Les théories sur l'enfance de Freud, faites sans enfants

Proposé par
le

Sigmund Freud, connu pour ses théories sur le développement psycho-sexuel des jeunes enfants, n'a jamais analysé un seul de ces derniers en tant que patient. En effet, il bâtit sa théorie par reconstruction à partir de l’analyse d’adultes présentant une pathologie.


Tous les commentaires (65)

@Smoke : Tu es une blague ! Vraiment !

@Youhar : Merci d'aller dans mon sens ! :)

Posté le

unknown

(0)

Répondre

C'est Mélanie Klein.
Ensuite je pense que dans la majorité l'anecdocte n'a pas été lue dans le bon sens...
Ce qui fait qu'une théorie est valable est qu'elle est réfutable.

Ensuite cet homme (et pas ce mec comme j'ai pu lire) a fait de très grande choses, pionnières et a grandement participé à une -révolution- au sens premier de notre époque au même titre que lorsqu'on a découvert que la terre n'était pas plate ou que la terre n'était pas le centre.
Ses découvertes, ses observations, après leur bout de chemin permettent aujourd'hui de soigner bon nombre de pathologies légère ou plus lourde (mais vu qu'on ne voit pas ces personnes souffrantes dans la rue l'individu lambda peut difficilement s'en rendre compte), mais aussi d'analyser l'humain dans sa normalité.

Posté le

unknown

(18)

Répondre

a écrit : Faux! Il a étudié le cas d'un petit garçon prénommé Hans, ce dernier avait très peur des chevaux, qui ce sont avérés en fait être la représentation symbolique du père, un père qui ne tenait pas son rôle castrateur. Je suis en troisième année de psychologie et c'est l'un des premiers cas étudié à la faculté. En plus l'anecdocte est fausse !!

Posté le

unknown

(0)

Répondre

Les sources disent bien que le seul cas d'enfants qu'il ait étudié est de manière indirecte, via le père.

Posté le

unknown

(10)

Répondre

a écrit : Les sources disent bien que le seul cas d'enfants qu'il ait étudié est de manière indirecte, via le père. Désolée, mais les sources ont tort :)
Le cas du "petit Hans" est tout à fait véridique, et a été étudié de manière directe bien que supervisée par le père.
On peut aussi rajouter le cas très connu d'Emma Eckstein que Freud a étudié alors qu'elle n'avait que 15 ou 16 ans ^^ (bon ok, c'était pu vraiment une enfant)

Posté le

unknown

(8)

Répondre

Doctissimo est-il une source assez fiable ?
Je ne m'y connais absolument pas en psychanalyse, mais c'est vrai que le statut de "probable" me semble + approprié ..

Posté le

unknown

(3)

Répondre

Hwoa et Youhar, sérieusement, vous comprendrez mieux en grandissant. Les souvenirs et perceptions qu'on a de son enfance, une fois adulte, sont très différents de ce qu'ils étaient au moment où on les a vécu, et de ce qu'ils étaient "objectivement" à ce moment là.

Vous supposez que l'être humain s'inscrit peu à peu dans la roche et qu'il peut se relire sans aucune difficulté ni aucun filtre, c'est une perception immature de la condition humaine. Qu'on soit bien clair, "immature" n'est pas péjoratif et je ne cherche pas à vous insulter, mais vous manquez à l'évidence d'expérience. Ca devrait être plus clair avec l'âge, mais je ne parierais pas non plus là dessus :o)

Posté le

unknown

(17)

Répondre

@Smoke... Tu veux dire dans le sens où un enfant violé petit, ne comprendra pas cette acte (en étant petit) et sera meurtrie ( en étant grand) ?

Posté le

unknown

(2)

Répondre

a écrit : Doctissimo est-il une source assez fiable ?
Je ne m'y connais absolument pas en psychanalyse, mais c'est vrai que le statut de "probable" me semble + approprié ..
En effet cette source est très peu fiable, tout comme psychologie magazine... À bannir si vous voulez -vraiment- vous informer sur le sujet.
Nous sommes plusieurs à prouver que cette info est une désinformation (le cas du petit Hans avec le déplacement du père en peur, la jeune fille rencontrée en montagne si je me souviens avec une problématique concernant le fantasme de la scène primitive).

Posté le

unknown

(1)

Répondre

Non Hwoa :) rien à voir.

Pour commencer, le viol est une expérience assez extrême, donc ton exemple est un peu extrême aussi, mais ce n'est pas trop grave pour la suite.

Un enfant violé (pour reprendre un exemple que je n'approuve pas totalement, mais qui peut rentrer dans le cadre de l'échange^^) comprendra de façon très différente cet acte dans son enfance, et en grandissant, sa compréhension évoluera de plus en plus. En fait, à la réflexion, ton exemple est assez intéressant et frappe tout à fait là où il faut pour que j'explique mieux mon point de vue. Dans le cas d'un viol, il faut bien comprendre qu'un enfant, donc un individu au début de sa construction, est confronté de façon hyper violente et intrusive à un domaine théoriquement réservé au monde adulte, et auquel il n'est supposé être confronté que peu à peu (en douceur, soit disant) à travers la découverte de son propre corps lors de la puberté. L'enfant se sentira sale, vulnérable, perdra confiance en les adultes et aura parfaitement conscience qu'il a vécu quelque chose qu'il n'aurait pas du vivre, et que les autres n'ont pas vécu, faisant de lui quelqu'un de différent. On peut extrapoler en envisageant qu'il protège sa propre construction en atténuant voir en effaçant carrément les souvenirs précis de l'évènement, ce qui explique qu'une fois adulte, quand il voudra les retrouver ou quand ils reviendront, ils ne seront pas nécessairement fidèles à l'expérience vécue.

Une fois adulte, l'enfant continuera probablement (mais ce n'est pas absolument certain) à se sentir de la façon décrite plus haut, mais il aura également une approche plus construite (grâce à l'expérience et au développement de son esprit) et "intellectualisée" de l'évènement. Il sera en mesure de comprendre et d'identifier de façon plus claire les notions de mépris, de "dégradation", d'égoïsme et de domination qui résident dans l'acte qu'il a subit, des choses qu'il n'aurait probablement pas vues si clairement plus jeune, parce que plus jeune on n'est tout simplement pas encore entraîné à penser comme ça.

Bon, évidemment, c'est un sujet très vaste et très complexe, et mon, petit paragraphe n'a aucunement la prétention d'en couvrir toutes les ramifications et subtilités. J'espère juste que du coup tu comprend mieux mes propos. J'ajouterais que je suis resté très général et que c'est à noter, pour ces deux raisons:
-si les êtres humains réagissaient de la même façon à chaque expérience, on ne pourrait plus les qualifier "d'humains" (le principe de l'humanité reposant entre autres sur celui de l'individualité)
-si on peut parfaitement anticiper un certain nombre de possibilités pour des personnes qui se retrouvent dans des situations données, on ne peut avoir aucune certitude dans la mesure où l'humain est relativement imprévisible, que l'existence est relativement imprévisible, et enfin qu'il n'est pas possible d'envisager toutes les possibilités.

Je terminerais là-dessus:

"Tout ce que je sais, c'est que je ne sais rien."

-Socrate

Posté le

unknown

(270)

Répondre

@pingoufiloute: revoi t cours car c le père du pti Hans ki raporter a Freud ce ke disait son fils, et c a partir des discours rapporter ke Fred a poser le diagnostic

Posté le

unknown

(0)

Répondre

@Smoke : très belle tirade :) je comprend mieux ton point de vu ! Et je suis en partie d'accord avec tes propos mais comme tu le dis on peut pas être tjs du même avis :)

Posté le

unknown

(3)

Répondre

Un fou, une vingtaine de psychopathe, un enfant influencer par son père, un suppôt et dodo.

Freud est juste un peu (oupas) fou. C'est un pervers refouler qui veux sauter sur tout se qui bouge, même sa famille. Il rapporte tout au sexe. Le fait que les enfant mange tout, c'est a cause de la découverte d'un nouveau sens le gout, et le fait que pour bouffer, faut mâcher. Les enfant n'ont JAMAIS exposer leurs excréments et pour le sexe, juste les hormones. La science a aujourd’hui progresser, on sait la réalité. Et le problème, c'est comme toutes les personnes "novatrice" de l'histoire, il fut pris un fou, donc seul les personnes dérangées foulaient participer a ses expériences et voilà, les recherches sous raté.
(Désolée pour la vulgarité, fatigue)

Posté le

unknown

(0)

Répondre

Freud à pris son cas pour une généralité, il en a fait des tonnes avec le complexe d'Oedipe, alors que la mythologie grec regorge de croustillantes façons d'expliquer à l'époque certain faits psychologiques répétés, explication du monde les précédant ; la genèse ou l'anthropogonie (de anthrôpos, « homme », et gonos, « création ») est un récit de l'apparition de l'humanité)et leurs dieux multiples , il se regarde le nombril, cette infos invalide toute la théorie de Freud.
Cependant avec beaucoup d'empathie et de culture des sciences humaines on peut rencontrer des psychanalystes menant avec succès des analyses, elles restent tout de même longues (trop longues) et coûteuses (trop coûteuses) si vous voyez ce que je veux dire !!!

Posté le

unknown

(2)

Répondre

Il me semble Ccil66 que ce qu'on entend de nos jours par "psychanalyse" s'éloigne légèrement des travaux de Freud (ou en tout cas n'en couvre qu'une partie)... Peut-être qu'un volontaire accepterait d'en parler davantage?

@Hwoa, ravi qu'on se comprenne mieux :)

Posté le

unknown

(2)

Répondre

Je confirme l'infos, vu en psychologie en médecine.

Posté le

unknown

(1)

Répondre

plus généralement, les succés thérapeutiques de Freud sont exceptionnellement rares. Il est dan le top-five des plus grands escrocs du XXe siècle.

Posté le

android

(4)

Répondre

freud prenez de la coke alors il devait en dire des conneries =)

Posté le

android

(4)

Répondre

a écrit : Je vous conseille de lire le livre de Michel Onfray sur Freud. Je ne recommanderai à personne de lire un bouquin de Michel Onfray, que ce soit sur Freud ou autre chose...

Effectivement les théories de Freud paraissent pour le moins datées aujourd'hui, mais à l'époque c'était révolutionnaire, et il a plus ou moins créé à lui tout seul le domaine de la psychanalyse... Quoi qu'on en dise, j'ôte mon chapeau!

Posté le

iphone

(7)

Répondre

a écrit : C'est tout bidon ! Comment est-ce-qu'on peut élaborer des théories sur une population d'individus en s'appuyant sur l'étude d'une autre population donné. Il devait avoir des cases en moins le Sigmund. Pas des cases en moins mais c'était un camé de cocaïne...

Posté le

android

(0)

Répondre