Il existe une recette pour faire un bon scénario

Proposé par
le
dans

Si vous avez l'impression de voir toujours "un peu" les mêmes films au cinema, c'est parce que depuis 2005, beaucoup de scénaristes américains utilisent la recette d'un bon scénario décrite par Blake Snyder dans son livre "Save the cat". Ce modèle s'est imposé à beaucoup de blockbusters et on commence à en retrouver la trame dans les productions européennes.

Le nom du livre est tiré du film Alien en référence à la scène où Sigourney Weaver sauve un chat. Il décrit les différentes étapes du film, de la présentation des personnages au moment où tout semble perdu, jusqu'au dénouement final.


Tous les commentaires (53)

Je trouve qu'on en arrive souvent à deux positions de débats : ou bien on considère que "c'est ce que veulent les gens", ou bien que "non, juste ils composent avec ce qu'on leur propose".
Je pencherai malheureusement pour la deuxième posture : je pense/espère que la majorité d'entre nous aimerait idéalement une meilleure qualité d'écriture ou de scénarios pour bon nombre de films, et je ne crois pas que ce qui nous est présenté dans le paysage du Cinéma actuel soit le reflet de l'attente des spectateurs. On s'en contente, on le commente, mais c'est pas terrible.

Oui, sans surprise, une histoire repose sur des péripéties vécues par des personnages qui finissent par les dépasser (ou pas)
...et si les personnages sont différents et pensent différemment au sein d’un film, il y a plus de matière pour créer (encore que)

De là à dire que tous les films se ressemblent... c’est faux. Au multiplex les films tout publique et ailleurs les films plus inattendus

a écrit : C'est surtout les comédies françaises qui me laissent cette impression leurs scénarios se résument à :
C'est deux catégories de personne que tout oppose (religion, couleur de peau, classe sociale, âge, handicap etc...) au début, tu base tout ton humour sur leur différences et à la fin, il se réunissen
t tous parce que vivre ensemble, c'est bien.
Sérieux, y en a combien des films comme ça aujourd'hui ?
Afficher tout
Ce que vous dites n'est pas faux. D'un autre point de vue, on pourrait aussi dire qu'il faut beaucoup répéter pour espérer que quelques uns finissent par comprendre la fin :-)

a écrit : Timbuktu, film d'auteur si il en est, a fait plus d'un million d'entrée en France. À l'époque que tu sembles prendre en modèle, je pense que ce genre de film n'aurait pas eu un tel succès. Il n'y a pas de baisse du niveau intellectuel, simplement les mentalités qui évoluent. oui, vous avez raison. D'ailleurs ce film, çà me serait difficile d'aller le voir, parce que son thème est trop désolant pour moi. Voir l'humanité encore et encore essayer désespérément de vivre, et voire ses maigres tentatives à chaque fois férocement réprimées par la religion, la tradition, la communauté, sans qu'on voie jamais apparaître le bout du tunnel, c'est trop déprimant pour moi, c'est trop près du réel.

a écrit : oui, quand j'ai parlé de "baisse générale du niveau intellectuel de l'humanité", c'était un peu grandiloquent; en fait c'est surtout en Occident. Mais pour ce qui concerne les "messages que veulent faire passer les réalisateurs", je pense qu'il ne faut pas voir les films sous cet angle là forcément, il y a aussi l'angle poétique d'un film, le côté provocateur d'un scénario. Aujourd'hui, avec le politiquement correct qui n'arrange rien, les "balance ton porc" et compagnie, plus personne n'ose faire une oeuvre provocante, dérangeante, et les gens ont de moins en moins envie d'être dérangés dans leurs petites certitudes conformistes. Voilà, les gens deviennent de plus en plus conformistes, ils l'ont toujours été mais ils le deviennent encore plus; ils veulent voir le film que tout le monde est supposé vouloir voir. Afficher tout On a jamais été aussi intelligents qu'à notre époque. Il n'y a aucune baisse du niveau intellectuel.
Je trouve qu'il y a un côté un peu fataliste à sous-entendre l'inverse. Et puis la personne qui le dit s'exclue bien souvent impli itement du constat (je n'ai pas dit que c'était le cas ici) sous-prétexte qu'elle, au moins, s'en rend compte.

Les romans sont également quasi tous construit sur un schéma identique. Le cadre et les règles ne sont pas nécessairement des entraves à la liberté des auteurs. Certains même y puisent de l'inspiration (cf Georges Perec).

Je trouve tout le monde un peu dur sur ce forum... Surtout pour les comédies. Il n'y a pas tant de leviers que ça pour déclencher le rire ; alors forcément on retrouve toujours un peu les mêmes recettes.
Je reviens sur ce que dit un intervenant ici, concernant la vraie question qu'il pose indirectement : "sommes-nous abettis par ce que l'on nous sert ; ou bien nous sert-on de la daube parce que c'est cela qui nous plait" ?
Et en parlant de "daube" qui nous abetti, je ne pouvais pas laisser de côté aujourd'hui ce que je considère comme la daube de la daube, la lie de la TV, la MERDE majuscules... qu'est la téléréalité... qui rencontre pourtant un grand succès, notamment chez les plus jeunes.

a écrit : au final, c'est quand même la majorité des spectateurs qui veut voir des choses de plus en plus débiles au cinéma. Sinon les studios produiraient autre chose. Il y a une baisse générale du niveau intellectuel de l'humanité, peut-être pas dans le domaine technologique, où là çà va, l'humain s'est à peu près toujours distingué par sa capacité à fabriquer des outils toujours plus performants, mais au niveau, je dirais, de la sensibilité, du goût artistique. Quand on pense que des films comme "l'été dernier à Marienbad", ou "la grande bouffe", pour ne prendre que ces deux exemples, ont eu en leur temps un grand succès public : aujourd'hui plus personne ne se déplacerait pour aller voir ces films. Afficher tout Hollywood en a déjà fait un film : Idiocracy, sorti en 2007...

a écrit : au final, c'est quand même la majorité des spectateurs qui veut voir des choses de plus en plus débiles au cinéma. Sinon les studios produiraient autre chose. Il y a une baisse générale du niveau intellectuel de l'humanité, peut-être pas dans le domaine technologique, où là çà va, l'humain s'est à peu près toujours distingué par sa capacité à fabriquer des outils toujours plus performants, mais au niveau, je dirais, de la sensibilité, du goût artistique. Quand on pense que des films comme "l'été dernier à Marienbad", ou "la grande bouffe", pour ne prendre que ces deux exemples, ont eu en leur temps un grand succès public : aujourd'hui plus personne ne se déplacerait pour aller voir ces films. Afficher tout Une petite anecdote. Je travaille pour un opérateur multimédias, lorsqu'il y a eut un différent avec tf1 plusieurs personnes sont venues se plaindre de la disparition éventuelle de leur chaîne préférée. Je leur disais alors que c'était une occasion pour eux de regarder autre chose, Arte par exemple. La réponse était assez souvent '' j'regarde pas d'la merde moi''...

a écrit : C'est surtout les comédies françaises qui me laissent cette impression leurs scénarios se résument à :
C'est deux catégories de personne que tout oppose (religion, couleur de peau, classe sociale, âge, handicap etc...) au début, tu base tout ton humour sur leur différences et à la fin, il se réunissen
t tous parce que vivre ensemble, c'est bien.
Sérieux, y en a combien des films comme ça aujourd'hui ?
Afficher tout
Ces films destinés aux écrans de millions de français s'inscrivent dans la logique idéologique du moment, les médias étant toujours le meilleur moyen de propagation d'idées.

Je ne saurais d'ailleurs que trop recommander Propaganda, le célèbre livre d'Edward Bernays (1928).

a écrit : C'est surtout les comédies françaises qui me laissent cette impression leurs scénarios se résument à :
C'est deux catégories de personne que tout oppose (religion, couleur de peau, classe sociale, âge, handicap etc...) au début, tu base tout ton humour sur leur différences et à la fin, il se réunissen
t tous parce que vivre ensemble, c'est bien.
Sérieux, y en a combien des films comme ça aujourd'hui ?
Afficher tout
Et les contes ? La aussi le schéma est intangible : il était une fois....ils se marièrent et eurent beaucoup d’enfants. Un peu d’horreur entre et hop, c’est plié ;-)

Ayant fait mon mémoire en sémiotique narrative, j'apporte mon modeste point de vue : il y a bien des schémas narratifs qui se répètent aujourd'hui, mais il y en avait d'autres dans les années 80, d'autres encore dans les années 40 ! Il y a d'autres auteurs à considérer si l'on veut comprendre ce qui marche et ce qui marche moins : je vous recommande de lire Robert McKee, qui a selon moi davantage influencé les scénaristes (d'ailleurs, regardez le très étrange film "Adaptation" avec Nicolas Cage !) et, si vous souhaitez approfondir vos connaissances dans les détails théoriques de l'écriture audiovisuelle, lisez l'excellent Raphaël Baroni et notamment son ouvrage sur la tension narrative, vous serez surpris : ). Lisez également Vladimir Propp sur les contes Russes : notre façon de raconter des histoires n'a guère évolué en 100 ans...
Il y a d'autres éléments à prendre en compte pour comprendre ce ras-le-bol (entre autres) : notre "fierté" quant à notre esprit critique (quelle insulte de s'entendre dire qu'on a une culture ciné insuffisante aujourd'hui !), la surabondance de films à licence et, selon moi, l'absence de nouveaux grands succès littéraires qui serviraient à alimenter des scénarios. Enfin, l'éternel calcul des producteurs pour prendre le moins de risques possibles, mais bon...
Pour résumer : le sujet est colossal, tentaculaire et ça n'était pas forcément mieux avant !

Il y a aussi quelque chose très utilisé dans le cinema : le Mcguffin.
C’est en réalité une trame scénaristique ou l’histoire est concentrée sur un objet (par exemple le Death note, pour ceux qui connaissent) qui a une influence majeure sur le scénario. Ok, ce que viens d’écrire n’a aucun rapport avec l’anecdote, mais ça me semblait approprié de le mettre.

a écrit : Il y a aussi quelque chose très utilisé dans le cinema : le Mcguffin.
C’est en réalité une trame scénaristique ou l’histoire est concentrée sur un objet (par exemple le Death note, pour ceux qui connaissent) qui a une influence majeure sur le scénario. Ok, ce que viens d’écrire n’a aucun rapport avec l’anecdote,
mais ça me semblait approprié de le mettre. Afficher tout
Oh que si ça en a un : on parle d'intrigues & de scénarios récurrents après tout.
(Y a pas mal de ressources intéressantes dans les commentaires, j'irai check tout ça pour mieux comprendre pourquoi la plupart des nouveaux films me blasent autant)

Posté le

android

(3)

Répondre

C’est surtout que l’industrie produit de plus en plus de la m*** pour faire du fric, et ne prennent aucun risque artistique.

Et comme les industries se concentrent de plus en plus, ça fini par devenir n’importe quoi.

Est ce que dans son livre il explique qu'a chaque fois que la terre est frappée par une météorite ou que des aliens décident de l'envahir ou ... ou.... ou... en gros des qu'un truc grave arrive a l'humanité, ca se passe aux etats unis et que c'est toujours les supers gentils costauds americains qui sauvent la planète??

Bon oui vous me direz que c'est souvent produit a hollywood mais bon ils pourraient partager parfois :-)

Je pense que celui qui a fait le film "The Open House" sur Netflix aurait besoin de lire ce livre!!!!

a écrit : Et si vous avez l'impression que tous les films pour Teenager se ressemblent... (Hunger Games, Divergente, Labyrinthe,...)

C'est parce que c'est de la merde.
Analyse un peu courte mais ultra pertinente !

Est c'est surtout pour cela que je n'ai plus aucune envie d'aller voir ce genre de films... pareil pour les comédies romantiques à la française... boring!!