Il est éjecté d'un avion et réussit à retourner dedans

Proposé par
le

James Bond n'a rien inventé. Lors d'un combat aérien en 1918, le pilote anglais Makepeace lança son Bristol F2B dans une plongée abrupte, mais son mitrailleur, John H.Hedley, fut alors éjecté. Il chuta et suivant l’avion, il réussit à le rejoindre en vol en s’accrochant au fuselage et en rampant jusqu’à son siège.

Après la guerre, Hedley est devenu un Américain, a déménagé à Chicago et a pendant un certain temps gagné sa vie en se présentant comme «L’Homme le plus chanceux au monde».


Commentaires préférés (3)

Finesse pour initiés : les pilotes de la RAF appelaient les combats aériens "le grand cirque"

Mettre sa ceinture de sécurité, c'est important !

a écrit : Hum, à quel moment le fait de de présenter soi même comme l'homme le plus chanceux au monde permet de gagner sa vie ?

Je crois bien que j'ai trouvé mon prochain taf
"John Hedley a apparemment eu beaucoup de succès dans le circuit des conférences dans les années 1920 et au début des années 1930, en régalant les foules américaines avec l'histoire de ses expériences de mort imminente dans (et hors) du cockpit qui lui avait valu son surnom, "The Luckiest Man Alive" (l'homme le plus chanceux vivant). Il semble que les conférences aient eu lieu le plus souvent entre 1928 et 1930, souvent dans l'Illinois mais aussi dans d'autres États comme l'Indiana et le Wisconsin. Hedley a enthousiasmé divers publics en racontant ses expériences militaires, depuis son premier service dans l'armée britannique en 1914 jusqu'à son séjour en tant que prisonnier de guerre jusqu'à la fin 1918. Le point culminant de sa conférence était presque toujours son récit d'avoir été éjecté de l'avion à trois miles au-dessus de la terre, d'être tombé de deux ou trois cents pieds et d'avoir atterri sur la queue de son avion. Le journaliste a indiqué que Hedley avait "gardé la main sur le fusil". L'aviateur a affirmé avoir combattu le cirque de Richthofen à trois reprises, en tant que membre du 20e escadron du Royal Flying Corps, la dernière rencontre ayant abouti à l'abattage en flammes de son avion par Manfred von Richthofen. Les critiques de la presse concernant ses conférences étaient plutôt élogieuses. Ce n'est que bien des années plus tard que l'affirmation concernant le Baron Rouge a été réfutée."


Tous les commentaires (24)

Finesse pour initiés : les pilotes de la RAF appelaient les combats aériens "le grand cirque"

Je l’ai déjà fait mais sur un skate résultats je me suis tordu la cheville c’est moins spectaculaire et moins glorieux

Mettre sa ceinture de sécurité, c'est important !

Hum, à quel moment le fait de de présenter soi même comme l'homme le plus chanceux au monde permet de gagner sa vie ?

Je crois bien que j'ai trouvé mon prochain taf

Posté le

android

(0)

Répondre

a écrit : Finesse pour initiés : les pilotes de la RAF appelaient les combats aériens "le grand cirque" Exact, d'où le titre du livre de Pierre Clostermann, qui est un must-have

Posté le

android

(2)

Répondre

Mais alors les Dupondt n'ont rien inventé !!

a écrit : Hum, à quel moment le fait de de présenter soi même comme l'homme le plus chanceux au monde permet de gagner sa vie ?

Je crois bien que j'ai trouvé mon prochain taf
"John Hedley a apparemment eu beaucoup de succès dans le circuit des conférences dans les années 1920 et au début des années 1930, en régalant les foules américaines avec l'histoire de ses expériences de mort imminente dans (et hors) du cockpit qui lui avait valu son surnom, "The Luckiest Man Alive" (l'homme le plus chanceux vivant). Il semble que les conférences aient eu lieu le plus souvent entre 1928 et 1930, souvent dans l'Illinois mais aussi dans d'autres États comme l'Indiana et le Wisconsin. Hedley a enthousiasmé divers publics en racontant ses expériences militaires, depuis son premier service dans l'armée britannique en 1914 jusqu'à son séjour en tant que prisonnier de guerre jusqu'à la fin 1918. Le point culminant de sa conférence était presque toujours son récit d'avoir été éjecté de l'avion à trois miles au-dessus de la terre, d'être tombé de deux ou trois cents pieds et d'avoir atterri sur la queue de son avion. Le journaliste a indiqué que Hedley avait "gardé la main sur le fusil". L'aviateur a affirmé avoir combattu le cirque de Richthofen à trois reprises, en tant que membre du 20e escadron du Royal Flying Corps, la dernière rencontre ayant abouti à l'abattage en flammes de son avion par Manfred von Richthofen. Les critiques de la presse concernant ses conférences étaient plutôt élogieuses. Ce n'est que bien des années plus tard que l'affirmation concernant le Baron Rouge a été réfutée."

Tout dépend de son point vue, c est comme l homme qui s est pris à 7 reprises la foudre, est il chanceux d avoir survécu ou malchanceux d avoir reçu 7 fois le " ciel sur sa tête "

Posté le

android

(11)

Répondre

Un petit clic vaut mieux qu’une grande claque!...

Oh, le retour du cantilien ! Ça faisait longtemps il me semble !

Un pilot de guerre qui se nomme Makepeace ?
L’habit ne fait définitivement pas le moine

a écrit : Exact, d'où le titre du livre de Pierre Clostermann, qui est un must-have Un de mes romans préférés, quand j'avais 15 ans...
mais la finesse est plus proche de l'anecdote, je posterai l'explication tard dans la soirée

a écrit : Exact, d'où le titre du livre de Pierre Clostermann, qui est un must-have Sauf que cela concerne la WW2 alors qu'il est ici question de la grande guerre.

Posté le

android

(0)

Répondre

a écrit : Finesse pour initiés : les pilotes de la RAF appelaient les combats aériens "le grand cirque" Comme indiqué dans mon autre commentaire c'est ainsi qu'ils appelaient les combats aériens de la WW2 or il est ici question de la grande guerre.

Posté le

android

(1)

Répondre

a écrit : Je l’ai déjà fait mais sur un skate résultats je me suis tordu la cheville c’est moins spectaculaire et moins glorieux Il n'y a pas de petites victoires.

Posté le

android

(0)

Répondre

Histoire ultra mal racontée.

"Il chuta" --> Makepeace ou Hedley ?
"et suivant l’avion, il réussit à le rejoindre en vol " --> Makepeace, Hedley ou bien l'avion?

"en rampant jusqu’à son siège." --> Makepeace a rampé jusqu'au siège de Hedley? Hedley y était toujours? Ou bien c'est le contraire?

Bref, on ne comprend rien à rien à cette anecdote. Ce serait pas mal d'essayer de formuler les choses clairement

a écrit : Un petit clic vaut mieux qu’une grande claque!... "Et toi Charlotte, si tu ressemble plus à albator qu'à Candy , c'est parce-que ta mère elle flûte !!"
Haha film culte par ses répliques !

Posté le

android

(0)

Répondre

a écrit : Histoire ultra mal racontée.

"Il chuta" --> Makepeace ou Hedley ?
"et suivant l’avion, il réussit à le rejoindre en vol " --> Makepeace, Hedley ou bien l'avion?

"en rampant jusqu’à son siège." --> Makepeace a rampé jusqu'au siège de
Hedley? Hedley y était toujours? Ou bien c'est le contraire?

Bref, on ne comprend rien à rien à cette anecdote. Ce serait pas mal d'essayer de formuler les choses clairement
Afficher tout
Pas vraiment, il ne faut simplement pas rater la causalité.
Celui qui chuta, rejoignit l'avion et rampa
est celui qui a été éjecté... Soit, Hedley.

Posté le

android

(8)

Répondre

a écrit : Sauf que cela concerne la WW2 alors qu'il est ici question de la grande guerre. L'anecdote commence par : «James Bond n'a rien inventé»

Bon, la "finesse" est capillotractée :
Dans le James Bond en cause, James saute d'un avion sans parachute, se bat avec Requin qui a sauté avant lui, et lui prend son parachute. Requin se retrouve donc en chute libre. Au dernier moment, il aperçoit un CIRQUE, et se sert du chapiteau pou amortir sa chute
Mouais, pas terrible, je la trouvais plus drôle hier.
J’espère que vous ne vous attendiez pas à mieux