Passée l'enfance, l'espérance de vie était assez élevée dès le Moyen Âge

Proposé par
le
dans

Bien que l’espérance de vie fut basse au Moyen Âge, il n’était pas si rare de rencontrer des septuagénaires. En effet, si la mortalité infantile était élevée, ce qui explique une espérance de vie moyenne basse, l'espérance de vie une fois arrivé à l'âge adulte était relativement élevée. Par exemple, elle était de 64 ans pour un homme issu de l'aristocratie et ayant atteint les 21 ans dans l'Angleterre médiévale du XIIIe au début du XVIIIe siècle.


Commentaires préférés (3)

D'après la source, entre 1200 et 1745, l'espérance de vie (toutes classes confondues ) passé 21 ans se situait entre 40 et 50 ans, mais entre 1300 et 1400, elle est passée à 24 ans, la grande peste noire étant passée par là ! Il est également ajouté que les causes de morts entre l'aristocratie et le tiers état étaient différentes, car tandis que le tiers état mourrait de famine ou de maladie, les aristocrates mourraient plutôt à la guerre.

Posté le

android

(145)

Répondre

a écrit : C'est évident que plus on restreint les contraintes, plus l'âge moyen sera élevé :)
Là on dit "ayant passé les 21 ans" (on fait donc l'impasse sur la mortalité infantile), et on dit "issus de l'aristocratie" (donc une vie pas trop éprouvante, bien nourris, etc...).
Ra
joutons "ayant une bonne constitution", "n'ayant pas d'antécédents familiaux", "ayant mené une vie saine", "ne faisant pas d'activités dangereuses", et on arrivera sûrement à 80 ans de "moyenne" ;). A contrario on ne va pas dépasser les 35 ans !
Tout cela ne veut pas dire grand chose ; sauf à vouloir atteindre un chiffre précis.
Afficher tout
Cela permet de nuancer les conditions de vie de l'époque, et de montrer que, si elles n'étaient pas favorables pour les enfants, elles n'étaient pas si terribles pour les adultes

Posté le

android

(125)

Répondre

a écrit : C'est évident que plus on restreint les contraintes, plus l'âge moyen sera élevé :)
Là on dit "ayant passé les 21 ans" (on fait donc l'impasse sur la mortalité infantile), et on dit "issus de l'aristocratie" (donc une vie pas trop éprouvante, bien nourris, etc...).
Ra
joutons "ayant une bonne constitution", "n'ayant pas d'antécédents familiaux", "ayant mené une vie saine", "ne faisant pas d'activités dangereuses", et on arrivera sûrement à 80 ans de "moyenne" ;). A contrario on ne va pas dépasser les 35 ans !
Tout cela ne veut pas dire grand chose ; sauf à vouloir atteindre un chiffre précis.
Afficher tout
Je trouve l’anecdote intéressante dans le sens où remettre dans le contexte des moyennes donne toujours des surprises.
Dans l'imaginaire collectif, je suis persuadé que beaucoup de gens pense qu’on meurt de vieillesse/maladie a 30 ans au Moyen-Age et que c’est le cas pour tout le monde sans se rendre compte du caractère moyen de la donnée.


Tous les commentaires (46)

Comme quoi les chiffres sont sujet à interprétation

Posté le

android

(13)

Répondre

D'après la source, entre 1200 et 1745, l'espérance de vie (toutes classes confondues ) passé 21 ans se situait entre 40 et 50 ans, mais entre 1300 et 1400, elle est passée à 24 ans, la grande peste noire étant passée par là ! Il est également ajouté que les causes de morts entre l'aristocratie et le tiers état étaient différentes, car tandis que le tiers état mourrait de famine ou de maladie, les aristocrates mourraient plutôt à la guerre.

Posté le

android

(145)

Répondre

C'est évident que plus on restreint les contraintes, plus l'âge moyen sera élevé :)
Là on dit "ayant passé les 21 ans" (on fait donc l'impasse sur la mortalité infantile), et on dit "issus de l'aristocratie" (donc une vie pas trop éprouvante, bien nourris, etc...).
Rajoutons "ayant une bonne constitution", "n'ayant pas d'antécédents familiaux", "ayant mené une vie saine", "ne faisant pas d'activités dangereuses", et on arrivera sûrement à 80 ans de "moyenne" ;). A contrario on ne va pas dépasser les 35 ans !
Tout cela ne veut pas dire grand chose ; sauf à vouloir atteindre un chiffre précis.

a écrit : C'est évident que plus on restreint les contraintes, plus l'âge moyen sera élevé :)
Là on dit "ayant passé les 21 ans" (on fait donc l'impasse sur la mortalité infantile), et on dit "issus de l'aristocratie" (donc une vie pas trop éprouvante, bien nourris, etc...).
Ra
joutons "ayant une bonne constitution", "n'ayant pas d'antécédents familiaux", "ayant mené une vie saine", "ne faisant pas d'activités dangereuses", et on arrivera sûrement à 80 ans de "moyenne" ;). A contrario on ne va pas dépasser les 35 ans !
Tout cela ne veut pas dire grand chose ; sauf à vouloir atteindre un chiffre précis.
Afficher tout
Cela permet de nuancer les conditions de vie de l'époque, et de montrer que, si elles n'étaient pas favorables pour les enfants, elles n'étaient pas si terribles pour les adultes

Posté le

android

(125)

Répondre

Je dit toujours que nous sommes" les survivants, des survivants "
La mortalité infantile étant importante
C'est les plus résistants qui vivaient
Pour avoir fait ma généalogie et tres loin ds le temps
Des personnes tres âgées il y en avait
J'ai des ancetres morts en 1700 et avant, dcd a plus de 70 ans
Mais ca c'est pour mes branches nobles
Effectivement, les autres bien plus modestes, j'ai aucune branche avant 1700 pour en témoigner

Posté le

android

(22)

Répondre

a écrit : C'est évident que plus on restreint les contraintes, plus l'âge moyen sera élevé :)
Là on dit "ayant passé les 21 ans" (on fait donc l'impasse sur la mortalité infantile), et on dit "issus de l'aristocratie" (donc une vie pas trop éprouvante, bien nourris, etc...).
Ra
joutons "ayant une bonne constitution", "n'ayant pas d'antécédents familiaux", "ayant mené une vie saine", "ne faisant pas d'activités dangereuses", et on arrivera sûrement à 80 ans de "moyenne" ;). A contrario on ne va pas dépasser les 35 ans !
Tout cela ne veut pas dire grand chose ; sauf à vouloir atteindre un chiffre précis.
Afficher tout
Je trouve l’anecdote intéressante dans le sens où remettre dans le contexte des moyennes donne toujours des surprises.
Dans l'imaginaire collectif, je suis persuadé que beaucoup de gens pense qu’on meurt de vieillesse/maladie a 30 ans au Moyen-Age et que c’est le cas pour tout le monde sans se rendre compte du caractère moyen de la donnée.

a écrit : Je dit toujours que nous sommes" les survivants, des survivants "
La mortalité infantile étant importante
C'est les plus résistants qui vivaient
Pour avoir fait ma généalogie et tres loin ds le temps
Des personnes tres âgées il y en avait
J'ai des ancetres morts en 1
700 et avant, dcd a plus de 70 ans
Mais ca c'est pour mes branches nobles
Effectivement, les autres bien plus modestes, j'ai aucune branche avant 1700 pour en témoigner
Afficher tout
Ca montre aussi en quoi les études peuvent être biaisées car on connait mieux l'âge des personnes aisées, tandis que l'âge des pauvres était très mal documenté

Posté le

android

(20)

Répondre

Ah les statistiques...
La mortalité infantile quoi. On a pas construit des maternités pour le fun!
Aujourd'hui on sait comment faire vivre un prématuré de 3 mois avant terme sans qu'il ait de séquelles via des couveuses ultramodernes... Au moyen âge, on appelait ça un mort-né.
Le moyen âge n'était pas si moyen que ça, en vrai. C'était en tous cas pas pire au niveau de la mortalité infantile que l’apogée de l'empire romain pourtant équipé de termes, de réseaux d’égouts et d'eau potable.

a écrit : C'est évident que plus on restreint les contraintes, plus l'âge moyen sera élevé :)
Là on dit "ayant passé les 21 ans" (on fait donc l'impasse sur la mortalité infantile), et on dit "issus de l'aristocratie" (donc une vie pas trop éprouvante, bien nourris, etc...).
Ra
joutons "ayant une bonne constitution", "n'ayant pas d'antécédents familiaux", "ayant mené une vie saine", "ne faisant pas d'activités dangereuses", et on arrivera sûrement à 80 ans de "moyenne" ;). A contrario on ne va pas dépasser les 35 ans !
Tout cela ne veut pas dire grand chose ; sauf à vouloir atteindre un chiffre précis.
Afficher tout
Justement la moyenne d’âge des 30-35 est due à l’extrême mortalité infantile, autrement dit on arrivait plus ou moins « facilement » à 50-60 ans

a écrit : C'est évident que plus on restreint les contraintes, plus l'âge moyen sera élevé :)
Là on dit "ayant passé les 21 ans" (on fait donc l'impasse sur la mortalité infantile), et on dit "issus de l'aristocratie" (donc une vie pas trop éprouvante, bien nourris, etc...).
Ra
joutons "ayant une bonne constitution", "n'ayant pas d'antécédents familiaux", "ayant mené une vie saine", "ne faisant pas d'activités dangereuses", et on arrivera sûrement à 80 ans de "moyenne" ;). A contrario on ne va pas dépasser les 35 ans !
Tout cela ne veut pas dire grand chose ; sauf à vouloir atteindre un chiffre précis.
Afficher tout
Évidemment, mais seulement cette restriction apporte un fait pas suffisamment évident dans l'imagerie collective. La majorité des gens pense qu'à cette époque, tout le monde mourrait vers cet âge moyen, parce que toutes les conditions mises ensemble faisaient qu'il était difficile de vivre vieux.
A partir du moment où on faisait fi de la mortalité infantile, l'âge moyen montait en flèche car elle inflechissait terriblement la réalité des "survivants".
A ce titre il serait peut être intéressant de calculer un âge médian, plutôt que moyen ?

Posté le

android

(17)

Répondre

Désolé Tybs, je viens de récrire la même chose que toi..

Posté le

android

(2)

Répondre

a écrit : Je trouve l’anecdote intéressante dans le sens où remettre dans le contexte des moyennes donne toujours des surprises.
Dans l'imaginaire collectif, je suis persuadé que beaucoup de gens pense qu’on meurt de vieillesse/maladie a 30 ans au Moyen-Age et que c’est le cas pour tout le monde sans se rendre compt
e du caractère moyen de la donnée. Afficher tout
Tout à fait d'accord, j'ai une très bonne mémoire, et je me rappelle mêmes que ces idées étaient véhiculées par certains de mes profs en primaire et au collège. Ce n'est qu'au lycée qu'un prof d'histoire un peu mieux renseigné avait relativisé les choses en nous expliquant que la moyenne était un peu faussée par la mortalité infantile très élevée.

Posté le

android

(14)

Répondre

a écrit : Évidemment, mais seulement cette restriction apporte un fait pas suffisamment évident dans l'imagerie collective. La majorité des gens pense qu'à cette époque, tout le monde mourrait vers cet âge moyen, parce que toutes les conditions mises ensemble faisaient qu'il était difficile de vivre vieux.
A
partir du moment où on faisait fi de la mortalité infantile, l'âge moyen montait en flèche car elle inflechissait terriblement la réalité des "survivants".
A ce titre il serait peut être intéressant de calculer un âge médian, plutôt que moyen ?
Afficher tout
Un âge median, des écarts types, des variances et on aurait un aperçu de la situation. Même si je me demande si on a vraiment des données fiables.

Ce chiffre n a pas beaucoup évolué depuis les romains !
Les chercheurs estiment que la durée de vie d'un romain pauvre était de 40-50ans et d'un riche de plus de 60 ans.
Et il n'était pas rare du tout de voir des très vieux 80+ chez les plus riches.

Il a fallut attendre la médecine moderne pour vivre plus longtemps.

Posté le

android

(12)

Répondre

a écrit : C'est évident que plus on restreint les contraintes, plus l'âge moyen sera élevé :)
Là on dit "ayant passé les 21 ans" (on fait donc l'impasse sur la mortalité infantile), et on dit "issus de l'aristocratie" (donc une vie pas trop éprouvante, bien nourris, etc...).
Ra
joutons "ayant une bonne constitution", "n'ayant pas d'antécédents familiaux", "ayant mené une vie saine", "ne faisant pas d'activités dangereuses", et on arrivera sûrement à 80 ans de "moyenne" ;). A contrario on ne va pas dépasser les 35 ans !
Tout cela ne veut pas dire grand chose ; sauf à vouloir atteindre un chiffre précis.
Afficher tout
Je suis d'accord avec ton propos, néanmoins cela permet également de souligner les "problèmes" qui existait à la l'époque à savoir : la mortalité infantile. Le fait de donner une espérance de vie à la naissance est également un "chiffre" il peut être commun à deux situations qui n'ont rien à voir et éloigner deux situations qui sont communes.
Ensuite, on a pu se poser cette question à la suite des "théories" qui disent que l'espérance de vie ne fait qu'augmenter et cette anecdote permet également de dire : bah on était aussi vieux avant. L'espérance de vie est une moyenne.
Ps : bon peut-être pas aussi vieux mais vous comprenez le propos :p

Posté le

android

(7)

Répondre

a écrit : C'est évident que plus on restreint les contraintes, plus l'âge moyen sera élevé :)
Là on dit "ayant passé les 21 ans" (on fait donc l'impasse sur la mortalité infantile), et on dit "issus de l'aristocratie" (donc une vie pas trop éprouvante, bien nourris, etc...).
Ra
joutons "ayant une bonne constitution", "n'ayant pas d'antécédents familiaux", "ayant mené une vie saine", "ne faisant pas d'activités dangereuses", et on arrivera sûrement à 80 ans de "moyenne" ;). A contrario on ne va pas dépasser les 35 ans !
Tout cela ne veut pas dire grand chose ; sauf à vouloir atteindre un chiffre précis.
Afficher tout
D'un autre côté... Si on fait une moyenne qui tient compte de la mortalité infantile, elle va évidemment beaucoup baisser mais sa pertinence n'augmente pas forcément, étant donné que peu de gens meurent effectivement autour de cette moyenne (le plus souvent ce sera soit beaucoup plus jeune soit beaucoup plus vieux).

Posté le

android

(10)

Répondre

Il y a beaucoup beaucoup de préjugés sur le moyen âge : les gens jetaient leur caca dans la rue, ne se lavaient jamais et mangeaient exclusivement d'infects bouillons de racines...
Évidemment tout cela est faux à des degrés divers, mais se base souvent sur un fond de vérité : on a des traces de gens ayant été punis (d'amende) pour avoir jeté leurs excréments dans la rue. Si les systèmes d'égouts et d'hygiène n'étaient parfois pas aussi aboutis qu'à l'époque romaine, il existait néanmoins toujours des bains publics. On a également retrouvé des baignoires individuelles, et il est tout à fait raisonnable d'assumer que ceux qui n'avaient pas les moyens de s'accorder un tel luxe se lavaient dans les fleuves et les divers cours d'eau autour desquels s'organisait la vie médiévale.

Les gens étaient déjà des gens, on a pas évolué un nez et un sens de l'hygiène lors de la révolution industrielle...

Posté le

android

(10)

Répondre

D’où l’importance du choix des termes : moyenne, médiane (avec ou sans écart-type), mode…

En l’occurrence, ici, l’anecdote explique que la moyenne est faussée : il y a beaucoup de morts très jeunes et beaucoup de morts vieux. La moyenne n’est donc pas représentative du tout.

Ce qui serait intéressant de voir ici, c’est le mode : l’âge à laquelle le plus de personnes meurent. Ça donnerait une idée déjà plus réaliste, et sans affiner en fonction de paramètres.


Concernant la moyenne, je rappelle que si Bill Gates entre dans un bar, tout le monde est milliardaire… en moyenne.
La moyenne (terme le plus simple à comprendre et le plus employé) n’est pas toujours adaptée pour décrire une situation.

Concernant l'espérance de vie, même logique pour les pays pauvres.

a écrit : Cela permet de nuancer les conditions de vie de l'époque, et de montrer que, si elles n'étaient pas favorables pour les enfants, elles n'étaient pas si terribles pour les adultes "Pas si terrible que ça", pour l'aristocratie anglaise de l'époque dont les enfants n'étaient pas morts... C'est tout ce que nous apprend cette anecdote. Qu'en est-il des gens de la rue, du peuple ? A cette époque 90% de la population vivait "aux champs", auxquels on rajoute les ouvriers dans les villes. Alors on parle finalement de combien de personnes de l'aristocratie ? De quel pourcentage de la population ? Infime... beaucoup trop infime pour avancer des théories.
La raison en est simple : il n'y avait à l'époque de "tableau des morts" que pour les personnalités. On ne s'occupait pas des "petites gens", donc on n'en sait pas grand chose aujourd'hui.
Entre les morts violentes, les maladies, les épidémies (que vivaient moins fortement les castes aisées), je suis prêt à mettre un billet sur une espérance de vie du peuple bien moins élevées que qu'on lit ici. Certaines "prospectives" appellons-les comme ça car, encore une fois, on n'a aucune certitude) disent qu'un homme ayant atteint 20 ans (donc fi de la mortalité infantile) avait une espérance de vie à 32 ans (moyenne bien sûr)... Je pense cette prospective bien plus réaliste :)