Les électrochocs sont toujours utilisés en médecine

Proposé par
le
dans

En psychiatrie, l'électroconvulsivothérapie, plus connue sous le nom d'électrochocs, est une technique toujours pratiquée en France et consistant à envoyer des décharges électriques dans le cerveau du patient. Celles-ci ont pour but de créer une crise convulsive, qui permet de traiter certains types de dépressions. De nos jours, les patients sont anesthésiés et leur consentement écrit est nécessaire.


Commentaires préférés (3)

L'électroconvulsivothérapie ou le deuxieme nom le plus long en France.

Posté le

android

(195)

Répondre

Parfois on peut se demander comment certaines techniques de médecine ont été trouvées nan ? ^^

Posté le

android

(157)

Répondre

C'est une méthode efficace, utilisée dans des indications bien précises : dépression mélancolique résistante au traitement médicamenteux, schizophrénie résistante...
La technique a été inventée car on s'était rendus compte que les épileptiques comptaient moins de dépressifs et schizophrènes que le reste de la population, que les crises les "protégeaient" de ces maladies. Ça a été un gros progrès pour la psychiatrie car on avait enfin un traitement efficace de ces maladies : à l'époque il n'existait aucun médicament psychotrope.
Par la suite la technique a été de moins en moins utilisée, du fait de sa mauvaise image auprès du grand public (cf vol au dessus d'un nid de coucou) et du développement de médicaments soignant les maladies psychiatriques.
De nos jours elle connait un regain d'intérêt dans les situations où les médicaments sont inefficaces ou bien contre-indiqués.

Posté le

android

(170)

Répondre


Tous les commentaires (78)

JLSD ! J'ai eu l'occasion d'assister à une séance et je dois dire que c'est impressionnant. Difficile par contre de juger de son efficacité...

Posté le

android

(14)

Répondre

L'électroconvulsivothérapie ou le deuxieme nom le plus long en France.

Posté le

android

(195)

Répondre

Parfois on peut se demander comment certaines techniques de médecine ont été trouvées nan ? ^^

Posté le

android

(157)

Répondre

a écrit : L'électroconvulsivothérapie ou le deuxieme nom le plus long en France. 25 lettres, soit plus que le bien connu « anticonstitutionnelement »

Posté le

android

(0)

Répondre

Je ne sais pas si c'est vraiment efficace ou pas, mais ça fait très "barbare" comme traitement.

Il y a pas de risque en pratiquant cela ? Éveiller une crise convulsive peut engendrer un résultat totalement inverse de celui escompter au départ non ?

a écrit : L'électroconvulsivothérapie ou le deuxieme nom le plus long en France. N'oublions pas l'Hexakosioihexekontahexaphobie qui est la peur du chiffre 666 ( chiffre du diable).

Elle a été trouvé un peu par hasard. C'est dans les abattoirs où ils tuaient les cochons par électrochocs, ils se s'en aperçus que certains survivaient après convulsions. C'est un médecin, je crois italien, qui a eu l'idée de l'essayer des humains.

Posté le

android

(10)

Répondre

C'est une méthode efficace, utilisée dans des indications bien précises : dépression mélancolique résistante au traitement médicamenteux, schizophrénie résistante...
La technique a été inventée car on s'était rendus compte que les épileptiques comptaient moins de dépressifs et schizophrènes que le reste de la population, que les crises les "protégeaient" de ces maladies. Ça a été un gros progrès pour la psychiatrie car on avait enfin un traitement efficace de ces maladies : à l'époque il n'existait aucun médicament psychotrope.
Par la suite la technique a été de moins en moins utilisée, du fait de sa mauvaise image auprès du grand public (cf vol au dessus d'un nid de coucou) et du développement de médicaments soignant les maladies psychiatriques.
De nos jours elle connait un regain d'intérêt dans les situations où les médicaments sont inefficaces ou bien contre-indiqués.

Posté le

android

(170)

Répondre

Effectivement , vu dans homeland pour soigné un problème de bipolarité

Posté le

android

(10)

Répondre

a écrit : N'oublions pas l'Hexakosioihexekontahexaphobie qui est la peur du chiffre 666 ( chiffre du diable). Ce mot qui est juste ... Comment dire ? Imprononçable !!

a écrit : L'électroconvulsivothérapie ou le deuxieme nom le plus long en France. L'hippopotomonstrosesquipedalophobie est plus long comme mot encore (mot qui existe vraiment) mais les mots formé avec un suffixe provenant du milieu medical ou scientifique (comme certains noms de molecules) ne comptent pas car ils pourraient etre quasi-infini

Posté le

android

(22)

Répondre

Merci !
Je ne connaissais pas le nom en français.
Il me semblait que ça avait plus ou moins été interdit, ou au moins abandonné...
A noter qu'aux USA comme dans d'autres pays, le consentemment n'est pas nécessaire...
Une amie de la famille (chirurgien) compare ça à faire de la chirurgie à coeur ouvert avec une tronçonneuse.
J'ai toujours entendu dire que ça faisait autant de mal que ça ne guérissait (pour peu que ça guérisse) que c'est comme la trépanation...
C'est beaucoup utilisé pour les shyzophrénie, paranoïa et les trucs bien costauds dans la mesure ou de toute façon, ça peu pas être pire...

Pour ceux qui ne voient pas ce que c'est, c'est utilisé sur le personnage d'Ellen Burstyn (la mère) à la fin de "Requiem for a dream"...
Ca donne une vague idée de la mauvaise image que le traitement a auprès de la population...

Cette technique qui parait si barbare est pourtant une chance pour certains patients pour qui les traitements medicamenteux ne suffisent pas. La sismotherapie est pratiquée dans l etablissement dans lequel je travaille. Dans un premier temps J'ai eu des doutes sur son efficacité avant de pouvoir constater que ca fonctionne vraiment. Au bout de quelques séances l etat psychique s ameliore réellement. Les effets secondaires constatés sont des troubles de la memoire qui passent rapidement, une fatigue le jour de la séance. Mais vu son efficacité les patients pour qui les traitements medicamenteux sont peu efficaces, arrivent a vaincre leur appréhension et acceptent bien souvent ce traitement. Cela peut necessiter des seances dites d entretien pour eviter les rechutes et maintenir une certaine stabilité par contre...

Posté le

android

(21)

Répondre

a écrit : N'oublions pas l'Hexakosioihexekontahexaphobie qui est la peur du chiffre 666 ( chiffre du diable). Mais ça c'est bidon c'est comme inventer un mot pour désigner la phobie d'un classeur bleu avec des points rouge en carton , ces trucs de phobies c'est bidon , ça devient facile d'inventer le mot le plus long .

a écrit : Mais ça c'est bidon c'est comme inventer un mot pour désigner la phobie d'un classeur bleu avec des points rouge en carton , ces trucs de phobies c'est bidon , ça devient facile d'inventer le mot le plus long . Hahaha, excellent exemple, mais si je ne m'abuse et cela a surement déjà été dit, les mots médicaux composés ne comptent pas dans les listes de mots les plus longs...
Il existe une molécule dont le nom complet prend 15 lignes...
Il n'y a en théorie aucune limite.
Il suffirait que quelqu'un affine cette technique pour rajouter un "neo" devant ou autre suffixe ou préfixe. :)

@daimanu, Non car anticonstitutionnellement s'écrit avec 2 l.

On peut en voir un exemple dans requiem for a dream :)

Posté le

android

(1)

Répondre

a écrit : N'oublions pas l'Hexakosioihexekontahexaphobie qui est la peur du chiffre 666 ( chiffre du diable). De même : L'apopathodiaphulatophobie est la peur d’être constipé, pourtant c'est aussi très chiant à dire comme mot.