On aime travailler en Suisse

Proposé par
le

En Suisse, en 2012, une initiative populaire visant à augmenter le minimum légal de vacances de 4 à 6 semaines fut refusée par le peuple. Dix ans plus tôt, c'était une initiative proposant l'introduction de la semaine de 36 heures (au lieu de 42) qui fut refusée.

Il s'agissait là de changer le minimum légal : selon la branche et les conventions collectives de travail, bien des entreprises ont des horaires de moins de 42 heures et donnent plus de vacances à leurs employés.


Tous les commentaires (164)

a écrit : Une initiative populaire refusée par le peuple ? C'est pas un peu contradictoire ? Pas tellement car pour qu'une initiative soit soumise à votation populaire (la totalité du peuple suisse, ~8mio de personnes), il faut qu'elle ait récolté un certain nombre de signatures (100'000 si je ne me trompe pas)

Donc il est très possible qu'une initative soit refusée par le peuple bien qu'elle soit "créée" par celui-ci!

Posté le

android

(12)

Répondre

Ce que j'aime en suisse c'est que c'est les suisses eux même qui décident si ils sont pour ou contre les lois proposé et non une bande de privilégier qui ne connaissent rien a nos problèmes et qui pensent avant tout à leur pomme

Posté le

android

(72)

Répondre

a écrit : Une initiative populaire refusée par le peuple ? C'est pas un peu contradictoire ? Populaire ou Démagogue? Il vaudrait mieux laisser les gens se débrouiller entre eux, on a plus besoin de papa Gouvernement, on est plus du temps de la révolution industrielle.

a écrit : Ah bah oui, rien à voir avec son côté paradis fiscal. La Suisse n'est plus un paradis fiscal depuis longtemps. Désolé de te décevoir

a écrit : Ah bah oui, rien à voir avec son côté paradis fiscal. En quoi la Suisse serait-elle plus un paradis fiscal que la France ???

Ce n'est pas parce qu'il y a des banques qui ne reculent devant rien pour assurer un profit maximum qu'il s'agit de la Suisse… le peuple « soufre » autant que le peuple français… les revenus sont bien plus élevés qu'en France, mais les prix des appartements, assurances et à la consommation également… Les seuls à vraiment profiter sont les frontaliers de l'hexagone qui profitent des salaires Suisse ET des prix bas de la France…

a écrit : Ce que j'aime en suisse c'est que c'est les suisses eux même qui décident si ils sont pour ou contre les lois proposé et non une bande de privilégier qui ne connaissent rien a nos problèmes et qui pensent avant tout à leur pomme Pas exactement, si chaque loi devait passer devant le peuple, ce serait trop compliqué. Pour que le peuple vote sur une loi, il faut qu'après son acceptation dans un délai de tant de jours il faut récolter tel nombre de signature puis après vérification, une date pour une décision dans les urnes est décidée.

moi je dit faut travailler moins et gagner plus :) faudrait fair passer l'idée ;) (quelle devienne populaire)

Posté le

android

(2)

Répondre

a écrit : Avec un salaire minimum avoisinant les 3000€ il serait bête de demander à travailler moins, seul un français peu faire ça ... Il n'y a pas de salaire minimum en Suisse

a écrit : Une initiative populaire refusée par le peuple ? C'est pas un peu contradictoire ? 100 000 signatures sont requises afin de faire valoir une initiative. Biensûr ces 100 000 personnes representent uniquement des partisans de l'initiative et ne sont donc absolument pas une représentation de l'avis du peuple.

a écrit : Une initiative populaire refusée par le peuple ? C'est pas un peu contradictoire ? 100'000 personnes sur 8 millions qui décident de signer tel ou tel pétition pour une initiative populaire ne veut pas dire que tout la Suisse serait d'accord avec cet initiative !

a écrit : Une initiative populaire refusée par le peuple ? C'est pas un peu contradictoire ? Absolument pas. Une initiative populaire est un texte visant à apporter une modification à une lois. Pour ce faire il faut 100'000 signatures en 18 mois. Ensuite le peuple tout entier vote. Donc c'est une partie de la population qui demande à l'ensemble de décider.

a écrit : En quoi la Suisse serait-elle plus un paradis fiscal que la France ???

Ce n'est pas parce qu'il y a des banques qui ne reculent devant rien pour assurer un profit maximum qu'il s'agit de la Suisse… le peuple « soufre » autant que le peuple français… les revenus sont bien plus élevés q
u'en France, mais les prix des appartements, assurances et à la consommation également… Les seuls à vraiment profiter sont les frontaliers de l'hexagone qui profitent des salaires Suisse ET des prix bas de la France… Afficher tout
Oui enfin, on se porte tout de même assez bien. Niveau chômage, salaire moyen et éducation, nous arrivons dans le peloton de tête en Europe avec les pays nordiques.
Le chômage au 31 décembre 2014 est à 3.2%, le salaire moyen (bien que certes avec de grandes disparités) est à 6000CHF = ~5'500€ et nos universités, entre autres les EPF Lausanne et Zurich, arrivent régulièrement dans le top 20 des classement internationaux.
Pas mal, j'ai envie de dire, pour un pays dont la plus grande ville, Zurich, compte 1.1M d'habitants agglomération comprise, Genève arrivant 2e avec 500'000...
Tout n'est pas parfait, notre système de santé au niveau cantonal notamment, mais de là à dire qu'on souffre...
Il n'y a que pour les populistes que tout va mal, ça fait gagner des votes.

Ceux qui trouvent si bien de travailler plus, ils parlent pour eux ou ils pensent plutôt à ce que devraient faire leurs concitoyens ?

a écrit : Était-ce à paye égale? Non d'où l'explication du refus

Posté le

android

(0)

Répondre

a écrit : Avec un salaire minimum avoisinant les 3000€ il serait bête de demander à travailler moins, seul un français peu faire ça ... Non seulement il n'y a pas de salaire minimum en Suisse (il a aussi été refusé en votation) et les salaires les moins hauts sont plus bas que 3000€, mais encore le coût de la vie est bien plus élevé qu'en France. Rien que l'assurance maladie de base (obligatoire, bien sûr), c'est environ 400.- par mois au minimum...

Posté le

android

(11)

Répondre

a écrit : Une initiative populaire refusée par le peuple ? C'est pas un peu contradictoire ? Une initiative populaire veut simplement dire que le peuple a été consulter par un vote, c'est simplement une répétition

a écrit : L'Union Syndicale Suisse, qui a lancé cette initiative, n'est donc pas "populaire" ni représentative; les buts étaient de réduire le chômage et d'améliorer l'égalité hommes-femmes. Par "populaire", on entend une initiative lancée par le peuple (récolte de signatures pour pouvoir passer en votation), pas une initiative lancée par une organisation ou une personne qui jouit d'une grande popularité.

Posté le

android

(0)

Répondre

a écrit : Pas exactement, si chaque loi devait passer devant le peuple, ce serait trop compliqué. Pour que le peuple vote sur une loi, il faut qu'après son acceptation dans un délai de tant de jours il faut récolter tel nombre de signature puis après vérification, une date pour une décision dans les urnes est décidée. ...donc c'est effectivement le peuple qui décide s'il veut faire passer le sujet de l'initiative populaire en votation.

Posté le

android

(1)

Répondre

a écrit : Ah bah oui, rien à voir avec son côté paradis fiscal. "Un atome est plus facile à détruire qu'un stéréotype" Einstein
Qui d'ailleurs à étudié et vécu en Suisse.
Le domaine bancaire représente moins de 10% du PIB du pays, la santé de la Suisse vient largement de sa main d'œuvre extrêmement qualifiée, de ses PME ultraperformantes, de ses entrepreneurs, du biomédical, et de ses exportations, quand on ne sait pas on se renseigne avant de parler.