Certains contes pour enfants ont été très largement édulcorés

Proposé par
le

Les contes pour enfants ne sont pas connus, pour certains, dans leur version originale. Ainsi, la Belle au bois dormant de Perrault s'inspire de Le Soleil, la Lune et Thalie, où le prince ne réveille pas la princesse par un baiser mais en la violant ! Perrault adapta ses œuvres pour les rendre acceptables pour les enfants, notamment aux yeux de l'Eglise.


Tous les commentaires (72)

a écrit : Je savais que cette chanson était pleine de sous-entendus, mais n'ai pu trouver un déchiffrage complet.
Juste que "chandelle" ne signifie pas une analogue de bougie.
Quelqu'un aurait-il une source? Merci.
Au clair de la lune etc. Et ensuite c'est
Au clair de la lune pierrot répondit
Je n'ai pas de plume
Je suis dans mon lit
Va chez la voisine
Je crois qu'elle y est
Car dans sa cuisine
On bat le briquet

Au clair de la lune
On n'y voit qu'un peu
On chercha la plume
On chercha le feu
En cherchant de la sorte
Je ne sais ce qu'on trouva
Mais je sais que la porte
Sur eux se referma.

Et voilà, tu l'as ton allusion !

a écrit : Perrault avait notamment été le chef de file du mouvement des Modernes dans la grande querelle des Anciens et des Modernes, opposant partisans de la nouveauté (les Modernes) et ceux idéalisant les Anciens et jugeant qu'on ne pourrait jamais égaler leur perfection artistique, dirigés par Boileau.

C&#
039;est ainsi qu'il a pu traiter de sujets non antiques (au contraire, par exemple, des pièces de Racine), non inspirés d'auteurs antiques (au contraire de la Fontaine qui puise son inspiration chez le fabuliste grec Esope), et adaptés à la société (et la morale, donc...) de son temps.

Cette querelle, qui date du XVIIe siècle, trouve ses origines dès le Moyen-Âge, les lettrés du XIIe siècle (et notamment Bernard de Chartres) ayant déjà longuement disserté sur le sujet.
Afficher tout
La Fontaine n'a fait que plagier un dixième du recueil d' Ésope. Pour tes précisions merci sinon

a écrit : Tout comme "Au clair de la Lune", qui est une chanson paillarde, mais que tout les enfant chantent innocemment. Et après les gens sont choqué par le moindre gros mots mais apprenne à leurs enfant comment raviver le feu d'une chandelle morte! tu es sûr de ce que tu dis ? parce que de ce que je sais "Au clair de la lune" n'a rien de paillard, contrairement à "nous n'irons plus au bois" et "le furet". tu as des sources ?

a écrit : Tout comme "Au clair de la Lune", qui est une chanson paillarde, mais que tout les enfant chantent innocemment. Et après les gens sont choqué par le moindre gros mots mais apprenne à leurs enfant comment raviver le feu d'une chandelle morte! Une explication de«au clair de la lune» svp?

Posté le

android

(0)

Répondre

a écrit : Je ne vois pas le rapport avec être sain d'esprit. On est humain, on peut penser aux plus belle choses comme au pire, sans pour autant qu'on ne fasse quoi que ce soit et ça ne veut pas dire que la personne est névrosé.

Si on suit cette logique, certain réalisateur/écrivain (comme Ryan Murphy par
exemple) sont déséquilibrés. Afficher tout
Stephen King...

Posté le

android

(3)

Répondre

a écrit : Au clair de la lune etc. Et ensuite c'est
Au clair de la lune pierrot répondit
Je n'ai pas de plume
Je suis dans mon lit
Va chez la voisine
Je crois qu'elle y est
Car dans sa cuisine
On bat le briquet

Au clair de la lune
On n'y voit q
u'un peu
On chercha la plume
On chercha le feu
En cherchant de la sorte
Je ne sais ce qu'on trouva
Mais je sais que la porte
Sur eux se referma.

Et voilà, tu l'as ton allusion !
Afficher tout
Merci, je comprends un peu mieux!

a écrit : La Fontaine n'a fait que plagier un dixième du recueil d' Ésope. Pour tes précisions merci sinon Pas d'accord: je crois avoir lu tout Ésope, c'est sec, court, sans humour, pénible presque.
La Fontaine l'a transfiguré et développé, dans une langue bonhomme admirable. La plupart de ses fables ne sont pas du tout inspirées d'Ésope, il en a inventé bien plus. C'est évident par exemple dans la mouche du coche: ça n'existait pas dans l'Antiquité.
Pour le critiquer, il n'y a eu que Rousseau, qui trouvait ridicule et immorale la fable du corbeau et du renard; sa critique commence d'ailleurs très mal "qu'est-ce que c'est qu'un arbre perché?" (!)
Lessing a tenté de moraliser en copiant: le fromage était en fait empoisonné, et le renard voleur très mal en point; ce n'est pas un chef-d'œuvre de la littérature allemande.

J'aime beaucoup cette anecdote.
Mais je suis sûre de l avoir déjà proposée et elle me fut modéré.
Pour le motif qu'une anecdote similaires à donné des commentaires précisant cela.
Cela dit celle ci est un peu plus précise. .. ça doit être pour ça.

a écrit : Je savais que cette chanson était pleine de sous-entendus, mais n'ai pu trouver un déchiffrage complet.
Juste que "chandelle" ne signifie pas une analogue de bougie.
Quelqu'un aurait-il une source? Merci.
www.expressio.fr/expressions/battre-le-briquet.php

Cette expression éclaire toute la chanson d'une nouvelle "lumière"

Posté le

android

(4)

Répondre

a écrit : J'aime beaucoup cette anecdote.
Mais je suis sûre de l avoir déjà proposée et elle me fut modéré.
Pour le motif qu'une anecdote similaires à donné des commentaires précisant cela.
Cela dit celle ci est un peu plus précise. .. ça doit être pour ça.
“Felix, qui potuit rerum cognoscere causas” (Virgile)
Les critères de choix sont arbitraires, je me garde bien de faire des propositions d'anecdotes, qui par définition ne m'apprendraient rien.

a écrit : Intéressant, et dépasse Bettelheim et ses imaginations morbides.

Dommage que "khassandr" ait eu le don de perspicacité, mais la mésaventure de ne jamais être crue (elle était cuite, dès qu'elle faisait une prédiction).
C'est pour cela que j'ai choisi ce pseudo, dans un élan d'orgueil, il y a bien longtemps, comme une private joke... :)

Cette version " originale " à été mise en scène par un certain Marc Dorcel. Ceux qui ont un peu de culture sauront de qui il s'agit. :-D

Posté le

android

(4)

Répondre

a écrit : Pas d'accord: je crois avoir lu tout Ésope, c'est sec, court, sans humour, pénible presque.
La Fontaine l'a transfiguré et développé, dans une langue bonhomme admirable. La plupart de ses fables ne sont pas du tout inspirées d'Ésope, il en a inventé bien plus. C'est évident par exemple d
ans la mouche du coche: ça n'existait pas dans l'Antiquité.
Pour le critiquer, il n'y a eu que Rousseau, qui trouvait ridicule et immorale la fable du corbeau et du renard; sa critique commence d'ailleurs très mal "qu'est-ce que c'est qu'un arbre perché?" (!)
Lessing a tenté de moraliser en copiant: le fromage était en fait empoisonné, et le renard voleur très mal en point; ce n'est pas un chef-d'œuvre de la littérature allemande.
Afficher tout
Oui, mais dans un sens comme dans l'autre, "Esope reste ici et se repose"

a écrit : Dans cette catégorie , dans le Blanche-Neige original , le prince met des chaussure en plomb à la sorcière et l'oblige à danser jusqu'à ce qu'elle meure d'épuisement ... Ou de saturnisme.. Comme le canard

J ai lu vos commentaires et je ne verrais plus Disney de la même façon, vous avez achevé mon enfance.
( je blague, precisiobmn pour les premiers degrés)

a écrit : On s'éloigne des contes avec Pocahontas, mais son histoire n'est pas enviable.
De ce que l'on sait (et pour en avoir parlé dans mon mémoire, j'ai bien fouiné..), elle a été enlevé, séquestré, convertie de force, violée et mariée à Rolfe (dont elle prend le nom, Rebecca Rolfe). Mais certains
colons de cette époque ont bien mangé aussi (Radcliffe présent dans le Walt Disney était un mec plutôt cool - vu le contexte - et a fini épluché vivant aux coquilles de moules par les Powahtans... :)

Sinon Hercules tue sa famille (pris de folie, merci Héra) et se lance dans les 12 travaux en repentance.

Pour en revenir aux contes, j'ai un petit faible pour le petit chaperon rouge (le premier dont j'ai lu la "version originale"), pour spoiler comme un sagouin :
C'est l'histoire d'une jeune femme qui vient d'avoir ses règles pour la première fois. La cape rouge, le loup (les hommes sexualisés), tout ça.
Elle doit aller donner un panier à la grand-mère en surmontant bien des obstacles. En gros, elle devient une femme et doit accéder au statut de matriarche (la grand-mère respectable) en évitant les mauvaises décisions sur sa route.
Sa route passe soit par la forêt de pin (symbolisant le travail de l'aiguille, le "bon" chemin, vertueux) soit par la bidule truc associé aux bals. Comme ça lui chatouille dans la culotte, elle décide de s'éloigner du chemin le plus vertueux et va faire la fête, rencontre le loup, et tout ça.
Comme elle ne domine pas ses pulsions, elle succombe à la sexualité, et s'éloigne de sa famille et de la vertu. A la fin, elle le paie cash après avoir consommé le sang et les parties génitales de sa grand-mère (vilain loup!).

On repassera sur le rôle de la femme, mais niveau trash, on est bien...

Sinon, la belle au bois dormant est mignonne aussi. Engrossée, donc violée, par un roi de passage (ou son propre père, ça dépend des versions), elle se réveille lorsque qu'un de ses enfants lui tète le doigt, aspirant le poison. La reine trompée devient folle et fait manger ses enfants à son mari volage...

Mignon tout plein...
Afficher tout
Ça fait longtemps que j'ai cette curiosité pour le vrai sens des contes, y a-t-il moyen de lire ton mémoire ?

Remarque ça doit être plus efficace qu'un baiser …

Posté le

android

(0)

Répondre

a écrit : Pas d'accord: je crois avoir lu tout Ésope, c'est sec, court, sans humour, pénible presque.
La Fontaine l'a transfiguré et développé, dans une langue bonhomme admirable. La plupart de ses fables ne sont pas du tout inspirées d'Ésope, il en a inventé bien plus. C'est évident par exemple d
ans la mouche du coche: ça n'existait pas dans l'Antiquité.
Pour le critiquer, il n'y a eu que Rousseau, qui trouvait ridicule et immorale la fable du corbeau et du renard; sa critique commence d'ailleurs très mal "qu'est-ce que c'est qu'un arbre perché?" (!)
Lessing a tenté de moraliser en copiant: le fromage était en fait empoisonné, et le renard voleur très mal en point; ce n'est pas un chef-d'œuvre de la littérature allemande.
Afficher tout
La Fontaine s'est inspiré d'Esope mais aussi de Phèdre, auteur romain du premier siècle. Il est vrai que les textes d'Esope sont plus courts et moins plaisants que ceux de La Fontaine.

a écrit : Et déjà les contes de Perrault c'est pas la joie.
Ça me fait penser à cendrillon ou les sœurs se coupent les pieds pour y mettre la chaussure. Heureusement le prince remarque que y a pas mal de sang qui sors de la chaussure (pas con le mec)
Ou encore la reine dans Blanche Neige et les 7 nains. Elle ne tombe pas de la falaise dans la version de Perrault.
Elle est capturée, puis le Prince ainsi que ses chevaliers lui mettent des chaussures en métal brûlant et la font danser avec jusqu'à ce qu'elle meurt. De la torture quoi. C'est pas très joyeux comme fin.

a écrit : Ou encore la reine dans Blanche Neige et les 7 nains. Elle ne tombe pas de la falaise dans la version de Perrault.
Elle est capturée, puis le Prince ainsi que ses chevaliers lui mettent des chaussures en métal brûlant et la font danser avec jusqu'à ce qu'elle meurt. De la torture quoi. C'est pas très joyeux comme fin.
Je préfère la version Disney avec Atchoum et ses frères...