1966 fut une année noire pour la natalité au Japon

Proposé par
le

En 1966, le Japon a connu une forte chute de la natalité. En astrologie japonaise, il s'agit d'une année "Hinoe Uma" (cheval et feu). La croyance populaire veut que les filles nées cette année sont vouées à détruire leur mariage. Pour éviter cette malédiction, les parents reportèrent les naissances (462 620 naissances en moins par rapport à 1965).


Commentaires préférés (3)

a écrit : Il est dommage que l’auteur n’ai pas pu mettre en complément le nombre de naissance de l’année précédente (ou alors un ratio en plus de la valeur absolue) que l’on puisse comparer , et peut être également le nombre de l’année suivante afin de constater s’il y a eu un « rattrapage » des naissances. Selon le graphique qu'on trouve dans l'article publié par CAIRN (source 2), la baisse est significative, la fécondité passe de 2,1 enfants/femme en 1965 à 1,5 en 1966. Soit presque 30% de baisse.
Par contre, on apprend aussi que certains parents ont aussi menti à l'état civil, en déclarant que l'enfant était né en 1965 ou en attendant 1967 pour déclarer sa naissance. Un biais dans ces chiffres est donc possible.

On va pouvoir vérifier si cette superstition, très forte en 1966, sera encore tenace dans 4 ans (2026). Chaque signe astrologique chinois revient tous les 12 ans mais la combinaison du cheval et du feu est tous les 60 ans.


Tous les commentaires (26)

Il est dommage que l’auteur n’ai pas pu mettre en complément le nombre de naissance de l’année précédente (ou alors un ratio en plus de la valeur absolue) que l’on puisse comparer , et peut être également le nombre de l’année suivante afin de constater s’il y a eu un « rattrapage » des naissances.

a écrit : Il est dommage que l’auteur n’ai pas pu mettre en complément le nombre de naissance de l’année précédente (ou alors un ratio en plus de la valeur absolue) que l’on puisse comparer , et peut être également le nombre de l’année suivante afin de constater s’il y a eu un « rattrapage » des naissances. Selon le graphique qu'on trouve dans l'article publié par CAIRN (source 2), la baisse est significative, la fécondité passe de 2,1 enfants/femme en 1965 à 1,5 en 1966. Soit presque 30% de baisse.
Par contre, on apprend aussi que certains parents ont aussi menti à l'état civil, en déclarant que l'enfant était né en 1965 ou en attendant 1967 pour déclarer sa naissance. Un biais dans ces chiffres est donc possible.

a écrit : Il est dommage que l’auteur n’ai pas pu mettre en complément le nombre de naissance de l’année précédente (ou alors un ratio en plus de la valeur absolue) que l’on puisse comparer , et peut être également le nombre de l’année suivante afin de constater s’il y a eu un « rattrapage » des naissances. j'ai ouvert les commentaires car je le suis fait exactement la même remarque, isolement ce chiffre ne sert strictement a rien.
un élément de comparaison est nécessaire

On va pouvoir vérifier si cette superstition, très forte en 1966, sera encore tenace dans 4 ans (2026). Chaque signe astrologique chinois revient tous les 12 ans mais la combinaison du cheval et du feu est tous les 60 ans.

Voici quelques compléments qui ont été coupés de ma longue anecdote:

Les sources nous apprennent que les Japonais ne croient pas forcément en cette malédiction. Il y a toutefois eu un grand battage médiatique autour de cette année "cheval et feu", qui était de taille à créer de "l'inquiétude" au sein des couples.

L'apparition de moyens contraceptifs fiables a permis le report des naissances. Un effet de rattrapage est d'ailleurs visible dans les chiffres des naissances de 1967. De plus, il est également probable qu'il y ait eu des falsifications dans l'enregistrement des naissances.

a écrit : Il est dommage que l’auteur n’ai pas pu mettre en complément le nombre de naissance de l’année précédente (ou alors un ratio en plus de la valeur absolue) que l’on puisse comparer , et peut être également le nombre de l’année suivante afin de constater s’il y a eu un « rattrapage » des naissances. Les chiffres sont données dans le troisième lien.
Moins 25,4% de naissances recensées en 1966 par rapport à l'année précédente, et moins 29,6% de naissances, par rapport à 1967.
Grosso modo, ceci se traduit par + ou - 100 000 naissances "extra" en 1967, dont une partie non quantifiable correspond à un report de la date de déclaration de naissance du bébé. Le reste correspond à un report de grossesse réel, d'ailleurs signalé dans un des liens: la pression sociale...
Selon mon opinion, je reste tout de même pantois devant le fait que des couples puissent se laisser influencer par de l'astrologie....
Enfin bref.
--------------+--------------
Le Japon fut un des pays pionniers en matière de légalisation de l'avortement, l'autorisant dès 1948.
L'on peut penser qu'une partie de la chute des naissances en 1966, est imputable à un choix délibéré de la femme ou du couple, afin que ne pas être parent cette année-là.

Alors, peut-être aurait mieux fallu avoir recours a la pilule anticonceptive ? ....Sauf que son accès à été très restreint, jusqu'en 1999.

Le préservatif ? Oui. C'est encore aujourd'hui le principal moyen de contraception utilisé au Japon.

Ce qui, par contre, est à signaler -après faites-en vous votre opinion- c'est que pour pouvoir avorter, une japonaise doit obtenir le consentement de son mari ou du père du futur enfant...
Là où le bât blesse, c'est quand le père refuse, ou, -encore pire !- quand le futur bébé est le "fruit" d'un violeur....
Le refus paternel reconnu dans le Droit Japonais, est d'ailleurs critiqué par l'OMS, car il représente une sorte d'emprise de l'homme sur la femme.

Quant à la pilule du lendemain, pouvoir se la procurer est également un Via Crusis. Elle n'est délivrée que sur ordonnance d'un médecin, elle est chère (140 €) et non remboursable par la Sécurité Sociale.

Pour la pilule abortive, qui sera autorisée sur le marché Japonais avant la fin de l'année, les conditions d'obtention seront également contraignantes, dont celles d'obtenir le consentement du père.

a écrit : Les chiffres sont données dans le troisième lien.
Moins 25,4% de naissances recensées en 1966 par rapport à l'année précédente, et moins 29,6% de naissances, par rapport à 1967.
Grosso modo, ceci se traduit par + ou - 100 000 naissances "extra" en 1967, dont une partie non quantifiable c
orrespond à un report de la date de déclaration de naissance du bébé. Le reste correspond à un report de grossesse réel, d'ailleurs signalé dans un des liens: la pression sociale...
Selon mon opinion, je reste tout de même pantois devant le fait que des couples puissent se laisser influencer par de l'astrologie....
Enfin bref.
--------------+--------------
Le Japon fut un des pays pionniers en matière de légalisation de l'avortement, l'autorisant dès 1948.
L'on peut penser qu'une partie de la chute des naissances en 1966, est imputable à un choix délibéré de la femme ou du couple, afin que ne pas être parent cette année-là.

Alors, peut-être aurait mieux fallu avoir recours a la pilule anticonceptive ? ....Sauf que son accès à été très restreint, jusqu'en 1999.

Le préservatif ? Oui. C'est encore aujourd'hui le principal moyen de contraception utilisé au Japon.

Ce qui, par contre, est à signaler -après faites-en vous votre opinion- c'est que pour pouvoir avorter, une japonaise doit obtenir le consentement de son mari ou du père du futur enfant...
Là où le bât blesse, c'est quand le père refuse, ou, -encore pire !- quand le futur bébé est le "fruit" d'un violeur....
Le refus paternel reconnu dans le Droit Japonais, est d'ailleurs critiqué par l'OMS, car il représente une sorte d'emprise de l'homme sur la femme.

Quant à la pilule du lendemain, pouvoir se la procurer est également un Via Crusis. Elle n'est délivrée que sur ordonnance d'un médecin, elle est chère (140 €) et non remboursable par la Sécurité Sociale.

Pour la pilule abortive, qui sera autorisée sur le marché Japonais avant la fin de l'année, les conditions d'obtention seront également contraignantes, dont celles d'obtenir le consentement du père.
Afficher tout
"Là où le bât blesse, c'est quand le père refuse, ou, -encore pire !- quand le futur bébé est le "fruit" d'un violeur...."
Le consentement du géniteur n'est pas requis dans les cas reconnus de viol et de mise en danger de la santé de la femme.

Je travaillais dans un hôpital au Vietnam l'année du cochon d'or. Il y avait eu une explosion de naissances car année très favorable. C'était aux environs de 2003-4

a écrit : "Là où le bât blesse, c'est quand le père refuse, ou, -encore pire !- quand le futur bébé est le "fruit" d'un violeur...."
Le consentement du géniteur n'est pas requis dans les cas reconnus de viol et de mise en danger de la santé de la femme.
Encore faut il qu'elles prouvent le viol... c'est ça qui coince, et pas qu'au Japon, loin de la.

a écrit : On y voit aussi des baisses importantes en 1938-1939 et en 1945-1946 (Hiroshima ?) dont il y a peut-être un lien avec l'horoscope. Ainsi qu'une chute vertigineuse entre 1950 et 1958. Oui, la légende l'attribue bien a la seconde guerre mondiale. On voit également que la courbe n'est pas symétrique entre 1907 et 1927 : il s'agit (entre autres, car même des pays en paix montrent une longévité souvent plus grande pour les femmes que les hommes) des morts du a la seconde guerre mondiale, principalement masculines.
Une autre pyramide des ages montrant bien les stigmates de la guerre, est celle pour la russie : upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/c/c8/Russian_population_sex_by_age_%28demographic_pyramid%29_as_on_jan_01%2C_2018.png/800px-Russian_population_sex_by_age_%28demographic_pyramid%29_as_on_jan_01%2C_2018.png
Dans cette image, on voit très clairement le surplus féminin, mais également une chose intéressante : La baisse actuelle de naissance est une conséquence directe de leur grande guerre patriotique.
Le creux de naissance qu'il y a en plein milieu de la seconde guerre mondiale se répète tout les 25-30 ans : un autre creux apparaît en dans la fin des années 60, un autre en fin d'années 90, et un dernier aujourd'hui.
Ces répétitions ne sont pas un hasard, ni uniquement lié au contexte géopolitique : Elles sont espacé par le temps moyen d'une génération, dans la fin des années 60, ceux étant en age d'avoir des enfants étaient peu nombreux, et le phénomène est encore visible de nos jours.

a écrit : Encore faut il qu'elles prouvent le viol... c'est ça qui coince, et pas qu'au Japon, loin de la. On est d'accord, c'est pour ça que j'ai écris "reconnu".
Mais le message originel pouvait laisser à penser que le consentement du violeur était requis, ce qui n'est pas le cas. Ca fait quand même une différence.
Mais c'est sur qu'entre la loi et les faits il y a parfois une fossé.
En tous cas 99% des avortements sont justifiés par la mise en danger de la vie de la mère. On peut facilement imaginer que cette justification est souvent trompeuse et ne reflète pas la réalité des faits.

a écrit : On va pouvoir vérifier si cette superstition, très forte en 1966, sera encore tenace dans 4 ans (2026). Chaque signe astrologique chinois revient tous les 12 ans mais la combinaison du cheval et du feu est tous les 60 ans. Les japonnais ont pu vérifier depuis si davantage de mariage ont été brisés par des filles nées en 1966.

a écrit : "Là où le bât blesse, c'est quand le père refuse, ou, -encore pire !- quand le futur bébé est le "fruit" d'un violeur...."
Le consentement du géniteur n'est pas requis dans les cas reconnus de viol et de mise en danger de la santé de la femme.
Néanmoins, peu de docteurs refusent catégoriquement de procéder à un avortement chirurgical, s'il n'y a pas de consentement écrit.

Alors oui, la Loi Japonaise prévoit une exception dans le cas de femme célibataire ou séparée/divorcée décidant d'avorter, mais encore faut-il que les Japonaises le sachent...
Quand bien même cette Japonaise le saurait, là, c'est le docteur qui doute encore à pratiquer l'intervention.... il pourrait être judiciairemrnt poursuivi par le géniteur.

Dans le cas de viol (abus sexuel), c'est surtout le cas des femmes tombant enceinte, suite à une relation sexuelle non consentie avec leur partenaire.

Si j'ai écrit ce court paragraphe dans mon précédent commentaire, c'est pour informer de l'abus officialisé du Paternalisme, existant encore dans la société Japonaise.

a écrit : Encore faut il qu'elles prouvent le viol... c'est ça qui coince, et pas qu'au Japon, loin de la. @Gilgawesh à tout de même écrit "viol avéré".
Néanmoins oui, tu as également raison.

Je vous invite d'ailleurs vivement à lire ce long lien.....
japanization.org/shiori-ito-journaliste-japonaise-victime-dun-viol/
..où l'on apprend le bas niveau d'information de la population sur un sujet encore "tabou" au Japon.

a écrit : Oui, la légende l'attribue bien a la seconde guerre mondiale. On voit également que la courbe n'est pas symétrique entre 1907 et 1927 : il s'agit (entre autres, car même des pays en paix montrent une longévité souvent plus grande pour les femmes que les hommes) des morts du a la seconde guerre mondiale, principalement masculines.
Une autre pyramide des ages montrant bien les stigmates de la guerre, est celle pour la russie : upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/c/c8/Russian_population_sex_by_age_%28demographic_pyramid%29_as_on_jan_01%2C_2018.png/800px-Russian_population_sex_by_age_%28demographic_pyramid%29_as_on_jan_01%2C_2018.png
Dans cette image, on voit très clairement le surplus féminin, mais également une chose intéressante : La baisse actuelle de naissance est une conséquence directe de leur grande guerre patriotique.
Le creux de naissance qu'il y a en plein milieu de la seconde guerre mondiale se répète tout les 25-30 ans : un autre creux apparaît en dans la fin des années 60, un autre en fin d'années 90, et un dernier aujourd'hui.
Ces répétitions ne sont pas un hasard, ni uniquement lié au contexte géopolitique : Elles sont espacé par le temps moyen d'une génération, dans la fin des années 60, ceux étant en age d'avoir des enfants étaient peu nombreux, et le phénomène est encore visible de nos jours.
Afficher tout
Le lien ne fonctionne pas :(

a écrit : Le lien ne fonctionne pas :( C'est un lien menant à la pyramide des âges, au Japon.
Tu rencontreras le même graphique dans le deuxième lien de l'anecdote (cairn info).

Il y a un autre graphique dans cette page Wikipédia, chapitre "causes", montrant la très claire chute passagère du taux de natalité, pour 1966.
fr.m.wikipedia.org/wiki/Vieillissement_du_Japon