Le vaccin contre la grippe est un vaccin par prédiction

Proposé par
Invité
le
dans

Le vaccin contre le virus de la grippe n’est pas un vaccin ordinaire mais un vaccin que l’on appelle « par prédiction » : par un phénomène de glissement antigénique, les antigènes de ce virus changent chaque année, ce qui fait qu'on ne peut pas savoir exactement à l’avance à quoi ressemblera le virus de la saison hivernale à venir.

Le phénomène de glissement antigénique est dû aux mutations fréquentes du code génétique de ce virus : chaque année le virus change. Un autre phénomène beaucoup plus grave et imprévisible, appelé « cassure antigénique » a pour conséquence la modification complète de l’antigène du virus et est à l’origine des grandes pandémies (grippe espagnole, H1N1...).


Tous les commentaires (62)

a écrit : En tant que tenu au secret professionnel, il me semble que la mise en danger de la vie d'autrui peut être un motif pour la lever.

Ensuite, la vaccination n'est pas un traitement. C'est une mesure de prévention, et il est donc légitime de ne pas suivre les même règles. On ne se protège pas so
i-même, on protège toute la Société. Qu'on discute de quels vaccins sont ou pas indispensables, ok. Mais l'obligation vaccinale, c'est comme les impôts, une contribution au fonctionnement global de la Société. Afficher tout
www.ccne-ethique.fr/sites/default/files/publications/avis087.pdf

Je ne suis d’ailleurs pas le seul a comparer les 3 pathologies ... un avis du CCNA d'éthique qui donne, entre autre une liste d'exemple posant problème vis a vis d'un tier dans le cas d'un refus de soin avec : Vaccin / VIH / Tuberculose
page 13

a écrit : T'en pense quoi de la loi fake news ?
Non c'est pas hors contexte ... la ministre a dit que c'était utile car "la capacité de Discernement des citoyens ne suffit pas"
ça colle pas mal avec ce que tu avance ...

Ensuite la différence entre un Vegan et la politique vaccina
le ... bah c'est l'obligation tout simplement.
Le principe de base en médecine c'est que si demain tu viens me voir avec le VIH, je peux pas te forcer a prendre un traitement, je n'ai pas le droit de prévenir ta partenaire (secret médical) même s'il y a un risque pour elle ... le traitement est ton choix, on ne peux pas te l'imposer.
Hors on déroge a cette règle pour la vaccination ... (les parents sont les tuteurs légaux de l'enfant)
Je sais que la balance bénéfice risque penche pour la vaccination ... mais la balance bénéfice risque penche pour plein d'autre truc qu'on impose pas aux gens ...
On la pose ou la limite ?? je vois pas pourquoi on obligerait a faire des vaccins, et on laisse un mec qui a le VIH faire ce qu'il veut avec sa bite et infecter des gens ... c'est pas logique ! on devrait l'obliger a suivre un traitement pour endiguer le risque de transmission !

Imagine être au pouvoir ... Bonne chance pour fixer la limite avec ce genre de logique sans devenir un dictateur ;)
Welcome in Dystopia
Afficher tout
Des fois t’as pas le sentiment qu’en n’appelant pas un chat un chat on finit par induire en erreur une partie de la population ?
Quand on est dans le milieu médical on a l’impression que beaucoup de choses évidentes pour soi le sont également pour les autres.

Le bénéfice de la vaccination n’est pas à démontrer. On sait que ça marche. Ce n’est pas pour autant qu’il ne doit pas y avoir de pharmacovigilance. Ce qui semble se dessiner, c’est que les réactions liées aux adjuvents seraient dépendantes d’un certain terrain génétique. Auquel cas on pourrait identifier les gens susceptibles de réagir pour soit ne pas les vacciner soit en trouvant de nouveaux adjuvents.
Mais imaginons qu’on décide de ne pas les vacciner, ces personnes pourraient alors profiter de la couverture vaccinale établie par le reste de la population.
Là où des études sont faites pour optimiser un système qui sauve déjà de nombreuses vies, les gens entendent « complot », « danger », « argent ».

Quant à l’obligation vaccinale, elle n’a d’obligation que le nom. Ne pas vacciner son enfant c’est simplement lui refuser l’acces à la collectivité (comme la crèche). Quelque part, c’est assez logique. La vaccination est un acte citoyen. Pour moi c’est un droit et un devoir.

A propos du VIH, c’est vrai que ça donne matière à réfléchir. Le principal argument derrière le fait de ne pas briser le secret est de ne pas éloigner les patient vih+ des hôpitaux.
Peut-on appliquer le même raisonnement aux vaccins ? Comme je te le disais avant, la crise de confiance relative à la vaccination est cyclique. A mon sens les seuls moyens de briser ce cycle sont :
- Faire en sorte d’éduquer TOUT le monde sur les bienfaits des vaccins.
- Rendre les vaccins obligatoires.
La deuxième solution sera beaucoup plus rapide et permettra de sauver davantage de vies. Idéalement je préférerais la première mais pourquoi perdre autant de temps ?
Mon avis étant d’appliquer ces deux stratégies, en même temps.