Beaucoup d'eau se perd avant d'arriver au consommateur

Proposé par
Invité
le

Tous les commentaires (69)

a écrit : Parceque tu crois que les entreprises ne prennent pas cette marge ? Tu as l'impôt sur les sociétés, sur le revenu, les cotisations patronales, l'amortissement, l'investissement, les prêts financiers... Ce n'est pas de l'argent de poche qui gagne. Ton commentaire de salarie blasé me fait mal au cœur. Je ne suis pas salarié, et encore moins blasé et désolé de te faire mal au coeur tu dois etre fragile. Je ne suis pas contre de belles marges sauf lorsqu il s agit d un bien vital. Bref débat stérile mais anecdote interressante.

Posté le

android

(0)

Répondre

a écrit : Intéressant comme l'anecdote met l'accent sur les pertes financières des sociétés responsables et pas sur les problèmes écologiques que ce genre de gaspillages pose... Drôle d'époque ^^ Le vrai biais de cette anecdote, c’est qu’elle ne pointe que sur les fuites en amont.
Alors que le vrai problème des canalisations, c’est l’aval.

Le circuit des eaux usées, dont personne ne parle jamais et sur lequel les entreprises privées payées par les contribuables font des économies en ne faisant pas la maintenance pour laquelle elles sont payées.

Et celles là ont un impact environnemental considérable, car elles vont directement polluer les nappes phréatiques, ou ressortir non traitées dans les rivières.

a écrit : Lors de la construction d'une maison ou d'un immeuble le plan d'urbanisme local et les normes de construction obligent le constructeur à faire des aménagements particuliers (couleur de l'enduit et de la toiture, nombre de place de garage....).
Je ne comprends pas pourquoi on oblige pas à avoi
r un système de récupération des eaux de pluie pour les toilettes et l'arrosage.

C'est un peu hors sujet désolé
Afficher tout
C’est déjà fait à grande échelle en utilisant le système de la nature qui marche très bien : l’eau est récupérée... dans les caniveaux ! Et file vers les rivières, fleuves, ou nappes phréatiques (immenses stockages naturel d’eau potable ;)) ou directement en station d’épuration sur le passage.
Pour stocker l’eau que nous utilisons en ville, il faudrait presque autant de citernes que de logements. Donc l’eau est simplement transportée naturellement en dehors des villes (ou les sols bétonnés ne l’absorbent pas), traitée, et reacheminee.

a écrit : Intéressant comme l'anecdote met l'accent sur les pertes financières des sociétés responsables et pas sur les problèmes écologiques que ce genre de gaspillages pose... Drôle d'époque ^^ Bah non, y a que le con sommateur qui gaspille et pollue c'est bien connu voyons... :)

a écrit : C’est déjà fait à grande échelle en utilisant le système de la nature qui marche très bien : l’eau est récupérée... dans les caniveaux ! Et file vers les rivières, fleuves, ou nappes phréatiques (immenses stockages naturel d’eau potable ;)) ou directement en station d’épuration sur le passage.
Pour stocker l’eau
que nous utilisons en ville, il faudrait presque autant de citernes que de logements. Donc l’eau est simplement transportée naturellement en dehors des villes (ou les sols bétonnés ne l’absorbent pas), traitée, et reacheminee. Afficher tout
Cette eau qui ruisselle en milieu urbain est d'abord polluée, puis, rejetée au milieu naturel!
Elle est bien faite la nature quand même...

a écrit : Lors de la construction d'une maison ou d'un immeuble le plan d'urbanisme local et les normes de construction obligent le constructeur à faire des aménagements particuliers (couleur de l'enduit et de la toiture, nombre de place de garage....).
Je ne comprends pas pourquoi on oblige pas à avoi
r un système de récupération des eaux de pluie pour les toilettes et l'arrosage.

C'est un peu hors sujet désolé
Afficher tout
Il serai alors impossible de quantifier l'affluence d'eau arrivant vers les stations d'épuration et ainsi très compliqué de gérer et repartir leurs coups de fonctionnement. Cela induit de forts risques de surcharge des stations , une station surchargé et c'est un délaissement de sécurité qui est déclanché et qui est extrêmement polluant...

a écrit : Pas besoin d’être désagréable. Ça ne doit pas être aussi évident que ça, parce que je ne comprends pas non plus le problème écologique dans une fuite d’eau. Ça embête les sociétés qui s’en occupent parce qu’elles perdent de l’argent, mais la terre, ça ne change rien pour elle. Ça serait une fuite de produits chimiques là oui je comprendrais, mais de l’eau ?
Non si tu veux bien nous expliquer au lieu d’être condescendant, ça serait plus utile, merci.
Afficher tout
Pour distribuer de l'eau il faut la traiter , ça peut se faire de plusieurs manières plus ou moins propre. Moins on produit/filtre d'eau moins on pollue et moins on mets en œuvre des produits chimique nécessaire au traitement. On peut aussi prendre l'exemple de l'obtention d'eau par desalinisation qui est extrêmement polluante en terme de boue etc ...

a écrit : Pose ta question ! Elle est intéressante.
Oui et non.
L'eau ne descendra pas tout droit, elle ruisselera autour d'obstacles, que ce soient du roc ou de l'argile imperméable. Au final, elle finira par ressurgir plus bas dans un ruisseau ou un lac, voire la mer, ou même simplement sous la forme
d'une source, purifiée par les mètres de terre qui l'auront filtré.

Une petite partie descendra plus bas à l'aide de fissures, mais elle ne descendra certainement pas jusqu'au magma, seulement jusqu'à ce qu'elle soit chauffée jusqu'à son point d'ébullition. À ce moment, elle est transformée en vapeur d'eau, ce qui fait augmenter la pression, et la fait remonter, sous la forme d'une source chaude/thermale, voire dans les cas extrêmes d'un geyser.
Voilà !!!

Edit : c'est moi où j'ai vraiment mal lu ton commentaire ??? Autant pour moi... Ça m'apprendra à faire l'intelligent face à quelqu'un qui connait déjà la réponse '^^
Les nappes phréatiques, c'est juste une zone (de terre) saturée en eau, il ne faut pas imaginer ça comme une poche. Les lacs sont ainsi juste une expression extérieure d'une nappe phréatique intérieure.
Afficher tout
Merci ! :)

Il faut également savoir qu'une grande part des coûts des services d'eau potable est fixe. Produire et mettre en distribution un volume plus important en réponse aux réseaux fuyards coûtent finalement assez peu, c'est d'ailleurs une explication de l'augmentation du prix de l'eau en France. Les consommations baissent, mais les coûts du service restent les mêmes (coût du patrimoine principalement), en tout cas a court terme... Donc l'intérêt économique de la réparation des fuites est très discutable.