En Hongrie, une hyperinflation fit doubler les prix toutes les 15 heures

Proposé par
le

La Hongrie connut à la sortie de la Seconde Guerre mondiale une hyperinflation record. Au plus fort de la crise, les prix doublaient en moins de 24 heures, ce qui mit l'économie du pays à genoux et nécessita de créer des billets en millions puis milliards de pengo, la monnaie d'alors.


Tous les commentaires (67)

Si quelqu'un pouvais m'expliquer a quoi sert de rajouter des billets ça serait sympa car je ne m'y connais pas la decu ^^' .

a écrit : L'Allemagne n'a pas créé des "milliards de billets pour relancer l'économie". Elle en a créé pour pouvoir rembourser ce qu'elle devait d'après le traité de Versailles. Si les "vainqueurs" n'avaient pas imposé un tribu extravagant, l'Allemagne ne serait peut-être pas passée par là, et il n'y aurait peut-être pas eu de seconde guerre mondiale ! Afficher tout L'histoire pourrait se repeter... envers nos chers banquiers.

Posté le

android

(3)

Répondre

a écrit : Dans les sources on voit en pleine rue quelqu un ramasser les billets à la pelle , elle doit venir de la l expression Heu oui mais non... car dans l'expression il n'y a pas la connotation de faible valeur unitaire.. c'était bien tenté cela dit ;-)

Posté le

android

(4)

Répondre

On trouve aussi une hyperinflation au Zimbabwe plus récemment : l'inflation était alors estimée (en 2008) à plusieurs centaines de millions de % par an, officiellement. Officieusement, il pourrait s'agir de milliards par mois.
Le gouvernement fut obligé d'abandonner la monnaie locale au profit de monnaies étrangères, particulièrement le dollar américain.

a écrit : Si quelqu'un pouvais m'expliquer a quoi sert de rajouter des billets ça serait sympa car je ne m'y connais pas la decu ^^' . C'est très compliqué... Avant, la base de l'économie c'était que les pays devaient avoir en billets en circulation l'équivalent en "réserve or" dans ses coffres... Aujourd'hui la monnaie est dite "scripturale" ; tout le monde vivant à crédit, se prêtant et empruntant de l'argent, on tient compte de manière très surveillée (fameux "triple A", etc...) de la "valeur or", bien sûr encore un peu, mais aussi d'un certain équilibre (assez subjectif), des dettes et créances, etc...
Une banque centrale peut donc assez librement (mais surveillée quand même) faire marcher la "planche à billets". L'intérêt est de redonner du souffle à l'économie, éventuellement de rembourser ses dettes ; mais le revers de la médaille c'est une dévaluation de la monnaie qui peut rapidement devenir galopante, et s'ensuit alors inexorablement une inflation du coût de la vie. On peut s'y retrouver en relançant pour le coup l'exportation (nos produits sont moins chers pour les autres), mais les produits importés seront plus chers et si l'équilibre ne se fait pas on devient chaque jour un peu plus "pauvre" car notre monnaie vaut de moins en moins ; et si les salaires ne suivent pas l'inflation, c'est toute la population qui s'appauvrit.
Chaque pays n'a donc pas les mêmes intentions selon qu'il exporte beaucoup ou pas, s'il est très industrialisé ou peu, etc... L'effet sera différent aussi si le pays à une monnaie "dominante" ou pas ($ par exemple) ; la planche à $ permet aux USA "d'exporter" leurs problèmes d'une certaine façon (mais là ça devient vraiment très pointu). Où se trouve donc l'équilibre ? Les plus grands économistes eux mêmes ne sont pas d'accord ; certains préconisent par exemple une dévaluation de l'€ ; d'autres prétendent que non...
Va savoir...

Ça me fait penser à Bohort dans kaamelott, réagissant au plan de Vennec qui voulait remplir les caisses avec des faux billets..
"Organiser l'inflation vous appelez ça rendre service?"

Posté le

android

(7)

Répondre

La monnaie est très certainement un des sujets les plus complexes en Économie.

La hausse des prix peut avoir de nombreuses origines, une des plus connues étant la hausse de la quantité de monnaie fiduciaire (billets et pièces) créée et injectée dans l'économie. C'est ce que dit notamment la théorie quantitative de la monnaie, bien que présentant certaines "failles", elle s'est avérée dans bien des situations. D'autres facteurs doivent être prix en compte, comme la vitesse d'échange de la monnaie (la vélocité). Pour une même quantité de monnaie, il peut tout de même y avoir une hausse des prix si les agents économiques la dépensent "rapidement".

L'inflation (hausse des prix) est une des grandes variables économiques, avec le chômage, la croissance, la balance commerciale... Elle influence quantité d'éléments au quotidien (indexation du SMIC sur l'inflation par exemple).

C'est ce qui explique qu'un compte courant vous fait perdre de l'argent.

Actuellement, 1000 € laissés sur votre compte à 0 % n'en vaudront que 990 dans un an (compte tenu d'une inflation à environ 1 %).

Actuellement en Europe et dans la zone euro se pose le problème inverse, celui d'une déflation éventuelle (baisse des prix). Ce phénomène, malgré les apparences, peut être ravageur pour l'économie.

La BCE essaye ainsi tant bien que mal de garder une inflation entre 2 et 3 % (niveau optimal selon les économistes). La BCE peut notamment agir sur les taux d'intérêt via les taux directeurs, ou sur le taux des réserves obligatoires (les banques doivent en effet avoir un certain pourcentage de l'ensemble des dépôts à vue de leurs clients sur un compte à la Banque Centrale).

On peut toujours trouver des contre-exemples, notamment dans les années 70's ou les pays de l'OPEP ont augmenté les prix du pétrole de manière purement arbitraire (suite à la fameuse guerre du Kippour).

Pour plus d'informations sur ce sujet hyper complexe mais passionnant, lire les très ouvrages d'économie monétaire :)

Posté le

android

(20)

Répondre

a écrit : La monnaie est très certainement un des sujets les plus complexes en Économie.

La hausse des prix peut avoir de nombreuses origines, une des plus connues étant la hausse de la quantité de monnaie fiduciaire (billets et pièces) créée et injectée dans l'économie. C'est ce que dit notamment la théor
ie quantitative de la monnaie, bien que présentant certaines "failles", elle s'est avérée dans bien des situations. D'autres facteurs doivent être prix en compte, comme la vitesse d'échange de la monnaie (la vélocité). Pour une même quantité de monnaie, il peut tout de même y avoir une hausse des prix si les agents économiques la dépensent "rapidement".

L'inflation (hausse des prix) est une des grandes variables économiques, avec le chômage, la croissance, la balance commerciale... Elle influence quantité d'éléments au quotidien (indexation du SMIC sur l'inflation par exemple).

C'est ce qui explique qu'un compte courant vous fait perdre de l'argent.

Actuellement, 1000 € laissés sur votre compte à 0 % n'en vaudront que 990 dans un an (compte tenu d'une inflation à environ 1 %).

Actuellement en Europe et dans la zone euro se pose le problème inverse, celui d'une déflation éventuelle (baisse des prix). Ce phénomène, malgré les apparences, peut être ravageur pour l'économie.

La BCE essaye ainsi tant bien que mal de garder une inflation entre 2 et 3 % (niveau optimal selon les économistes). La BCE peut notamment agir sur les taux d'intérêt via les taux directeurs, ou sur le taux des réserves obligatoires (les banques doivent en effet avoir un certain pourcentage de l'ensemble des dépôts à vue de leurs clients sur un compte à la Banque Centrale).

On peut toujours trouver des contre-exemples, notamment dans les années 70's ou les pays de l'OPEP ont augmenté les prix du pétrole de manière purement arbitraire (suite à la fameuse guerre du Kippour).

Pour plus d'informations sur ce sujet hyper complexe mais passionnant, lire les très ouvrages d'économie monétaire :)
Afficher tout
J'ajouterais que l'entente illicite entre les entreprises de grande distribution ou des opérateurs téléphoniques maintiennent un prix élevé pour tous, et à mon avis ça pèse dans la balance. Mais bon on va pas manifester pour ça. À méditer.

Posté le

android

(7)

Répondre

a écrit : L'Allemagne n'a pas créé des "milliards de billets pour relancer l'économie". Elle en a créé pour pouvoir rembourser ce qu'elle devait d'après le traité de Versailles. Si les "vainqueurs" n'avaient pas imposé un tribu extravagant, l'Allemagne ne serait peut-être pas passée par là, et il n'y aurait peut-être pas eu de seconde guerre mondiale ! Afficher tout Pas du tout, l'Allemagne ne s'est jamais ruinée pour rembourser les dégats de la WWI... Sur le papier, elle était effectivement astreinte à des paiements colossaux, mais qu'elle n'a effectués qu'en infime partie, avec l'accord de toutes les autres puissances excepté la France, qui voulaient une Allemagne forte pour en faire un partenaire commercial et stratégique face au bordel qui s'annoncait en Europe de l'Est. C'est d'ailleurs ces non-remboursements qui ont poussé la France à envahir la Ruhr pour se payer en nature, mais qu'elle a évacué relativement rapidement.
Bref, l'hyper-inflation allemande n'a pas pour origine le traité de Versailles.

Ça devait vraiment pas être pratique même pour les commerçant pas de tiroir de caisse enregistreuse assez grand! J'imagine bien les gens arriver avec des sacs remplis de billets pour acheter une miche de pain!

Posté le

android

(0)

Répondre

C'est une question d'organisation

Posté le

android

(0)

Répondre

Une baguette s'il-vous-plaît.... Ça vous fera...1000000de pengos s'il-vous-plaît *-* ça fait beaucoup --''

Posté le

android

(0)

Répondre

C'était la même chose en Turquie avec la livres turques, 1 000 000 de livres turques valait à peu près 50 centimes d'euros. Mais depuis quelques années tous les zéros ont été supprimés, une nouvelle livre turque = 40 centimes d'euros selon le cour

Posté le

android

(4)

Répondre

a écrit : Pas du tout, l'Allemagne ne s'est jamais ruinée pour rembourser les dégats de la WWI... Sur le papier, elle était effectivement astreinte à des paiements colossaux, mais qu'elle n'a effectués qu'en infime partie, avec l'accord de toutes les autres puissances excepté la France, qui voulaient une Allemagne forte pour en faire un partenaire commercial et stratégique face au bordel qui s'annoncait en Europe de l'Est. C'est d'ailleurs ces non-remboursements qui ont poussé la France à envahir la Ruhr pour se payer en nature, mais qu'elle a évacué relativement rapidement.
Bref, l'hyper-inflation allemande n'a pas pour origine le traité de Versailles.
Afficher tout
On ne comprend pas bien ce que tu dis... Selon toi, toutes les puissances acceptaient l'annulation de la "dette" allemande, sauf la France... on était si peu content de ces non-remboursements, dis-tu, que l'on aurait voulu se "payer en nature"... Et tu dis parallèlement que nous voulions une Allemagne forte, un allié fort...il y a là une grande incohérence, non ? Ou bien ce que tu dis est erroné ; ou bien c'est mal rédigé ; ou alors la France aurait eu une bien drôle de façon de vouloir "aider" ses futurs partenaires... Bref, ça ne colle pas.

Je cite une des sources: "En fin juillet, l’inflation s’établit à plus de 158.000% par jour, ce qui représente peu ou prou un doublement des prix chaque minute!"

Impressionnant quand même, j'imagine bien la folie que ça devait sur les pancartes de magasins !

Ça serai possible de me faire de la monnaie sur 100000 de pengo,sa ne vous dérange pas j'espère ?

"Créer des billets" non non, "préter" des billets, avec un taux d'interet, évidemment ! C'est ça qui fout le monde en l'air. La banque mondiale, le FMI, la banque Federale Americaine crééent ces billets qui sont crédités aux differents pays en temps de crise économique, avec un taux d'intéret. Ces intérets, c'est de largent qui n'existe pas à la base. Ce qui créé plus tard la dette. Une dette infinie, avec des crédits pour payer des intérets, des impôts sur tout pour payer les interets réclamé par les banques mondiales... C'est un système infernal.

Super interessant vraiment ! Merci pour l anecdote et les commentaires.

Un système simple pour éviter cela : utiliser le dollar, monnaie de référence partout dans le monde. Lors de l'un de mes voyages au Cambodge, j'ai pu constater que beaucoup de commerçants fixaient tous leurs prix en USD et n'utilisaient donc presque plus leur monnaie, tant elle dévaluée.