La machine de Marly était une prouesse technique

Proposé par
le

Afin d'alimenter en eau les parcs du château de Versailles, Louis XIV fit construire la machine de Marly afin de pomper l'eau de la Seine située à 10 km du château avec un dénivelé de 150 mètres. Cette machine, considérée comme l'une des plus complexes de son temps fonctionna durant 133 ans mais ne tint pas sa promesse de volume d'eau.


Commentaires préférés (3)

Il faut savoir que cette machine était tellement complexe et l'approvisionnement tellement important que 60 personnes plus des gardes étaient jour et nuit à son chevet.
Les frères Sualem, liègeois concepteur de la machine, sont "mort" à son chevet. À vrai dire, ils ont entretenu la machine de sa mise en place à leur mort.

Posté le

android

(127)

Répondre

Excellent reportage ce Week End dernier sur Arte sur cette machine ainsi que tout ce qui concernait Louis 14 et Versailles et ses jardins.
A voir absolument ;)

Edit : j'ai pas acces au site arte, donc a vos claviers pour le titre de l'émission :D

Dans le genre, il y avait aussi le Pont du Gard, et plus généralement tout le système de transport de l’eau alimentant la ville de Nîmes.

Il n’y a aucune machinerie et aucune pompe, juste un chemin creusé (tunnels) ou construits (ponts, dont celui du Gard). L’eau s’écoulait naturellement, par gravité.

La prouesse réside dans le fait que le dénivelé est incroyablement faible : seulement 12 mètres de dénivelé pour un trajet de 52 kilomètres (ou 1 cm par 40 mètres)
La pente est donc de 0,023 %

À ce niveau, la rondeur de la Terre a une courbure plus importante que le dénivelé (~200m).
Autrement dit, il faut tenir compte de la rondeur de la Terre pour tracer le dénivelé et le chemin de l’eau : une route parfaitement droite n’aurait pas fonctionné.

Le tout, sans télémètres lasers, ni grues, ni machines modernes (et 2 000 ans après, le pont est toujours là…).


Tous les commentaires (25)

Il faut savoir que cette machine était tellement complexe et l'approvisionnement tellement important que 60 personnes plus des gardes étaient jour et nuit à son chevet.
Les frères Sualem, liègeois concepteur de la machine, sont "mort" à son chevet. À vrai dire, ils ont entretenu la machine de sa mise en place à leur mort.

Posté le

android

(127)

Répondre

Excellent reportage ce Week End dernier sur Arte sur cette machine ainsi que tout ce qui concernait Louis 14 et Versailles et ses jardins.
A voir absolument ;)

Edit : j'ai pas acces au site arte, donc a vos claviers pour le titre de l'émission :D

La machine servait également à alimenter les réservoirs des jardins du château de Marly malheureusement détruit sous Napoléon.

Dans le genre, il y avait aussi le Pont du Gard, et plus généralement tout le système de transport de l’eau alimentant la ville de Nîmes.

Il n’y a aucune machinerie et aucune pompe, juste un chemin creusé (tunnels) ou construits (ponts, dont celui du Gard). L’eau s’écoulait naturellement, par gravité.

La prouesse réside dans le fait que le dénivelé est incroyablement faible : seulement 12 mètres de dénivelé pour un trajet de 52 kilomètres (ou 1 cm par 40 mètres)
La pente est donc de 0,023 %

À ce niveau, la rondeur de la Terre a une courbure plus importante que le dénivelé (~200m).
Autrement dit, il faut tenir compte de la rondeur de la Terre pour tracer le dénivelé et le chemin de l’eau : une route parfaitement droite n’aurait pas fonctionné.

Le tout, sans télémètres lasers, ni grues, ni machines modernes (et 2 000 ans après, le pont est toujours là…).

a écrit : Dans le genre, il y avait aussi le Pont du Gard, et plus généralement tout le système de transport de l’eau alimentant la ville de Nîmes.

Il n’y a aucune machinerie et aucune pompe, juste un chemin creusé (tunnels) ou construits (ponts, dont celui du Gard). L’eau s’écoulait naturellement, par gravité. />
La prouesse réside dans le fait que le dénivelé est incroyablement faible : seulement 12 mètres de dénivelé pour un trajet de 52 kilomètres (ou 1 cm par 40 mètres)
La pente est donc de 0,023 %

À ce niveau, la rondeur de la Terre a une courbure plus importante que le dénivelé (~200m).
Autrement dit, il faut tenir compte de la rondeur de la Terre pour tracer le dénivelé et le chemin de l’eau : une route parfaitement droite n’aurait pas fonctionné.

Le tout, sans télémètres lasers, ni grues, ni machines modernes (et 2 000 ans après, le pont est toujours là…).
Afficher tout
Ils avaient tout de même quelques cages à écureuil pour monter les blocs :)

« Ne tint pas sa promesse de volume d’eau »?
Pas sur de comprendre. Il n’a jamais fonctionné ou trop peu?

a écrit : « Ne tint pas sa promesse de volume d’eau »?
Pas sur de comprendre. Il n’a jamais fonctionné ou trop peu?
Je ne vois pas comment le formuler plus clairement que l'anecdote..

Posté le

android

(0)

Répondre

Les pompes et les siphons étaient déjà connus des romains et byzantins il y a plus de 1000 ans. le transport de l'eau sur de longues distances se faisaient par des aqueducs. Lugdunum capital des gaules en avait d'importants : Celui du Gier 85 kms

a écrit : « Ne tint pas sa promesse de volume d’eau »?
Pas sur de comprendre. Il n’a jamais fonctionné ou trop peu?
Le terme "débit" est plus approprié ici. Comme le mentionne Wikipedia : "Elle fonctionna 133 ans, mais ne parvint jamais longtemps à fournir le débit attendu"

On peut citer également : les infrastructures au Sahara afin d’irriguer les palmeraies et autres cultures.
Il y a des techniques millénaires qui sont utilisé afin de partager l’eau équitablement et afin d’en préserver un maximum de l’évaporation.
J’ai oublié le nom de ces infrastructures mais j’ai eu l’occasion d’en visiter en Algérie à de nombreuse reprise dans plusieurs palmeraies.
Plusieurs documentaires en parlent.
Pour ceux qui se demanderaient d’où viens l’eau: il faut savoir qu’au Sahara se trouve la plus grande nappe phréatiques au monde. Elle a déjà fait l’objet d’une anecdote sur SCMB en 2010 il me semble.
Environ 70% de cette nappe se trouve du côté algérien , 20% du côté libyen et près de 10% sous la Tunisie.
Voilà ^^

C'est impressionnant les constructions que l'on pouvait faire ! Je serai toujours impressionné par leur inventivité et leur capacité d'exécution, je pense !

Posté le

android

(4)

Répondre

Je comprenais pas pourquoi tant d’étonnement autour de cette machine, car je pensais que le dénivelé était de l’autre côté. Effectivement vu sous cet angle c’est un peu plus technique

Etait ce pour cette machine qu'un Acqueduc "romain" de 18 km de long était aussi prévu et dont la construction a été interrompu a cause d'une guerre de coalition ?

a écrit : Le terme "débit" est plus approprié ici. Comme le mentionne Wikipedia : "Elle fonctionna 133 ans, mais ne parvint jamais longtemps à fournir le débit attendu" Merci très clair!

Il existait en Belgique, au château de Modave dans la région de Liège (qui au XVIIe siècle faisait partie de la principauté-épiscopale de Liège), une machine hydraulique du même type bien que beaucoup plus réduite, création attribuée Rennequin Sualem, dont il se serait inspiré ensuite pour concevoir la machine de Marly. La machine de Modave devait prélever l'eau d'une petite rivière en contrebas et la faire monter d'une cinquantaine de mètres pour alimenter les fontaines du château.

Il se dit que Louis XIV pleura 2 fois dans sa vie :
La première à la mort de son fils
La seconde lors de la mise en eau inaugurale des fontaines de Versailles.
En effet, pour épater ses convives (l'imperatrice de Russie dans mes lointains souvenirs) il fit tester la veille les fontaines et jets d'eau de Versailles pour un spectacle magnifique à travers des prouesses d'ingénierie. Le jour J, les bassins de réserves ayant été vidés durant les tests sans avoir eu le temps de se remplir pour le grand moment, la mise en eau fut un échec sous les yeux des plus grands monarques de l'epoque... Et de ceux humides du roi soleil...

Sources : des cours lointains d'achitecture" parcs et jardins "

Posté le

android

(8)

Répondre

a écrit : Dans le genre, il y avait aussi le Pont du Gard, et plus généralement tout le système de transport de l’eau alimentant la ville de Nîmes.

Il n’y a aucune machinerie et aucune pompe, juste un chemin creusé (tunnels) ou construits (ponts, dont celui du Gard). L’eau s’écoulait naturellement, par gravité. />
La prouesse réside dans le fait que le dénivelé est incroyablement faible : seulement 12 mètres de dénivelé pour un trajet de 52 kilomètres (ou 1 cm par 40 mètres)
La pente est donc de 0,023 %

À ce niveau, la rondeur de la Terre a une courbure plus importante que le dénivelé (~200m).
Autrement dit, il faut tenir compte de la rondeur de la Terre pour tracer le dénivelé et le chemin de l’eau : une route parfaitement droite n’aurait pas fonctionné.

Le tout, sans télémètres lasers, ni grues, ni machines modernes (et 2 000 ans après, le pont est toujours là…).
Afficher tout
Encore une preuve que la terre est plate (je ressens le besoin de préciser que je plaisante, les platistes étant de plus en plus nombreux).

Posté le

android

(4)

Répondre

a écrit : Etait ce pour cette machine qu'un Acqueduc "romain" de 18 km de long était aussi prévu et dont la construction a été interrompu a cause d'une guerre de coalition ? Non c'était pour un autre projet en plus. À savoir detourner les eaux de la Loire. Bon ça c'est pas fait mais ça aurait dû être suffisant je pense.

Posté le

android

(2)

Répondre

a écrit : Dans le genre, il y avait aussi le Pont du Gard, et plus généralement tout le système de transport de l’eau alimentant la ville de Nîmes.

Il n’y a aucune machinerie et aucune pompe, juste un chemin creusé (tunnels) ou construits (ponts, dont celui du Gard). L’eau s’écoulait naturellement, par gravité. />
La prouesse réside dans le fait que le dénivelé est incroyablement faible : seulement 12 mètres de dénivelé pour un trajet de 52 kilomètres (ou 1 cm par 40 mètres)
La pente est donc de 0,023 %

À ce niveau, la rondeur de la Terre a une courbure plus importante que le dénivelé (~200m).
Autrement dit, il faut tenir compte de la rondeur de la Terre pour tracer le dénivelé et le chemin de l’eau : une route parfaitement droite n’aurait pas fonctionné.

Le tout, sans télémètres lasers, ni grues, ni machines modernes (et 2 000 ans après, le pont est toujours là…).
Afficher tout
Je me souviens que c'est pas sorcier avait fait un épisode.
Ils montraient que les gars avaient creusé un tunnel des deux côtés de la montagne pour se rejoindre au centre. On pouvais constater qu'au point de regroupement, il y avait eu une erreur d'une cinquantaine de centimètres, ce qui est hallucinant pour l'époque.

Posté le

android

(4)

Répondre

Je croyais que c'était les étangs de Hollande et l'étang de st Hubert, du côté du Perray En Yvelines qui alimentaient le château de Versailles...

Posté le

android

(0)

Répondre