L'isolation des doubles vitrages a progressé grâce à un des 2 verres

Proposé par
le
dans

Les double vitrages sont très isolants grâce notamment au gaz argon emprisonné, mais c'est avant tout grâce au traitement d'une des surfaces du verre que l'isolation thermique de ces produits a triplé en trente ans. Cette surface s'appelle la "couche faiblement émissive" et peut être observée avec un briquet ou avec le flash d'un smartphone.

Orientez la lumière face au vitrage. Sur un double vitrage vous verrez 4 reflets. Si l'un des reflets centraux présente une variation de couleur, c'est que le vitrage est traité avec ce type de couche faiblement émissive. Depuis environ 15 ans, toutes les fenêtres installées sont obligatoirement équipées de ce type de vitrage. En effet, les obligations réglementaires exigent des performances d'isolation thermique que seuls ces vitrages peuvent atteindre.


Tous les commentaires (31)

Pour compléter l'anecdote :

Les double-vitrages sont souvent asymétriques, c'est à dire qu'une des feuilles de verre possède une épaisseur différente de la première : 6-15-4 (mm) par exemple. Il s'agit ici d'atténuer les phénomènes de vibrations masse-ressort-masse pouvant entrainer une mauvaise isolation acoustique du vitrage.

L'espace entre les deux feuilles est remplis de gaz inerte mais pourrait tout aussi bien être "rempli" de vide. Toutefois les feuilles ne sont pas assez épaisses pour résister à la différence de pression et la méthode de fabrication serait bien plus complexe (et chère).

Le coefficient de transmission thermique U d'un vitrage n'est pas du tout proportionnel au nombre de feuille.
Simple vitrage standard moyen : coefficient de transmission thermique U de 5,8 W/m²K
Double vitrage standard moyen : U de 2,8 W/m²K
Triple vitrage standard moyen : U de 1,9 W/m²K
C'est pourquoi il est conseillé d'opter pour un double vitrage performant plutôt qu'un triple vitrage standard pour avoir le meilleur rapport Prix/performance.

a écrit : Voilà l'anecdote telle que je l'ai soumise, comme ça chacun pourra juger :
"Si l'on pense que les double vitrages sont isolants grâce au gaz argon emprisonné, c'est avant tout par traitement d'une des surfaces du verre que l'isolation thermique de ces produits a triplé en trente
ans. Cette surface s'appelle "couche faiblement émissive" et peut être observée avec un briquet."
1. Respecter la limite des 300 caractères implique de faire des raccourcis rédactionnels.
2. C'est pour ça quelles sont reformulées mais parfois pas de façon très heureuse, car là, s'agissant de l'argon, le sens est inversé. En l'occurrence, le gaz argon ne rend pas le double vitrage très isolant. Sa participation dans l'isolation thermique est de l'ordre de 20%, tandis que ces couches qui font l'objet de l'anecdote y participent à hauteur de 80% environ.
Afficher tout
Honnêtement je n'aurai pas compris non plus sans sources ou commentaires cette première formulation :s . Mais ! L'anecdote est quand même publié & je me coucherai moins bête ce soir :)

Le terme double vitrage est inapproprié mais est souvent utilisé pour décrire des verres isolants.

En effet le double vitrage est une double fenêtre qui peut être ouverte pour le nettoyage entre les deux verres simple, elle a l’inconvénient de ne pas être bien isolante car de l’air s’infiltre dans le double cadre ce qui provoque de la condensation entre les deux verres.

a écrit : Le terme double vitrage est inapproprié mais est souvent utilisé pour décrire des verres isolants.

En effet le double vitrage est une double fenêtre qui peut être ouverte pour le nettoyage entre les deux verres simple, elle a l’inconvénient de ne pas être bien isolante car de l’air s’infiltre dans le doubl
e cadre ce qui provoque de la condensation entre les deux verres. Afficher tout
As tu des sources de ce que tu affirmes ?

a écrit : Le terme double vitrage est inapproprié mais est souvent utilisé pour décrire des verres isolants.

En effet le double vitrage est une double fenêtre qui peut être ouverte pour le nettoyage entre les deux verres simple, elle a l’inconvénient de ne pas être bien isolante car de l’air s’infiltre dans le doubl
e cadre ce qui provoque de la condensation entre les deux verres. Afficher tout
Dans ce cas, cela s'appelle un sur-vitrage

a écrit : Chez Lapeyre ça s'appelle "vitrage confort 4 saisons" . Fabriqué par Saint Gobain On vous a baratiné dans ce cas, car il ne s'agit pas de "cristaux orientés" comme des "stores vénitiens" ^_^
Il s'agit d'un double vitrage a couches faiblement émissives. Le saint Gobain 4S est une appellation commerciale.

a écrit : Pour compléter l'anecdote :

Les double-vitrages sont souvent asymétriques, c'est à dire qu'une des feuilles de verre possède une épaisseur différente de la première : 6-15-4 (mm) par exemple. Il s'agit ici d'atténuer les phénomènes de vibrations masse-ressort-masse pouvant entra
iner une mauvaise isolation acoustique du vitrage.

L'espace entre les deux feuilles est remplis de gaz inerte mais pourrait tout aussi bien être "rempli" de vide. Toutefois les feuilles ne sont pas assez épaisses pour résister à la différence de pression et la méthode de fabrication serait bien plus complexe (et chère).

Le coefficient de transmission thermique U d'un vitrage n'est pas du tout proportionnel au nombre de feuille.
Simple vitrage standard moyen : coefficient de transmission thermique U de 5,8 W/m²K
Double vitrage standard moyen : U de 2,8 W/m²K
Triple vitrage standard moyen : U de 1,9 W/m²K
C'est pourquoi il est conseillé d'opter pour un double vitrage performant plutôt qu'un triple vitrage standard pour avoir le meilleur rapport Prix/performance.
Afficher tout
C'est pas systématique d'avoir deux verres d'épaisseur différentes, mais quand il s'agit d'apporter une isolation acoustique, c'est une solution.
Ça et les vitrages feuilletés acoustiques.
S'agissant de la lame de vide, ça se fait. L'espace entre les verres est alors inférieur au millimètre car inutile d'avoir 16 mm d'épaisseur de vide pour apporter l'isolation thermique, le vide coupe toute transmission par conduction. L'écartement entre les verres est assuré par de petites entretoises plutôt discrètes.
Sur les triples vitrages je vous rejoins mais les performances que vous présentez sont celles de vitrages sans couches faiblement émissives et cela ne se fabrique plus.
En double vitrage on est à 1.1, 1,0, voire 0,9 W/m².K grâce à ces couches.
D'où l'intérêt limité du triple. ;-)

Habitant dans un ancien immeuble à Lyon, ils ont changé les vitres y'a 2 ans, certes bien isolantes, mais sans changer le cadre des fenêtres, du coup même isolation qu'avant : 0% d'efficacité : courant d'air tout autour des fenêtres, pareil qu'avant le changement. Sûrement pour faire des économies ou la vieille excuse du patrimoine donc pas le droit de changé les cadres de fenêtres. C'est ridicule.

A savoir que le triple vitrage est presque inutile dans les pays où le niveau thermique est stable (pas trop chaud, pas trop froid)
Les frais d'achat seront trop énorme pour une différence de vitrage moindres (voir presque égal)
Alors que le double vitrage est utilisé pour les vitres normal.

Cependant il est souvent utilisé pour faire des sols en hauteur avec du triple vitrage pour y circulé a pied dessus sans craintes que le vitrage "casse".

a écrit : C'est pas systématique d'avoir deux verres d'épaisseur différentes, mais quand il s'agit d'apporter une isolation acoustique, c'est une solution.
Ça et les vitrages feuilletés acoustiques.
S'agissant de la lame de vide, ça se fait. L'espace entre les verres est alors
inférieur au millimètre car inutile d'avoir 16 mm d'épaisseur de vide pour apporter l'isolation thermique, le vide coupe toute transmission par conduction. L'écartement entre les verres est assuré par de petites entretoises plutôt discrètes.
Sur les triples vitrages je vous rejoins mais les performances que vous présentez sont celles de vitrages sans couches faiblement émissives et cela ne se fabrique plus.
En double vitrage on est à 1.1, 1,0, voire 0,9 W/m².K grâce à ces couches.
D'où l'intérêt limité du triple. ;-)
Afficher tout
Dans tous les projets ou je travaille, la norme veut que l'on utilise des vitrages asymétriques car l'isolation thermique et acoustique vont de paire sur les bâtiments neufs. En ce qui concerne le vide, je pensais encore que les contraintes engendrées généraient des coûts supérieurs aux bénéfices. Je vais me renseigner sur les vitrages actuels.
Les performances présentées, je les ai sorties d'un vieil abaque trainant dans mon tiroirs et qui est effectivement un peu daté.

a écrit : Sinon, pour rentrer dans le détail de cette couche "faiblement émissive", il s'agit d'une couche (quasi) transparente à la lumière visible, mais opaque aux rayonnements infrarouges de grande longueur d'onde. Ces rayonnements sont typiquement des rayonnements de chaleur, visibles avec des caméras thermiques. Les corps de chauffe (radiateurs, corps humain, et tout ce qui chauffe généralement) émettent ces rayonnements. Cette couche ne les laisse pas s'échapper vers l'extérieur mais les réfléchit vers l'intérieur des locaux, limitant ainsi les pertes de chaleur vers l'extérieur.
Les fabricants peuvent vous en faire la démonstration en comparant deux double vitrages : Un classique et un équipé de cette couche, côte à côte, avec une lampe chauffante derrière. En touchant la face opposée, l'une est chaude (vitrage normal, laissant la chaleur s'échapper), l'autre est froide.
Enfin, pour résumer, c'est le principe appliqué aussi aux thermos, mais la couche est métallique, opaque. La transparence n'importe pas (^_^)
Le revers de la médaille est que ces couches atténuent aussi significativement les ondes GSM...
Afficher tout
Je dirais plutôt tant mieux que ça bloque les ondes ;-)