On devrait avoir bientôt la première photo d'un trou noir

Proposé par
le
dans

La première image jamais observée d'un trou noir devrait être publiée en avril 2019. Elle sera le fruit de 2 ans de traitement par des supercalculateurs. Elle a été capturée par l'Event Horizon Telescope, un réseau de triangulation de radiotélescopes de 5000 km de diamètre. Cette première capture de "l'Horizon des événements" porte sur deux trous noirs de notre Voie Lactée, Sgr A* et N87*.

Bien que le rendu soit incertain, la communauté scientifique s'attend à ce que des similitudes soient observées avec les nombreux modèles théoriques établis ces 50 dernières années principalement. Jean Pierre Luminet, principal spécialiste français des trous noirs aura notamment l'occasion de comparer son dessin effectué à la main en 1978.


Commentaires préférés (3)

On pourra comparer avec Interstellar

a écrit : On pourra comparer avec Interstellar Et oui, en particulier parce que dans Interstellar, la production a fait appel à un spécialiste des trous noirs pour s'approcher au plus près des modèles théoriques, ils auraient cependant écartés certains aspects (rotation et luminosité très prononcée sur certaines parties) pour que ça rende mieux à l'image !

a écrit : Avec ce procédé, est-ce que ça serait possible d'observer directement une exoplanète d'une étoile proche de nous? Ou c'est juste spécifique aux trous noirs? Il s'agit d'interférométrie à très longue base, un procédé qui permet l'observation des radiosources lointaines, cette technique est basée sur la mesure des écarts temporels de l'arrivée d'ondes radios sur différentes antennes. En bref, d'après ce que j'en comprend, il faut des sources émettrices d'ondes et la nature de ses ondes permet d'avoir une idée de l'astre, et de le reconstituer pas des calculs. Idéal ainsi pour les étoiles, à voir ici pour les trous noirs, mais ça semble moins l'être pour les planètes :(


Tous les commentaires (34)

On pourra comparer avec Interstellar

a écrit : On pourra comparer avec Interstellar Et oui, en particulier parce que dans Interstellar, la production a fait appel à un spécialiste des trous noirs pour s'approcher au plus près des modèles théoriques, ils auraient cependant écartés certains aspects (rotation et luminosité très prononcée sur certaines parties) pour que ça rende mieux à l'image !

Avec ce procédé, est-ce que ça serait possible d'observer directement une exoplanète d'une étoile proche de nous? Ou c'est juste spécifique aux trous noirs?

a écrit : Avec ce procédé, est-ce que ça serait possible d'observer directement une exoplanète d'une étoile proche de nous? Ou c'est juste spécifique aux trous noirs? Il s'agit d'interférométrie à très longue base, un procédé qui permet l'observation des radiosources lointaines, cette technique est basée sur la mesure des écarts temporels de l'arrivée d'ondes radios sur différentes antennes. En bref, d'après ce que j'en comprend, il faut des sources émettrices d'ondes et la nature de ses ondes permet d'avoir une idée de l'astre, et de le reconstituer pas des calculs. Idéal ainsi pour les étoiles, à voir ici pour les trous noirs, mais ça semble moins l'être pour les planètes :(

a écrit : Et oui, en particulier parce que dans Interstellar, la production a fait appel à un spécialiste des trous noirs pour s'approcher au plus près des modèles théoriques, ils auraient cependant écartés certains aspects (rotation et luminosité très prononcée sur certaines parties) pour que ça rende mieux à l'image ! Ils ont en effet mis de coté l'effet Doppler qui aurait provoqué une absence de lumière d'un coté du trou noir et un aura extrêmement lumineux de l'autre.

"Les gars, faut reprendre une photo, y a une grosse tâche sombre au mil- Ohhh..."

Jean-Pierre Luminet, éminent scientifique mais aussi écrivain au talent certain!! J'ai dévoré il y a quelques années ses biographies de Copernic et Newton. Ce ne sont pas de gros pavés mais des biographies de 200-300 pages au style romancé et vraiment passionnantes!

A regarder absolument: youtu.be/tCngc1fibG4
"Voyage au coeur d'un trou noir", par Alain Riazuelo, montre ce que l'on pourrait voir si l'on pouvait s'approcher, et même passer l'horizon d'un trou noir. On y voit les différents effets que donnent une lumière distordue, c'est déroutant!C'est assez vieux donc la qualité est pas super mais largement suffisante pour apprécier!

Attention on parle ici du trou noir pur, il n'y a pas de disque d'accrétion ni de rotation du TN, donc il ne ressemble pas du tout a celui d'interstellar par exemple.

Voir un trou noir, c'est troublant.

Ce sera très certainement...troublant...

a écrit : Voir un trou noir, c'est troublant. Oh non lol

L'horizon des événements reste une chose assez difficile à concevoir mais il est possible de simplifier.
Lorsqu'on se rapproche du trou noir, il s'agit de la limite "imaginaire" ou la vitesse de libération du trou noir (celle qui permet de s'en échapper) devient supérieure à la vitesse de la lumière. A partir de cette limite, les rayons lumineux (limités en vitesse par c) ne peuvent s'échapper de l'attraction gigantesque du trou noir et sont donc "aspirés" vers son centre (à une vitesse >c ?? Peut-être mais on ne sait pas vraiment). Cette surface (hypersurface même) ne peut que s’agrandir à mesure que le trou noir gagne en masse.
On peut considérer que cette horizon détermine la "taille" du trou noir même si dans les faits, un "trou noir" est principalement une singularité gravitationnelle de taille nulle et de densité infinie mais cela est encore plus difficile à concevoir pour nous. Un point dans lequel est concentré tellement de matière que l'attraction gravitationnelle autour de lui est énorme.

On parle d'horizon des événements car cette limite est la frontière entre notre espace-temps où nous nous trouvons (avec ces liens de causalité) et une zone où rien ne peut sortir (pas même un rayon de lumière donc aucune information).
ps: si j'ai dit des bêtises, corrigez moi.

Comment ça se fait que une image mais tant de tant à être traiter ? Grand nombre de pixel ?

a écrit : Comment ça se fait que une image mais tant de tant à être traiter ? Grand nombre de pixel ? La photographie se base sur le principe de la photosensibilité à la lumière que ce soit en numérique ou en argentique. Un téléscope, c'est pareil, il ne voit que ce que la lumière lui donne (sur l'ensemble du spectre lumineux).
Ici, on essaye d'obtenir une image provenant d'un objet qui n'émet pas de lumière par définition (sauf un petit peu sur l'horizon des événements). Il s'agit donc de collecter avec la meilleure précision possible de très nombreuses images "lumineuses" tout autour du trou noir et de construire l'image de ce-dernier par soustraction en repérant les zones noires. Cela nécessite des années de mesures et de calculs pour obtenir un résultat.
Donc en quelques sorte, tu as raison, pour une image, on est obligé d'en traiter un très grand nombre comme des "pixels".

a écrit : Il s'agit d'interférométrie à très longue base, un procédé qui permet l'observation des radiosources lointaines, cette technique est basée sur la mesure des écarts temporels de l'arrivée d'ondes radios sur différentes antennes. En bref, d'après ce que j'en comprend, il faut des sources émettrices d'ondes et la nature de ses ondes permet d'avoir une idée de l'astre, et de le reconstituer pas des calculs. Idéal ainsi pour les étoiles, à voir ici pour les trous noirs, mais ça semble moins l'être pour les planètes :( Afficher tout Ca l'est aussi pour les planètes, je ne connais pas de corps céleste qui n'est pas source d'ondes radio. En fait, tout l'univers émet des ondes radios, c'est comme ça qu'on a réussi à voir l'aspect de l'Univers 380.000 ans après le big bang (le fonds diffus cosmique)

a écrit : Il s'agit d'interférométrie à très longue base, un procédé qui permet l'observation des radiosources lointaines, cette technique est basée sur la mesure des écarts temporels de l'arrivée d'ondes radios sur différentes antennes. En bref, d'après ce que j'en comprend, il faut des sources émettrices d'ondes et la nature de ses ondes permet d'avoir une idée de l'astre, et de le reconstituer pas des calculs. Idéal ainsi pour les étoiles, à voir ici pour les trous noirs, mais ça semble moins l'être pour les planètes :( Afficher tout Peut-être que quelqu'un pourra me corriger mais il me semble que dans le cas des planètes les scientifiques utilisent la spéctrophotométrie dans le but d'en déduire les éléments composant l'athmosphère. Am I wrong ?