Pour peindre, Picasso utilisa des pigments étranges

Proposé par
le
dans

Commentaires préférés (3)

Il y a une super série qui résume à chaque saison la vie d'un grand nom de l'histoire. Genius. Une saison est destinée la vie de Picasso. On en apprend beaucoup (par exemple que c'était un grand séducteur)...mais pas cette histoire de marron. La saison sur Einstein est top aussi.

Posté le

android

(77)

Répondre

Quand on vous dit que l'art c'est de la merde ;)

a écrit : Dans la série des pigments à l'origine particulière. On m'avait expliqué au cours d'un voyage au Pérou une technique traditionnelle de coloration de tissu. Ils enterraient la laine et demandaient à un enfant prépubère d'uriner dessus. Au bout de plusieurs semaine ils déterraient la laine qui était devenu bleu.
Malheureusement je n'arrive pas à trouver de sources sur cette technique.
Afficher tout
Le plus similaire que j'ai trouvé, est en référence aux tissus archéologiques découverts à Huaca Prieta.
Des tissus indigo vieux de 6000 ans, où l'urine servait à fixer la couleur obtenue de plantes.
www.bbc.com/mundo/noticias-37413700

Posté le

android

(39)

Répondre


Tous les commentaires (27)

Il y a une super série qui résume à chaque saison la vie d'un grand nom de l'histoire. Genius. Une saison est destinée la vie de Picasso. On en apprend beaucoup (par exemple que c'était un grand séducteur)...mais pas cette histoire de marron. La saison sur Einstein est top aussi.

Posté le

android

(77)

Répondre

Pour les amateurs (dont je ne suis pas), d'autres artistes ont utilisé leurs excréments pour faire de l'art, dont certains en peinture en jouant sur les variations de couleurs selon les aliments consommés.

Posté le

android

(9)

Répondre

Quand on vous dit que l'art c'est de la merde ;)

a écrit : Il y a une super série qui résume à chaque saison la vie d'un grand nom de l'histoire. Genius. Une saison est destinée la vie de Picasso. On en apprend beaucoup (par exemple que c'était un grand séducteur)...mais pas cette histoire de marron. La saison sur Einstein est top aussi. Je pense qu en commençant un tableau il le sentait bien
Je sors

Posté le

android

(0)

Répondre

Dans la série des pigments à l'origine particulière. On m'avait expliqué au cours d'un voyage au Pérou une technique traditionnelle de coloration de tissu. Ils enterraient la laine et demandaient à un enfant prépubère d'uriner dessus. Au bout de plusieurs semaine ils déterraient la laine qui était devenu bleu.
Malheureusement je n'arrive pas à trouver de sources sur cette technique.

a écrit : Dans la série des pigments à l'origine particulière. On m'avait expliqué au cours d'un voyage au Pérou une technique traditionnelle de coloration de tissu. Ils enterraient la laine et demandaient à un enfant prépubère d'uriner dessus. Au bout de plusieurs semaine ils déterraient la laine qui était devenu bleu.
Malheureusement je n'arrive pas à trouver de sources sur cette technique.
Afficher tout
Le plus similaire que j'ai trouvé, est en référence aux tissus archéologiques découverts à Huaca Prieta.
Des tissus indigo vieux de 6000 ans, où l'urine servait à fixer la couleur obtenue de plantes.
www.bbc.com/mundo/noticias-37413700

Posté le

android

(39)

Répondre

a écrit : Quand on vous dit que l'art c'est de la merde ;) Ceci n'est pas un commentaire.

Il faut savoir qu'à l'inverse d'Hitler, Picasso s'était tout d'abord orienté vers le monde de la boulange-pâtisserie, et ce fut justement à cause de ce genre de délire qu'on brima ses ambitions. Il trouva alors en la peinture d'abord un réconfort, puis une passion.

Ceux qui possédaient ces toiles et qui ne le savaient pas encore, ont dû les regarder différemment quand ils l'ont appris. Et ils les ont peut-être déplacées si elles étaient accrochées dans la salle à manger...

Posté le

android

(6)

Répondre

a écrit : Il faut savoir qu'à l'inverse d'Hitler, Picasso s'était tout d'abord orienté vers le monde de la boulange-pâtisserie, et ce fut justement à cause de ce genre de délire qu'on brima ses ambitions. Il trouva alors en la peinture d'abord un réconfort, puis une passion. J'ignorais que Hitler était devenu boulanger-pâtissier, après s'être fait une raison, comme quoi il n'avait aucun talent artistique....
Quelle était sa spécialité : la forêt noire, l'apfelstrudel, la tarte Sacher ?...

Posté le

android

(17)

Répondre

a écrit : Ceux qui possédaient ces toiles et qui ne le savaient pas encore, ont dû les regarder différemment quand ils l'ont appris. Et ils les ont peut-être déplacées si elles étaient accrochées dans la salle à manger... Je suis sur qu'il y en a au moins un qui a du la lecher.

a écrit : J'ignorais que Hitler était devenu boulanger-pâtissier, après s'être fait une raison, comme quoi il n'avait aucun talent artistique....
Quelle était sa spécialité : la forêt noire, l'apfelstrudel, la tarte Sacher ?...
Je sais plus.. mais c'était un truc où fallait se servir d'un four..

a écrit : Je sais plus.. mais c'était un truc où fallait se servir d'un four.. Tout comme Picasso, il s'est également essayé à la céramique ?....

Posté le

android

(0)

Répondre

a écrit : Pour les amateurs (dont je ne suis pas), d'autres artistes ont utilisé leurs excréments pour faire de l'art, dont certains en peinture en jouant sur les variations de couleurs selon les aliments consommés. Certains les ont aussi utilisés pour moquer d’autres artistes !

Warhol a par exemple détourné la technique du dropping avec de l’urine : www.artspace.com/magazine/art_101/book_report/andy-warhol-made-abstract-art-a-look-at-his-piss-oxidation-and-cum-paintings-55610

Mais mon préféré dans le genre « j’utilise de la merde pour faire de l’art » reste Manzoni et la Merda d’artista vendu au prix d’or !

a écrit : Pour les amateurs (dont je ne suis pas), d'autres artistes ont utilisé leurs excréments pour faire de l'art, dont certains en peinture en jouant sur les variations de couleurs selon les aliments consommés. Quand la merde se fait art :
Un autre artiste ayant peint avec des excréments :
En 1995, au Centre Georges Pompidou, une exposition monographique a été consacrée à Gérard Gasiorowski :
www.centrepompidou.fr/cpv/resource/c5eRa8b/rB5eGe
« Il produit diverses séries à commencer par « Les Croûtes », où il utilise ses excréments comme éléments afin de créer des tableaux volontairement vulgaires et repoussants, provoquant le dégoût et l’aberration.
fr.m.wikipedia.org/wiki/Gérard_Gasiorowski

Pour élargir :
Dieter Roth avait exposé des jus de poubelles dans des bocaux au Musée d’art contemporain de Marseille en 1997...

"Il a beau s'enfiler des litres et des litres de bleu de méthylène, il est encore jamais arrivé à chier un bleu-clair!"
(Mado la niçoise)

Non, franchement, c'est dégueu, quoi, pour avoir du marron y'a d'autres moyens! Ils sont fous, ces artistes! ^^

a écrit : Quand la merde se fait art :
Un autre artiste ayant peint avec des excréments :
En 1995, au Centre Georges Pompidou, une exposition monographique a été consacrée à Gérard Gasiorowski :
www.centrepompidou.fr/cpv/resource/c5eRa8b/rB5eGe
« Il produit diverses séries à commencer par « Les Cr
oûtes », où il utilise ses excréments comme éléments afin de créer des tableaux volontairement vulgaires et repoussants, provoquant le dégoût et l’aberration.
fr.m.wikipedia.org/wiki/Gérard_Gasiorowski

Pour élargir :
Dieter Roth avait exposé des jus de poubelles dans des bocaux au Musée d’art contemporain de Marseille en 1997...
Afficher tout
Comme provocation, je préfère nettement l'ananas posé sur une table !

Posté le

android

(5)

Répondre

a écrit : Comme provocation, je préfère nettement l'ananas posé sur une table ! Chuis bien d'accord, c'était quand même plus subtil!

Je l'ai déjà dit y'a quelque temps mais un jour j'ai rempli une bouteille de coca de déchets (des mégots, des mouchoirs gluants ect...), mon éducatrice (ben quoi) m'a dit:
-Tiens, tu fais de l'art?
-Non, c'est juste une poubelle.
Y'en a qui trouvent un sens là où il n'y en a aucun, c'est ainsi! ^^
Un ananas sur une table? -OH my god, is biotifoul, What is it?
-1850$, sans la cloche en verre!

J'ai un pote qui s'est conçu son propre bureau de gammer, il m'a demandé mon avis pour faire ça beau, et franchement, je lui ai dit: prend du formica, au moins c'est facile à nettoyer. Niveau art, je suis proche du zéro absolu... ;)

a écrit : "Il a beau s'enfiler des litres et des litres de bleu de méthylène, il est encore jamais arrivé à chier un bleu-clair!"
(Mado la niçoise)

Non, franchement, c'est dégueu, quoi, pour avoir du marron y'a d'autres moyens! Ils sont fous, ces artistes! ^^
On peut obtenir un joli marron avec du Bitume de Judée, c’est un pigment fossile. Donc, c’est proche de la merde.
Ce n’est pas si caca que cela, puisqu’on peut la recycler et la remanger. Il y a de l’énergie renouvelable là-dedans.
Et des trucs « dégueu » en art, il n’en manque pas. Par exemple, le carmin est un pigment obtenu en broyant des cochenilles. On en mange aussi.