Une mutation génétique nous permet de digérer le lait

Proposé par
le
dans

Initialement, l'Homme digérait le lait à sa naissance mais perdait cette faculté vers l'âge de 5 ans avec la baisse de production de lactase par son corps. Une mutation au néolithique pérennisant l'enzyme digestive fut favorisée avec l'apparition de l'élevage, mais encore aujourd'hui une partie de l'humanité reste intolérante au lactose.


Tous les commentaires (65)

a écrit : Le seul lait que les humains devraient consommer est celui de leur mère, et ce jusqu'au sevrage naturel de l'être humain qui se situe entre l'âge de 2 et 7 ans.
Au delà, il est inutile de consommer des produits laitiers.
Nous sommes la seule espèce à consommer le lait d'une autre espèce
et ce après le servage, c'est insensé.
Consommer du lait de temps en temps pour le plaisir, raisonnablement, pourquoi pas. (même si d'un point de vue environnemental et éthique c'est discutable)
Par contre nous rabâcher dans les pubs, bourrer la crâne des médecins, diététiciens, quant au fait qu'il faut absolument consommer des produits laitiers tout au long de sa vie est une aberration. Merci le lobbying laitier.
Afficher tout
Ce n'est pas plus insensé que de prendre un KFC, au pire c'est inutile, mais souvent dans ce genre de débat, il y en a au moins un pour nous dire qu'on devrait interdire le lait à l'âge adulte, alors qu'en vrai ça gêne qui ? Inutile et interdit sont deux choses différentes.

Quant au lobby du lait, oui certes ils font leur pub de la même façon que le lobby de la cigarette soutient mordicus que les clopes donnent l'air cool et ne font pas de mal à nos poumons, mais d'un autre côté, qui est forcé de les croire ? Il me semble que la plupart des gens sont assez adultes pour ne pas tomber dans le premier piège marketing qui passe. Sinon ce sont des pigeons et voilà tout.

a écrit : Le seul lait que les humains devraient consommer est celui de leur mère, et ce jusqu'au sevrage naturel de l'être humain qui se situe entre l'âge de 2 et 7 ans.
Au delà, il est inutile de consommer des produits laitiers.
Nous sommes la seule espèce à consommer le lait d'une autre espèce
et ce après le servage, c'est insensé.
Consommer du lait de temps en temps pour le plaisir, raisonnablement, pourquoi pas. (même si d'un point de vue environnemental et éthique c'est discutable)
Par contre nous rabâcher dans les pubs, bourrer la crâne des médecins, diététiciens, quant au fait qu'il faut absolument consommer des produits laitiers tout au long de sa vie est une aberration. Merci le lobbying laitier.
Afficher tout
Ethiquement parlant? Cad ?

Le lait est un aliment intéressant sur le plant nutritif surtout lors de la croissance. C’est source d’emplois sur le territoire. C’est un ingrédient au cœur de notre gastronomie. Économiquement c’est évident qu’il y a beaucoup d’enjeu autour du lait et qu’on cherche peut être à nous en faire boire plus qu’on en a réellement besoin. Ce n’est pas une raison pour tout jeter à la poubelle.

A savoir si le lait est dangereux pour la santé, le consensus actuel, c’est non.
L’intolérance touche une forte partie de la population mais les symptômes sont tellement variables d’un individu à l’autre que finalement il y a peu de gens qui sont réellement gênés au quotidien. La plupart auront simplement des gaz ou une légère pesanteur abdominale.

On peut très bien se passer de lait, mais attention à bien penser à varier son alimentation, d’autres aliments permettent de faire le plein de calcium. On rajoute aussi de la vitamine D dans le lait, ce qui en fait aussi une source simple d’accès quand une forte partie de la population en manque.

Dire qu'il faudrait arrêter de manger du lait où de boire du fromage sous prétexte que la mutation est récente est un non sens. L'intolérance au gluten devrait elle tous nous faire arrêter de manger du pain (hé oui, à la base, les humains ne mangent pas de céréales), et le fait de ne pas avoir de nageoires de manger du poisson?

Les humains sont omnivores, et quand on a faim, on bouffe ce qu'on trouve, même si ça fait péter. Le lait est un aliment intéressant, il permet indirectement de bouffer de l'herbe, et ça, vu qu'on est pour le moment incapables de la digérer, eh ben on mange des vaches et du caprice des dieux®!^^

A noter qu'il est aujourd'hui possible d'inverser l'intolérance au lactose en implantant artificiellement au sujet la capacité à fabriquer les enzymes adéquates, mais là, c'est p'têt un peu abusé.

a écrit : Ethiquement parlant? Cad ? Ca veut dire qu'éthiquement parlant, on devrait faire comme nos ancêtres: vivre dans les arbres et ne manger que des fruits et une chenille de temps en temps.
-Même pas de carottes?
-AH NON! Les carottes, c'est pour les sangliers! ^^

a écrit : J'ai découvert mon intolérance au lactose qui est apparu subitement ( du jour au lendemain ) suite à une période de ma vie où j'ai commencé à vraiment gouter tout type de fromage etc.
L'intolérance est également à différent degrès et pouvant créer différents symptomes autres que la simple difficul
té à digérer. Dans mon cas, je suis intolérant dès une demi cuillère de fromage rapé par exemple ou dès les premieres gouttes de lait. Les effets instantanés sont des douleurs intestinales mais aussi petit extra : une faiblesse musculaire ne me permettra plus de faire quoi que ce soit de physique : même marcher peut être difficile pendant 1 ou 2 jours si je consomme disons une assiette de pâtes au fromage.
Du coup, j'ai arrêté toute provenance de lait depuis 4 ans et ça va, mes os ne cassent pas comme les pubs le disent, je suis pas plus faible qu'avant.
Donc le lait sert à rien et j'en suis la preuve.
Afficher tout
Alors premièrement, la plupart des fromages ne contiennent plus de lactose !
Deuxième "l'intolérance" consiste juste à une fermentation du lactose, puisque pour certains non digéré, ce qui entraîne une gène digestive. Mais absolument aucun des symptômes que tu décris.
(Et pour cela, il faut ingéré plus de 5gr de lactose. Hors le gruyère contient pas plus de 1gr de lactose pour 100gr de fromage )
Parcontre, il existe de TRÈS rare cas d'allergie, ce qui n'est pas a confondre avec l'intolérance. Ça n'a strictement rien à voir.
Rapprochez vous peut-être d'un allergologue, et envisagez de changer de généraliste si c'est lui qui vous a diagnostiqué une intolerance

Posté le

android

(8)

Répondre

a écrit : Alors autant je suis d’accord que les lobbies disent n’importe quoi en disant qu’on a besoin de boire du lait.

Autant je ne comprends pas les gens qui disent « boire du lait est totalement inutile, on ne devrait pas en boire ».
Parce que les sodas, le vin, la bière et autres c’est utile?? Parce que
manger certains aliments ne contenant pas de nutriments c’est utile??
Nooon évidemment mais c’est pas parce que c’est inutile qu’on n’en mange/boit pas.
Certes tous ces aliments et boissons on ne devrait pas en prendre car inutile donc surement néfastes, mais en quantité raisonnable, j’vois pas pourquoi on s’en priverait.
Sinon les gens qui disent que ça sert à rien de boire du lait, ben arrêtez de boire/manger tout le reste...
Afficher tout
Le vin et le bière c'est utile, ça permet d'assainir l'eau voyons.
Ah, on me dit dans l'oreillette qu'aujourd'hui, l'eau est potable, donc ça sert plus à rien.

Blague à part, le même phénomène de mutation s'applique à l'alcool : les populations européennes sont génétiquement plus "résistantes" à l'alcool que les asiatiques, parce que l'alcool était notre méthode de stérilisation de l'eau, alors qu'ils consommaient l'eau bouillie (thé).

Posté le

android

(5)

Répondre

a écrit : Alors premièrement, la plupart des fromages ne contiennent plus de lactose !
Deuxième "l'intolérance" consiste juste à une fermentation du lactose, puisque pour certains non digéré, ce qui entraîne une gène digestive. Mais absolument aucun des symptômes que tu décris.
(Et pour cela, il faut i
ngéré plus de 5gr de lactose. Hors le gruyère contient pas plus de 1gr de lactose pour 100gr de fromage )
Parcontre, il existe de TRÈS rare cas d'allergie, ce qui n'est pas a confondre avec l'intolérance. Ça n'a strictement rien à voir.
Rapprochez vous peut-être d'un allergologue, et envisagez de changer de généraliste si c'est lui qui vous a diagnostiqué une intolerance
Afficher tout
Eh non les symptômes et les quantités correspondent bien à l'intolérance. L'allergie n'engendre pas de problèmes digestifs mais immunitaires. Je vois bien la différence de symptômes entre mon allergie poissons/crustacés et l'intolérance au lactose de mon fils. Diagnostiquée puis traitée (oui on peut y remédier) grâce à l'hôpital mère enfant de Lyon pas un généraliste lambda.
Quand j'ai été obligée de stopper l'allaitement de mon fils à l'âge de 4 mois il a commencé à être très mal douleurs abdominales, vomissements et diarrhées.
Franchement on est loin de la simple "gène digestive" c'est instantané après absorbtion (pour les vomissements en tout cas) violent, abondant avec perte de poids, fatigue, faiblesse.
Son seuil de déclenchement était de 2ml de lait !!!!
Nous avons dut lui donner du lait en poudre sans lactose de pharmacie.
Quand il a commencé à manger du solide en ce qui concerne yaourts, fromages, gâteaux, la moindre trace de lactose sous toutes ses formes était déclencheur. C'était un calvaire pour trouver des produits adaptés à l'époque. Quand pas le temps de tout faire maison.
Je n'avais pas envie qu'il passe sa vie comme moi qui traque l'allergène sur les étiquettes, au resto, toujours être la chieuse à insister pour savoir la composition et les buffets du boulot où on ne sait pas dans quoi on croque eh ben on fait acte de présence et on boit.
A 18mois il a été désensibilisé ça a été très long à lui donner 1ml de lactose chaque jour pendant un certain temps puis 2 même durée puis 3 etc. Ensuite à 10 on est passés à des tranches de 5ml etc.
Oui c'est long et fastidieux comme évoqué dans un post précédent mais ça en vaut le coup !
Il a aujourd'hui 9ans il adore tous les produits laitiers préfère boire un grand verre de lait que du soda.
Par goût sans influence de ma part je ne consomme presque pas de produits laitiers et j'ai des os très solides jamais une fracture et pourtant les occasions n'ont pas manqué.
Et il y a quelques semaines justement il a dut avoir une prise de conscience à table il nous a dit d'un coup "merci vous m'avez sauvée la vie en me désensibilisant sinon aujourd'hui je ne pourrai pas manger toutes ces choses que j'aime par-dessus tout mon petit verre de lait, mes pâtes à la crème, mon gruuuuuyèère, mes pâtisseries !"
On a bien ri on lui a dit qu'il ne saurai même pas que c'est bon (je sais de quoi je parle le poisson ne me manque pas je n'en connais pas le goût on a beau me dire à quel point c'est délicieux ça ne me fait pas envie instinct de survie peut-être :))
On lui a juste facilité la vie parce qu'en France de nos jours on trouve du lactose dans tout même où on ne s'y attend pas.

Posté le

android

(0)

Répondre

a écrit : Oui , ou alors elle n'a pas été sélectionnée.
Une mutation arrive totalement aléatoirement , et si elle est favorable , les mutants survivront plus longtemps / seront plus attirants / plus riche... enfin, ils seront plus adaptés à leur milieu , et auront donc plus de chance de se reproduire et de transmettr
e leur genes , et donc la mutation.
Il est possible que la partie intolérante de la population n'ai pas muté du tout , mais il est aussi possible qu'ils aient muté , mais que leur mode de vie n'était pas avantagé par cette mutation , parcequ'ils ne faisaient pas d'elevage par exemple , et que la mutation ne se soit pas transmise aux generation futures.
( la plupart de la population mondiale est d'ailleurs intolérante au lactose , étant donné que la quasi totalitée de l'Asie le soit. Je vis en asie et la quasi totalité du lait que je vois est importée )
Afficher tout
Ah? Quelle partie de l’Asie? N’est-ce pas non plus dû à une corrélation entre régime alimentaire et habitudes culturelles?
Car, pour ma part, j’ai des origines asiatiques (née sur place, hein, pas mes arrière grands-parents!) mais j’ai grandi en Occident et pour autant je ne crois pas être intolérante au lactose!....

En boire quotidiennement est tres discutable en terme d'apport. A partir de 3 verres par jour cela pourrait causer du diabète et ne garantit rien contre l'ostéoporose. Pire encore, les conditions pour obtenir du lait en si grande quantité. Les vaches donnent du lait naturellement apres la naissance du veau...donc soit on lui retire le veau systématiquement soit on l insemine artificiellement ? Elle devient un outil de production parfois maltraité. (Je dis ça mais j adore le fromage et le beurre..)

Posté le

android

(5)

Répondre

a écrit : J'ai du mal avec ce genre de débat. Si nous avons subi une mutation, c'est que nous somme donc apte à boire du lait, quelque soit l'âge ? Et qu'il y aurait une partie de la population qui n'aurait pas muté ? On parle là d'intolérance, moi par exemple à partir du collège j'ai dû arrêter le lait le matin, puis au fur et à mesure à peu près tous les produits laitiers. Je digère mal voire pas du tout si j'en consomme trop. Maintenant je peux boire du lait, pas beaucoup et pas tous les jours, faut que ça reste exceptionnel

Posté le

android

(4)

Répondre

a écrit : On est egalement la seule espece a consommer des produits transformés -> farine en pain, raisin en vin, legumes et viandes cuites.
Je pense que si on c'etait contenté de bouffer des graines et de la viande crue, l'expansion de l'etre humain, le developpement de notre cerveau n'aurait pas eté la meme
La question est aujourd'hui d'ordre éthique et morale et non plus sur le place de la nécessité de survie.

La vache produit du lait pour le veau, pas pour un humain. Sinon pourquoi classifier les animaux chez qui on boit le lait et pas les autres ?
Du lait de chienne, de chatte, de guenon, de truie ? Ça répugnerait tout le monde (et ça a été le cas lors de cette expérience youtu.be/nDaxt8hmMJU)

Il n'y aucune raison valable de nos jours à exploiter une vache et envoyer un veau mâle à l'abattoir pour consommer ce liquide qui de toute évidence ne sort pas des pis de la vache pour nous. A moins que notre maman soit la vache et que nous soyons des veaux. Mais aux dernières nouvelles j'ai pas ce sentiment.

Posté le

android

(8)

Répondre

a écrit : La question est aujourd'hui d'ordre éthique et morale et non plus sur le place de la nécessité de survie.

La vache produit du lait pour le veau, pas pour un humain. Sinon pourquoi classifier les animaux chez qui on boit le lait et pas les autres ?
Du lait de chienne, de chatte, de guenon,
de truie ? Ça répugnerait tout le monde (et ça a été le cas lors de cette expérience youtu.be/nDaxt8hmMJU)

Il n'y aucune raison valable de nos jours à exploiter une vache et envoyer un veau mâle à l'abattoir pour consommer ce liquide qui de toute évidence ne sort pas des pis de la vache pour nous. A moins que notre maman soit la vache et que nous soyons des veaux. Mais aux dernières nouvelles j'ai pas ce sentiment.
Afficher tout
Et le blé produit des grains de blé pour se reproduire, pas pour être transformé en pâte brisée.

C'est vrai qu'il y a un gros problème avec nos élevages modernes, il faut que ça change, industrialiser l'élevage, c'est immonde! Mais on ne peut pas encore s'alimenter sans faire souffrir des organismes vivants, on y travaille mais c'est pas pour tout de suite.

Franchement, moi qui aime la viande et le fromage, je n'attends qu'une chose: le synthétiseur de bouffe, à la Star-Trek. Le prix du caviar va s'effondrer mais si c'est bon et pas cher, pourquoi pas?! ;)

a écrit : Le vin et le bière c'est utile, ça permet d'assainir l'eau voyons.
Ah, on me dit dans l'oreillette qu'aujourd'hui, l'eau est potable, donc ça sert plus à rien.

Blague à part, le même phénomène de mutation s'applique à l'alcool : les populations européennes
sont génétiquement plus "résistantes" à l'alcool que les asiatiques, parce que l'alcool était notre méthode de stérilisation de l'eau, alors qu'ils consommaient l'eau bouillie (thé). Afficher tout
D'autant que les anciens vins et bières dépassaient difficilement les 4° dans l'antiquité.

a écrit : Et le blé produit des grains de blé pour se reproduire, pas pour être transformé en pâte brisée.

C'est vrai qu'il y a un gros problème avec nos élevages modernes, il faut que ça change, industrialiser l'élevage, c'est immonde! Mais on ne peut pas encore s'alimenter sans faire souf
frir des organismes vivants, on y travaille mais c'est pas pour tout de suite.

Franchement, moi qui aime la viande et le fromage, je n'attends qu'une chose: le synthétiseur de bouffe, à la Star-Trek. Le prix du caviar va s'effondrer mais si c'est bon et pas cher, pourquoi pas?! ;)
Afficher tout
Si tu as le même degré de considération morale pour le blé et une vache, il y a de quoi se poser des questions.

Si à tes yeux faucher du blé et trancher une gorge c'est équivalant, à nouveau il y a de quoi se poser des questions.

Exploiter des individus sentients comme le sont ces animaux n'est pas nécessaire. Malheureusement consommer des cailloux ne fonctionnent pas (et le prana non plus). Du coup l'impact le plus faible que nous puissions avoir actuellement au niveau alimentaire est le régime végétalien. Donc se nourrir de végétaux (car on ne peut pas aller plus bas).

Se préoccuper des "problèmes" dans les abattoirs, c'est se voiler la face sur ce qu'on y pratique : trancher des gorges et ôter des vies (inutilement puisqu'on peut s'en passer). Du coup peu importe l'abattoir, ils sont tous problématiques puisque le fait même de leur existence est un problème en soi (tuer des individus sans raison n'est pas une démarche acceptable d'un point de vue morale, surtout en 2019 dans des pays où l'abondance alimentaire est disponible) #spécisme

Et juste au passage, les plantes ne souffrent pas (ne repartons pas sur ce débat stérile et absurde du cri de la carotte pas pitié, c'est ridicule).

Posté le

android

(0)

Répondre

Premièrement les fourmis transforment des graines en poudre qui une fois mélangée à leur salive donnent une pâte dont elles se nourrissent( cf messor barbarus ou capitus).
D'autres pratiquent l'agriculture en nourrissant un champignon et s en nourrissent aussi.(cf atta cephalotes)

De plus, dire que les plantes ne sont pas sentiente est un propos complètement irraisonné et anthrocentriste. Te fier à ton ressentie n est pas la bonne démarche dans un débat basé sur l argumentation logique.
Il a été observé dans une forêt, des changements de comportement de certain arbre lorsque ceux-ci étaient attaqués par des champignons. Notamment de condamner certaines branches et mieux encore de prévenir les arbres de l autre côté de la forêt ou le champignon n était pas encore présent. Les prévenus modifiant ainsi leur comportement.

Posté le

android

(4)

Répondre

a écrit : Si tu as le même degré de considération morale pour le blé et une vache, il y a de quoi se poser des questions.

Si à tes yeux faucher du blé et trancher une gorge c'est équivalant, à nouveau il y a de quoi se poser des questions.

Exploiter des individus sentients comme le sont ces animau
x n'est pas nécessaire. Malheureusement consommer des cailloux ne fonctionnent pas (et le prana non plus). Du coup l'impact le plus faible que nous puissions avoir actuellement au niveau alimentaire est le régime végétalien. Donc se nourrir de végétaux (car on ne peut pas aller plus bas).

Se préoccuper des "problèmes" dans les abattoirs, c'est se voiler la face sur ce qu'on y pratique : trancher des gorges et ôter des vies (inutilement puisqu'on peut s'en passer). Du coup peu importe l'abattoir, ils sont tous problématiques puisque le fait même de leur existence est un problème en soi (tuer des individus sans raison n'est pas une démarche acceptable d'un point de vue morale, surtout en 2019 dans des pays où l'abondance alimentaire est disponible) #spécisme

Et juste au passage, les plantes ne souffrent pas (ne repartons pas sur ce débat stérile et absurde du cri de la carotte pas pitié, c'est ridicule).
Afficher tout
Encore une fois, l’anthropocentrisme des antispecistes dans toute sa splendeur.

VOUS (les herbivores) prenez la sentience comme curseur pour choisir la limite à tracer entre ce qu’on peut manger ou non. Un gros trait bien bourrin entre l’animal et le végétal.
NOUS (les omnivores) prenons la conscience comme curseur et nous traçons un trait entre NOUS et le reste du vivant.

En quoi NOTRE trait serait moins moral que le votre ? C’est facile de considérer que comme un être vivant ne souffre pas, ce n’est pas un individu. Ça résout tous vos problèmes.
Et puis ça veut dire quoi ? Que si demain des nuées de sauterelles/hordes de sangliers attaquent toutes nos cultures 100% véganes, on ne doit rien faire ? On doit les laisser nous affamer ?

C’est juste une idéologie d’extrémiste. Commencez pas à nous faire la leçon.

a écrit : Ethiquement parlant? Cad ? Les conditions d'élevages qui sont la plupart du temps terribles, bien qu'il existe une poignée d'éleveurs respectueux bien sûr.

Posté le

android

(2)

Répondre