Aux Galapagos, les cormorans ne volent plus

Proposé par
Martin285
le

Commentaires préférés (3)

Si Darwin savait qu'on savait qu'il savait...^^ ok je sors et je me tire une balle :)

Posté le

unknown

(118)

Répondre

Même chose au Sénat: n'ayant plus de prédateurs, les Sénateurs n'ont plus à se servir de leur tête. Ils sont alors devenus gâteux ...

Posté le

unknown

(431)

Répondre

Simplification de la théorie de Darwin (comme d'habitude j'ai envie de dire)

Ce n'est pas parce qu'il n'y a pas de prédateur, que le cormoran aptère a eu ses ailes atrophiées. C'est étant donné que certains cormorans ont pu partir de l'île (quasiment tous ceux avec ailes) que ceux qui ne pouvaient pas voler (ou à qui on ne leur a pas appris) ont été Laissé derrière. Or il n'y a pas de prédateur, donc les modèles aux ailes atrophiées ou pas entrainées, n'ont donné que des bébés ayant la même tare génétique.

Comme vous le dites, c'est grâce au fait qu'il n'y ait pas de prédateur, mais des oiseaux avec ailes atrophiées existe même avec prédateurs. Ils durent moins longtemps

Posté le

unknown

(201)

Répondre


Tous les commentaires (45)

Si Darwin savait ou on en est aujourd'hui il se coucherai moin bête xD

Posté le

unknown

(15)

Répondre

Si Darwin savait ce qu'on savait aujourd'hui il se tirerai une balle ^^

Posté le

unknown

(9)

Répondre

Si je me trompe pas c'est pareil pour le dodo, qui vivait sur l'île Maurice, avant que celle-ci soit découverte par les européens. Il aura suffit d'un siècle pour les voir disparaitre...

Posté le

unknown

(20)

Répondre

Si Darwin savait qu'on savait qu'il savait...^^ ok je sors et je me tire une balle :)

Posté le

unknown

(118)

Répondre

a écrit : Si je me trompe pas c'est pareil pour le dodo, qui vivait sur l'île Maurice, avant que celle-ci soit découverte par les européens. Il aura suffit d'un siècle pour les voir disparaitre... Et à La Réunion pareil. Disparus.

Posté le

unknown

(0)

Répondre

Même chose au Sénat: n'ayant plus de prédateurs, les Sénateurs n'ont plus à se servir de leur tête. Ils sont alors devenus gâteux ...

Posté le

unknown

(431)

Répondre

Le "t" du conditionnel a la 3 eme personne du singulier s est atrophié; il ne servait plus à personne dans les coms!!!

Posté le

unknown

(10)

Répondre

a écrit : Même chose au Sénat: n'ayant plus de prédateurs, les Sénateurs n'ont plus à se servir de leur tête. Ils sont alors devenus gâteux ... Alors la je dis Bravo! Quel bel exemple! C'est tellement vrai que ça aurait du être une anecdote a part entière!!!!

Posté le

unknown

(9)

Répondre

a écrit : Si Darwin savait ou on en est aujourd'hui il se coucherai moin bête xD Il serait fier

Posté le

unknown

(0)

Répondre

a écrit : Même chose au Sénat: n'ayant plus de prédateurs, les Sénateurs n'ont plus à se servir de leur tête. Ils sont alors devenus gâteux ... Haha bien dit :)

Posté le

unknown

(0)

Répondre

Simplification de la théorie de Darwin (comme d'habitude j'ai envie de dire)

Ce n'est pas parce qu'il n'y a pas de prédateur, que le cormoran aptère a eu ses ailes atrophiées. C'est étant donné que certains cormorans ont pu partir de l'île (quasiment tous ceux avec ailes) que ceux qui ne pouvaient pas voler (ou à qui on ne leur a pas appris) ont été Laissé derrière. Or il n'y a pas de prédateur, donc les modèles aux ailes atrophiées ou pas entrainées, n'ont donné que des bébés ayant la même tare génétique.

Comme vous le dites, c'est grâce au fait qu'il n'y ait pas de prédateur, mais des oiseaux avec ailes atrophiées existe même avec prédateurs. Ils durent moins longtemps

Posté le

unknown

(201)

Répondre

a écrit : Simplification de la théorie de Darwin (comme d'habitude j'ai envie de dire)

Ce n'est pas parce qu'il n'y a pas de prédateur, que le cormoran aptère a eu ses ailes atrophiées. C'est étant donné que certains cormorans ont pu partir de l'île (quasiment tous ceux avec ailes)
que ceux qui ne pouvaient pas voler (ou à qui on ne leur a pas appris) ont été Laissé derrière. Or il n'y a pas de prédateur, donc les modèles aux ailes atrophiées ou pas entrainées, n'ont donné que des bébés ayant la même tare génétique.

Comme vous le dites, c'est grâce au fait qu'il n'y ait pas de prédateur, mais des oiseaux avec ailes atrophiées existe même avec prédateurs. Ils durent moins longtemps
Afficher tout
Bien dit, d'ailleurs c'est comme ça que fonctionne l'évolution, dès qu'il y a une mutation génétique au sein du espèce, c'est la plus adaptée au milieu qui fini par dominer. On devrait réécrire l?anecdote dans l'autre sens xD

Posté le

unknown

(6)

Répondre

a écrit : Même chose au Sénat: n'ayant plus de prédateurs, les Sénateurs n'ont plus à se servir de leur tête. Ils sont alors devenus gâteux ... Excellent !

Posté le

unknown

(1)

Répondre

a écrit : Simplification de la théorie de Darwin (comme d'habitude j'ai envie de dire)

Ce n'est pas parce qu'il n'y a pas de prédateur, que le cormoran aptère a eu ses ailes atrophiées. C'est étant donné que certains cormorans ont pu partir de l'île (quasiment tous ceux avec ailes)
que ceux qui ne pouvaient pas voler (ou à qui on ne leur a pas appris) ont été Laissé derrière. Or il n'y a pas de prédateur, donc les modèles aux ailes atrophiées ou pas entrainées, n'ont donné que des bébés ayant la même tare génétique.

Comme vous le dites, c'est grâce au fait qu'il n'y ait pas de prédateur, mais des oiseaux avec ailes atrophiées existe même avec prédateurs. Ils durent moins longtemps
Afficher tout
Exacte.
Mais je pose une question sûrement un peu bizarre.
L'homme n'a aucun prédateur. Et grace aux progres de la médecine, les individus possédants des "tares" génétiques vont être de plus en plus présents et survivre. Sans aller jusqu'à l'eugénisme, comment l'humanité va -t-elle pouvoir se développée comme les autres espèces pour progresser et devenir de plus en plus résistante ? Quelle est son avenir en matière de santé ? Un individu dans 1milliards d'année ( si l'espèce survie jusque la ) aura t il de nombreuses maladies génétiques et sera sous la dépendance des médicaments ?
C'est une question que je me suis posée en prenant connaissance de la theorie de Darwin ...
Je sais que c'est un peu tordu. Évitez les réponses virulentes plz

Posté le

unknown

(15)

Répondre

a écrit : Exacte.
Mais je pose une question sûrement un peu bizarre.
L'homme n'a aucun prédateur. Et grace aux progres de la médecine, les individus possédants des "tares" génétiques vont être de plus en plus présents et survivre. Sans aller jusqu'à l'eugénisme, comment l'humanité
va -t-elle pouvoir se développée comme les autres espèces pour progresser et devenir de plus en plus résistante ? Quelle est son avenir en matière de santé ? Un individu dans 1milliards d'année ( si l'espèce survie jusque la ) aura t il de nombreuses maladies génétiques et sera sous la dépendance des médicaments ?
C'est une question que je me suis posée en prenant connaissance de la theorie de Darwin ...
Je sais que c'est un peu tordu. Évitez les réponses virulentes plz
Afficher tout
Ben comme tu peux le voir aujourd'hui. En théorie les personnes infectées par des virus meurent et c'est comme ça que le virus disparait. Aujourd'hui on peut vivre avec des virus et donc les transmettre. En gros dans quelques centaines d'année on vivra effectivement infectés et sous médicaments.

La question est doit on laisser mourir les gens alors qu'on connait un traitement ?
Rationnellement la réponse est oui pour des questions démographiques et biologiques. Mais en termes d'éthique, c'est inacceptable !

Posté le

unknown

(12)

Répondre

a écrit : Ben comme tu peux le voir aujourd'hui. En théorie les personnes infectées par des virus meurent et c'est comme ça que le virus disparait. Aujourd'hui on peut vivre avec des virus et donc les transmettre. En gros dans quelques centaines d'année on vivra effectivement infectés et sous médicaments. />
La question est doit on laisser mourir les gens alors qu'on connait un traitement ?
Rationnellement la réponse est oui pour des questions démographiques et biologiques. Mais en termes d'éthique, c'est inacceptable !
Afficher tout
Attention aux erreur, dans l'anecdote on parle de génétique et non de virus ou de bactérie. Un virus rendra malade sans distinction. C'est comme si tu disais qu'il fallait laisser les personnes contaminés par la grippe mourir, ça l'empêchera pas de revenir chaque année. D'abord au niveau de l'anecdote initiale la génétique est peu présente, c'est une sélection naturelle. Par exemple si il existe un papillon brun pour cent blanc mais que sa couleur l'aide à échapper aux prédateur alors il y aura plus de brun que de blanc. Un jour il y a eu des cormoran aux ailes atrophié suite à une altération génétique, par manque de prédateur ils sont resté alors que ceux avec des ailes sont parti.

Posté le

unknown

(4)

Répondre

a écrit : Ben comme tu peux le voir aujourd'hui. En théorie les personnes infectées par des virus meurent et c'est comme ça que le virus disparait. Aujourd'hui on peut vivre avec des virus et donc les transmettre. En gros dans quelques centaines d'année on vivra effectivement infectés et sous médicaments. />
La question est doit on laisser mourir les gens alors qu'on connait un traitement ?
Rationnellement la réponse est oui pour des questions démographiques et biologiques. Mais en termes d'éthique, c'est inacceptable !
Afficher tout
tu viens de me faire sérieusement hésiter ...

ça me rappelle une certaine " sélection naturelle " en 1939 / 1945...

Posté le

unknown

(1)

Répondre

Justement ce n'est pas l'espece qui s'adapte elle-même a l'environnement mais c'est une mutation d'un gène qui si il est utile va se transmettre ou dans le cas contraire ne sera pas reconnu..moi aussi je croyais que ça se passait comme ça mais d'apres mon coursde svtde 1ere..nan

Posté le

unknown

(2)

Répondre

C'est aussi me cas des kiwi en Nouvelle-Zélande : leurs ailes ne sont pas simplement atrophiées, elles n'existent plus. Ils sont de nos jours en voie de disparition à cause des prédateurs introduits par l'homme (chat, etc.)

Posté le

unknown

(2)

Répondre

a écrit : Et à La Réunion pareil. Disparus. Pareil, pareil, ils ont surtout disparu parce qu'ils se sont fait bouffer (par les habitants des Pays-Bas et les français). Hors lorsqu'on introduit l'homme dans l'équation, il est difficile de parler de sélection naturelle :/
Il en va de même pour les tortues mauriciennes, facile à stocker sur le dos dans les cales des bateaux parce qu'incapables de se retourner.

Posté le

unknown

(2)

Répondre