L'Homme a déjà atteint 11 kilomètres à la seconde

Proposé par
le

Ce sont les astronautes de la mission Apollo 10 qui détiennent le record de vitesse absolu pour un être humain dans un véhicule. Le 26 mai 1969, à l'occasion du retour du module vers la Terre, l’équipage composé de 3 Américains a atteint la vitesse de 39 938 km/h, soit plus de 11 kilomètres à la seconde !


Tous les commentaires (83)

a écrit : On est absolument d'accord : une poussée prolongée inférieure à 11,2 km/s serait suffisante pour s'extraire de l'attraction terrestre, tant que cette poussée existe, mais ça, on ne sait pas faire. Les satellites ou autres engins qui sont envoyés sur ou autour d'autres astres le sont toujours par poussée initiale, arrêt des moteurs et continuation sur la lancée sur trjectoire parabolique. Ensuite, il n'y a que des corrections de trajectoire. Afficher tout C'est une question d'altitude en fin de poussée: 11km/s est la vitesse de libération au niveau du sol. Quand le lanceur a terminé sa poussée, il n'est plus à une altitude nulle et n'a plus besoin d'autant d'énergie cinétique pour se libérer de l'attraction terrestre. Les missions Apollo n'ont donc pas forcément eu à dépasser 11km/s. Par exemple, des satellites géostationnaires qui tournent à 3,1km/s à une altitude de 36000km n'auraient besoin d'atteindre que 4,4km/s (et ensuite immédiatement sans poussée) pour être en état libre - traj parabolique. D'ailleurs, la Lune change bien qqch à ces considérations: si on tire vers la Lune, le champ gravitationnel de celle-ci procure une énergie supplémentaire au lanceur qui a alors besoin de moins de vitesse. Si les fusées atteignent des vitesses colossales pendant certaines parties de leur vol (encore une fois pas forcément supérieures à 11,3km/s) vers/depuis la Lune, c'est sûrement pour des raisons de stabilité, pour rester le moins de temps possible dans des zones où la trajectoire est la plus incertaine.

Posté le

iphone

(0)

Répondre

J'suis aller plus vite dans "PAF le chien" !

Posté le

iphone

(0)

Répondre

En fait, c'est un peu comme la fibre optique du transport, non ?

Posté le

iphone

(0)

Répondre

a écrit : C'est une question d'altitude en fin de poussée: 11km/s est la vitesse de libération au niveau du sol. Quand le lanceur a terminé sa poussée, il n'est plus à une altitude nulle et n'a plus besoin d'autant d'énergie cinétique pour se libérer de l'attraction terrestre. Les missions Apollo n'ont donc pas forcément eu à dépasser 11km/s. Par exemple, des satellites géostationnaires qui tournent à 3,1km/s à une altitude de 36000km n'auraient besoin d'atteindre que 4,4km/s (et ensuite immédiatement sans poussée) pour être en état libre - traj parabolique. D'ailleurs, la Lune change bien qqch à ces considérations: si on tire vers la Lune, le champ gravitationnel de celle-ci procure une énergie supplémentaire au lanceur qui a alors besoin de moins de vitesse. Si les fusées atteignent des vitesses colossales pendant certaines parties de leur vol (encore une fois pas forcément supérieures à 11,3km/s) vers/depuis la Lune, c'est sûrement pour des raisons de stabilité, pour rester le moins de temps possible dans des zones où la trajectoire est la plus incertaine. Afficher tout Bien, notre différence d'apréciation vient des qqs km/s nécessaires à la libération d'un objet en direction de la lune (dans l'autre sens, il faut beaucoup moins d'énergie pour quitter la lune et ensuite l'attraction terrestre prend le relais). Ce que tu dis vient en contradiction avec ce que j'ai appris et en contradiction avec le site wilkipédia/vitesse de libération. On va peut-être arrêter là ?

Posté le

website

(0)

Répondre

a écrit : Bien, notre différence d'apréciation vient des qqs km/s nécessaires à la libération d'un objet en direction de la lune (dans l'autre sens, il faut beaucoup moins d'énergie pour quitter la lune et ensuite l'attraction terrestre prend le relais). Ce que tu dis vient en contradiction avec ce que j'ai appris et en contradiction avec le site wilkipédia/vitesse de libération. On va peut-être arrêter là ? Afficher tout C'est vraiment dommage que tu réagisses comme ça. Sur au minimum 6 commentaires que tu as postés pour l'article, deux seulement concernent notre discussion. Mais surtout le plus dommage, c'est que tu as finalement raconté pas mal de trucs faux à cause d'une erreur de base: tu pars du principe que c'est du genre "un astre, une vitesse de libération (dont la valeur numérique est donnée)". Je viens de vérifier sur wikipedia, et ils précisent bien dans la formule de la vitesse de libération que celle-ci dépend de la distance à l'astre. Alors tu t'es peut-être fait piéger en croyant qu'ils arrondissaient quand ils écrivaient 11,3km/s puis 11km/s mais ce n'est pas le cas : ils veulent dire 11,0km/s, parce qu'encore une fois, la vitesse de libération change avec l'altitude! Alors c'est pas du genre 2,4km/s pile poil pour tourner autour de la Lune comme il faut, ça dépend évidemment d'à quelle distance on est quand on l'aborde... Pareil avec les 42km/s que t'as proposés pour le Soleil et je ne sais quoi sur la liberté de trajectoire ("plus besoin d'orbites paraboliques"...... Quoi!!??). Tu m'en verras désolé mais la source vérifiable wikipedia dit pas la même chose que toi non. Et pour ce qui est de...

Posté le

iphone

(0)

Répondre

a écrit : Bien, notre différence d'apréciation vient des qqs km/s nécessaires à la libération d'un objet en direction de la lune (dans l'autre sens, il faut beaucoup moins d'énergie pour quitter la lune et ensuite l'attraction terrestre prend le relais). Ce que tu dis vient en contradiction avec ce que j'ai appris et en contradiction avec le site wilkipédia/vitesse de libération. On va peut-être arrêter là ? Afficher tout ... ce que tu as appris, tu te souviendras peut-être que ce résultat vient du calcul de l'énergie mécanique égale à 0 (trajectoire parabolique - état libre, si <0 état lié - trajectoire elliptique), somme de l'énergie cinétique et de l'énergie potentielle qui, pour un champ gravitationnel newtonien est en k/r où r est la distance au centre de l'astre.Tant pis si tu ne veux pas répondre à ce message parce que tu préfères "qu'on arrête là". C'est quand même mieux de ne pas balancer des inexactitudes à un endroit où il suffit que qqn n'ait pas une note négative à son commentaire explicatif pour que tout le monde le croit. Tu m'en verras désolé de te corriger quand tu fais des erreurs sur certains points

Posté le

iphone

(1)

Répondre

J'imagine l'ampleur de l'impact avec le sol ça laisse au moins une trace dans l'histoire.

Posté le

iphone

(0)

Répondre

a écrit : Je doute un peu. 11 Km/s est la vitesse de libération; C'est à dire la vitesse nécessaire à atteindre pour vaincre l'attraction terrestre. Donc toutes les missions Apollo qui sont allées sur la lune ont forcément atteint et dépassé cette vitesse.
Oups ! je fais double emplois avec la com précédente . Ma
is cela confirme l'intérrogation. Afficher tout
Eh bien non car lorsqu'on est sur la Lune on est encore soumis à l'attraction terrestre (sinon la Lune tournerait pas autour de notre planète...) Par contre pour pouvoir aller sur Mars (ou ailleur) il faudra effectivement atteintre cette fameuse vitesse de libération !

Posté le

android

(0)

Répondre

a écrit : Eh bien non car lorsqu'on est sur la Lune on est encore soumis à l'attraction terrestre (sinon la Lune tournerait pas autour de notre planète...) Par contre pour pouvoir aller sur Mars (ou ailleur) il faudra effectivement atteintre cette fameuse vitesse de libération ! Non plus: même quand on est sur Mars on subit l'attraction terrestre, mais évidemment son influence est moindre et il faut très peu d'énergie pour s'en défaire depuis là-bas. L'important n'est pas où l'on va mais d'où l'on part en vol ballistique: donc si l'on espère "aller loin de la Terre" sans poussée postérieure et depuis le sol terrestre (ce qui n'est jamais le cas puisque les fusées sont propulsées au moins jusqu'à leur sortie de l'atmosphère) d'accord il faut au moins atteindre la vitesse de libération ; si c'est depuis une altitude non nulle (toujours ça) alors une vitesse inférieure suffit. Encore fois: un satellite géostationnaire qui atteint une vitesse de 5km/s "seulement" est libéré de l'attraction terrestre! (car il est déjà à 36000km d'altitude)

Posté le

iphone

(0)

Répondre

Avec une tel vitesse si l'on tournait dans le sens inverse de rotation de la terre c'est a dire que l'on remontrait les fuseaux horaires, techniquement nous remontrions dans le temps ? ( Pck sinon j'investis dans une fusée direct )

Posté le

iphone

(0)

Répondre

a écrit : C'est une astuce quand t'es en retard a un RDV :-) ou surtout quand tu est presser d aller chiez lol

Posté le

android

(0)

Répondre

a écrit : Ce n'est pas au départ, dans l'atmosphère, qu'on obtient 11,2 km/s. On envoit d'abord une fusée se satelliser sur une orbite élliptique autour du globe, puis ensuite, on impulse une poussée suffisante pour amener l'engin obligatoirement ( ce n'est pas moi qui le dit mais un certain Isaac Newton ) sur une trajectoire parabolique en visant la lune. Là, même problème, si on arrive trop vite ( sup à 2,4 km/s), après infléchissement de la trajectoire initiale, on s'affranchit de la gravitation lunaire et on va se perdre dans le soleil. Sinon (inf à 2,4 km/s), on se satellise et on se pose en ralentissant encore.
Tout cela n'est valable que parce qu'on ne sait pas aller vite. Il en irait autrement si on savait atteindre des vitesses de 42 km/s. Alors plus besoin d'orbites paraboliques et on s'affranchirait même de l'attraction solaire. Je tiens ces derniers chiffres du site suivant qui peut être considéré comme une source pertinente : dans Google, tapez "vitesse de libération" / Wilkipédia
Désolé pour les cafouillages précédents mais quand j'utilise certains signes de mon clavier, je n'arrive pas à éditer.
Afficher tout
11.2 km.s^-1 est une vitesse théorique à la surface. Evidemment que l'on va d'abord faire une LEO !
Par contre, par mesure de sécurité, on procedait à un "free-return", qui perméttait de revenir vers la Terre en cas de problème (cas d'Apollo 13) au lieu de se perdre dans l'espace.

Posté le

android

(0)

Répondre

a écrit : j'imagine même pas la chaleur que sa a du dégager lors de l'entrée dans l'atmosphère :O Ne crois pas qu'ils sont rentrés dans l'atmosphère à cette vitesse la ^^.

Posté le

android

(0)

Répondre

Cette vitesse c'est dément mais comment fait-on pour ralentir puis s'arrêter a partir d'une telle vitesse, car l'inertie emmagasinée doit être gigantesque ?

Posté le

android

(0)

Répondre

Dire qu'à ce moment là, le temps passait moins vite pour eux que pour nous en bas...

a écrit : La vitesse à laquelle quelqu'un voyage n'a rien à voir avec les effets qu'il ressent donc non. On dit souvent que la vitesse est grisante, mais ce n'est pas un effet physique, juste une représentation mentale. Une décharge d'adrénaline due au fait que l'on imagine ce qui pourrait nous arriver, etc. Ce qui est violent c'est l'accélération. La prochaine fois que tu es en voiture, démarre à fond, tu seras collé au fond du siège et ce sera un peu douloureux. Ensuite va sur l'autoroute et mets le régulateur de vitesse. Tu verras que tu ne sens absolument aucune différence avec l'immobilité. C'est pour ça que les gens s'endorment au volant d'ailleurs. Si tu sentais quelque chose, tu ne t'assoupirais pas. Afficher tout Absolument d'accord avec toi mais il y a aussi la décélération qui joue un role capital et à la vitesse où ils sont arrivé les bonhomme le freinage a du être vraiment costaud. c'est plus à ce moment là qu'ils encouraient un gros risque. pour l'atteindre cette vitesse ça a du aller l'espace est vaste tout de même

Posté le

windowsphone

(0)

Répondre

a écrit : 300.000 km/seconde en fait. c'est pas de la téléportation ça c'est juste la vitesse de la lumière

Posté le

windowsphone

(0)

Répondre

a écrit : La vitesse à laquelle quelqu'un voyage n'a rien à voir avec les effets qu'il ressent donc non. On dit souvent que la vitesse est grisante, mais ce n'est pas un effet physique, juste une représentation mentale. Une décharge d'adrénaline due au fait que l'on imagine ce qui pourrait nous arriver, etc. Ce qui est violent c'est l'accélération. La prochaine fois que tu es en voiture, démarre à fond, tu seras collé au fond du siège et ce sera un peu douloureux. Ensuite va sur l'autoroute et mets le régulateur de vitesse. Tu verras que tu ne sens absolument aucune différence avec l'immobilité. C'est pour ça que les gens s'endorment au volant d'ailleurs. Si tu sentais quelque chose, tu ne t'assoupirais pas. Afficher tout Oui , phénomène d'inercie (trajectoire uniforme/vitesse constante/ les forces se compensent ;) )

a écrit : Flashé à cette vitesse ?! C'est la prison à perpetuité.... Direct ! N'empeche qu'a cette vitesse le tour du monde se fait en une heure. Un peu plus car tu rajoutes la distance qu'il y a entre le sol et toi.