En Hongrie, une hyperinflation fit doubler les prix toutes les 15 heures

Proposé par
le

La Hongrie connut à la sortie de la Seconde Guerre mondiale une hyperinflation record. Au plus fort de la crise, les prix doublaient en moins de 24 heures, ce qui mit l'économie du pays à genoux et nécessita de créer des billets en millions puis milliards de pengo, la monnaie d'alors.


Tous les commentaires (67)

En Allemagne il était a un moment plus rentable de brûler les billets plutôt que le bois !
Les travailleurs demandaient leur paie a la fin de la journée, pour pouvoir dépenser l'argent avant qu'il ne soit dévalorisé !

a écrit : "Créer des billets" non non, "préter" des billets, avec un taux d'interet, évidemment ! C'est ça qui fout le monde en l'air. La banque mondiale, le FMI, la banque Federale Americaine crééent ces billets qui sont crédités aux differents pays en temps de crise économique, avec un taux d'intéret. Ces intérets, c'est de largent qui n'existe pas à la base. Ce qui créé plus tard la dette. Une dette infinie, avec des crédits pour payer des intérets, des impôts sur tout pour payer les interets réclamé par les banques mondiales... C'est un système infernal. Afficher tout Bonjour,
Pour information, les états n'ont pas de dette au FMI, à la banque mondiale ou pour la France à la banque de France.
Les états sont OBLIGÉS d'emprunter aux banques privés. (Crédit Agricole, Caisse d'épargne et d'autre banques mondial que je ne serais écrire.)
Par contre ces banques privées, elles empruntent au FMI et à la banque mondial. Il va de soi que le taux d'interrer n'est pas le même, une commission y est prise entre temps.
Voici un lien que j'ai trouvé qui explique.
owni.fr/2011/08/29/pourquoi-il-ne-faut-pas-rembourser-la-dette-de-letat/
Sinon tu peux aussi faire tes propres recherches.

Posté le

android

(1)

Répondre

Une inflation dût a une création et une introduction de monnaie fiduciaire (billets et pièces) dans l'économie pourrait s'expliquer par cela:
Il faut juste préciser qu'en Europe la monnaie fiduciaire (billets et les pièces) sont crées par la BCE (la Banque Centrale Européenne) et que les banques "commerciales" n'ont pas réellement l'argent qu'elles nous prêtent en monnaie fiduciaire dans leur coffre. Je vais essayer d'éclaircir tout ça dans la suite du commentaire.
En Europe il existe une règle qui stipule que les banques "commerciales" telle que la Caisse d'Epargne ou le Crédit Agricole doivent avoir dans leur coffre une base de monnaie fiduciaire si elles veulent prêter de l'argent. Je m'explique, admettons que nous voulions emprunter 120 000€ a notre banque. Et bien celle ci doit impérativement avoir dans son coffre au minimum 12 000€ si elle veut me prêter de l'argent. Autrement dit, une banque "commerciale" peut prêter en monnaie scripturale (la monnaie que l'on utilise avec notre carte bancaire) au maximum 12 fois ce qu'elle possède en monnaie fiduciaire dans ses coffres.
Cette règle permet ainsi de réguler les prêts et éviter aux banques de prêter n'importe comment et a n'importe qui (notamment à des gens qui ne seraient pas capables de rembourser).
Donc si une banque veut accorder de nombreux prêts, elle doit trouver de la monnaie fiduciaire pour remplir ses coffres. Elle doit alors se tourner vers la Banque Centrale Européenne puisque c'est elle qui créée les billets. Il faut savoir que la BCE ne donne pas les billets au banque "commerciale" elle les vends. Donc moins la BCE créée de billets, plus les banques "commerciales" devront payer cher pour acheter de la monnaie fiduciaire pour remplir leur coffre (règle de l'offre et de la demande) au contraire si la BCE créée beaucoup de monnaie fiduciaire, le prix des billets va baisser et les banques "commerciales" vont alors acheter beaucoup de billets a des prix bas. Évidement, si les banques "commerciales" achètent de la monnaie fiduciaire a la BCE a des prix importants, elles vont retranscrire cette dépense en augmentant taux d'intérêts quand elles vont accorder des prêts aux citoyens. Au contraire, si la BCE créée beaucoup d'argent, les banques "commerciales" achètent de nombreux billets a des prix intéressants ce qui leur permet de bien remplir leur coffre et ainsi accorder beaucoup de prêts a des taux "faibles". Si beaucoup de prêts sont accordés a des taux d'intérêt intéressant alors les gens peuvent investir et réaliser leur projet comme faire des travaux dans leur maison ou acheter une nouvelle voiture par exemple.
Cependant, toujours dans l'optique de l'offre et de la demande, qui pourrait se définir par,si l'on simplifie grandement, : si il y a beaucoup d'acheteurs, et bien les vendeurs peuvent augmenter (dans une certaine limite) leur prix ils arriveront quand même a vendre leur marchandise puisqu'ils arriveront quand même a trouver preneur parmi le grand nombres d'acheteurs. Donc si de nombreux prêts sont accordés par les banques, de nombreux projets pourront se réaliser, si l'on prend notre exemple, de nombreuses personnes vont acheter une nouvelle voiture: la demande augmente sans pour autant que l'offre augmente également, les vendeurs de voiture peuvent ainsi augmenter leur prix, ils trouveront quand même des acheteurs, une inflation est créée!
Voilà ce que j'ai appris l'année dernière en SES en classe de 1ère. Merci :)

Voilà ce qu'il en coûte que de s'allier aux nazis (si je dis pas de bêtises la Hongrie était avec l'axe).

Posté le

android

(0)

Répondre

Et c'était la belle époque où les pays pouvaient fabriquer eux mêmes leur monnaie... Et bien évidemment vous-savez-qui a interdit cela.

Posté le

android

(0)

Répondre

a écrit : On ne comprend pas bien ce que tu dis... Selon toi, toutes les puissances acceptaient l'annulation de la "dette" allemande, sauf la France... on était si peu content de ces non-remboursements, dis-tu, que l'on aurait voulu se "payer en nature"... Et tu dis parallèlement que nous voulions une Allemagne forte, un allié fort...il y a là une grande incohérence, non ? Ou bien ce que tu dis est erroné ; ou bien c'est mal rédigé ; ou alors la France aurait eu une bien drôle de façon de vouloir "aider" ses futurs partenaires... Bref, ça ne colle pas. Afficher tout Relis bien son commentaire, "voulaient" au pluriel, fait référence aux autres pays et non à la France.
Je me suis fait avoir aussi à la première lecture^^.

a écrit : "Créer des billets" non non, "préter" des billets, avec un taux d'interet, évidemment ! C'est ça qui fout le monde en l'air. La banque mondiale, le FMI, la banque Federale Americaine crééent ces billets qui sont crédités aux differents pays en temps de crise économique, avec un taux d'intéret. Ces intérets, c'est de largent qui n'existe pas à la base. Ce qui créé plus tard la dette. Une dette infinie, avec des crédits pour payer des intérets, des impôts sur tout pour payer les interets réclamé par les banques mondiales... C'est un système infernal. Afficher tout La dette des états ne vient pas exactement des intérêts que ces derniers doivent rembourser pour acheter de la monnaie fiduciaire mais plutôt de la monnaie scripturale. D'une part parce que dans de nombreux pays c'est l'Etat lui même qui crée les billets (comme aux États-Unis par ex) et d'une autre part, la dette d'un état vient en réalité de son déficit budgétaire. Les recettes de l'état (impôts, exportations, taxe sur l'alcool,...) sont inférieurs aux dépenses (l'armée, l'éducation,...). L'état doit donc emprunter de l'argent aux banques mais il peut également emprunter de l'argent a n'importe quel particulier pour peu qu'il soit suffisamment riche. Si je ne me trompe pas il faut par ex dans le cas de la France prêter au minimum 2millions d'€. :)
Je vois bien quelle idée tu défends dans ton commentaire et on est d'accord que jamais les États ne rembourseront l'intégralité de leur dette, ils emprunterons juste encore plus et encore plus... Mais jusqu'à quand ? Il faut savoir que de nombreux moyens ont été mis en place en Europe pour essayer de contrôler le déficit des états membres, notamment la règle des 3%.. Même si ces moyens forcent parfois les États a mener une politique d'austérité et peuvent les pousser a la limite de la faillite comme la Grèce par exemple

Commentaire supprimé En Allemagne pendant l'hyperinflation il fallait transporter son argent dans une brouette tellement il fallait de billets pour les dépenses courantes. Et on avait peur des voleurs. On disait qu"un voleur partirait avec la brouette, et ne s'encombrerait pas avec les billets ! C'est une blague de l'époque...

Posté le

android

(0)

Répondre

a écrit : La dette des états ne vient pas exactement des intérêts que ces derniers doivent rembourser pour acheter de la monnaie fiduciaire mais plutôt de la monnaie scripturale. D'une part parce que dans de nombreux pays c'est l'Etat lui même qui crée les billets (comme aux États-Unis par ex) et d'une autre part, la dette d'un état vient en réalité de son déficit budgétaire. Les recettes de l'état (impôts, exportations, taxe sur l'alcool,...) sont inférieurs aux dépenses (l'armée, l'éducation,...). L'état doit donc emprunter de l'argent aux banques mais il peut également emprunter de l'argent a n'importe quel particulier pour peu qu'il soit suffisamment riche. Si je ne me trompe pas il faut par ex dans le cas de la France prêter au minimum 2millions d'€. :)
Je vois bien quelle idée tu défends dans ton commentaire et on est d'accord que jamais les États ne rembourseront l'intégralité de leur dette, ils emprunterons juste encore plus et encore plus... Mais jusqu'à quand ? Il faut savoir que de nombreux moyens ont été mis en place en Europe pour essayer de contrôler le déficit des états membres, notamment la règle des 3%.. Même si ces moyens forcent parfois les États a mener une politique d'austérité et peuvent les pousser a la limite de la faillite comme la Grèce par exemple
Afficher tout
Pour prêter de l'argent à un état il n'y a pas besoin d'être riche (je me demande d'où vient cette idée d'un seuil de 2 M € ?). L'état émet des "bons du trésor" qui sont des emprunts d'état. Chaque bon à une valeur assez faible pour qu'ils soient accessibles à tout le monde. Les conditions de remboursement sont connues à l'avance et ils sont garantis par l'état. Ce sont donc généralement des placements sûrs mais peu rémunérateurs mais il y a des exceptions. Par exemple ceux émis par la Ftance sous Giscard se sont révélés une très bonne affaire car le rendement promis était basé sur une inflation élevée qui a baissé juste après. Inversement les "emprunts russes" émis par le dernier tsar et auxquels les français avaient souscris massivement compte tenu des bonnes relations entre les pays à l'époque n'ont pas été remboursés par l'état bolchevique qui a renversé le tsar...

Posté le

android

(2)

Répondre

C'est Impressionnant quand même pour un baguette de pain ils ramenaient une brouette. Imaginé si le mec voulait acheter une télévision.
"bon monsieur je prend cette télé, mais par contre pour le paiement je vous est garé les 33 tonnes devant normalement le compte est bon"
Ça doit être impressionnant et très chiant d'avoir un semi remorque comme portefeuille.

a écrit : Relis bien son commentaire, "voulaient" au pluriel, fait référence aux autres pays et non à la France.
Je me suis fait avoir aussi à la première lecture^^.
OK !!!! Vu... La petite phrase est mise entre deux virgules... Et pour le coup ce sont les autres qui "voulaient"... La construction de la phrase est un peu tirée par les cheveux à la lecture, mais ça colle. Il y a tellement de fautes d'orthographe dans la plupart des posts qu'on fini par faire "abstraction" des conjugaisons ; mais là c'était bon.
Je m'excuse donc auprès du 1er intervenant.

Cela s'est passé en Serbie ( qui devait s'appeler Yougoslavie encore à cette époque ) dans les années 90: les billets comptaient tellement de zéros qu'il en était difficile de voir la valeur exacte !

a écrit : Dans les sources on voit en pleine rue quelqu un ramasser les billets à la pelle , elle doit venir de la l expression Je dirait plutôt un Balais ..

a écrit : C'est très compliqué... Avant, la base de l'économie c'était que les pays devaient avoir en billets en circulation l'équivalent en "réserve or" dans ses coffres... Aujourd'hui la monnaie est dite "scripturale" ; tout le monde vivant à crédit, se prêtant et empruntant de l�39;argent, on tient compte de manière très surveillée (fameux "triple A", etc...) de la "valeur or", bien sûr encore un peu, mais aussi d'un certain équilibre (assez subjectif), des dettes et créances, etc...
Une banque centrale peut donc assez librement (mais surveillée quand même) faire marcher la "planche à billets". L'intérêt est de redonner du souffle à l'économie, éventuellement de rembourser ses dettes ; mais le revers de la médaille c'est une dévaluation de la monnaie qui peut rapidement devenir galopante, et s'ensuit alors inexorablement une inflation du coût de la vie. On peut s'y retrouver en relançant pour le coup l'exportation (nos produits sont moins chers pour les autres), mais les produits importés seront plus chers et si l'équilibre ne se fait pas on devient chaque jour un peu plus "pauvre" car notre monnaie vaut de moins en moins ; et si les salaires ne suivent pas l'inflation, c'est toute la population qui s'appauvrit.
Chaque pays n'a donc pas les mêmes intentions selon qu'il exporte beaucoup ou pas, s'il est très industrialisé ou peu, etc... L'effet sera différent aussi si le pays à une monnaie "dominante" ou pas ($ par exemple) ; la planche à $ permet aux USA "d'exporter" leurs problèmes d'une certaine façon (mais là ça devient vraiment très pointu). Où se trouve donc l'équilibre ? Les plus grands économistes eux mêmes ne sont pas d'accord ; certains préconisent par exemple une dévaluation de l'€ ; d'autres prétendent que non...
Va savoir...
Afficher tout
Merci beaucoup pour ton explication , cela me paraît un peu plus claire désormais

a écrit : Et c'était la belle époque où les pays pouvaient fabriquer eux mêmes leur monnaie... Et bien évidemment vous-savez-qui a interdit cela. Ouais les chefs d'états français qui se sont succédés depuis ces trentes dernières années. Et surtout mitterand qui voulait que l'économie allemande booste l'économie française à travers une devise commune.

Posté le

android

(0)

Répondre

a écrit : C'est Impressionnant quand même pour un baguette de pain ils ramenaient une brouette. Imaginé si le mec voulait acheter une télévision.
"bon monsieur je prend cette télé, mais par contre pour le paiement je vous est garé les 33 tonnes devant normalement le compte est bon"
Ça doit être impre
ssionnant et très chiant d'avoir un semi remorque comme portefeuille. Afficher tout
En même temps en 1945 il ne devait pas y avoir beaucoup de gens qui achetaient des télévisions. Et en Hongrie il n'y a pas non plus beaucoup de gens qui achètent des baguettes de pain...

Posté le

android

(0)

Répondre

Beaucoup de pays de l'est ont connu des inflations j'ai lu ça au sujet de la.nouvelle republique de Macédoine qui reste un pays très très pauvre

Posté le

android

(0)

Répondre

En fait (dites moi si je me trompe), lorsqu'un pays créé des devises (injectent de la monnaie), cela induit logiquement une déflation de celle ci. L'argent ne pouvant être "créé", quand vous injectéez dans l'économie un billet, vous réduisez la valeur de la monnaie. Exemple, pour un billet de 10€, si vous en imprimez un nouveau dans posséder la vraie valeur de ce billet créé, vous deux billets de 10 n'en vaudront que 5 en réalité par rapport à une autre devise, d'où la forte augmentation des prix dans le pays concerné...

Posté le

android

(0)

Répondre

C'est une de ces anecdote ou un lien youtube vers un tuto du genre "l'économie pour les nuls" aurait été bénéfique !
Cela avait l'air marrant au début mais au 5eme poste je me suis endormi bête ;-p

Ouais complètement largué.

Si le pays était endetté, rien de mieux ! Je vous dois 40 millions ? Mais tenez monsieur !

Posté le

android

(0)

Répondre