Pulp Fiction tourne autour d'un MacGuffin

Proposé par
le
dans

Au cinéma, un MacGuffin est un objet de l'intrigue peu développé et servant de prétexte à l'histoire. Il s'agit de "l'élément moteur" autour duquel tourne le scénario, mais qui est très peu présent à l'écran. Ce concept a été popularisé par Hitchcock qui a souvent tourné avec cette idée, et repris dans de nombreux films, comme Pulp Fiction : la mallette y est ainsi au coeur de l'intrigue sans une grande présence à l'écran.


Commentaires préférés (3)

Comme les armes de destruction massive en Irak dans les années 2000.

On les a pas vues à l'écran mais apparemment elles étaient le fil conducteur du film.

Posté le

android

(363)

Répondre

a écrit : Tu es hors sujet. Désolé monsieur l'inspecteur des commentaires.

Posté le

android

(197)

Répondre

a écrit : Tu es hors sujet. La légende disait donc vrai ! Il existe bien des gens dont le sens de l'humour est proche de 0.

Posté le

android

(300)

Répondre


Tous les commentaires (58)

Il me semble il y avoir la même chose pour les épisodes des Simpson.

Posté le

android

(4)

Répondre

Le magot dans
'' Le bon, la brute, le truand''
doit en être un si j'ai bien suivi.

Le top du top, c'est quand même "Eh mec! Elle est où ma caisse?" avec la fameuse caisse! Un chef d'œuvre du cinéma... et pour les puriste de ce grand film, il y a cet objet très énigmatique et très puissant, et dont l'énigme qui l'entoure n'a d'égale que son immense puissance!

Comme les armes de destruction massive en Irak dans les années 2000.

On les a pas vues à l'écran mais apparemment elles étaient le fil conducteur du film.

Posté le

android

(363)

Répondre

a écrit : Comme les armes de destruction massive en Irak dans les années 2000.

On les a pas vues à l'écran mais apparemment elles étaient le fil conducteur du film.
Tu es hors sujet.

Posté le

android

(0)

Répondre

a écrit : Tu es hors sujet. Désolé monsieur l'inspecteur des commentaires.

Posté le

android

(197)

Répondre

a écrit : Tu es hors sujet. La légende disait donc vrai ! Il existe bien des gens dont le sens de l'humour est proche de 0.

Posté le

android

(300)

Répondre

Le premier film qui m'est venu en tête est "Les clés de bagnole" de Laurent Baffie !

Posté le

android

(6)

Répondre

a écrit : Le premier film qui m'est venu en tête est "Les clés de bagnole" de Laurent Baffie ! Et 'moi' la patte de lapin de Mission Impossible III! J'avais 10 ans quand je l'ai vu et j'ai été très frustré de ne pas savoir ce que c'était...

D'après les sources il ne s'agit pas forcément d'un objet physique, ça peut être un secret ou quelque chose d'abstrait. Du coup j'ai quand même l'impression que c'est quelque chose que l'on peut retrouver dans pratiquement tous les films. Il s'agirait simplement d'un élément du synopsis ?

Posté le

android

(10)

Répondre

Attention ne lis pas ce commentaire si tu n'as pas encore vu citizen Kane.
Dans citizen Kane la luge rosebud est pour moi une des utilisations du macguffin la plus forte avec une enquête d'1h 59 et la réponse n'est jamais vraiment pointé du doigt la première fois que j'ai vu le film je n'ai pas remarqué le nom de la luge et j'ai finis le visionnage du film sans avoir ma réponse.

a écrit : Tu es hors sujet. Pas tant que ça, dans la source Wikipedia, rubrique philosophie, on fait référence aux armes de destruction massive en Irak ;)

a écrit : Comme la toupie dans Inception Pas vraiment mais bon.. l'intrigue n'est absolument pas basée sur la toupie, c'est un élément clé tout comme les personnages, l'architecture du rêve ou encore l'idée à implanter

a écrit : La légende disait donc vrai ! Il existe bien des gens dont le sens de l'humour est proche de 0. f (humour) = 0

Il faut apporter des précisions à cette anecdotes.
Hitchcock lui même reste flou sur la définition du MacGuffin. La définition la plus sérieuse est celle de l'élément narratif important pour le personnage, au point de le motiver, mais pas pour le spectateur.
Il faut savoir aussi que ce procédé n'est pas forcément axé sur le protagoniste.
(Ex : LA mort aux trousses)
Dans les films de Monsieur Hitchcock, le procédé ne motive jamais le protagoniste, ni ne sont liés à son objectif.
A la vision des films de Hitchcock, le MacGuffin est un secret qui motive les méchants et qui à peu d'intérêt pour le spectateur.
Le procédé permet aux auteurs de ne pas justifier les obstacles qui sont mis sur la route du protagoniste. En effet, la chose qui compte le plus pour le spectateur c'est que le protagoniste soit dans le pétrin. (Ex : La caisse dans Et mec elle est ou ma caisse !)
Source : La Dramaturgie, Yves Lavandier, Ed Le clown et l'enfant, 2016.

Comme les objets rouges du 6eme sens? À chaque fois qu'un fantôme est présent y a un truc rouge à l'écran.

a écrit : Comme la toupie dans Inception Pas vraiment, le mac guffin est plus un élément déclencheur, un objectif à atteindre pour les personnages. La toupie n'est qu'un objet récurant

a écrit : Comme les objets rouges du 6eme sens? À chaque fois qu'un fantôme est présent y a un truc rouge à l'écran. Ça c'est plus un indice, comme les oranges dans le parrain