On calcule l'altitude d'un avion à partir d'autres paramètres

Proposé par
le
dans

On ne connait pas avec exactitude l'altitude d'un avion. Par contre, on connaît les températures et pressions dites "normales" pour certaines altitudes : c'est l'atmosphère normalisée. Les avions utilisent donc des sondes de pression et de température pour évaluer l'altitude selon des tables de valeurs.


Commentaires préférés (3)

Même avec tous ces rardars/satellites/gps..., on ne peut pas savoir l'altitude exacte d'un avion ?

Posté le

android

(182)

Répondre

Donc on n'est pas certains que le pilote qui s'est fait aspirer par le hublot était bel et bien pendu à 6000 mètres d'altitude?

Je savais que je trouverai la faille un jour

En analysant depuis le décollage les vitesses et les degrés d'inclinaisons de l'avion on est pas capable de savoir avec précision son altitude ?


Tous les commentaires (118)

Sondes qui se trouvent dans le nez de l'avion si je me trompe pas

Posté le

android

(18)

Répondre

Même avec tous ces rardars/satellites/gps..., on ne peut pas savoir l'altitude exacte d'un avion ?

Posté le

android

(182)

Répondre

Espérons que "l'atmosphère normalisé" terme très rassurant, n'est ce pas ne nous jouera pas des tours.

Pour élargir, si je ne me trompe pas, on peut détecter la position d'un avion, sauf si celui-ci vole très bas.

a écrit : Même avec tous ces rardars/satellites/gps..., on ne peut pas savoir l'altitude exacte d'un avion ? Ces machines envoient des ondes donc en fonction de l'atmosphère, des nuages... leur émission sera plus ou moins longue donc l'altitude sera erronée.

Donc on n'est pas certains que le pilote qui s'est fait aspirer par le hublot était bel et bien pendu à 6000 mètres d'altitude?

Je savais que je trouverai la faille un jour

Cette méthode est précise à combien de mètres près ? La marge d'erreur ne doit pas être très grande si elle est utilisée par tout le trafic aérien

Posté le

android

(7)

Répondre

L'ingéniosité de l'homme m'étonnera toujours ! Sinon JMCMB car je ne savais pas que les avions utilisaient les différences de pression pour connaître leur altitude ! Par contre est-ce vraiment précis ??

En analysant depuis le décollage les vitesses et les degrés d'inclinaisons de l'avion on est pas capable de savoir avec précision son altitude ?

Ce qui est beau c'est que l'altitude affichée est donc dépendante des conditions météorologiques. Ces dernières vont faire varier la pression atmosphérique et donc biaiser la mesure des instruments.

En réalité pour déterminer son altitude, l'avion utilise différents capteurs de pression.
La valeurs ainsi détecté est comparée à une valeur de pression rentrée par le pilote qui correspond à la pression au niveau de la mer.
A basse altitude le pilote utilise réellement la pression au niveau de la mer, le QNH.
Mais pour faciliter le transport aérien au dessus d'une certaine altitude appelé niveau de transition, on utilise les valeurs de l'atmosphère normalisé et on parle alors de niveaux de vols pour l'altitude.

Dans le nez de l'avion se trouve le radar météo. Il ne calcule pas l'altitude, il sert principalement pour la météo. Les ondes réfléchissent sur les nuages. Plus il y a de réflexion plus il y a de nuages. Je crois qu'il sert aussi pour les reliefs du sol (les montagnes)
Les sondes de pression statique donnent la pression à laquelle se trouve l'avion. Le calculateur la compare à celle du sol (entrée par le pilote) et en déduit l'altitude.
Sinon dans les avions moderne, il y a le radioaltimetre, il envoie une onde au sol et il calcule le temps qu'elle met à revenir. Cela lui donne la distance. C'est assez precis.

Sources: moi je suis mécanicienne aéronautique

Posté le

android

(45)

Répondre

Il faut aussi noter qu'un avion n'as jamais besoin de savoir son altitude réel exactement. Si tout le monde a le même chiffre pour la même zone, être 5 mètres plus haut ou plus bas à 10 000m ne change pas grand chose. (À l'attérrissage, c'est un système différent lors des IFR)

Cette atmosphère normalisée est nommée ISA ou atmosphère standard internationale en français. Elle contient des valeurs standardisées pour l'altitude 0 tels que la température (15°C), la pression (101325Pa) ou encore la masse volumique (1.225kg/m3).
Pour les sondes de pressions (sous le nez, les ailes ou au bout du nez des chasseur) elles récupèrent par 2 orifices la pression totale et la pression statique.
La pression statique est la pression locale qui permet de savoir l'altitude.
Par un système de capsules, on soustrait la pression statique de la pression totale pour obtenir la pression dynamique qui indique la vitesse de l'avion.

Posté le

android

(12)

Répondre

a écrit : Dans le nez de l'avion se trouve le radar météo. Il ne calcule pas l'altitude, il sert principalement pour la météo. Les ondes réfléchissent sur les nuages. Plus il y a de réflexion plus il y a de nuages. Je crois qu'il sert aussi pour les reliefs du sol (les montagnes)
Les sondes de pression stati
que donnent la pression à laquelle se trouve l'avion. Le calculateur la compare à celle du sol (entrée par le pilote) et en déduit l'altitude.
Sinon dans les avions moderne, il y a le radioaltimetre, il envoie une onde au sol et il calcule le temps qu'elle met à revenir. Cela lui donne la distance. C'est assez precis.

Sources: moi je suis mécanicienne aéronautique
Afficher tout
Je viens de passer mon bac pro MSC, t'a suivi quoi comme formation?

Posté le

android

(2)

Répondre

Pourquoi ne pas mettre un sonar , comme dans les bateaux , le son " rebondit " sur le sol et revient jusqu'à l'avion ? On aurait la distance entre l'avion et le sol et donc l'altitude

a écrit : Pourquoi ne pas mettre un sonar , comme dans les bateaux , le son " rebondit " sur le sol et revient jusqu'à l'avion ? On aurait la distance entre l'avion et le sol et donc l'altitude Cela existe déjà c'est le radioaltimètre. C'est une sonde placée sous l'appareil et qui fonctionne comme tu le dis. Mais elle ne sert principalement qu'au pilote automatique pour effectuer l'arrondis au bon moment. D'ailleurs lors de l'atterrissage une voix synthétique annonce les dizaines puis les centaine de pieds par rapport au sol.

a écrit : Donc on n'est pas certains que le pilote qui s'est fait aspirer par le hublot était bel et bien pendu à 6000 mètres d'altitude?

Je savais que je trouverai la faille un jour
Ouais, tu l'a trouvé le lendemain même ;-)

a écrit : Espérons que "l'atmosphère normalisé" terme très rassurant, n'est ce pas ne nous jouera pas des tours. L'atmosphère normalisée nous a-t-elle déjà jouer des tours?

Je comprend pas, peut importe la pression, la température ou autre facteur, 1km c'est toujours 1km donc avec tout les appareils qu'on a aujourd'hui, on est pas capable d'évaluer la distance entre l'avion et le sol?