Les congés des boulangers parisiens sont encadrés

Proposé par
le

À Paris, les boulangers ne peuvent pas prendre leurs congés d'été quand ils le souhaitent. Un arrêté préfectoral répartit les boulangeries de Paris et d'une partie de la région parisienne en deux groupes qui doivent prendre les congés par alternance en juillet ou août. Cette règle est un héritage d'un fait divers particulièrement horrible qui eut lieu durant la Révolution française, où un boulanger fut assassiné pour avoir caché des pains, la population étant alors affamée.


Commentaires préférés (3)

En même temps, très peu de personne aurait eu la.bonté de partager le peu de nourriture qu'il reste dans ce genre de situation. En général, on ne partage qu'avec les membres de sa famille et quelques amis.

L'homme ne pense qu'à sa personne. Seuls quelques esprits parviennent encore aujourd'hui à faire des choses honorables.

Posté le

android

(133)

Répondre

Vive la france avec ses meilleures baguettes du monde.

Posté le

android

(182)

Répondre

A ceux qui lui jette la pierre a ce pauvre type, il devait y avoir des centaines de milliers de personne a Paris à l'époque, c'est pas quelques pains qui auraient sauvez des vies.
D'autant plus quand dans ces centaines de milliers de personnes il y a sa femme, ses enfants, sa famille.
Qui ici aurait aurait choisi de laisser creuver de faim sa famille pour de parfait inconnu ?

D'autant plus que, qui dit famine dit inflation, donc ce pain n'aurait de toutes façon eu que très peu de chance de terminer dans le ventre de quelqu'un qui meure de faim.


Tous les commentaires (69)

Je pense que beaucoup de gens critiqueront ce boulanger mais qu'auriez vous fait a sa place. Les francais sont souvent atroces mais critique des qu'on fait une chose sans savoir.

Posté le

android

(0)

Répondre

Mais ce boulanger qui a caché. Des pains étais un psychopathe . Laisser mourir de faim tout une population c'est vraiment atroce

En même temps, très peu de personne aurait eu la.bonté de partager le peu de nourriture qu'il reste dans ce genre de situation. En général, on ne partage qu'avec les membres de sa famille et quelques amis.

L'homme ne pense qu'à sa personne. Seuls quelques esprits parviennent encore aujourd'hui à faire des choses honorables.

Posté le

android

(133)

Répondre

Même si c'était particulièrement affreux, j'espère quand même qu'à Paris, même à l'époque, il y avait d'autres boulangers plus altruistes.

Posté le

android

(0)

Répondre

Aujourd'hui c'est surtout utile pour avoir du pain en août je pense. Vu que paris s' arrete les 2 premières semaines.

Posté le

android

(11)

Répondre

L'avarice tue! Partager est une règle d'or!

Vive la france avec ses meilleures baguettes du monde.

Posté le

android

(182)

Répondre

Ça me rappelle ce livre " mangez-le si vous voulez " qui raconte l'histoire véridique d'un homme qui à la suite d'un quiproquo s'est fait tabasser, lyncher puis dévorer par la foule en colère. Terrifiant.

Même si c'était un mauvais acte, la conséquence sera une loi utile pour la population

a écrit : Mais ce boulanger qui a caché. Des pains étais un psychopathe . Laisser mourir de faim tout une population c'est vraiment atroce Et toi qu'est ce que tu ferais ?

Quelqu'un sait comme ça se passe quand le boulanger qui fournit l'Elysée prend des vacances ? Est-ce la boulangerie qui a remportée la seconde place au concours de la meilleure baguette qui prend sa place ? Ou alors n'a t'il simplement pas le droit aux vacances pendant un an ?

a écrit : L'avarice tue! Partager est une règle d'or! Elle ne tue que quand d'autres hommes ne comprennent pas pourquoi celui qui n'a pas partagé l'a fait. De plus partager pour que se soit nous qui mourrons de faim est complètement stupide. Cela montre bien l'égoïsme de l'homme , je tue pour avoir se qu'il avait , je tue pour moi.

De plus je ne pense pas que durant cette époque tu aurais donné le peu de nourriture que tu avais à n'importe qui.

A ceux qui lui jette la pierre a ce pauvre type, il devait y avoir des centaines de milliers de personne a Paris à l'époque, c'est pas quelques pains qui auraient sauvez des vies.
D'autant plus quand dans ces centaines de milliers de personnes il y a sa femme, ses enfants, sa famille.
Qui ici aurait aurait choisi de laisser creuver de faim sa famille pour de parfait inconnu ?

D'autant plus que, qui dit famine dit inflation, donc ce pain n'aurait de toutes façon eu que très peu de chance de terminer dans le ventre de quelqu'un qui meure de faim.

a écrit : Mais ce boulanger qui a caché. Des pains étais un psychopathe . Laisser mourir de faim tout une population c'est vraiment atroce si tu lisais le 2e lien, ils ont coupé sa tête et ils l'ont mis sur un pic
sa femme enceinte a demandé sa grâce alors qu'il était déjà mort
ils lui ont répondu, si tu l'aimes tant, embrasse le et ils l'ont forcé à l'embrasser.
des grands hommes je dirai

perso j'ai l'impression que c'est limite un malentendu, à 6h du matin, il y avait plus de pain et ils devaient attendre la prochaine fournée, et quelqu'un s'est exclame qu'il y avait probablement encore du pain et ils ont regardé, diantre ! qu'est ce que les gens peuvent être cons quand ils sont en groupe

après cette histoire, l'assemblée a répondu par la violence et a décrété la loi martiale. sa femme a eu une rente viagère et le bébé est né quelques mois plus tard .. d'ailleurs les coupables du procès n'étaient pas des clients mais juste des gens qui passaient dans le coin. ca me fait penser aux films américains quand il y a une catastrophe avec les pillages de supermarché

Sur le site Persée, il y a un article traitant de l'assassinat de ce boulanger, qui s'appelait Denis François. Il a été tué le 21 octobre 1789, parce qu'il ne voulait pas vendre des pains qu'il réservait pour sa famille. Il a été pendu sur la place de Grève à Paris, puis décapité; sa tête plantée sur une pique fut promenée dans la ville, montrée à d'autres boulangers, et même, rapporte un journal, pesée chez l' un d'entre eux...

Posté le

android

(31)

Répondre

Ce boulanger n'a pas les dons de Jésus malheureusement.

En référence à l'épisode où Jésus multiplia pain et poissons pour la foule affamée qu'était venue l'écouter. Ainsi naquit l'expression... "Partir comme des petits pains".

a écrit : La France se limite à Paris ? Quelqu'un a dit le contraire ?

a écrit : En même temps, très peu de personne aurait eu la.bonté de partager le peu de nourriture qu'il reste dans ce genre de situation. En général, on ne partage qu'avec les membres de sa famille et quelques amis.

L'homme ne pense qu'à sa personne. Seuls quelques esprits parviennent encore auj
ourd'hui à faire des choses honorables. Afficher tout
Il faut arrêter de confondre français, américains avec homme.. Car dans plusieurs pays comme Cuba, la Pologne ou même l'Allemagne et aussi dans beaucoup de pays d'Afrique les gens n'hésitent pas à partager leur repas avec des convives qu'ils viennent de rencontrer !
Ce n'est pas parvenue vous n'avez jamais vu autre chose que des gros pays stupide et ne pensant qu'à leur gueules que forcément le reste du monde est ainsi.

a écrit : Il faut arrêter de confondre français, américains avec homme.. Car dans plusieurs pays comme Cuba, la Pologne ou même l'Allemagne et aussi dans beaucoup de pays d'Afrique les gens n'hésitent pas à partager leur repas avec des convives qu'ils viennent de rencontrer !
Ce n'est pas parvenue
vous n'avez jamais vu autre chose que des gros pays stupide et ne pensant qu'à leur gueules que forcément le reste du monde est ainsi. Afficher tout
Il ne faut pas non plus mettre tous les Français, Américains dans le même sac. Même dans "les gros pays stupides", il y a des gens biens et qui ne pensent pas qu'à leur gueule, comme tu dis.

Posté le

android

(34)

Répondre