Cromwell fut enterré puis décapité

Proposé par
le
dans

Oliver Cromwell, homme d'état anglais, fut pendu et décapité 2 ans après sa mort en 1658. À sa mort, il fut d'abord enterré à l’abbaye de Westminster, mais lorsque les royalistes revinrent au pouvoir, ils déterrèrent son corps, l’enchaînèrent et le décapitèrent. Il s'agissait d'un rituel d'exécution post-mortem réservé aux régicides.

Charles I avait été décapité alors que Cromwell siégeait au Gouvernement. Son fils, Charles II, en arrivant au pouvoir, commença son règne en vengeant la mort de son père et fit donc appliquer ce jugement post-mortem.


Tous les commentaires (87)

Ce qu'il faut comprendre c'est la frustration de son fils qui voulait le tuer de ses mains et au final il apprend qu'il a eu (ce cromwell) une mort noble et digne entouré de sa famille en pleure ...

En plus il s'appelle Charles 2
Ça sonne comme "2" le retour , la vengeance, il reMONTE et il n'est point content.

Posté le

unknown

(13)

Répondre

a écrit : Ce qu'il faut comprendre c'est la frustration de son fils qui voulait le tuer de ses mains et au final il apprend qu'il a eu (ce cromwell) une mort noble et digne entouré de sa famille en pleure ...

En plus il s'appelle Charles 2
Ça sonne comme "2" le retour , la vengeance, il reMONTE et il n'est point content.
absolument ! c'est un peu un second volet xD

Posté le

unknown

(2)

Répondre

Je n'ai pas ce souvenir mais la décapitation avait peut être quelque chose de symbolique à l'époque, non ? Du genre, le corps sans tête n'a pas le même "avenir" dans l'au delà... La vengeance aurait alors un "sens". Sinon, on est effectivement dans la pure violence symbolique, au même titre que tous les profanateurs de tombes encore aujourd'hui ; on appuie là où ça fait mal aux vivants, aux familles...

Posté le

unknown

(2)

Répondre

Euh non la décapitation était réservée au gentilhomme c'était vraiment un privilège dans le sens où on mourrait sans souffrance (dans l' hypothèse où le bourreau faisait bien son travail!), en revanche la pendaison elle était réservée au peuple avec un tas d'autres supplice barbare!

Posté le

unknown

(1)

Répondre

a écrit : Je n'ai pas ce souvenir mais la décapitation avait peut être quelque chose de symbolique à l'époque, non ? Du genre, le corps sans tête n'a pas le même "avenir" dans l'au delà... La vengeance aurait alors un "sens". Sinon, on est effectivement dans la pure violence symbolique, au même titre que tous les profanateurs de tombes encore aujourd'hui ; on appuie là où ça fait mal aux vivants, aux familles... Afficher tout Je pense qu'il ne faut pas prendre l'événement au pied de la lettre, mais de façon symbolique pour enlever à Cromwell tout honneur et toute noblesse.
Son corps fut jeté dans un puits et sa tête exposée sur un pieu devant l'abbaye de Westminster jusqu'en 1685. Elle sera inhumée au Sidney Sussex College de Cambridge, le 12 février 1960.

Posté le

unknown

(4)

Répondre

a écrit : Les assassins de mecs qui s'appellent Régis... Dans la série Régis est un con...

Posté le

unknown

(0)

Répondre

Staline a bien pendu un des membres du gouvernement soviétique par les bourses (les deux)! Si ça tient, on ne le tue pas, si ça lâche..

Posté le

unknown

(2)

Répondre

Ça devait sentir bon, pauvre bourreau.....

Posté le

unknown

(1)

Répondre

a écrit : Dans la série Régis est un con... Aujourd'hui: ' Régis se fait pendre/ décapiter/empaler/bruler/etc... '
Demain: ' Régis se fait déterrer ' !
Quel deconneur ce Régis Cromwell..

Posté le

unknown

(1)

Répondre

a écrit : Staline a bien pendu un des membres du gouvernement soviétique par les bourses (les deux)! Si ça tient, on ne le tue pas, si ça lâche.. Exact il s'agissait de Brioukhanov mais il était bel et bien vivant.
Extrait de l'acte de Staline :

"Pour tous ses pêchés, passés & présents, pendez Brioukhanov par les testicules. Si elles tiennent, considérez-le comme acquitté par le tribunal. Si elles lâchent, jetez-le dans la rivière" Sachant qu'on était en plein hiver russe quand même ^^

Posté le

unknown

(4)

Répondre

Les Monty Python ont fait une chanson sur la montée en puissance d'Oliver Cromwell. C'est une manière plus ludique de voir l'histoire ;-)

Quoi qu'il en soit, si j'ai bien compris, nous parlons là du fomentateur de la révolution anglaise qui a amené les 10 seules années de république dans l'île. Un personnage qui aurait pu être aussi important et populaire que Bonaparte ou Washington, avec son lot de révolution et de réformes; mais ça n'a pas tenu, et la monarchie est revenue à jamais, faisant de Cromwell un rebelle tantôt admiré, tantôt honni.

Posté le

unknown

(2)

Répondre

a écrit : Exact il s'agissait de Brioukhanov mais il était bel et bien vivant.
Extrait de l'acte de Staline :

"Pour tous ses pêchés, passés & présents, pendez Brioukhanov par les testicules. Si elles tiennent, considérez-le comme acquitté par le tribunal. Si elles lâchent, jetez-le dans la r
ivière" Sachant qu'on était en plein hiver russe quand même ^^ Afficher tout
Apparemment ce texte a été vu sur une caricature de Brioukhanov. Lire la source.

www.lalibre.be/culture/livres/article/374890/un-humour-tres-bolchevik.html

Posté le

unknown

(0)

Répondre

a écrit : Lk ! Je suis d'ailleurs moi même régicide ! :P Bouh ! Faut être Lumière de l'Aube ( j'avoue : je ne le suis pas )

Pour en revenir à l'abecdote, je trouve ça inutile de retuer un mort, si ce n'est perdre du temps.

Posté le

unknown

(0)

Répondre

ces anglais, toujours dans la finesse et la délicatesse! un p'tit thé pour accompagner ce spectacle?! merci jmcmb

Posté le

unknown

(0)

Répondre

a écrit : Je pense qu'il ne faut pas prendre l'événement au pied de la lettre, mais de façon symbolique pour enlever à Cromwell tout honneur et toute noblesse.
Son corps fut jeté dans un puits et sa tête exposée sur un pieu devant l'abbaye de Westminster jusqu'en 1685. Elle sera inhumée au Sidney Sussex
College de Cambridge, le 12 février 1960. Afficher tout
Ah OK... alors là on a vraiment du symbolisme revanchard. Le mec n'avait visiblement pas digéré la mort de son père. On n'a pas eu ça nous quand la royauté est revenue après la révolution ; du moins pas que je sache.

Posté le

unknown

(0)

Répondre

a écrit : Ah OK... alors là on a vraiment du symbolisme revanchard. Le mec n'avait visiblement pas digéré la mort de son père. On n'a pas eu ça nous quand la royauté est revenue après la révolution ; du moins pas que je sache. Je ne suis pas du tout expert mais voila ce que j'en ai compris:

Charles II a restauré la monarchie absolue. Sauf erreur, les monarchies françaises post-révolution étaient constitutionnelles: on peut dire qu'elles étaient donc "transitoires".

Le but de Charles II (et ses conseillers...) était certainement de refroidir les rebelles. On peut difficilement comparer avec Charles X qui avait un pouvoir restreint et qui s'est vite fait calmer quand il a tenté de réduire la démocratie.

Aussi, en France, il s'agissait d'un mouvement populaire (et, surtout, bourgeois) face à la décadence royale qui devait absolument être mise sur le banc politiquement.

Aux Royaume-Unis, le mouvement fait suite à l'union de l?Angleterre, l?Écosse et l'Irlande sous la même couronne. Créant ainsi des tensions au niveau religieux, notamment, et culturel (roi d'origine Écossaise...) mais, au final, ce n'est pas la question de la monarchie qui a été remise en cause et ses pratiques moyenâgeuses ont perduré.

Posté le

unknown

(1)

Répondre

a écrit : Je ne suis pas du tout expert mais voila ce que j'en ai compris:

Charles II a restauré la monarchie absolue. Sauf erreur, les monarchies françaises post-révolution étaient constitutionnelles: on peut dire qu'elles étaient donc "transitoires".

Le but de Charles II (e
t ses conseillers...) était certainement de refroidir les rebelles. On peut difficilement comparer avec Charles X qui avait un pouvoir restreint et qui s'est vite fait calmer quand il a tenté de réduire la démocratie.

Aussi, en France, il s'agissait d'un mouvement populaire (et, surtout, bourgeois) face à la décadence royale qui devait absolument être mise sur le banc politiquement.

Aux Royaume-Unis, le mouvement fait suite à l'union de l?Angleterre, l?Écosse et l'Irlande sous la même couronne. Créant ainsi des tensions au niveau religieux, notamment, et culturel (roi d'origine Écossaise...) mais, au final, ce n'est pas la question de la monarchie qui a été remise en cause et ses pratiques moyenâgeuses ont perduré.
Afficher tout
Oui, tu as sûrement raison. C'est la différence avec les monarchies constitutionnelles. Et puis, à la réflexion, Louis XVIII et Charles X avaient plutôt d'autres ennemis internes que les ex révolutionnaires après les guerres napoléoniennes : de l'eau avait coulé sous les ponts !

Posté le

unknown

(0)

Répondre