Il joua et perdit sa femme au poker

Proposé par
le
dans

L'histoire du joueur russe de poker Andrei Karpov est invraisemblable. Pendant une partie de poker, ayant perdu tous ses objets de valeurs, il paria sa femme pour tenter le tout pour le tout. Il perdit son pari et quelques jours plus tard, l'homme qui gagna la mise vint lui réclamer son dû. Et sa femme accepta, pour ensuite épouser le vainqueur.

Elle dit « je sais que cela peut paraître humiliant, mais à partir du moment où mon ex-mari a fait cela, j'ai réalisé que je devais le quitter. Sergey est un homme très gentil, et la vérité est que je suis très heureuse avec lui, bien qu'il m'ait gagnée au poker ».


Tous les commentaires (76)

Elle avait une porte de sortie royale pour lâcher cet idiot.
Mais le gars qui dit ok, parions ta femme et qui gagne ne vaut surement pas beaucoup mieux..

a écrit : Bon, comme j'ai l'impression que tu y fais discrètement référence :
Je suis l'as de trèfle qui pique ton cœur...
L'as de trèfle qui pique ton cœur...
L'as de trèfle qui pique ton cœur...
Caroline...

MC Solaar - Caroline
Pure rencontre, je ne connaissais absolument pas.
Merci de m'avoir fait découvrir un bon rappeur!

Il avait une photo au moins le Sergey ?... Sinon, c'est qu'il est aussi très joueur en dehors du Poker ^^

Posté le

windowsphone

(11)

Répondre

a écrit : Aucun respect pour sa femme cet abruti passez-moi l'expression. Commenter sa propre annectode, c'est balaise ^^

Posté le

windowsphone

(20)

Répondre

a écrit : Étant en études scientifiques, je placerais bien entre ces deux relations le signe : <=>. Ou bien:
∀ h ∈ {hommes} ssi ¬∃ sou ⇔ {femmes disponibles} = ∅

Il existe une relation bijective affine entre les cardinaux de {contenu du portefeuille} et de {femmes disponibles}.

Cette histoire n'est pas qu'invraisemblable, elle est aussi complétement fausse !
D'ailleurs Andrei Karpov est le nom d'un acteur et Sergey Brodov, d'un réalisateur russe. Les sources ne sont pas fiables et aucune réference correcte n'est trouvable.

a écrit : Ou bien:
∀ h ∈ {hommes} ssi ¬∃ sou ⇔ {femmes disponibles} = ∅

Il existe une relation bijective affine entre les cardinaux de {contenu du portefeuille} et de {femmes disponibles}.
ton ssi est mal placé. Je dirais :
Soient F={femmes}, H=hommes et S (t) la fonction définissant la somme d'argent au cours du temps.
̂ ∀h ∈H, si S(t)=0, alors ∃f ∈F telle que H∩ F= Ø.

Posté le

android

(5)

Répondre

Il avait pas encore compris que tomber sur la dame de pique porte malheur ;)

Elle l'a plutôt quitter parce qu'il n'avait plus d'argent et elle a dû vois que le gars qu'il l'a gagné était fort au poker donc il pouvait gagné beaucoup d'argent

Posté le

android

(0)

Répondre

a écrit : ton ssi est mal placé. Je dirais :
Soient F={femmes}, H=hommes et S (t) la fonction définissant la somme d'argent au cours du temps.
̂ ∀h ∈H, si S(t)=0, alors ∃f ∈F telle que H∩ F= Ø.
Je ne comprends pas d'où tombe cette fonction monovariable.
Plus grave, l'intersection de l'ensemble des hommes et de celui des femmes est vide quelles que soient les hypothèses, à part de très rares cas d'hermaphrodisme vrai.

Cependant, à la suite d'une opération chirurgicale, il arrive que:
soit t, t’ ∈ R+, t' > t (*)
Card (H ∪ F, t) = Card (H ∪ F, t’)
Card(H,t)- 1 = Card(H, t’)
Card(F,t’) = Card(F,t) + 1

Les propriétes précédentes sont symétriques pour H et F.
Cette transformation géométrique est irréversible dans R3.
(*) "soit", préposition, ne s'accorde pas dans les textes mathématiques; voir par ex. les Bourbaki.

a écrit : Je ne comprends pas d'où tombe cette fonction monovariable.
Plus grave, l'intersection de l'ensemble des hommes et de celui des femmes est vide quelles que soient les hypothèses, à part de très rares cas d'hermaphrodisme vrai.

Cependant, à la suite d'une opération chirurgical
e, il arrive que:
soit t, t’ ∈ R+, t' > t (*)
Card (H ∪ F, t) = Card (H ∪ F, t’)
Card(H,t)- 1 = Card(H, t’)
Card(F,t’) = Card(F,t) + 1

Les propriétes précédentes sont symétriques pour H et F.
Cette transformation géométrique est irréversible dans R3.
(*) "soit", préposition, ne s'accorde pas dans les textes mathématiques; voir par ex. les Bourbaki.
Afficher tout
Excellent. Mais alors comment définirais tu le mariage ?

Posté le

android

(2)

Répondre

a écrit : Elle l'a plutôt quitter parce qu'il n'avait plus d'argent et elle a dû vois que le gars qu'il l'a gagné était fort au poker donc il pouvait gagné beaucoup d'argent Euh non ! Un homme qui ose te parier, il vaut carrément mieux le quitter ! Les femmes ne sont
pas des objets !

a écrit : Excellent. Mais alors comment définirais tu le mariage ? Comme toute application mathématique, c’est un triplet f = (H, F, X) avec une relation binaire X ⊂ H × F, qui vérifie que pour tout h de H il existe un et un seul f de F tel que le couple (h, f) appartienne à X ; X a la nature d’un vecteur glissant de module variable.

Des études plus avancées concernent d'une part les relations des types (H, H, Y) et (F, F, Z), d'autre part la généralisation à des triplets, avec de premiers résultats prometteurs.

a écrit : Euh non ! Un homme qui ose te parier, il vaut carrément mieux le quitter ! Les femmes ne sont
pas des objets !
Sur quelle anecdote te bases-tu pour avancer ça ? Je n'ai lu nulle part que les femmes ne sont pas des objets et je ne crois pas qu'il y ait des thèses scientifiques qui le prouvent

a écrit : Comme toute application mathématique, c’est un triplet f = (H, F, X) avec une relation binaire X ⊂ H × F, qui vérifie que pour tout h de H il existe un et un seul f de F tel que le couple (h, f) appartienne à X ; X a la nature d’un vecteur glissant de module variable.

Des études plus avancées concernent d&
#039;une part les relations des types (H, H, Y) et (F, F, Z), d'autre part la généralisation à des triplets, avec de premiers résultats prometteurs. Afficher tout
tu as quel niveau d'étude pour sortir ça?

Posté le

android

(0)

Répondre

a écrit : Mon petit doigt me dit qu'elle aime l'argent sa femme (: Oú qu'elle a compris qu'un mari qui agit comme ça n'est pas un mari méritant et qu'au point où elle en est autant en changer

a écrit : Comme toute application mathématique, c’est un triplet f = (H, F, X) avec une relation binaire X ⊂ H × F, qui vérifie que pour tout h de H il existe un et un seul f de F tel que le couple (h, f) appartienne à X ; X a la nature d’un vecteur glissant de module variable.

Des études plus avancées concernent d&
#039;une part les relations des types (H, H, Y) et (F, F, Z), d'autre part la généralisation à des triplets, avec de premiers résultats prometteurs. Afficher tout
Excellent. Ces applications mathématiques s'opposent à la polygamie ...

a écrit : Moi je parie toujours ma femme en premier ! Gagnant dans tout les cas ! Bonne idée