Un défaut de pressurisation peut indirectement produire un crash

Proposé par
Invité
le
dans

En 2005, un Boeing s'est écrasé sur une colline à 40 km au nord-est d'Athènes. Jusque-là rien d'incroyable si ce n'est le scénario de l'accident : un défaut de pressurisation provoqua rapidement un manque d'oxygène dans l'avion, non détecté, puis l'évanouissement des pilotes et des passagers. L'avion continua son vol sur pilote automatique jusqu'à ne plus avoir de carburant et s'écrasa, tuant l'ensemble de ses occupants.


Commentaires préférés (3)

Autant je savais que le monoxyde de carbone pouvait intoxiquer sans que l on s en rend compte ... autant ne pas se rendre compte qu on arrive à l apoxie...
de plus dépressurisation sans que le personnel ( 2005 quànd Meme ) ne pense au manque d oxygène qui suivrait ...

En même temps je suis pas expert :)

a écrit : Autant je savais que le monoxyde de carbone pouvait intoxiquer sans que l on s en rend compte ... autant ne pas se rendre compte qu on arrive à l apoxie...
de plus dépressurisation sans que le personnel ( 2005 quànd Meme ) ne pense au manque d oxygène qui suivrait ...

En même temps je suis pas expert :)
Vu dans un épisode de Mayday
C'etait un peu la panique dans l'avion faut dire, une alarme s'était déclenchée sans que les pilotes ne sachent ce qu'elle signifie.
En continuant de faire grimper l'avion, l'oxygène s'est raréfié et ils sont tombés comme des mouches en moins d'une minute.
Seul quelques passagers ont pensé à mettre leurs masques mais l'autonomie en oxygène n'est pas très longue (quelques minutes). De toutes facons, à moins de savoir piloter et pouvoir retenir sa respiration le temps de faire descendre l'avion...

a écrit : Je croyais qu'en cas de dépressurisation, un masque à oxygène tombait automatiquement devant chacun, particulièrement les pilotes? Ce sont ceux qui sont les premiers à se déclencher, et ils sont très efficaces, plus que ceux des passagers.
Et à quelle altitude volait l'avion? Jusqu'à 4000-5000 mètr
es, on reste parfaitement conscient.
L'autonomie des masques est de 13 min, largement le temps de plonger à une altitude où l'air est respirable.
Bizarre, cette histoire.
Afficher tout
Le dernier contact avec l'équipage (09:20) s'est fait alors qu'ils étaient à quasi 9000m d'altitude. Donc certainement quelques minutes voire secondes avant leur perte de conscience (à priori l'autopilote s'est enclenché à 9:23)
En effet des masques tombent automatiquement, mais c'était un peu le bordel à bord et ils devaient plus être à se renseigner sur le motif de cette alarme (qu'ils ont confondus avec une alarme qui ne se déclenche qu'au sol) qu'à se dire "on va mettre les masques".
Masques qui ont une autonomie d'une quinzaine de minutes...


Tous les commentaires (41)

Autant je savais que le monoxyde de carbone pouvait intoxiquer sans que l on s en rend compte ... autant ne pas se rendre compte qu on arrive à l apoxie...
de plus dépressurisation sans que le personnel ( 2005 quànd Meme ) ne pense au manque d oxygène qui suivrait ...

En même temps je suis pas expert :)

a écrit : Autant je savais que le monoxyde de carbone pouvait intoxiquer sans que l on s en rend compte ... autant ne pas se rendre compte qu on arrive à l apoxie...
de plus dépressurisation sans que le personnel ( 2005 quànd Meme ) ne pense au manque d oxygène qui suivrait ...

En même temps je suis pas expert :)
Vu dans un épisode de Mayday
C'etait un peu la panique dans l'avion faut dire, une alarme s'était déclenchée sans que les pilotes ne sachent ce qu'elle signifie.
En continuant de faire grimper l'avion, l'oxygène s'est raréfié et ils sont tombés comme des mouches en moins d'une minute.
Seul quelques passagers ont pensé à mettre leurs masques mais l'autonomie en oxygène n'est pas très longue (quelques minutes). De toutes facons, à moins de savoir piloter et pouvoir retenir sa respiration le temps de faire descendre l'avion...

Je croyais qu'en cas de dépressurisation, un masque à oxygène tombait automatiquement devant chacun, particulièrement les pilotes? Ce sont ceux qui sont les premiers à se déclencher, et ils sont très efficaces, plus que ceux des passagers.
Et à quelle altitude volait l'avion? Jusqu'à 4000-5000 mètres, on reste parfaitement conscient.
L'autonomie des masques est de 13 min, largement le temps de plonger à une altitude où l'air est respirable.
Bizarre, cette histoire.

a écrit : Je croyais qu'en cas de dépressurisation, un masque à oxygène tombait automatiquement devant chacun, particulièrement les pilotes? Ce sont ceux qui sont les premiers à se déclencher, et ils sont très efficaces, plus que ceux des passagers.
Et à quelle altitude volait l'avion? Jusqu'à 4000-5000 mètr
es, on reste parfaitement conscient.
L'autonomie des masques est de 13 min, largement le temps de plonger à une altitude où l'air est respirable.
Bizarre, cette histoire.
Afficher tout
Le dernier contact avec l'équipage (09:20) s'est fait alors qu'ils étaient à quasi 9000m d'altitude. Donc certainement quelques minutes voire secondes avant leur perte de conscience (à priori l'autopilote s'est enclenché à 9:23)
En effet des masques tombent automatiquement, mais c'était un peu le bordel à bord et ils devaient plus être à se renseigner sur le motif de cette alarme (qu'ils ont confondus avec une alarme qui ne se déclenche qu'au sol) qu'à se dire "on va mettre les masques".
Masques qui ont une autonomie d'une quinzaine de minutes...

a écrit : Je croyais qu'en cas de dépressurisation, un masque à oxygène tombait automatiquement devant chacun, particulièrement les pilotes? Ce sont ceux qui sont les premiers à se déclencher, et ils sont très efficaces, plus que ceux des passagers.
Et à quelle altitude volait l'avion? Jusqu'à 4000-5000 mètr
es, on reste parfaitement conscient.
L'autonomie des masques est de 13 min, largement le temps de plonger à une altitude où l'air est respirable.
Bizarre, cette histoire.
Afficher tout
Les masques sont bien tombé, mais la seule personne à essayer de se renseigner dans le cockpit était un des steward... alors que la majorité de la cabine s'était déjà évanouis après qu'il y ai plus d'oxygène disponible dans les masques.
Et que le cockpit aussi s'est évanouis, alors qu'ils s'en sont pas rendus compte de la dépressurisation.

Cet accident à fais beaucoup évoluer les procédures à bord des avions, tout du moins ceux de Boeing !

Maintenant qu'on est dans le sujet je me suis toujours poser la question, est ce que la compagnie aérienne ou le fabricant doit dédommager les victimes ou familles des victimes lors d'un accident...
En cas de faute humaine, vers qui se retourne la responsabilité ?
Et j'avais aussi entendu parler du fait que les pilotes n'allaient jamais en prison meme après des erreurs, comme s'il y avait une protection pour les pilotes vis à vis de la justice...
Si quelqu'un peut m'éclairer

a écrit : Le dernier contact avec l'équipage (09:20) s'est fait alors qu'ils étaient à quasi 9000m d'altitude. Donc certainement quelques minutes voire secondes avant leur perte de conscience (à priori l'autopilote s'est enclenché à 9:23)
En effet des masques tombent automatiquement, mais c�
39;était un peu le bordel à bord et ils devaient plus être à se renseigner sur le motif de cette alarme (qu'ils ont confondus avec une alarme qui ne se déclenche qu'au sol) qu'à se dire "on va mettre les masques".
Masques qui ont une autonomie d'une quinzaine de minutes...
Afficher tout
Le pilote automatique est très généralement enclenché en permanence, après le décollage et jusqu'à l'atterrissage que la plupart des commandants de bord préfèrent effectuer manuellement. Au fait, il était programmé pour aller où?
Se tromper de genre d'alarme, ne pas voir qu'un masque dégringole devant vos yeux, c'est curieux de la part de pilotes.
J'ai bien dit "bizarre, comme c'est bizarre".

a écrit : Vu dans un épisode de Mayday
C'etait un peu la panique dans l'avion faut dire, une alarme s'était déclenchée sans que les pilotes ne sachent ce qu'elle signifie.
En continuant de faire grimper l'avion, l'oxygène s'est raréfié et ils sont tombés comme des mouches en moins
d'une minute.
Seul quelques passagers ont pensé à mettre leurs masques mais l'autonomie en oxygène n'est pas très longue (quelques minutes). De toutes facons, à moins de savoir piloter et pouvoir retenir sa respiration le temps de faire descendre l'avion...
Afficher tout
Ok
Merci pour la référence
Je vais essayer de retrouver cet épisode de mayday:)

Les symptômes de la privation d'oxygène varient d'un individu à l'autre et sont très difficiles à reconnaître chez soi sans formation spécifique (à cela il faut ajouter la désorientation qui n'aide pas à réaliser le danger).

A ce sujet je recommande la vidéo de smarter every day, my brain without oxygen
www.youtube.com/watch?v=kUfF2MTnqAw

a écrit : Le pilote automatique est très généralement enclenché en permanence, après le décollage et jusqu'à l'atterrissage que la plupart des commandants de bord préfèrent effectuer manuellement. Au fait, il était programmé pour aller où?
Se tromper de genre d'alarme, ne pas voir qu'un masque dégringol
e devant vos yeux, c'est curieux de la part de pilotes.
J'ai bien dit "bizarre, comme c'est bizarre".
Afficher tout
Oui le pilote automatique est allumé en permanence, mais comme sur ta voiture avec le régulateur de vitesse, l'action humaine prend le pas sur la machine
En l'occurrence, à compter de 9:23, et jusqu'à la tentative désespérée du steward resté conscient, le pilotage automatique était enclenché.

Pour l'alarme, faut se remettre dans le contexte :
-09:12 (3700m) Une alarme se déclenche (l'alarme d'altitude en cas de cabine non ou mal pressurisée) L'équipage aurait dû cesser la montée de l'appareil mais ils ont confondus avec une alarme qui ne peut se déclencher (et être coupée) qu'au sol.
-Dans les minutes qui suivent, c'est noël sur le tableau de bord, plusieurs voyants s'allument et les masques coté passager tombent à 5500m
-09:20 (9000m) dernier contact radio, le pilote répond à une question venant de l'équipe au sol (car tout le monde pense toujours qu'il s'agit d'un problème n'arrivant qu'au sol) mais répond complètement à coté de la plaque, certainement les premiers signes du manque d'oxygène.

Voila, j'y étais pas bien sur, mais j'imagine que ca devait bien se creuser la tête pour savoir d'où venait la panne. Je pense qu'ils ont rien vu venir à cause du manque d'oxygène qui t'emporte tout doucement, et que tout ca reste une erreur humaine d'appréciation du danger.

L'anecdote aurait été plus sympathique si grâce au pilotage automatique tous les passagers et membres de l'équipage furent sauvés.

Les masques à oxygène tombent bien dans la cabine passé une certaine altitude, cependant ce n'est pas le cas dans le cockpit.
Les masques équipages étant différents (durée plus longue et capacité de délivrer de l'oxygène pur à 100%), ils doivent être sortis par les pilotes (mais sont néanmoins à portée de main).
En ne réagissant pas aux multiples alarmes, les pilotes ont condamné l'avion, le temps de conscience utile à ces altitudes étant de 3 à 15 secondes suivant l'état physique.

Quand au pilote automatique, il est capable de poser un avion automatiquement sous certaines conditions, la première étant d'avoir été programmé correctement pour la phase d'approche, tâche effectuée en croisière et donc pas disponible encore en montée.

a écrit : Je croyais qu'en cas de dépressurisation, un masque à oxygène tombait automatiquement devant chacun, particulièrement les pilotes? Ce sont ceux qui sont les premiers à se déclencher, et ils sont très efficaces, plus que ceux des passagers.
Et à quelle altitude volait l'avion? Jusqu'à 4000-5000 mètr
es, on reste parfaitement conscient.
L'autonomie des masques est de 13 min, largement le temps de plonger à une altitude où l'air est respirable.
Bizarre, cette histoire.
Afficher tout
Les masques ne tombent automatiquement qu'en cabine. Dans le cockpit, les masques sont a disposition des pilotes.
Dans le cas ici, et suite a une erreur de maintenance l'alarme qui a résonné n'a pas permis a l'équipage de comprendre que c'était un pb de pressu... Il n'ont donc pas pris leurs masques. Coté cabine, les masques sont tombés mais l'autonomie est limité à une descente d'urgence à une altitude de sécurité. Malheureusement, les pilotes ont perdu connaissance avant et l'avion bloqué sur son pilote auto.

Posté le

windowsphone

(4)

Répondre

a écrit : Le pilote automatique est très généralement enclenché en permanence, après le décollage et jusqu'à l'atterrissage que la plupart des commandants de bord préfèrent effectuer manuellement. Au fait, il était programmé pour aller où?
Se tromper de genre d'alarme, ne pas voir qu'un masque dégringol
e devant vos yeux, c'est curieux de la part de pilotes.
J'ai bien dit "bizarre, comme c'est bizarre".
Afficher tout
Dans le cockpit aucun masque ne tombe, c'est aux pilotes eux-mêmes de prendre l'initiative de le mettre.

J'ai vu un épisode de l'émission sur les crashs (probablement la même déjà évoquée dans les commentaires) et ce qui m'a marqué c'est qu'une patrouille aérienne a été envoyée pour voir ce qui se passait dans cet avion visible sur les radars mais qui ne répondait plus à la radio et les pilotes des avions de chasse ont pu s'approcher et voir qu'il n'y avait plus personne aux commandes mais n'ont rien pu faire de plus que de l'escorter en attendant qu'il s'écrase... La dernière personne vivante qu'ils ont vue c'était un steward qui essayait désespérément de prendre les commandes de l'avion (on a su après qu'il avait quelques notions de pilotage) avant de tomber inconscient à son tour (on a compris après qu'il avait trouvé une petite bouteille d'oxygène de secours mais a fini par tomber lui aussi en panne d'oxygène)...

Posté le

android

(26)

Répondre

a écrit : L'anecdote aurait été plus sympathique si grâce au pilotage automatique tous les passagers et membres de l'équipage furent sauvés. Oui, dans l'imaginaire collectif un pilote automatique est à l'image de celui des Tesla et consort. Or il n'en est rien. Il s'agit simplement d'un automate à qui on confie un cap et une vélocité. Si l'avion rencontre un oiseau, ou n'importe quel obstacle, il se le mange.
Il serait capable d'atterrir, à condition de lui rentrer les informations d'arrivée (aéroport, piste, heure d'atterrissage,etc.) ce que personne ne fait en vol car les pilotes obtiennent ces infos de la tour de contrôle juste avant d'atterrir.

A ne pas confondre "asphyxie" et "dépressurisation.
On ne peut pas se rendre compte d'une asphyxie, on respire normalement, mais le taux d'oxygène n'étant plus suffisant, on tombe dans les pommes (on s'évanouit)
Sans alarme, aucun moyen de se rendre compte de la baisse du taux d'oxygène dans l'air... tout simplement parce qu'il est sensé y avoir toujours assez d'oxygène à respirer dans l'air et que nous n'avons aucun organe qui nous alerterait de ce déficit. Essayez de respirer dans un sac en plastique, vous vous asphyxierez sans vous en rendre compte, c'est extrêmement dangereux, danger de mort quoi.
Pour la dépressurisation, ca fait très mal aux oreilles, c'est différent, mais il est tout à fait possible de respirer à l'altitude où volent les avions de ligne à condition d'être en bonne santé et de s'hyperventier (respirer très très vite) et pour cela, il faut être alerté du manque d'oxygène via une alarme où autre, ce qui explique l'accident de l'anecdote, ils ne se sont pas rendu compte qu'ils n'avaient pas assez d'oxygène...

Il me semble que lors de ce crash, l'equipage etant dans les pommes et ne repondant pas aux messages radio, des avions de chasse furent depeché sur place pour voir ce qu'il se passait. A leur grande surprise, un stewart etait aux commandes de l'appareil. Il etait le seul encore "conscient" alors que tous le monde dans l'avion etait deja dans les vaps. En fait, ce stewart etait il me semble un ancien membre des forces spetiales, et, du fait de sa grosse condition'physique, il fut plus resistant que tout le reste des personnes presente dans cet avion. La fin est tout de meme celle que l'on connait, le stewart ne put ratrapper l'appareil et se sentant partir, il fut un gestte aux pilotes de chasse le po

´pouce vers le bas pour leur dire qu'ils allaient se crasher. La fin, on la connait.

a écrit : Maintenant qu'on est dans le sujet je me suis toujours poser la question, est ce que la compagnie aérienne ou le fabricant doit dédommager les victimes ou familles des victimes lors d'un accident...
En cas de faute humaine, vers qui se retourne la responsabilité ?
Et j'avais aussi entendu p
arler du fait que les pilotes n'allaient jamais en prison meme après des erreurs, comme s'il y avait une protection pour les pilotes vis à vis de la justice...
Si quelqu'un peut m'éclairer
Afficher tout
J'ai trouvé:
en.wikipedia.org/wiki/Helios_Airways_Flight_522
qui permet d'y comprendre un peu quelque chose (bien mal, en ce qui me concerne - j'en ai parlé à un pilote de ligne qui trouve ça aussi bizarre) et à la fin décrit les suites juridiques, très décevantes pour les ayants droit des victimes.
À moins d'une dépressurisation brutale (missile, météorite), on a le temps de se rendre compte que l'on ne sent sent pas bien, et prendre les mesures en conséquence.