L'exposition vide

Proposé par
le
dans

Tous les commentaires (46)

Il y a l'art contemporain et l'art comptant pour rien...

a écrit : Sentant poindre l'éternel débat sur "l'art", je commence :)
Klein n'en est pas à son premier "coup". J'ai eu l'occasion de voir une exposition de l'artiste à New York, au musée Gugenheim... Une vingtaine de toiles bleues !
Certes c'était le "fameux
" bleu Klein (du bleu outremer mélé à un liant), mais tout était bleu, rien que bleu, le même bleu... Et les gens s'extasiaient, commentaient chaque toile qui était comme les autres "bleu Klein".
Comment dire... j'étais pour le moins dubitatif :)
On dit que l'art c'est "ce qui crée une émotion" ; je peux comprendre que ce sentiment existe sur des oeuvres qui ne me touchent pas moi, mais où d'autres en éprouvent quelque chose qui les touche, qui les emmènent à commenter, qui les fait "voyager". Mais là : 20 toiles bleues ? Ou comme dans l'anecdote rien du tout ! Comment éprouver de l'émotion sur du "rien" ?
Non, vraiment... c'est du foutage de gueule :)
Afficher tout
Il y a quand même toute une histoire derrière ce bleu. Klein l'utilisait avec des liants (comme tout le monde) mais la couleur ne se rapprochait pas des pigments non liés, et c'est ce qu'il voulait. Il a fallu de nombreux essais, des heures de recherches pour que ce bleu, avec son liant, se rapproche du pigment pur.

Ensuite qui sait, c'est devenu obsessionnel ?

Mais l'originalité, l'art, c'est aussi et surtout le point de vue de l'artiste, le chemin, l'idée qui a mené à l'œuvre. Et souvent, surtout en art contemporain, on se contente de regarder sans se poser de questions quant à ce qu'à voulu exprimer l'artiste, quel dommage !

Et bref, chacun pense ce qu'il veut, mais je trouve qu'élever une couleur au rang d'une œuvre d'art c'est génial. Ça amène à regarder, pas seulement voir.

De même, Soulage et le noir : ce n'est pas la couleur qu'il faut regarder, mais la lumière qui se reflète dessus. Toute une histoire...

Ça fait vachement le mec qui a oublié de faire son devoir, et qui s’en rend compte le matin même.

a écrit : Je ne peux que te rejoindre.

De toute façons, aujourd'hui, l'art, c'est plus un business qu'autre chose.

La Joconde n'a pas de valeur? Elle est assurée combien, cette toile???

Les mecs qui ont foutu une capote sur l'obélisque de la place de la Concor
de, CA j'ai trouvé ca chiadé, y'avait vraiment un message à faire passer et un travail mais chier sur une toile et vendre sa signature 50 mille capsules (y'a une référence à trouver)... tout le monde peut le faire.

ca me rappelle "les trois frères"
"j'ai acheté quelques œuvres d'artistes encore inconnus mais qui ont me rapporter un max de pognon"
Afficher tout
Il y a je crois deux sujets bien distincts entre l’anecdote et ce que tu décris, entre « qu’est ce que l’art ? » et « quelle valeur (marchande) on donne aux œuvres ? »

Malheureusement il y a énormément de spéculation sur l’art car c’est un excellent moyen de blanchir de l’argent sans trop de difficulté car il est plus simple de faire exploser les prix avec une fausse « demande » que pour d’autres objets. Toutefois la spéculation est généralement faite sur des œuvres d’art déjà célèbres ou qualifiés de chef d’œuvres. Spéculer de l’argent (sale ou non) sur des œuvres peu reconnues et/ou la demande est faible c’est aussi dangereux que d’investir en cryptomonnaie. Impossible d’avoir une idée du gain potentiel à court, moyen, long terme.
Acheter du vide comme décrit dans l’anecdote, c’est jeter de l’argent par les fenêtres ;)

a écrit : Sentant poindre l'éternel débat sur "l'art", je commence :)
Klein n'en est pas à son premier "coup". J'ai eu l'occasion de voir une exposition de l'artiste à New York, au musée Gugenheim... Une vingtaine de toiles bleues !
Certes c'était le "fameux
" bleu Klein (du bleu outremer mélé à un liant), mais tout était bleu, rien que bleu, le même bleu... Et les gens s'extasiaient, commentaient chaque toile qui était comme les autres "bleu Klein".
Comment dire... j'étais pour le moins dubitatif :)
On dit que l'art c'est "ce qui crée une émotion" ; je peux comprendre que ce sentiment existe sur des oeuvres qui ne me touchent pas moi, mais où d'autres en éprouvent quelque chose qui les touche, qui les emmènent à commenter, qui les fait "voyager". Mais là : 20 toiles bleues ? Ou comme dans l'anecdote rien du tout ! Comment éprouver de l'émotion sur du "rien" ?
Non, vraiment... c'est du foutage de gueule :)
Afficher tout
C’est pas l’expo aussi où on a fait manger une certaine substance aux visiteurs qui leur ont fais faire pipi bleue des heures après ?

a écrit : Il y a je crois deux sujets bien distincts entre l’anecdote et ce que tu décris, entre « qu’est ce que l’art ? » et « quelle valeur (marchande) on donne aux œuvres ? »

Malheureusement il y a énormément de spéculation sur l’art car c’est un excellent moyen de blanchir de l’argent sans trop de difficulté ca
r il est plus simple de faire exploser les prix avec une fausse « demande » que pour d’autres objets. Toutefois la spéculation est généralement faite sur des œuvres d’art déjà célèbres ou qualifiés de chef d’œuvres. Spéculer de l’argent (sale ou non) sur des œuvres peu reconnues et/ou la demande est faible c’est aussi dangereux que d’investir en cryptomonnaie. Impossible d’avoir une idée du gain potentiel à court, moyen, long terme.
Acheter du vide comme décrit dans l’anecdote, c’est jeter de l’argent par les fenêtres ;)
Afficher tout
Je ne parlais pas de blanchiment, juste d'investissement.

Quand à acheter du vide, c'est le ballon prisonnier, dès que le match s'arrête, si t'as la balle, t'as perdu.
Business is business; ;)

a écrit : Il y a je crois deux sujets bien distincts entre l’anecdote et ce que tu décris, entre « qu’est ce que l’art ? » et « quelle valeur (marchande) on donne aux œuvres ? »

Malheureusement il y a énormément de spéculation sur l’art car c’est un excellent moyen de blanchir de l’argent sans trop de difficulté ca
r il est plus simple de faire exploser les prix avec une fausse « demande » que pour d’autres objets. Toutefois la spéculation est généralement faite sur des œuvres d’art déjà célèbres ou qualifiés de chef d’œuvres. Spéculer de l’argent (sale ou non) sur des œuvres peu reconnues et/ou la demande est faible c’est aussi dangereux que d’investir en cryptomonnaie. Impossible d’avoir une idée du gain potentiel à court, moyen, long terme.
Acheter du vide comme décrit dans l’anecdote, c’est jeter de l’argent par les fenêtres ;)
Afficher tout
L'achat d’œuvres d'art d'artistes vivants offre aussi tout simplement une déduction fiscale, dans le cas des entreprises, ou une défiscalisation pour les contribuables, ce n'est pas négligeable.
Si la fondation Louis Vuitton existe, ce n'est pas que "pour l'amour de l'art".

a écrit : L'achat d’œuvres d'art d'artistes vivants offre aussi tout simplement une déduction fiscale, dans le cas des entreprises, ou une défiscalisation pour les contribuables, ce n'est pas négligeable.
Si la fondation Louis Vuitton existe, ce n'est pas que "pour l'amour de l'art".
La déduction sur l’achat d’œuvre d’art est anecdotique. La déduction est plafonné à 10 000€ du CA et est très contraignante (obligation d’exposer l’œuvre pendant 5 ans).

LVMH défiscalise les dons qu’elle fait à la fondation à hauteur d'environ 500 millions mais c’est un autre procédé fiscal. C’est un don pas un achat d’œuvre d’art.

Le blanchiment dans l’art se chiffre entre 3 et 6 milliards d’euros.
www.imf.org/external/pubs/ft/fandd/fre/2019/09/pdf/the-art-of-money-laundering-and-washing-illicit-cash-mashberg.pdf

a écrit : Je peux te dire que moi j'aurais de l'émotion sur "rien". Je fais la queue pendant je ne sais combien de temps, je paye un certain prix...pour ne rien voir. Je peux te dire que j'aurais été bien énervée ! Un rien énervée ?

a écrit : C’est pas l’expo aussi où on a fait manger une certaine substance aux visiteurs qui leur ont fais faire pipi bleue des heures après ? Je ne sais pas... Pour ma part je n'avais rien bu et n'avais pas pissé bleu :)

a écrit : Sentant poindre l'éternel débat sur "l'art", je commence :)
Klein n'en est pas à son premier "coup". J'ai eu l'occasion de voir une exposition de l'artiste à New York, au musée Gugenheim... Une vingtaine de toiles bleues !
Certes c'était le "fameux
" bleu Klein (du bleu outremer mélé à un liant), mais tout était bleu, rien que bleu, le même bleu... Et les gens s'extasiaient, commentaient chaque toile qui était comme les autres "bleu Klein".
Comment dire... j'étais pour le moins dubitatif :)
On dit que l'art c'est "ce qui crée une émotion" ; je peux comprendre que ce sentiment existe sur des oeuvres qui ne me touchent pas moi, mais où d'autres en éprouvent quelque chose qui les touche, qui les emmènent à commenter, qui les fait "voyager". Mais là : 20 toiles bleues ? Ou comme dans l'anecdote rien du tout ! Comment éprouver de l'émotion sur du "rien" ?
Non, vraiment... c'est du foutage de gueule :)
Afficher tout
Finalement n’est ce pas cette émotion là, la tienne, qui est tout autant recherchée par l’artiste ? :)

a écrit : En même temps, quelle idée d'aller voir le "spectacle" d'un faux ado qui a 2 de QI ? Pas la mienne en tout cas et il est vrai que ce commentaire est juste.
Mais je n’ai pas plus de considération pour ceux qui vont voir ceux dont "on parle" .
Chacunes des ses personnes y trouvent leur compte, au grand bonheur de ceux qui créent l’événement, et aux grand bonheur de ceux qui critiqueront leur choix.

a écrit : C’est ce qu’il se passe quand tu va voir un spectacle de Kev Adams.. J'aurai été d'accord avec toi il y a encore pas longtemps
Mais j'ai vu ce sketch depuis et ça va peut être te faire changer d'avis :)

m.youtube.com/watch?v=tK8iiFOGMjk

a écrit : Et aussi vide de client. Il faut peut-être prendre des cours d’histoire de l’art pour comprendre ce genre d’œuvre.

a écrit : Il faut peut-être prendre des cours d’histoire de l’art pour comprendre ce genre d’œuvre. C'est ce que je n'aime pas dans cet "art". Selon moi, l'art devrait être accessible à tous. S'il faut avoir pris des cours d'histoire de l'art pour comprendre i'e œuvre...cela n'a plus de sens. Cet élitisme à 2 balles est insupportable.

a écrit : Il faut peut-être prendre des cours d’histoire de l’art pour comprendre ce genre d’œuvre. Peux tu m'expliquer ce qu'il y a à comprendre dans une pièce vide où l'entrée est payante?

"SENSASSIONNEL! Dès demain le musée du Louvre ouvrira ses portes sans rien à exposer, le thème: Vide intersidéral sur fond de peinture fraiche faite au rouleau par le grand artiste reconnu sur la planète entière: Rantanplan.
Réservez vos billets dès maintenant."

-Bah merdalors, personne est venu, je me demande bien pourquoi?
-Bah ils y connaissent rien à l'art, ces ploucs!
-Dommage, maintenant la peinture est sèche...

a écrit : Je ne peux que te rejoindre.

De toute façons, aujourd'hui, l'art, c'est plus un business qu'autre chose.

La Joconde n'a pas de valeur? Elle est assurée combien, cette toile???

Les mecs qui ont foutu une capote sur l'obélisque de la place de la Concor
de, CA j'ai trouvé ca chiadé, y'avait vraiment un message à faire passer et un travail mais chier sur une toile et vendre sa signature 50 mille capsules (y'a une référence à trouver)... tout le monde peut le faire.

ca me rappelle "les trois frères"
"j'ai acheté quelques œuvres d'artistes encore inconnus mais qui ont me rapporter un max de pognon"
Afficher tout
pour info, la joconde n'est pas assurée. pas parce qu'elle est sans valeur, mais parce qu'elle est inestimable.
quand le tableau a été envoyé à new york en 1962, les assurances demandaient 700 000 $, ce qui avec l'inflation équivaudrait à plus de 6 millions de maintenant.
il a été préféré de prendre des mesures de sécurité hors normes, bien moins chères