Les banques n'ont pas parié sur le renouvelable

Proposé par
le
dans

L’institut Rousseau a étudié les actifs des 11 principales banques de la zone euro. Ces dernières cumulent près de 530 milliards d’euros d’actifs liés aux énergies fossiles soit 95 % du total de leurs fonds propres. Une éventuelle transition énergétique menée trop rapidement pourrait ainsi faire effondrer le système bancaire.


Tous les commentaires (84)

a écrit : C'est bien là qu'il y a confusion. Je te renvoie à ce que disais Picsonald. Il parle de "nombre de barils nécessaires pour extraire 1 baril de pétrole" ce qui ne signifie pas taux inférieur à 1.

Tu peux avoir besoin de consommer beaucoup de baril pour en extraire 1, à la fin t'en as toujours produit 1.
A la fin tu n'en a plus aucun puisque tu en récupères moins que ce que tu consommes.

Il me semble qu'on est tous les 4 a peu près en phase sur la problématique évoquée (aux détails de formulation près).
Je partage la nuance, comme quoi on pourrait extraire du pétrole avec une autre énergie que le pétrole... J'espère qu'on en arrivera pas là !

a écrit : Il me semble qu'on est tous les 4 a peu près en phase sur la problématique évoquée (aux détails de formulation près).
Je partage la nuance, comme quoi on pourrait extraire du pétrole avec une autre énergie que le pétrole... J'espère qu'on en arrivera pas là !
Ca n'aurait pas d'intérêt d'extraire du pétrole contenant moins d'énergie que l'énergie utilisée pour son extraction, si c'est pour finalement utiliser le pétrole pour produire de l'énergie. Ca serait une sorte de stockage d'énergie (on utilise de l'énergie pour extraire le pétrole et ensuite on peut le transporter et lui faire restituer cette énergie quand on en a besoin), mais c'est plus facile de transporter de l'électricité et on sait stocker l'énergie dans des batteries ou des piles à combustible (ou même des barages hydroélectriques pour les grosses quantités) si c'est pour faire rouler des véhicules par exemple. A la rigueur on pourrait admettre d'extraire du pétrole même si ça coûte plus cher en énergie que l'énergie contenue dans ce pétrole, si c'est pour l'utiliser pour faire de la pétrochimie, par exemple pour fabriquer du plastique, mais là aussi, je pense qu'on trouvera des équivalents moins gourmands en énergie et on n'utilisera plus le pétrole pour la chimie non plus quand il demandera tellement d'énergie pour l'extraire.

a écrit : Il me semble qu'on est tous les 4 a peu près en phase sur la problématique évoquée (aux détails de formulation près).
Je partage la nuance, comme quoi on pourrait extraire du pétrole avec une autre énergie que le pétrole... J'espère qu'on en arrivera pas là !
Ça dépend comment on comprend ta phrase en fait, c'est là qu'on n'est pas sur la même longueur d'onde :)

Ce que je dis c'est qu'on peut tout à fait extraire 1 baril vendable avec plusieurs (disons 2) barils d'énergie consommée tout en restant rentable financièrement parlant. Dans l'exemple 3 barils représentent 100% de la prod, le taux de perte est donc de 2/3, soit 66%. Reste 33% de la prod vendable.

Ce que dit Kepotx qui raisonne en taux c'est que si 1 baril représente 100% de la prod lorsque les coûts d'extraction atteigne 100% on n'a plus rien a vendre.