Des souverains aux surnoms péjoratifs

Proposé par
le

Si les Rois de France sont servis en surnoms péjoratifs (le Gros, le Fou, le Simple...), les souverains de l'Empire byzantin furent également assez gâtés. On compte ainsi parmi eux Michel III l'Ivrogne, Justinien II Rhinotmète (le Sans-nez) ou encore Constantin V Copronyme ("au nom de merde").

Constantin V a été surnommé ainsi a posteriori, par des chroniqueurs qui lui étaient fortement opposés du fait de son implication dans une politique fortement iconoclaste. De même, les chroniqueurs ayant écrit l'histoire du règne de Michel III lui étaient ouvertement opposés et le firent consciemment passer pour un débauché. Quant à Justinien II, il avait réellement subi une ablation du nez lors de son premier renversement en 695.


Tous les commentaires (66)

Pour la fin du Moyen Âge, d'autres dates que 1492 ont été proposées, mais fondamentalement elles ne remettent pas en cause la limite supérieure de la période :

la chute de Constantinople (1453), qui est la fin de l'Empire byzantin et l'entrée de l'empire ottoman (turc) sur l'échiquier européen (utilisée en histoire de l'art surtout). La chute de Constantinople provoque en outre l'afflux vers l'Italie de moines apportant avec eux des manuscrits qu'ils conservaient depuis l'Antiquité. La redécouverte de ces manuscrits marque le début de la Renaissance ;
l'invention de l'imprimerie à caractères métalliques mobiles par Gutenberg (1453), dont aurait découlé une révolution culturelle selon Marshall McLuhan dans La Galaxie de Gutenberg (privilégiée par l'historiographie allemande)
la promulgation par Martin Luther de ses 95 thèses (1517), qui marque les débuts de la Réforme qui fera voler en éclats la relative unité religieuse de l'Occident médiéval.
La fin du Moyen Âge est également marquée par l'instauration d'États centralisés gouvernés par les grandes monarchies : la France des Valois, l'Espagne unifiée terminant la Reconquista, l'Angleterre sortie de la Guerre des Deux-Roses et l'Empire ottoman. Cette période voit aussi le début du rassemblement des terres russes.

Posté le

android

(0)

Répondre

a écrit : Pour la fin du Moyen Âge, d'autres dates que 1492 ont été proposées, mais fondamentalement elles ne remettent pas en cause la limite supérieure de la période :

la chute de Constantinople (1453), qui est la fin de l'Empire byzantin et l'entrée de l'empire ottoman (turc) sur l'échiqu
ier européen (utilisée en histoire de l'art surtout). La chute de Constantinople provoque en outre l'afflux vers l'Italie de moines apportant avec eux des manuscrits qu'ils conservaient depuis l'Antiquité. La redécouverte de ces manuscrits marque le début de la Renaissance ;
l'invention de l'imprimerie à caractères métalliques mobiles par Gutenberg (1453), dont aurait découlé une révolution culturelle selon Marshall McLuhan dans La Galaxie de Gutenberg (privilégiée par l'historiographie allemande)
la promulgation par Martin Luther de ses 95 thèses (1517), qui marque les débuts de la Réforme qui fera voler en éclats la relative unité religieuse de l'Occident médiéval.
La fin du Moyen Âge est également marquée par l'instauration d'États centralisés gouvernés par les grandes monarchies : la France des Valois, l'Espagne unifiée terminant la Reconquista, l'Angleterre sortie de la Guerre des Deux-Roses et l'Empire ottoman. Cette période voit aussi le début du rassemblement des terres russes.
Afficher tout
Oui, et toutes ces dates sont des événements ponctuels qui ne s'identifient en rien à une rupture nette (et d'ailleurs les contemporains ne les ont absolument pas ressentis comme telles de manière globale), ce sont simplement des jalons plus ou moins importants au fil d'une évolution au temps plus ou moins long (Voir Braudel là dessus). On pourrait toutes les dénigrer et les renforcer en même temps : ces dates sont toutes valables pour mettre fin au Moyen-Âge, ce qui montre bien que l'époque ne s'est pas achevée abruptement mais d'une manière beaucoup plus évolutive. (Ou alors, si on va encore plus loin dans le raisonnement, que diviser l'Histoire en périodes est absurde)

a écrit : Pas seulement l Europe de l ouest mais bien attendu l Amérique , les grandes découvertes et même la fin de Al Andalus donc du monde arabo musulman en Europe .
C est d ailleurs cette date de 1492 qui est officiellement retenue du moins enseignée d'aujourd'hui
Je peux même te renvoyer a wikipédia (
c est d ailleurs plus la date du début qui fait débat )

Afin de découper l'histoire en périodes cohérentes, les historiens ont tenté de s'appuyer sur des événements majeurs illustrant ou provoquant une modification profonde de la politique et de la société. Mais il est rare qu'il y ait un consensus sur telle ou telle date pour définir une limite de période. C'est le cas en ce qui concerne les limites du Moyen Âge, particulièrement son commencement. Les plus communément admises vont de la chute de l'Empire romain d'Occident en 476, jusqu'à 1492, date de la découverte de l'Amérique par Christophe Colomb et de la chute de Grenade (fin de la Reconquista).
Afficher tout
Quant à cela, je suis d'accord sur le manque de consensus, qui va d'ailleurs dans mon sens : il n'y a pas de réelle rupture qui marque d'un coup la fin d'un âge de façon valable partout.

1492, c'est certes la chute des Nasrides de Grenade, mais est-ce réellement la fin de la Reconquista ? Ne peut-on pas y inclure les expéditions (plus ou moins désastreuses...) des Portugais au Maroc puis des Castillans en Tunisie, même si le théâtre d'opérations s'est déplacé ?
De même, c'est bien la date de la découverte des Amériques (encore que les Scandinaves y étaient arrivés bien plus tôt), mais en 1492, personne n'a la moindre idée qu'il s'agit d'un nouveau continent, et ce n'est une rupture ni pour les Européens (qui pour la plupart ne s'en préoccupent alors pas trop, à l'exception des Ibériques qui entrevoient des richesses énormes), ni pour les amérindiens. Prenez la date qui ferait rupture pour les Aztèques, la plus puissante civilisation médo-américaine : la prise définitive de Mexico par Cortèz date de 1521, mais pour le grand empire andin des Incas, la date est tout simplement impossible à définir : 1532 et la première grande bataille ? 1533 et l'assassinat de l'empereur inca ? 1534 et la soumission de la plupart des indigènes ? 1574 pour la fin définitive de la résistance ?

Ce que je veux dire en fait, ce n'est pas vous contredire, puisque vous avez tout à fait raison et reprenez les dates les plus communément admises, mais plutôt essayer d'amener une critique de ces dates, qui manquent de pertinence et ne sont pas des ruptures, en tous cas pas globales. En fait ces dates et cette périodisation sont un choix de facilité, pas de réalité historique, mais c'est une convention bien pratique alors on les garde^^

a écrit : Quant à cela, je suis d'accord sur le manque de consensus, qui va d'ailleurs dans mon sens : il n'y a pas de réelle rupture qui marque d'un coup la fin d'un âge de façon valable partout.

1492, c'est certes la chute des Nasrides de Grenade, mais est-ce réellement la fin de l
a Reconquista ? Ne peut-on pas y inclure les expéditions (plus ou moins désastreuses...) des Portugais au Maroc puis des Castillans en Tunisie, même si le théâtre d'opérations s'est déplacé ?
De même, c'est bien la date de la découverte des Amériques (encore que les Scandinaves y étaient arrivés bien plus tôt), mais en 1492, personne n'a la moindre idée qu'il s'agit d'un nouveau continent, et ce n'est une rupture ni pour les Européens (qui pour la plupart ne s'en préoccupent alors pas trop, à l'exception des Ibériques qui entrevoient des richesses énormes), ni pour les amérindiens. Prenez la date qui ferait rupture pour les Aztèques, la plus puissante civilisation médo-américaine : la prise définitive de Mexico par Cortèz date de 1521, mais pour le grand empire andin des Incas, la date est tout simplement impossible à définir : 1532 et la première grande bataille ? 1533 et l'assassinat de l'empereur inca ? 1534 et la soumission de la plupart des indigènes ? 1574 pour la fin définitive de la résistance ?

Ce que je veux dire en fait, ce n'est pas vous contredire, puisque vous avez tout à fait raison et reprenez les dates les plus communément admises, mais plutôt essayer d'amener une critique de ces dates, qui manquent de pertinence et ne sont pas des ruptures, en tous cas pas globales. En fait ces dates et cette périodisation sont un choix de facilité, pas de réalité historique, mais c'est une convention bien pratique alors on les garde^^
Afficher tout
Comme le dit si bien wikipédia ces dates ( y compris celles du début du moyen age ) font pencore aujourdhui débat

1492 est une date symbolique ( et j'insiste bien sur la portée symbolique ).
Bien sur les vickings avait débarqué avant mais ils n'ont pas crée la route du Nouveau Monde. La découverte du "Nouveau Monde" par Colomb a été au contraire une vraie révolution en soit . Elle a permit d'ouvrir la voie commerciale vers l'Ouest avec tout ce que cela a entrainé (découverte de nouvelles civilisations, traite negriere , route des epices , les conquistadores, etc...)
Bien sur les espangnols ne se sont pas arretés à Gilbratar mais on continué leur avancée en Afrique du Nord. Mais la perte de Grenade et l'abdication de Boabdil, mettent fin a 8 siecles de presence arabe en Europe et à cette période d'Or qu'était Al Andalus. Donc date significative la aussi

C'est comme la date de début de la Seconde guerre mondiale. On s'accorde a dire (la grande majorité des historiens ) que ça commence en 1939 mais pour certains historiens ça a commencé en 1938 lors des accords de Munich.

Après je suis d'accord avec toi c'est pas forcement les dates et les coté symbolique qui sont ce qui a le plus important dans cette belle et fascinente chose qu'est l'Histoire ...

a écrit : Comme le dit si bien wikipédia ces dates ( y compris celles du début du moyen age ) font pencore aujourdhui débat

1492 est une date symbolique ( et j'insiste bien sur la portée symbolique ).
Bien sur les vickings avait débarqué avant mais ils n'ont pas crée la route du Nouveau Monde.
La découverte du "Nouveau Monde" par Colomb a été au contraire une vraie révolution en soit . Elle a permit d'ouvrir la voie commerciale vers l'Ouest avec tout ce que cela a entrainé (découverte de nouvelles civilisations, traite negriere , route des epices , les conquistadores, etc...)
Bien sur les espangnols ne se sont pas arretés à Gilbratar mais on continué leur avancée en Afrique du Nord. Mais la perte de Grenade et l'abdication de Boabdil, mettent fin a 8 siecles de presence arabe en Europe et à cette période d'Or qu'était Al Andalus. Donc date significative la aussi

C'est comme la date de début de la Seconde guerre mondiale. On s'accorde a dire (la grande majorité des historiens ) que ça commence en 1939 mais pour certains historiens ça a commencé en 1938 lors des accords de Munich.

Après je suis d'accord avec toi c'est pas forcement les dates et les coté symbolique qui sont ce qui a le plus important dans cette belle et fascinente chose qu'est l'Histoire ...
Afficher tout
Nous sommes d'accord. Ces dates ne sont pas valables sur le moment, ne sont pas des ruptures dans leur temps, mais leur portée symbolique (puisqu'elles influent considérablement sur les évolutions subséquentes) fait leur force et justifie leur choix, à partir du moment où l'on veut diviser l'Histoire en périodes.

Cette série a du succès car c'est, selon moi, la première qui a beaucoup de moyens pour créer un monde fantastique vraiment crédible. De plus et comme cela a déjà été dit, les intrigues sont très intéressantes et nous présente un monde gris assez proche je pense du monde politique médiéval, tout en gardant à l'esprit que c'est une fiction.
Petit info sur les compagnies mercenaires que l'on trouve dans la série (Braves Compaings, Compagnie dorée, Corbeaux tornades, etc...). Des compagnies de ce type ont existé durant notamment la guerre de Cent ans. L'une d'elle, les Tard Venus, réussit même à battre une armée royale.

Posté le

android

(0)

Répondre