L'effet Garcia est le fait d'être dégoûté d'un aliment parce qu'on était alors malade

Proposé par
Invité
le
dans

Il vous est peut-être arrivé de ne plus aimer un aliment car vous avez eu une grosse nausée alors que vous en mangiez. Même si cela n'était pas dû à l'aliment, votre cerveau vous conditionne à ne plus aimer l'aliment. Ce phénomène s'appelle l'effet Garcia du nom du psychologue qui l'a décrit. Il s'agirait d'un réflexe hérité des animaux, qui associerait un danger pour notre corps à un aliment.


Tous les commentaires (63)

a écrit : C'est amusant parce qu'il se trouve que j'ai une formation philosophique et je ne vois ce que vient faire Descartes dans ce débat. Ta référence est trop vague. Descartes a écrit un tas de choses, tu sais.
Pour ce qui est d'accepter le fait que nous soyons des animaux, c'est tout simpleme
nt l'anatomie comparative qui le démontre. L'Homme n'est pas si différent que cela d'un rat ou d'un chien.
Si tu t'intéressais à l'histoire des sciences, tu saurais que pour remettre en cause une théorie scientifique, il faut en découvrir une qui fournit une meilleure explication de la réalité. Voilà pourquoi on privilégie une théorie par rapport à une autre: Parce qu'elle donne une explication plus complète, plus juste du phénomène qui nous apparaît.
Mais surtout, tu opposes chez l'Homme des caractères qui se complètent en fait. L'Homme est un être exceptionnel comme tu le dis, c'est un fait, mais pourquoi veux-tu que cela exclut son animalité ? C'est l'animal le plus évolué mais cela reste un animal. La différence entre l'Homme et les autres animaux n'est pas une différence de nature mais une différence de degré.
Afficher tout
Je suis resté dubitatif devant ta réponse; si justement tu as fait des études de philosophie, comment peux tu assimiler l'homme à l'animal ? Je n'en suis qu'un amateur mais la philosophie est pour moi ce qui nous élève par rapport au règne animal. Évidement on ne peut nier nos similitudes organiques mais la vie de l'esprit est propre à l'homme(d'où ma vague référence à Descartes mea culpa, je pensais aux Méditations Métaphysiques et à l'animal comme un automate qui ne remplit que des fonctions élémentaires)

a écrit : C'est amusant parce qu'il se trouve que j'ai une formation philosophique et je ne vois ce que vient faire Descartes dans ce débat. Ta référence est trop vague. Descartes a écrit un tas de choses, tu sais.
Pour ce qui est d'accepter le fait que nous soyons des animaux, c'est tout simpleme
nt l'anatomie comparative qui le démontre. L'Homme n'est pas si différent que cela d'un rat ou d'un chien.
Si tu t'intéressais à l'histoire des sciences, tu saurais que pour remettre en cause une théorie scientifique, il faut en découvrir une qui fournit une meilleure explication de la réalité. Voilà pourquoi on privilégie une théorie par rapport à une autre: Parce qu'elle donne une explication plus complète, plus juste du phénomène qui nous apparaît.
Mais surtout, tu opposes chez l'Homme des caractères qui se complètent en fait. L'Homme est un être exceptionnel comme tu le dis, c'est un fait, mais pourquoi veux-tu que cela exclut son animalité ? C'est l'animal le plus évolué mais cela reste un animal. La différence entre l'Homme et les autres animaux n'est pas une différence de nature mais une différence de degré.
Afficher tout
Quand à la différence de degré, je ne suis pas totalement d'accord. Physiologiquement je veux bien l'admettre mais je pense qu'il existe une nature humaine qui nous écarte de la Nature. Ce que j'essaye de dire c'est que pour moi, l'homme n'est pas immanent à la nature.

moi c’est avec la pomme après ma première cuite à la vodka pomme