Kubrick maltraita son actrice dans Shining

Proposé par
le
dans

Afin de plonger la comédienne Shelley Duvall dans un état de nervosité naturel requis pour son rôle dans Shining, Stanley Kubrick n'a pas hésité à la maltraiter durant le tournage : propos dégradants, scènes refaites des dizaines de fois. Il est même allé jusqu'à ordonner à son équipe de l'isoler et ne faire preuve d'aucune compassion à son égard.


Tous les commentaires (73)

a écrit : Je ne le savais pas mais en contre partie je ne suis pas surpris. J espère qu il n a pas fait la même chose avec le gamin... À moins que Jack Nicholson s en soit chargé... Redrum Redrum... Si je me souviens bien Kubrick à fait en sorte que le gamin ne soit même pas au courant qu'il joue dans un film d'horreur, il l'aurait donc appris plus tard étant grand, c'est là tout le génie du réalisateur

a écrit : Et j'imagine qu'il a enfermé Jack Nicholson dans une pièce sans lumière et avec des voix qui chuchotent pour qu'il puisse bien jouer le rôle de dément hein? Non, lui n'a pas besoin de ça !

a écrit : Et j'imagine qu'il a enfermé Jack Nicholson dans une pièce sans lumière et avec des voix qui chuchotent pour qu'il puisse bien jouer le rôle de dément hein? Nicholson est plus comme Kubrick :
Dans une autre anecdote il est raconté qu'il a amené un flingue pendant le tournage des Infiltrés (sans avertir personne) pour effrayer Dicaprio et rendre la scène plus réaliste.

a écrit : Stanley Kubrick était particulièrement dur avec lui même et avec ses acteurs (scènes jouées 30/40 fois, 10 h de tournage non stop...) mais c'était certainement un des plus grands réalisateurs de l'histoire du cinéma. Les acteurs connaissaient les difficultés du tournage avec lui mais ils ne se demandaient pas si c'est légal ou pas (D'ailleurs, il n'y a rien d'inégal à laisser de côté une personne mais bon) Jouer dans un film comme Shining avec Kubrik est une incroyable aubaine pour la carrière d'un acteur donc ça ne se refuse pas même si c'est particulièrement difficile... Afficher tout C'est illégale à partir du moment où c'est de la maltraitance psychologique, acteur est un metier, ce n'est pas de l'esclavage, et l'on ne peux pas tous faire pour satisfère son égo, sans compter que pour moi kubrick n'est pas un geni mais simplement un meteur en scene parmit d'autre qui à son univers

a écrit : Pour rendre à Heath Ledger sa "dignité": le fait de s'isoler de la sorte n'est pas rare chez les acteurs US (l'histoire des Actor Studios, tout ça. Il suffit de voir comment se préparent Bale ou Day-Levis...). Heath Ledger n'allait pas particulièrement mal à cause de ce rôle et avait entamé le tournage de "L'imaginarium du docteur Parnassus" avec Terry Gilliam.
La cause de son décès est accidentelle et est due à une allergie chimique causée par un traitement médical prescrit. Le suicide n'est que spéculation.
C'est tragique (une mort l'est toujours quelque part...), mais les médias à l'époque n'ont pas été très corrects en en faisant des caisses dans le macabre...

Concernant Duvall, elle a dit par la suite qu'elle gardait un souvenir éprouvant du tournage (on s'en doute...) mais qu'elle comprenait la démarche de Kubrick qui lui a bien expliqué sa vision. Elle était relativement isolée sur le tournage pour la maintenir dans le personnage ceci dit.

Sinon, si vous revoyez le film, certains détails sont assez intéressants :
Aucun raccordement électrique n'est visible (TV, lampes, etc).
Leur arrivée tombe un 31 octobre.
Les vues aériennes/extérieures rendent impossible la disposition intérieure des portes/fenêtres.
La disposition de ces dernières évolue pendant le film.
Jack Torrance (Nicholson) présente certains attributs de Charon, le passeur des morts : soif inextinguible, claudication, froid, etc.
Le thème de la bande son est le Dies Irae de Berliotz ("la grande messe des morts"). Opéra dans lequel un artiste (qui ne trouve pas l'inspiration) tue sa fiancée avant de participer à une messe noire.
On peut revoir le film 10 fois et toujours découvrir de nouveaux détails, notamment si l'on cherche les faux-raccords, ici volontaires, tels des indices sur l'anormalité de l'Overlook Hotel.
Afficher tout
Entièrement d'accord avec toi, il manque juste le fait que toutes tes infos viennent de "Room 237", pour ceux qui veulent en apprendre davantage sur Shining, des secrets de tournage ou meme des interprétations, c'est assez intéressant.

a écrit : Entièrement d'accord avec toi, il manque juste le fait que toutes tes infos viennent de "Room 237", pour ceux qui veulent en apprendre davantage sur Shining, des secrets de tournage ou meme des interprétations, c'est assez intéressant. Room 237 que je n'ai jamais vu ! Loin de moi l'idée de ne pas citer mes sources...
Mais ma connaissance du film vient du fait que j'ai présenté un dossier, entre autre, sur ce film quand j'étais en Master, j'ai vu le film plus 10 fois quasi d'affilé (et je l'aime toujours, ouf). Je ne l'avais pas trouvé (Room 237) en format légal et donc laissé de côté. Ca me donne du coup envie de le rechercher. :)

a écrit : C'est quoi un artiste? Un personne qui pratique un art... Avec ou sans talent !

a écrit : C'était donc une mauvaise actrice; Hermione, Phèdre, Camille (dans Horace) la Mégère apprivoisée, etc. sont jouées sans mise en condition. Ce sont des textes... pas des acteurs. Qui te dit que les premiers comédiens qui les ont interprétés n'ont pas été malmenés pour rentrer dans le personnage ?

a écrit : Et j'imagine qu'il a enfermé Jack Nicholson dans une pièce sans lumière et avec des voix qui chuchotent pour qu'il puisse bien jouer le rôle de dément hein? Au contraire, il etait aux petits soins avec lui, il le traitait comme un roi pour que l actrice se sentent encore plus exclus ^^

a écrit : J'espère qu'une fois le film terminé M.Kubrick lui a fait comprendre qu'il n'avait rien contre elle et que c'était pour le bien de l'œuvre.. Elle l a compris apres un petit passage en hopital psychiatrique..

a écrit : C'était donc une mauvaise actrice; Hermione, Phèdre, Camille (dans Horace) la Mégère apprivoisée, etc. sont jouées sans mise en condition. Le propre des grands réalisateurs est justement de permettre à ses comédiens de se dépasser, aussi bons soient-ils
Kubrick en est un exemple criant, un musicien en avait d'ailleurs également fait les frais (cf une autre anecdote SCMB)
C'est une façon de passer de la simple performance du bon acteur au rôle d'anthologie, dans ces conditions on ne vit pas le personnage on le devient

a écrit : C'était donc une mauvaise actrice; Hermione, Phèdre, Camille (dans Horace) la Mégère apprivoisée, etc. sont jouées sans mise en condition. C'est exactement cela. C'est parce qu'elle était mauvaise que Kubrick l'a malmené de la sorte.

a écrit : C'est exactement cela. C'est parce qu'elle était mauvaise que Kubrick l'a malmené de la sorte. Alors généralement y a un casting avant le tournage ... Si Duvall était si mauvaise elle n'aurais simplement pas été sélectionnée

a écrit : Alors généralement y a un casting avant le tournage ... Si Duvall était si mauvaise elle n'aurais simplement pas été sélectionnée Certains réalisateurs recherchent une certaine "authenticité" en prenant des acteurs débutants ou non-confirmés.
On ne retient pas au casting un "bon" acteur. On retient celui ou celle qui est, aux yeux du réalisateur, le ou la plus adaptée au rôle et à la vision de ce dernier.

a écrit : C'était donc une mauvaise actrice; Hermione, Phèdre, Camille (dans Horace) la Mégère apprivoisée, etc. sont jouées sans mise en condition. Au théâtre, sur une performance d'une heure. Un film se tourne sur plusieurs semaines et les scènes sont saisies dans le désordre. Rien à voir donc

Posté le

android

(1)

Répondre

a écrit : Et j'imagine qu'il a enfermé Jack Nicholson dans une pièce sans lumière et avec des voix qui chuchotent pour qu'il puisse bien jouer le rôle de dément hein? Nicholson est déjà à moitié siphonné le rôle lui va parfaitement , pas besoin de l'enfermer ^^

a écrit : Et j'imagine qu'il a enfermé Jack Nicholson dans une pièce sans lumière et avec des voix qui chuchotent pour qu'il puisse bien jouer le rôle de dément hein? Au contraire, il a été parfaitement chouchouté par Kubrick pour, encore plus, plonger sa collège dans un état de nervosité aiguë. Tout est expliqué dans le making-of du film disponible sur le bonus dvd.
Mais Kubrick avait une réputation de gros chieur, Kirk Douglas l'avait répété à tout le monde quand il avait tourné avec lui.

a écrit : Exact il est typiquement dans la "case" film d épouvante ce qui est différent d un film d horreur. Ben en fait c'est surtout un film codé qui parle de 1000 trucs en même temps. Si tu veux te faire peur avec ce film, tu vas rien piger et en ressortir déçu. Donc ni un film d'horreur, ni un film d'épouvante ;)

a écrit : Je ne le savais pas mais en contre partie je ne suis pas surpris. J espère qu il n a pas fait la même chose avec le gamin... À moins que Jack Nicholson s en soit chargé... Redrum Redrum... Dans une autre anecdote sur ce site, il est dit que Kubrick a fait en sorte que le petit ne sache pas qu'il tournait dans un film d'horreur ; et il ne le saura que bien plus tard ! Donc non il n'a pas dû faire pareil avec le gamin !

a écrit : Petit etre le réalisateur cherchait à avoir du spontané
Tu peux rentrer dans le rôle de la personne mais tu ne seras jamais aussi directe que si tu etais réellement dans l'état voulu ...
Regarde l'acteur qui a interprété le joker dans Batman, il s'était enfermé dans une chambre d'hôtel
et ne répondait uniquement que quand on l'appelait joker
Il en est devenu fou ... Mais la démarche montre que l'on peut etre le/la meilleur(e) comédien(ne) du monde, le spontané par immersion total reste la solution parfaite pour interpréter au mieux un rôle ...
Afficher tout
Bien d'accord, d'ailleurs sa prestation est excellente! Mais dans ce cas c'est l'acteur qui a décidé de le faire. Personne ne l'a manipulé. Quel professionnalisme quand même!

"Attention, mesdames et messieurs, je vais faire disparaître ce crayon." Qu'es ce que j'ai rigolé ^^