas "oublier" de mettre son masque. S'il y a déjà eu des problèmes (je n'ai pas d'exemple d'incident de ce type en tête) c'était un problème technique... Pas un "oubli".

Vous auriez pu attendre demain , je suis a l'aéroport. Mais super anecdote sinon...