Kubrick maltraita son actrice dans Shining

Proposé par
le
dans

Afin de plonger la comédienne Shelley Duvall dans un état de nervosité naturel requis pour son rôle dans Shining, Stanley Kubrick n'a pas hésité à la maltraiter durant le tournage : propos dégradants, scènes refaites des dizaines de fois. Il est même allé jusqu'à ordonner à son équipe de l'isoler et ne faire preuve d'aucune compassion à son égard.


Tous les commentaires (73)

a écrit : Je ne sais pas si ça a beaucoup aidé sachant que par la suite elle était nominé comme pire actrice en 1981 au Razzie Award.
Ayant vu le film, c'est vrai sa prestation est assez mauvaise contrairement à Jack Nicholson qui lui est magistrale comme dans pratiquement tout ses films.
Euhhh... Les razzie awards ont nommé shining " pire film " ... C'est pas très fiable comme jugement.
Dans la même catégorie en " gagnants" des razzie on a aussi scarface en pire film , Stallone et swarzy en pire acteur et moriconne en pire musique

a écrit : Le gamin savait qu'il jouait dans un film ! Rien que la présence des caméras rend ce que tu avances impossible. Il ignorais juste que c'était un film d'horreur Exactement comme la gamine dans l'exorciste.....

a écrit : Non mais dans shining nicholson est au naturel Ah bon. Tu le connais personnelle ment ?

Heureusement pour elle que le scénario ne prévoyait pas de scènes d'ébats amoureux.
Sinon bonjour l'ambiance sur le plateau.

a écrit : C'est légal ? C'est quoi la légalité ? La conformité à des textes écris par des fonctionnaires à Paris ?
Je pense qu'un artiste peut s'assoir dessus (et pas que lui...)

a écrit : Petit etre le réalisateur cherchait à avoir du spontané
Tu peux rentrer dans le rôle de la personne mais tu ne seras jamais aussi directe que si tu etais réellement dans l'état voulu ...
Regarde l'acteur qui a interprété le joker dans Batman, il s'était enfermé dans une chambre d'hôtel
et ne répondait uniquement que quand on l'appelait joker
Il en est devenu fou ... Mais la démarche montre que l'on peut etre le/la meilleur(e) comédien(ne) du monde, le spontané par immersion total reste la solution parfaite pour interpréter au mieux un rôle ...
Afficher tout
Ledger était déjà dépressif avant son rôle dans The dark knight. Le rôle n'a peut être pas arrangé les choses, mais ce n'est pas la cause de sa "folie" ni de son suicide

Posté le

android

(10)

Répondre

a écrit : Je ne sais pas si ça a beaucoup aidé sachant que par la suite elle était nominé comme pire actrice en 1981 au Razzie Award.
Ayant vu le film, c'est vrai sa prestation est assez mauvaise contrairement à Jack Nicholson qui lui est magistrale comme dans pratiquement tout ses films.
Je ne suis pas d'accord, Nicholson brille c'est certain, mais elle est très bien dans son rôle

Posté le

android

(7)

Répondre

Shining, le film m'a paru pas terrible en première vision, puis à la deuxième fois le génie de Stanley a commencé à m'apparaître, de nombreuses images subliminales sont cachées dans ce film... Et en effet le petit Danny savait qu'il jouait dans un film mais ignorait totalement que c'était un film d'horreur, Mr Kubrick était extrêmement dur avec ses acteurs mais il a su protéger l'innocence d'un petit garçon. Bref j'admire Kubrick. Jack Nicholson fait partie de mes acteurs favoris, et le fait qu'il n'ait pas de mal à jouer les rôles de fou s'explique peut être en partie par son histoire familiale vu qu'il a toujours cru que sa grand mère était sa mère et que sa mère était sa sœur.

a écrit : Ledger était déjà dépressif avant son rôle dans The dark knight. Le rôle n'a peut être pas arrangé les choses, mais ce n'est pas la cause de sa "folie" ni de son suicide Je crois que tu viens de te contre dire (un tout petit peu)

a écrit : Et j'imagine qu'il a enfermé Jack Nicholson dans une pièce sans lumière et avec des voix qui chuchotent pour qu'il puisse bien jouer le rôle de dément hein? Ah non. Chez Jack Nicholson, c'est juste le talent pure qui a parlé.

a écrit : C'est quoi la légalité ? La conformité à des textes écris par des fonctionnaires à Paris ?
Je pense qu'un artiste peut s'assoir dessus (et pas que lui...)
C'est quoi un artiste?

a écrit : Et j'imagine qu'il a enfermé Jack Nicholson dans une pièce sans lumière et avec des voix qui chuchotent pour qu'il puisse bien jouer le rôle de dément hein? Aucun besoin, il est naturellement comme ça X)

a écrit : C'était donc une mauvaise actrice; Hermione, Phèdre, Camille (dans Horace) la Mégère apprivoisée, etc. sont jouées sans mise en condition. un comédien se met toujours ''en condition'' pour un rôle, en puisant dans ses propres sentiments et souvenirs ou en devenant réellement ''un autre''. ce n'est pas réellement de la schizophrénie mais cela est très difficile à gerer, et peut devenir catastrophique, exemple Patrick Dewaere.

a écrit : Petit etre le réalisateur cherchait à avoir du spontané
Tu peux rentrer dans le rôle de la personne mais tu ne seras jamais aussi directe que si tu etais réellement dans l'état voulu ...
Regarde l'acteur qui a interprété le joker dans Batman, il s'était enfermé dans une chambre d'hôtel
et ne répondait uniquement que quand on l'appelait joker
Il en est devenu fou ... Mais la démarche montre que l'on peut etre le/la meilleur(e) comédien(ne) du monde, le spontané par immersion total reste la solution parfaite pour interpréter au mieux un rôle ...
Afficher tout
Oui mais c'est de la triche

Le jeu d'acteur le principe c'est de savoir jouer, imiter, sans être ce qu'on joue.

Se confondre avec son personnage n'est pas sain, et ce n'est pas le but.

a écrit : Le gamin savait qu'il jouait dans un film ! Rien que la présence des caméras rend ce que tu avances impossible. Il ignorais juste que c'était un film d'horreur Shining de Kubrick n'est pas un film d'horreur.

a écrit : Shining de Kubrick n'est pas un film d'horreur. Exact il est typiquement dans la "case" film d épouvante ce qui est différent d un film d horreur.

Posté le

android

(5)

Répondre

a écrit : C'est quoi la légalité ? La conformité à des textes écris par des fonctionnaires à Paris ?
Je pense qu'un artiste peut s'assoir dessus (et pas que lui...)
La légalité dans le cinéma c'est notamment le texte de la convention collective qui est établi entre les techniciens et les producteurs. C'est les gens du métier qui créent les articles et c'est une protection essentielle pour tous ceux qui travaillent dans le milieu du cinéma.

a écrit : Petit etre le réalisateur cherchait à avoir du spontané
Tu peux rentrer dans le rôle de la personne mais tu ne seras jamais aussi directe que si tu etais réellement dans l'état voulu ...
Regarde l'acteur qui a interprété le joker dans Batman, il s'était enfermé dans une chambre d'hôtel
et ne répondait uniquement que quand on l'appelait joker
Il en est devenu fou ... Mais la démarche montre que l'on peut etre le/la meilleur(e) comédien(ne) du monde, le spontané par immersion total reste la solution parfaite pour interpréter au mieux un rôle ...
Afficher tout
Pour rendre à Heath Ledger sa "dignité": le fait de s'isoler de la sorte n'est pas rare chez les acteurs US (l'histoire des Actor Studios, tout ça. Il suffit de voir comment se préparent Bale ou Day-Levis...). Heath Ledger n'allait pas particulièrement mal à cause de ce rôle et avait entamé le tournage de "L'imaginarium du docteur Parnassus" avec Terry Gilliam.
La cause de son décès est accidentelle et est due à une allergie chimique causée par un traitement médical prescrit. Le suicide n'est que spéculation.
C'est tragique (une mort l'est toujours quelque part...), mais les médias à l'époque n'ont pas été très corrects en en faisant des caisses dans le macabre...

Concernant Duvall, elle a dit par la suite qu'elle gardait un souvenir éprouvant du tournage (on s'en doute...) mais qu'elle comprenait la démarche de Kubrick qui lui a bien expliqué sa vision. Elle était relativement isolée sur le tournage pour la maintenir dans le personnage ceci dit.

Sinon, si vous revoyez le film, certains détails sont assez intéressants :
Aucun raccordement électrique n'est visible (TV, lampes, etc).
Leur arrivée tombe un 31 octobre.
Les vues aériennes/extérieures rendent impossible la disposition intérieure des portes/fenêtres.
La disposition de ces dernières évolue pendant le film.
Jack Torrance (Nicholson) présente certains attributs de Charon, le passeur des morts : soif inextinguible, claudication, froid, etc.
Le thème de la bande son est le Dies Irae de Berliotz ("la grande messe des morts"). Opéra dans lequel un artiste (qui ne trouve pas l'inspiration) tue sa fiancée avant de participer à une messe noire.
On peut revoir le film 10 fois et toujours découvrir de nouveaux détails, notamment si l'on cherche les faux-raccords, ici volontaires, tels des indices sur l'anormalité de l'Overlook Hotel.

a écrit : La méthode a tellement bien marché qu'elle a commencer à perdre ces cheveux . Mdr maintenant elle a une dent contre le réalisateur !!!

perso j utilise la même technique sur ma femme, la manipulation est plus facile après ;)