Le tir ami fait des ravages lors des guerres

Proposé par
le
dans

Le tir ami ou tir fratricide est un euphémisme militaire désignant le fait de tirer contre son propre camp. Il n'est pas à négliger car il serait responsable de 14% des pertes humaines totales de la Seconde Guerre mondiale, et d'un quart des pertes alliées lors de la guerre en Irak.


Commentaires préférés (3)

la différence entre un bon soldat et un mauvais soldat...

Et lors de la première guerre, on ne sait que par des récits fragmentaires qu'il y a eu énormément de tués, de chaque côté, par des artilleurs qui tiraient trop court et que l'on n'arrivait pas à prévenir. Les tranchées étaient si proches et imbriquées!
Cela frisait le "Tuez-les tous, Dieu reconnaîtra les siens".
Et on appelait ça un "champ d'honneur".
Il n'y a bien entendu pas de chiffre officiel.

Depuis le début des années 2000, à l'initiative de l'Américain Chuck Taylor sont créées les ntc (nouvelles techniques de combat).
Remodelées à la sauce française nait l'istc (instruction sur le tir de combat) qui arrive en France en 2003.
Depuis, sont formés tous les militaires au maniement des armes selon une gestuelle unique, et commune à tous, évitant ainsi nombre d'accidents.
Cette instruction est basée sur 4 règles de sécurité que TOUT militaire connait mot pour mot :
- Une arme doit toujours être considérée comme chargée.
- Ne jamais pointer, ou laisser pointer, le canon de son arme en direction de quelque chose que l'on ne souhaite pas détruire.
- Garder l'index hors de la queue de détente tant que les organes de visée ne sont pas alignés sur l'objectif.
- Être sûr de son objectif et de son environnement.

Les quelques accidents persistants sont dorénavant dus à une sorte d'accoutumance ou à la fatigue.


Tous les commentaires (100)

la différence entre un bon soldat et un mauvais soldat...

La statistique est intéressante, mais en quoi l'expression est un "euphémisme "?

Et lors de la première guerre, on ne sait que par des récits fragmentaires qu'il y a eu énormément de tués, de chaque côté, par des artilleurs qui tiraient trop court et que l'on n'arrivait pas à prévenir. Les tranchées étaient si proches et imbriquées!
Cela frisait le "Tuez-les tous, Dieu reconnaîtra les siens".
Et on appelait ça un "champ d'honneur".
Il n'y a bien entendu pas de chiffre officiel.

Est ce que ça fait partie des dommages collatéraux? En tt cas bonjour la confiance entre soldat. Tiens je t'envoie un petite balle amical...appeler ça "un tir d'ami" je sais pas comment ce qui a reçut le cadeau doit l'interpréter.

a écrit : La statistique est intéressante, mais en quoi l'expression est un "euphémisme "? C'est bien un euphémisme (expression atténuée d'une réalité), mais comme figure de style je préférerais la dénomination moins savante de "sacré culot" pour annoncer ça aux familles.

a écrit : La statistique est intéressante, mais en quoi l'expression est un "euphémisme "? moi non plus je ne vois pas d'euphémisme la dedans. Il s'agit d'un tir ami c'est la réalité.

Ces accidents sont dus à 2 conditions bien différentes :
- certains militaires ne pratiquant pas assez le maniement des armes ont tendance à faire des erreurs dues au manque de pratique.
- d autres militaires, étant grandement habitués au maniement de leurs armes négligent parfois les consignes de sécurité.
Les règles ISTC dispensées dans les Armées françaises visent à optimiser tout risque de tir fratricide en entraînant spécifiquement les soldats dans les exercices de tir et leurs opérations de sécurité.
Un autre phénomène existe : le green on blue lorsqu un cadre militaire étranger se fait abattre volontairement par un soldat du pays hôte en formation. Ce fut une véritable tragédie pour les soldats américains formant les soldats afghans, des dizaines de militaires furent tués ainsi ces 10 dernières années.

Posté le

android

(52)

Répondre

Je ne pensais pas que c'était autant !..

Alors la distinction entre tir ami et dommages collatéraux : le premier est sur des militaires alliés, le second sur des civils.
Sinon il ne faut pas confondre tir ami et fragging. Le tir ami est involontaire : balle perdue ou allié pris pour un ennemi, le fragging est volontaire les lignes arrières empêchent les premières lignes de fuir en les abattant si elles essaient, comme a pu le faire l'armée Rouge et autres consorts, ou il peut simplement s'agir d'un règlement de compte.
Tout ça incite à partager l'avis de Coluche sur les militaires !

Le friendly-fire est aussi un terme employé... Dans les films pornographiques. Je vous laisse le soin de chercher...

Depuis le début des années 2000, à l'initiative de l'Américain Chuck Taylor sont créées les ntc (nouvelles techniques de combat).
Remodelées à la sauce française nait l'istc (instruction sur le tir de combat) qui arrive en France en 2003.
Depuis, sont formés tous les militaires au maniement des armes selon une gestuelle unique, et commune à tous, évitant ainsi nombre d'accidents.
Cette instruction est basée sur 4 règles de sécurité que TOUT militaire connait mot pour mot :
- Une arme doit toujours être considérée comme chargée.
- Ne jamais pointer, ou laisser pointer, le canon de son arme en direction de quelque chose que l'on ne souhaite pas détruire.
- Garder l'index hors de la queue de détente tant que les organes de visée ne sont pas alignés sur l'objectif.
- Être sûr de son objectif et de son environnement.

Les quelques accidents persistants sont dorénavant dus à une sorte d'accoutumance ou à la fatigue.

a écrit : Et lors de la première guerre, on ne sait que par des récits fragmentaires qu'il y a eu énormément de tués, de chaque côté, par des artilleurs qui tiraient trop court et que l'on n'arrivait pas à prévenir. Les tranchées étaient si proches et imbriquées!
Cela frisait le "Tuez-les tous, Dieu re
connaîtra les siens".
Et on appelait ça un "champ d'honneur".
Il n'y a bien entendu pas de chiffre officiel.
Afficher tout
En même temps c'est pratiquement impossible de savoir avec certitude d'ou venait les tirs, surtout si les deux camps pilonnaoent en même temps

Mais est-il sanctionné pénalement comme un assassinat ?

a écrit : Mais est-il sanctionné pénalement comme un assassinat ? Ça dépend, la plupart du temps c'est un accident. Desfois c'est un meurtre déguisé...

a écrit : Alors la distinction entre tir ami et dommages collatéraux : le premier est sur des militaires alliés, le second sur des civils.
Sinon il ne faut pas confondre tir ami et fragging. Le tir ami est involontaire : balle perdue ou allié pris pour un ennemi, le fragging est volontaire les lignes arrières empêchent les
premières lignes de fuir en les abattant si elles essaient, comme a pu le faire l'armée Rouge et autres consorts, ou il peut simplement s'agir d'un règlement de compte.
Tout ça incite à partager l'avis de Coluche sur les militaires !
Afficher tout
Au sujet de règlements de compte, j'ai connu un ancien de la guerre d'Algérie (je crois qu'à l'époque on disait "répression de l'insurrection"), qui avait eu un officier particulièrement odieux lors de la période l'entraînement, et qui s'est bien gardé d'aller sur le terrain avec son unité, car il savait qu'il y a des balles perdues, mais pas pour tout le monde.
Peut-être aussi connaissait-il le passage de l'Internationale:
"S’ils s’obstinent, ces cannibales,
À faire de nous des héros,
Ils sauront bientôt que nos balles
Sont pour nos propres généraux."

Faut juste aller dans les paramètres du serveur et désactiver le friendly fire...

Posté le

android

(10)

Répondre

a écrit : En même temps c'est pratiquement impossible de savoir avec certitude d'ou venait les tirs, surtout si les deux camps pilonnaoent en même temps Quand ça ne tire pas de tous les côtés, on peut entendre d'où vient le sifflement, parfois même apercevoir l'obus. Le problème était de transmettre le message aux artilleurs, évidemment un peu en arrière; en principe, mais seulement en principe, il y a des fusées rouges et vertes, signifiant de tirer plus loin ou plus court.

Certains semblent avoir du mal à percevoir comment et pourquoi ça arrive.
Je vous conseille de regarder le film "né un 4 juillet" d'Oliver Stone avec Tom Cruise et Willem Dafoe.
On y voit Tom Cruise s'engager lors de la guerre du Vietnam et, dans la confusion, tirer sur un ami...
Lui aussi sera blessé, deviendra paraplégique et devra vivre avec cette accident sur la conscience.
Super film

Sinon, sur un champ de bataille, il y a des obus, des roquettes, des largages... des explosions et des fumigènes qui entrainent de la confusion. Plusieurs équipes en mouvement en même temps pouvant arriver sur soi. Avec tout ça et tout le monde en tenue camo... pas toujours facile de voir qui est qui en une fraction de seconde avec le risque d'être tuer si on ne tire pas vite et que c'est un ennemi...

a écrit : Certains semblent avoir du mal à percevoir comment et pourquoi ça arrive.
Je vous conseille de regarder le film "né un 4 juillet" d'Oliver Stone avec Tom Cruise et Willem Dafoe.
On y voit Tom Cruise s'engager lors de la guerre du Vietnam et, dans la confusion, tirer sur un ami...
L
ui aussi sera blessé, deviendra paraplégique et devra vivre avec cette accident sur la conscience.
Super film

Sinon, sur un champ de bataille, il y a des obus, des roquettes, des largages... des explosions et des fumigènes qui entrainent de la confusion. Plusieurs équipes en mouvement en même temps pouvant arriver sur soi. Avec tout ça et tout le monde en tenue camo... pas toujours facile de voir qui est qui en une fraction de seconde avec le risque d'être tuer si on ne tire pas vite et que c'est un ennemi...
Afficher tout
Ok merci même plus besoin de voir le film.