Le mortel Demon core

Proposé par
le
dans

Le "Demon Core" est le surnom donné à une sphère de plutonium de 6,2 kg qui fut impliquée dans 2 incidents nucléaires dans les laboratoires de l'armée américaine en 1945 et 1946. Ces 2 graves accidents de criticité furent responsables, à chaque fois, de la mort du scientifique qui le manipulait (dont le premier en moins de 3 semaines) par irradiation aigüe. Après ces incidents dus à des erreurs humaines, il fut décidé de ne plus réaliser ce type d'expériences que par des robots.

Les 2 incidents se produisirent dans des circonstances similaires : les scientifiques testaient la criticité du coeur de plutonium à l'aide de réflecteur neutronique en béryllium, lorsqu'une perturbation extérieure fit tomber le réflecteur sur le coeur, qui devint brièvement le siège d'une réaction nucléaire en chaîne et irradia mortellement le scientifique qui réalisait l'expérience.

Il fut établi que le deuxième accident fut causé par un mépris des règles de sécurité de la part des scientifiques, la seule sureté empêchant le coeur de devenir critique était la pointe d'un tournevis plat tenu par l'opérateur, qui glissa et permis la réaction en chaîne du "Demon Core".

La sphère de plutonium fut ensuite utilisée comme coeur fissile d'une arme atomique, qui détona lors d'une série de tests nucléaires. Il s'avéra que la bombe était légèrement plus puissante que prévu, probablement à cause de ses 2 réactions chaînes précédentes.


Tous les commentaires (54)

Les mecs ont bac + 15, scientifiques et chercheurs dans le nucléaire, manipulent un core plus puissant qu'une bombe atomique, et ils se disent qu'un tournevis fera l'affaire pour éviter la cata ?

a écrit : Je suis sur que les nord coréens ont des gants au moins ! ;) Oui, sans doute des gants Mappa !

Posté le

android

(2)

Répondre

a écrit : En même temps, vu l'équipement des gars qui manipulaient la dite sphère, il y avait un vrai soucis d'ignorance des notions de sécurité lors de manipulations d'objet radioactif...
www.extremetech.com/wp-content/uploads/2014/08/Slotin-accident-third-core.jpg
Le mec, même pas un tablier en plomb quoi !
Le coeur de plutonium était placé derrière un écran de plomb. En manipulant de manière appropriée le coeur de plutonium, à l'aide de l'engin conçu pour tester sa criticité, il n'y aurait normalement pas eu de danger pour les scientifiques.

a écrit : Eh soit le scientifique était carrément stupide soit il y a un souci dans l'anecdote. Quelqu'un pour m'éclairer ? ^^ Tu as bien lu. en 1946, au début du programme nucléaire américain, des scientifiques faisaient des tests de criticité avec, pour seule sécurité contre une mort atroce, la pointe d'un tournevis plat, afin de gagner du temps (en prenant les mesures de sûreté appropriés, les tests étaient très longs).
En effet, on appréhendait encore assez mal les dangers du nucléaire dans les années 40, et il a fallu un certain nombre d'accidents comme celui-ci pour que l'on commence à mettre en place des mesures de sécurité strictes.

a écrit : "la seule sureté empêchant le coeur de devenir critique était la pointe d'un tournevis plat tenu par l'opérateur, qui glissa"

J'ai bien lu là ???
On fait tous des erreurs et des fois des erreurs ridicules. Avoir un bac+32 ne changera pas ce fait, et malheureusement une erreur d'un "bachelaire +32" ça coûte cher.. On peut aussi mettre en doute la véracité de cette anecdote, mais personnellement, des scientifiques qui font une bourde comme ça, j'y crois !

Posté le

android

(2)

Répondre

Le plus drole c'est le nom de la seconde expérience. "Titiller la queue du dragon".

Je ne connais vraiment le plutonium et ses reactions. Mais j'ai souvent du mal avec l'idée qu'une boule de metal associé à une autre d'un type différents puisse produire une tel puissance.

Et le coup du tournevis entre les deux hémisphère qui empêche la reaction, c'est quelque chose!

Posté le

android

(4)

Répondre

a écrit : "la seule sureté empêchant le coeur de devenir critique était la pointe d'un tournevis plat tenu par l'opérateur, qui glissa"

J'ai bien lu là ???
Relis l'anecdote. Ils voulaient tester la criticite de la sphère. Donc c'est normal, ils ont juste enlevé toutes les barrière de sécurité, pour faire leur expérience.
Mais ça a mal tourné :(

a écrit : "la seule sureté empêchant le coeur de devenir critique était la pointe d'un tournevis plat tenu par l'opérateur, qui glissa"

J'ai bien lu là ???
" Ah, bonjour... euh... professeur ? Vous êtes nouveau ?
- Bah... ouais, on peut dire ça. Mais appelez-moi Bill. En fait on m'a appellé ce matin pour changer les ampoules du couloir et là y a vot' collègue qui m'a demandé un coup d'main alors moi quand j'peux aider... Dites, si ça va pas le tournevis, j'en ai d'autres dans ma caisse à outil, hésitez pas hein ? ".

Posté le

android

(12)

Répondre

"les scientifiques testaient la criticité du coeur de plutonium à l'aide de réflecteur neutronique en béryllium", quel enchaînement de gros mots quand même, indigne d'une application comme se coucher moins bête....

Posté le

android

(11)

Répondre

Si toutes les anecdotes pouvaient être aussi longue et détaillées que celle-ci, quel pied se serai!

Un tournevis !? Pour des essais nucléaires en effet e n'est pas très bon niveau sécurité ...

a écrit : "les scientifiques testaient la criticité du coeur de plutonium à l'aide de réflecteur neutronique en béryllium", quel enchaînement de gros mots quand même, indigne d'une application comme se coucher moins bête.... Bon. Je conçois parfaitement que tout le monde n'a pas des connaissance en physique nucléaire, alors essayons d'expliquer simplement :

Tout commence avec la fission nucléaire : un neutron va "heurter" un noyau de plutonium, qui va se briser en noyaux plus petits et libérer 3 neutrons, qui pourrons à leurs tour percuter d'autres noyaux, qui vont fissionner, etc... C'est la fameuse "réaction en chaîne". Vous suivez ? On continue.

La criticité du "demon core", c'est simplement sa capacité à soutenir une réaction en chaîne. Ce que les scientifques cherchaient à mesurer, puisque le coeur devait servir dans une arme nucléaire.

En temps normal, le coeur était "subcritique", c'est à dire qu'une réaction en chaine ne pouvait pas se produire : quand un atome de plutonium fissionnait, ses neutrons se perdaient dans la nature et ne heurtaient pas d'autres atomes de plutonium.

Pour tester sa criticité, donc, les scientifiques ajoutaient des réflecteurs de neutrons : au lieu de se perdre dans la nature, les neutrons issus de la fissions reviennent vers le coeur de plutonium, et ont une plus forte probabilité de percuter d'autres noyaux.

En fonction de la position des réflecteurs (plus ouverts, moins de neutrons réfléchis, plus fermés, plus de neutrons réfléchis), les scientifiques mesuraient le nombre de fission dans le coeur de plutonium. Cela leur permettait de savoir dans quelles conditions une réaction en chaîne pourrait se produire dans le coeur (quand et comment il deviendrait critique).

Sauf que, dans le deuxième incident, le tournevis qui mainenait les réflecteurs ouvert a glissé, et les réflecteurs se sont fermés sur le "demon core". Du coup, beaucoup de neutrons ont été réfléchi, suffisamment pour déclencher une réaction en chaîne (on dit que le coeur est devenu "surcritique"), qui a irradié mortellement l'opérateur.

Voilà, en espérant avoir clarifié un peu les choses !

a écrit : Bon. Je conçois parfaitement que tout le monde n'a pas des connaissance en physique nucléaire, alors essayons d'expliquer simplement :

Tout commence avec la fission nucléaire : un neutron va "heurter" un noyau de plutonium, qui va se briser en noyaux plus petits et libérer 3 neutrons, q
ui pourrons à leurs tour percuter d'autres noyaux, qui vont fissionner, etc... C'est la fameuse "réaction en chaîne". Vous suivez ? On continue.

La criticité du "demon core", c'est simplement sa capacité à soutenir une réaction en chaîne. Ce que les scientifques cherchaient à mesurer, puisque le coeur devait servir dans une arme nucléaire.

En temps normal, le coeur était "subcritique", c'est à dire qu'une réaction en chaine ne pouvait pas se produire : quand un atome de plutonium fissionnait, ses neutrons se perdaient dans la nature et ne heurtaient pas d'autres atomes de plutonium.

Pour tester sa criticité, donc, les scientifiques ajoutaient des réflecteurs de neutrons : au lieu de se perdre dans la nature, les neutrons issus de la fissions reviennent vers le coeur de plutonium, et ont une plus forte probabilité de percuter d'autres noyaux.

En fonction de la position des réflecteurs (plus ouverts, moins de neutrons réfléchis, plus fermés, plus de neutrons réfléchis), les scientifiques mesuraient le nombre de fission dans le coeur de plutonium. Cela leur permettait de savoir dans quelles conditions une réaction en chaîne pourrait se produire dans le coeur (quand et comment il deviendrait critique).

Sauf que, dans le deuxième incident, le tournevis qui mainenait les réflecteurs ouvert a glissé, et les réflecteurs se sont fermés sur le "demon core". Du coup, beaucoup de neutrons ont été réfléchi, suffisamment pour déclencher une réaction en chaîne (on dit que le coeur est devenu "surcritique"), qui a irradié mortellement l'opérateur.

Voilà, en espérant avoir clarifié un peu les choses !
Afficher tout
merci pour l'explication

Posté le

windowsphone

(4)

Répondre

a écrit : "la seule sureté empêchant le coeur de devenir critique était la pointe d'un tournevis plat tenu par l'opérateur, qui glissa"

J'ai bien lu là ???
Le gars qui tenait le tournevis c'est MacGyver!
Le seul capable d'empêcher d'une réaction nucléaire avec un tournevis...

ça me rappel spiderman 2 quand le docteur Octopus fait une fausse manip' déclenche une explosion =)

Deux accident et même pas un Hulk!
Très décevant...