Les premiers aborigènes australiens n'ont pas eu la vie facile

Proposé par
le

Les premiers aborigènes australiens ont sûrement été confrontés à une mégafaune. De nombreuses découvertes archéologiques font preuve de l'existence de kangourous de 240 kg pour 2,7 mètres de haut, de wombats de la taille d'un hippopotame, de varans longs de 8 mètres, ou encore d'oiseaux de plus de 500 kg.

La responsabilité de l'Homme sur l'extinction de ces espèces semble la plus probable, bien que cela ne soit pas prouvé. L'existence de cette mégafaune est peut-être à l'origine de certaines légendes cryptozoologiques.


Commentaires préférés (3)

En gros c'était juste un petit peu plus dangereux que maintenant.

Posté le

android

(131)

Répondre

Dès qu'il y a des bestioles bizarres ou ultra dangereuses, ça se passe presque toujours en Australie...!

Posté le

android

(105)

Répondre

Si je ne dis pas de bêtises, les gros animaux sont souvent plus vulnérables aux changements (comme l'arrivée de l'homme qui réduit les territoires) : besoin de plus de nourriture, des squelettes et articulations plus fragiles...
A la fin il ne restera que les insectes :) enfin,si les pesticides et autres cochonneries n'ont pas raison d'eux !

Posté le

android

(70)

Répondre


Tous les commentaires (64)

En gros c'était juste un petit peu plus dangereux que maintenant.

Posté le

android

(131)

Répondre

Ambiance Jurassic Park en mode survie garantie...

Posté le

android

(8)

Répondre

Dès qu'il y a des bestioles bizarres ou ultra dangereuses, ça se passe presque toujours en Australie...!

Posté le

android

(105)

Répondre

Si je ne dis pas de bêtises, les gros animaux sont souvent plus vulnérables aux changements (comme l'arrivée de l'homme qui réduit les territoires) : besoin de plus de nourriture, des squelettes et articulations plus fragiles...
A la fin il ne restera que les insectes :) enfin,si les pesticides et autres cochonneries n'ont pas raison d'eux !

Posté le

android

(70)

Répondre

a écrit : Si je ne dis pas de bêtises, les gros animaux sont souvent plus vulnérables aux changements (comme l'arrivée de l'homme qui réduit les territoires) : besoin de plus de nourriture, des squelettes et articulations plus fragiles...
A la fin il ne restera que les insectes :) enfin,si les pesticides et autr
es cochonneries n'ont pas raison d'eux ! Afficher tout
Si une catastrophe climatique ou autre devait rayer la plupart des espèces de la surface de la Terre, les rats réussiront toujours à s'adapter et à survivre sans problème. Ils ont une faculté d'adaptation assez fascinante.

Posté le

android

(3)

Répondre

a écrit : Je croyais que la taille des animaux était liée à la concentration de CO2 dans l’air. Est-ce le même phénomène ici ?

Beaucoup d’O2 = gros animaux et gros insectes
Beaucoup de CO2 = petits animaux

www.lefigaro.fr/environnement/2011/10/19/01029-20111019ARTFIG00549-les-animaux-rape
tissent-avec-le-rechauffement-climatique.php Afficher tout
Oui c’est lié mais sur des périodes bcp plus longue ( en millions d’années ) là c’est sûrement du au fait de l’immensité du territoire plus qu’au taux d’O2.
Sinon on aurait eu les mêmes gigantisme partout dans le monde à ce moment là

La responsabilité de l'Homme semble la plus probable... Ce qui signifie que les Aborigènes que l'on considère aujourd'hui, et qui se revendiquent, comme parmi les derniers défenseurs de la nature, ceux qui "communient" avec les éléments, ceux qui seraient aujourd'hui en "osmose" totale avec la vie sauvage... Ceux-là même dont les ancètres ont décimé toute cette vie qui les entourait :-)
Comme quoi, en toute chose et de manière permanente, il faut toujours "raison garder" :-)

a écrit : La responsabilité de l'Homme semble la plus probable... Ce qui signifie que les Aborigènes que l'on considère aujourd'hui, et qui se revendiquent, comme parmi les derniers défenseurs de la nature, ceux qui "communient" avec les éléments, ceux qui seraient aujourd'hui en "osmose" totale avec la vie sauvage... Ceux-là même dont les ancètres ont décimé toute cette vie qui les entourait :-)
Comme quoi, en toute chose et de manière permanente, il faut toujours "raison garder" :-)
Afficher tout
Sur une échelle de 0 à Trump de je sais pas quoi dire mais je dois commenter même si c'est idiot. T'es à Trump.

Posté le

android

(33)

Répondre

a écrit : La responsabilité de l'Homme semble la plus probable... Ce qui signifie que les Aborigènes que l'on considère aujourd'hui, et qui se revendiquent, comme parmi les derniers défenseurs de la nature, ceux qui "communient" avec les éléments, ceux qui seraient aujourd'hui en "osmose" totale avec la vie sauvage... Ceux-là même dont les ancètres ont décimé toute cette vie qui les entourait :-)
Comme quoi, en toute chose et de manière permanente, il faut toujours "raison garder" :-)
Afficher tout
Tout a fait. De tout temps, les civilisations se sont très bien attaquées à leur environnement.

C'est d'ailleurs la raison première pour laquelle des civilisations entières ont disparu. L'exemple le plus frappant, c'est les habitants de l'île de Pâques. Cette civilisation s'est effondrée suite a la sur-exploitation de son environnement. Mais ce n'est pas du tout le seul exemple.

En terme de grosse attaque a l'environnement très ancienne, il y a aussi la déforestation de l'Europe au moyen âge. Je me demande s'il y avait des mouvements apparentés écolo a cette periode là.

Ce qui est nouveau, actuellement, c'est la généralisation de ces destructions à l'échelle mondiale et leur rapidité.

Posté le

android

(8)

Répondre

a écrit : La responsabilité de l'Homme semble la plus probable... Ce qui signifie que les Aborigènes que l'on considère aujourd'hui, et qui se revendiquent, comme parmi les derniers défenseurs de la nature, ceux qui "communient" avec les éléments, ceux qui seraient aujourd'hui en "osmose" totale avec la vie sauvage... Ceux-là même dont les ancètres ont décimé toute cette vie qui les entourait :-)
Comme quoi, en toute chose et de manière permanente, il faut toujours "raison garder" :-)
Afficher tout
Bien vu ! De la même manière, il existait jusqu'au XVe siècle deux espèces géantes d'oiseaux en Nouvelle Zelande : le Moa (sorte de grosse autruche pouvant peser plus de 200kilos) et l'aigle géant de haast. Ce dernier était tellement grand qu'il était capable de chasser les moas!...Jusqu'à ce que les maoris n'arrivent au XIIIe siècle et se mettent à chasser intensivement le moa et à collecter ses œufs. L'espèce a alors disparu en moins de deux siècles entraînant avec elle l'extinction de son principal prédateur : l'aigle de haast.

a écrit : En gros c'était juste un petit peu plus dangereux que maintenant. Au contraire puisque les aborigènes ont pu se développer dans ces conditions alors qu'aujourd'hui ils sont en voie d'extinction.

a écrit : Sur une échelle de 0 à Trump de je sais pas quoi dire mais je dois commenter même si c'est idiot. T'es à Trump. Et toi t'es au niveau Fox News ! Bravo :-D

Posté le

android

(5)

Répondre

a écrit : La responsabilité de l'Homme semble la plus probable... Ce qui signifie que les Aborigènes que l'on considère aujourd'hui, et qui se revendiquent, comme parmi les derniers défenseurs de la nature, ceux qui "communient" avec les éléments, ceux qui seraient aujourd'hui en "osmose" totale avec la vie sauvage... Ceux-là même dont les ancètres ont décimé toute cette vie qui les entourait :-)
Comme quoi, en toute chose et de manière permanente, il faut toujours "raison garder" :-)
Afficher tout
Bon, d'une part ne tenons pas pour responsables ces descendants aborigènes. Ensuite, il est difficile de dire avec certitude selon mon hypothèse que tout les aborigènes australiens soient des descendants en ligne direct des premiers hommes d'Australie, puisque d'autres flux hominidés ont dû se mélanger. Ensuite, que ce soit la chasse, la compétition territoriale et nourricière, on peut imaginer que les causes de l'extinction de cette méga faune soientt diverses, pas forcément le fruit d'un massacre à grande échelle. Gardons l'esprit critique sur SCMB !

Posté le

android

(28)

Répondre

a écrit : Et toi t'es au niveau Fox News ! Bravo :-D Tu situes ça où sur l'échelle de Trump ?

Posté le

android

(2)

Répondre

a écrit : Si une catastrophe climatique ou autre devait rayer la plupart des espèces de la surface de la Terre, les rats réussiront toujours à s'adapter et à survivre sans problème. Ils ont une faculté d'adaptation assez fascinante. Certainement, mais ce sont de sacrés connards (c’était un communiqué du CCC)

a écrit : Tout a fait. De tout temps, les civilisations se sont très bien attaquées à leur environnement.

C'est d'ailleurs la raison première pour laquelle des civilisations entières ont disparu. L'exemple le plus frappant, c'est les habitants de l'île de Pâques. Cette civilisation s'e
st effondrée suite a la sur-exploitation de son environnement. Mais ce n'est pas du tout le seul exemple.

En terme de grosse attaque a l'environnement très ancienne, il y a aussi la déforestation de l'Europe au moyen âge. Je me demande s'il y avait des mouvements apparentés écolo a cette periode là.

Ce qui est nouveau, actuellement, c'est la généralisation de ces destructions à l'échelle mondiale et leur rapidité.
Afficher tout
"La France périra faute de bois" Jean-Baptiste Colbert, Ministre de Louis XIV.
Les gens de l'époque savaient déjà l'importance de la forêt (pour survivre, construire ou faire la guerre) et pour le secrétaire d’État, le pays ne contient que des forêts dévastées et des arbres ravagés.
Il lanca alors un réforme qui durera 20 ans pour faire l'état des lieux de la France et planter de nouvelles forêts là où c'est nécessaire.
Les rois après Louis XIV feront de même et même Napoléon.

Donc oui ils avaient déjà l'esprit écolo.

Posté le

android

(25)

Répondre

a écrit : Tout a fait. De tout temps, les civilisations se sont très bien attaquées à leur environnement.

C'est d'ailleurs la raison première pour laquelle des civilisations entières ont disparu. L'exemple le plus frappant, c'est les habitants de l'île de Pâques. Cette civilisation s'e
st effondrée suite a la sur-exploitation de son environnement. Mais ce n'est pas du tout le seul exemple.

En terme de grosse attaque a l'environnement très ancienne, il y a aussi la déforestation de l'Europe au moyen âge. Je me demande s'il y avait des mouvements apparentés écolo a cette periode là.

Ce qui est nouveau, actuellement, c'est la généralisation de ces destructions à l'échelle mondiale et leur rapidité.
Afficher tout
La déforestation de l'Europe a été stoppé et inversé en France grâce à Colbert qui pour des raisons économiques a mis en place un énorme plan de gestion durable des forêts française qui a permis de reboiser notre pays et dont nous voyons encore les conséquences positives aujourd'hui.

Donc il n'y avait pas de mouvement écolo à proprement parler mais il y avais des politiques de développement durable à l'échelle nationale

a écrit : La responsabilité de l'Homme semble la plus probable... Ce qui signifie que les Aborigènes que l'on considère aujourd'hui, et qui se revendiquent, comme parmi les derniers défenseurs de la nature, ceux qui "communient" avec les éléments, ceux qui seraient aujourd'hui en "osmose" totale avec la vie sauvage... Ceux-là même dont les ancètres ont décimé toute cette vie qui les entourait :-)
Comme quoi, en toute chose et de manière permanente, il faut toujours "raison garder" :-)
Afficher tout
Oui, mais faudrait pas aller vite en besogne. On parle de disparition de ces animaux en plusieurs milliers d'années. Ce qui voudrait dire que l'impact d'une génération donnée d'aborigènes sur la population de cette mégafaune serait très faible, voire imperceptible. C'est un processus que je trouve plus naturel que la disparition d'espèces en 2 ou 3 siècles que nous avons aujourd'hui.
Et puis, je ne sais pas si tu te rends compte, mais 47 000 ans, c'est beaucoup (Homo Sapiens arrive en Europe à la même période). Ces peuples n'ont certainement pas les mêmes façons de faire que ceux d'aujourd'hui.

D'une façon globale, l'arrivée de l'homme sur un territoire donne toujours lieu à une modification (très lente auparavant, mais sûre) de la faune du milieu, puisqu'on est en compétition directe avec ces animaux supérieurs.

a écrit : Si une catastrophe climatique ou autre devait rayer la plupart des espèces de la surface de la Terre, les rats réussiront toujours à s'adapter et à survivre sans problème. Ils ont une faculté d'adaptation assez fascinante. Les rats restent "douillets" quand même par rapport aux cafards. Ces derniers résistent à des hauts niveaux de radiations nucléaires (des niveaux qui tuent un homme en 10 minutes), au froid (-16c on peut les congeler !), à des essais de noyade je crois (ils peuvent ne pas respirer pendant un bon moment), de famine, et survivent même quelques heures après décapitations...

Edit : ils sont encore pires que ce que je croyais :
www.google.com/amp/s/www.kapo.com/blog/rampants/cafards/10-faits-insolites-les-cafards/amp

1 semaine sans tête, 40 minutes sans respirer, vitesse de 1.5m par seconde (!!!! La catastrophe doit être rapide), 1 mois sans manger

Posté le

android

(20)

Répondre