Beaucoup d'eau se perd avant d'arriver au consommateur

Proposé par
Invité
le

Tous les commentaires (69)

a écrit : Non car l'eau ne disparaît pas à jamais de la surface de la Terre. Elle sort juste du cycle industriel pour retrouver son cycle naturel (même si les différents traitements la rendent différente de l'eau naturelle). Elle sera reprise un jour par cette même centrale qui l'a perdu pour subir à nouveau un traitement mais en aucun cas l'eau disparaît.

Par contre, là où il y a disparition d'énergie, c'est dans l'utilisation des panneaux photovoltaïques puisque seuls 20% de la chaleur absorbée est transformée en électricité. Les 80% restants sont perdues en chaleur.

C'est pourquoi Dubaï a choisi non pas les panneaux solaires mais une centrale solaire. Celle ci est constitué de miroirs réfléchissant incurvés qui chauffent un conduit d'huile. L'huile fait tourner une turbine qui en fait tourner une autre qui génère de l'électricité.
Ca n'a donc très peu de perte.

Source "C'est pas sorcier" sur ce sujet : youtu.be/imS7tbWiFRA
Afficher tout
Un panneau photovoltaique produit de l électricité et ne chauffe rien à part un appareil electrique. Il prefere meme la fraicheur et fonctionne à la luminosité, ils perdent du rendement justement avec la chaleur. C est toute la problématique car tu as plus de luminosité en plein soleil... Tu confonds avec les panneaux thermiques qui eux produisent de la chaleur. Commentaire faux et inutile.
20% de perte d eau potable ce nmbre est faible, tres faible... Quand à la recuperation d eau pour les toilettes ou autres, comment quantifier et facturer l assainissement apres?
C est beau la tele, mais c est tout c est plus abruti que scientifique! Surtout quand on comprend tout de travers!
Desolé d etre brut de coffre mais ca fache a force d entendre vos beaux discours formaté par le systeme.

Posté le

android

(0)

Répondre

Il est des villes où les pertes sont bien plus importantes. C'est notamment lié à l'âge plus qu'avancé du réseau (plus de 150 ans, parfois) et à la matière utilisée, notamment la fameuse fonte "grise".

a écrit : Lors de la construction d'une maison ou d'un immeuble le plan d'urbanisme local et les normes de construction obligent le constructeur à faire des aménagements particuliers (couleur de l'enduit et de la toiture, nombre de place de garage....).
Je ne comprends pas pourquoi on oblige pas à avoi
r un système de récupération des eaux de pluie pour les toilettes et l'arrosage.

C'est un peu hors sujet désolé
Afficher tout
En Belgique, certaines communes l obligent....quand on voit ce qu' il tombe tous les ans, ce n est pas plus mal

a écrit : Tu m'expliques en quoi de l'eau qui fuis dans le sol est un problème écologique ? C'est juste un problème de gros sous pour la société d'eau.... Et que bien sûr ils font payer leurs incompétence aux usagers .. Je pense que le problème n est pas la perte de cette eau, mais le traitement inutilement subit pour la rendre potable, et l énergie inutilement utilisée pour l acheminer là où on en a besoin....

a écrit : Lors de la construction d'une maison ou d'un immeuble le plan d'urbanisme local et les normes de construction obligent le constructeur à faire des aménagements particuliers (couleur de l'enduit et de la toiture, nombre de place de garage....).
Je ne comprends pas pourquoi on oblige pas à avoi
r un système de récupération des eaux de pluie pour les toilettes et l'arrosage.

C'est un peu hors sujet désolé
Afficher tout
C'était vrai il y a quelques années mais aujourd'hui la majorité des communes imposent (aux particuliers) de prévoir une cuve de récupération des eaux de pluies lors de la construction d'une maison. Cependant le propriétaire n'a pas d'obligation concernant l'utilisation donc souvent l'eau servira à l'arrosage du jardin, nettoyage des voitures etc

a écrit : Non car l'eau ne disparaît pas à jamais de la surface de la Terre. Elle sort juste du cycle industriel pour retrouver son cycle naturel (même si les différents traitements la rendent différente de l'eau naturelle). Elle sera reprise un jour par cette même centrale qui l'a perdu pour subir à nouveau un traitement mais en aucun cas l'eau disparaît.

Par contre, là où il y a disparition d'énergie, c'est dans l'utilisation des panneaux photovoltaïques puisque seuls 20% de la chaleur absorbée est transformée en électricité. Les 80% restants sont perdues en chaleur.

C'est pourquoi Dubaï a choisi non pas les panneaux solaires mais une centrale solaire. Celle ci est constitué de miroirs réfléchissant incurvés qui chauffent un conduit d'huile. L'huile fait tourner une turbine qui en fait tourner une autre qui génère de l'électricité.
Ca n'a donc très peu de perte.

Source "C'est pas sorcier" sur ce sujet : youtu.be/imS7tbWiFRA
Afficher tout
Faux! Certaines (beaucoup de) ressources en eau potable consommées en France proviennent du sous-sol.
Or l'eau met des centaines, voir des milliers d'annees avant d'atteindre une nappe profonde et d'y être stockée. Certe, le cycle de l'eau finira par se boucler mais comme nous consommons plus vite que la ressource ne se régénère...

80% de rendement sur les reseau d'adduction est un objectif (par les Agence de l'Eau notamment). En realité les pertes sur les reseaux sont bien souvent supérieures a 20%...

Le problème est qu'au final ce coût supplémentaire est répercuté sur le consommateur

a écrit : Dans les 20%... une bonne partie va aller arroser les plantes. Puis ça s'évapore, fais une nuage... retombe en pluie etc. On n'est pas non plus dans le sael. Hormis quelques endroits en de rares occasions dans l'année... on manque rarement de flotte.

Si cette eau n'avait pas été dans le
réseaux de distribution, elle aurait été directement dans la mer et n'aurait servi à personne.

Il faut donc relativiser ce "gaspillage"... donc normal de raisonner avant tout en terme de pertes financières pour les compagnies de distribution
Afficher tout
Ou alors faudrait trouver la pierre de lune, mais bon ça fait des siècles que tous les enchanteurs courent après...

Posté le

android

(0)

Répondre

a écrit : Ah le commentaire que j'attendais!
Le souci avec la distribution de l'eau, qui est une compétence obligatoire des communes c'est que quel que soit le mode de gestion, délégation de service public (concession, affermage, régie interessée), ou non (régie directe), que la commune soit seule ou que le
s moyens soient mutualisés au sein de syndicats, EPCI et autre SEM... est que l'eau est un service public qui doit obligatoirement s'auto-financer...
Il s'agit d'un budget annexe où les recettes doivent à elles seules financer les dépenses... Le tarif de l'eau est ainsi fixé par les communes (syndicat, EPCI ou SEM si la compétence a été transférée ) en fonction du coût du service.
De gros investissements sur ces réseaux feraient de facto exploser la facture des usagers....
Afficher tout
Ben bien sûr... merci de ton aide. Mais ça ne sert à rien car je pense que peu de gens lisent les coms et continuent de dire n'importe quoi ensuite ;)
Pour ceux que ça intéresse (lire nos deux coms plus haut ;) il faut bien retenir que c'est bien plus compliqué qu'on ne le pense; que ces fuites ne représentent pas 20% comme le dit l'anecdote; que ce n'est pas elles qui coûtent cher aux contribuables; que ce ne sont pas les Cies des eaux qui fixent les tarifs; et pour finir, que le coût de l'eau potable est incroyablement bas ! Absolument... mais attention, ça risque de ne pas durer trop longtemps car de gros investissements sont "dans les tuyaux" (usines de traitements et réseaux vieillots), notamment sur la décarbonatation (enlever le calcaire). Encore quelques années raisonnables, mais les appels d'offres des syndicats intercommunaux ne resteront pas toujours si performants qu'aujourd'hui...
Pour les autres : et bien continuez à dire n'importe quoi : au fond, "ça nous en fait une belle" ;)

a écrit : Intéressant comme l'anecdote met l'accent sur les pertes financières des sociétés responsables et pas sur les problèmes écologiques que ce genre de gaspillages pose... Drôle d'époque ^^ L'infiltration d'eau douce pose relativement peu de problème écologique puisqu'elle rejoint les nappes phréatiques. C'est les infiltrations d'eau salée qui sont problématique.

a écrit : Je t invite à lire cette article.
m.acme-eau.org/L-UFC-denonce-des-prix-de-l-eau-abusifs-en-France-epingle-Veolia-et-Suez_a1808.html
Une marge de 58% sur l eau ne correspond pas au cout du traitement et des infrastructure.
Parceque tu crois que les entreprises ne prennent pas cette marge ? Tu as l'impôt sur les sociétés, sur le revenu, les cotisations patronales, l'amortissement, l'investissement, les prêts financiers... Ce n'est pas de l'argent de poche qui gagne. Ton commentaire de salarie blasé me fait mal au cœur.

a écrit : Apparement t'expliquer une évidence ne servirait à rien. Reste donc comme tu es, tu nous amuses bien. Je ne trouve pas Ca si évident non plus. Que l'eau finisse sous terre est un cheminement tout à fait naturel , aucun problème d'écologie là dedans , tout est normal ... la pluie en fait de même et elle à sûrement raison

a écrit : Où est le problème écologique d'une fuite d'eau potable ? C'est pas polluant que je sache.
Donc oui c'est purement financier ce genre de gaspillage.
Il me semble que même si elle est non potable ça ne pose même pas de problème

a écrit : Apparement t'expliquer une évidence ne servirait à rien. Reste donc comme tu es, tu nous amuses bien. C'est qui "nous" ? Tu es plusieurs dans ta tête, tu te croies représentant d'un groupe, ou tu es 100 % que ton opinion est partagée ?

a écrit : "Les sociétés (on s'en tape, ils se gavent assez)".
Si les société n'existaient pas, ils n'y aurait pas de travailleur donc pas de salaire sous forme monétaire. Tu ferait comment? Tu ferais du troc comme dans le temps en fonction de tes compétence... Eleveur de chevre ? Mdr.
Une soc
iété à besoin d'être rentable pour être pérenne et pour embaucher et donc avoir un salaire donc en fait on s'en tape pas du tout !! Afficher tout
Si elles récupèrent leur 20%, tu crois vraiment qu'elles vont embaucher plus en fonction ? Au final les grosses boîtes ça embauche ce dont ça a besoin et les gros sous ils vont dans les poches de deux trois personnes.

Rentabilité = embauche c'est vrai pour les pme à la rigueur

a écrit : Lors de la construction d'une maison ou d'un immeuble le plan d'urbanisme local et les normes de construction obligent le constructeur à faire des aménagements particuliers (couleur de l'enduit et de la toiture, nombre de place de garage....).
Je ne comprends pas pourquoi on oblige pas à avoi
r un système de récupération des eaux de pluie pour les toilettes et l'arrosage.

C'est un peu hors sujet désolé
Afficher tout
Parce que ça coûte des sous les aménagements, tu comprendras comment ça fait grincer des dents si tu construis un jour.

Ça ne coûte rien aux grosses sociétés car le prix de l'eau est calculé en fonction des coûts de production. Pour avoir travaillé pour une de ces grosses boites il faut savoir qu'en dehors des grosses villes, elles ne font que du rafistolage sur le réseau et ne font pas l'entretien des installations correctement (par exemple des dizaines de milliers d'euros d'économie sur l'entretien de pompe,...). Quand les coûts sur un contrat vont exploser elles ne le renouvellent pas et ce sont les gens qui paye les réparations via leurs impôts. Alors oui l'eau est moins cher mais à quel prix...
Et elles reviendront par contre sans aucune honte répondre à un appel d'offre pour ce même contrat quelques années plus tard

Posté le

android

(2)

Répondre

a écrit : Je travaille dans la production d'eau potable et 20% correspond plutôt à la perte d'eau totale par rapport à ce qui est pompée. Les fuites réseaux ne représentent que quelques pourcents de ce qui est réellement perdu et peut augmenter jusqu'à 5-6% selon l'âge du réseau, des changement brusque de température (gel-dégel entraînant des casse de réseau), etc.
Pour les pourcentage restant, cela correspond au fonctionnement des usines (lavage ouvrage, filtre à sable pour éviter le colmatage), aux purges réseaux et au m3 non décomptés par les compteur d'eau notamment
Afficher tout
20% ça correspond assez bien aux dom tom

Posté le

android

(0)

Répondre

a écrit : Intéressant comme l'anecdote met l'accent sur les pertes financières des sociétés responsables et pas sur les problèmes écologiques que ce genre de gaspillages pose... Drôle d'époque ^^ l'eau ne se gaspille pas. cette eau qui est perdu au millieux des conduite dans le sol va probablement alimenter des nape phreatique. la seul perte est energetique et financiere.