Pourquoi dit-on qu'il ne faut pas tirer sur le pianiste ?

Proposé par
le

L'expression "ne tirez pas sur le pianiste", signifiant qu'il faut être indulgent envers une personne de bonne volonté, tire son origine du Far West où, à l'entrée des saloons était écrit "please don't shoot the pianist" car lorsqu'une bagarre démarrait, le pianiste était souvent la première cible. Ce fut Oscar Wilde, suite à un voyage aux États-Unis, qui fut le premier à réemployer l'expression.

La phrase complète est : "please don't shoot the pianist, he is doing his best" soit "merci de ne pas tirer sur le pianiste, il fait de son mieux".


Commentaires préférés (3)

Je ne connaissais même pas cette expression. Je me coucherais doublement moins bete.

Posté le

android

(283)

Répondre

[quote="norton"]d'autres qui regardent vos jambes et mettent des paupières à leurs oreilles[/quote]

C'est chou; la miss, elle se plaint qu'on lui mate les jambes mais en même temps, elle arbore ostensiblement un superbe avatar... de ses gambettes. :)

Posté le

website

(94)

Répondre

a écrit : Certes , on ne tire plus sur le pianiste . Mais combien de fois ai-je eu envie de quitter le concert parcequ'il fait la part trop belle au visible ! En face de vous : la salle , des gens qui toussent , d'autres qui sommeillent , d'autres qui regardent vos jambes et mettent des paupières à leurs oreilles , d'autres encore qui sont là parceque il faut être là . Il faut pour la pianiste trouver le moyen de se distancer de soi-même tout en étant totalement engagée dans ce qu'elle fait . Être dans cette solitude qui éloigne les limites de la salle , son peu d'écoute , sa distraction qui l'égare de ce qu'elle entend , être libérée de l'oppressante et quelque peu salissante présence des gens ...Non , on ne tire plus sur le pianiste . Afficher tout Norton, d'habitude j'aime beaucoup tes com. mais là, je suis un peu perplexe. Je n'ai jamais remarqué que les gens qui vont à des concerts, en tout cas à ceux auxquels j'ai assisté, soient là pour reluquer les jambes de la pianiste ou ronfler pendant l'introit ou l'allégro. Ce sont en général des passionnés. Peut être que cela se produit si on fait de la vulgarisation mal préparée dans un cinéma de quartier ou si l'orchestre ou l'oeuvre sont soporifiques, mais cela ne semble pourtant pas être le cas pour toi. Alors pourquoi avoir une si piètre opinion de son public ? L'artiste n'est-il pas là pour élever l'esprit et faire atteindre le nirvana au spectateur ?. Puisque dans l'anecdote suivante on parle de la Symphonie de l'Adieu, Haydn disait : « Si je pouvais imprimer dans l’âme de chaque amateur de musique. . . ce que je ressens devant les inimitables travaux de Mozart, les nations rivaliseraient pour posséder un tel joyau dans leurs murs ». Lui au moins essayait.

Posté le

website

(119)

Répondre


Tous les commentaires (43)

Je ne connaissais même pas cette expression. Je me coucherais doublement moins bete.

Posté le

android

(283)

Répondre

ça donne envie de revoir un bon Clint Eastwood . Merci pour l'info ;)

Posté le

website

(16)

Répondre

Please dont shoot the pianist , but do as you want for evryone else :)

Posté le

iphone

(30)

Répondre

a écrit : Please dont shoot the pianist , but do as you want for evryone else :) and in rythm if you don't mind.

Posté le

android

(28)

Répondre

a écrit : and in rythm if you don't mind. Ayez pitié pour les non anglophones, on est sur un site français si on continue on va avoir des commentaires en chinois, hebreu, russe, turc, slovaque, japonnais etc..
Je pense que les commentaires on le droit d'être lu et compris par tous sans avoir recours à Google traduction. Ne prenez pas ça comme une critique ou une attaque personnelle, c'est juste pour que tout le monde puisse comprendre. Merci.

Posté le

website

(0)

Répondre

on ne dit pas plutot qu'il ne faut pas tirer sur l'ambulance????

Posté le

android

(22)

Répondre

" Le piano c'est comme les chèques ,
ça ne fait plaisir qu'à ceux qui les touchent . " Éric Satie

Posté le

iphone

(16)

Répondre

" Dire au peintre qu'il faut prendre la nature comme elle est , vaut de dire au virtuose qu'il peut s'asseoir sur le piano " Stéphane Mallarmé

Posté le

iphone

(2)

Répondre

Certes , on ne tire plus sur le pianiste . Mais combien de fois ai-je eu envie de quitter le concert parcequ'il fait la part trop belle au visible ! En face de vous : la salle , des gens qui toussent , d'autres qui sommeillent , d'autres qui regardent vos jambes et mettent des paupières à leurs oreilles , d'autres encore qui sont là parceque il faut être là . Il faut pour la pianiste trouver le moyen de se distancer de soi-même tout en étant totalement engagée dans ce qu'elle fait . Être dans cette solitude qui éloigne les limites de la salle , son peu d'écoute , sa distraction qui l'égare de ce qu'elle entend , être libérée de l'oppressante et quelque peu salissante présence des gens ...Non , on ne tire plus sur le pianiste .

Posté le

iphone

(0)

Répondre

Je ne connaissais pas l'expression, mais j'adore la phrase complète !

Posté le

iphone

(3)

Répondre

a écrit : Certes , on ne tire plus sur le pianiste . Mais combien de fois ai-je eu envie de quitter le concert parcequ'il fait la part trop belle au visible ! En face de vous : la salle , des gens qui toussent , d'autres qui sommeillent , d'autres qui regardent vos jambes et mettent des paupières à leurs oreilles , d'autres encore qui sont là parceque il faut être là . Il faut pour la pianiste trouver le moyen de se distancer de soi-même tout en étant totalement engagée dans ce qu'elle fait . Être dans cette solitude qui éloigne les limites de la salle , son peu d'écoute , sa distraction qui l'égare de ce qu'elle entend , être libérée de l'oppressante et quelque peu salissante présence des gens ...Non , on ne tire plus sur le pianiste . Afficher tout Je crois que c'est le propre de toute activité liée à la transmission. Je pense notamment à l'enseignement.
Plus on est passionné, plus on souffre quand l'autre n'est pas captivé et qu'on ne parvient pas à l'élever.
Mais quand la magie opère...

Posté le

iphone

(38)

Répondre

a écrit : Je crois que c'est le propre de toute activité liée à la transmission. Je pense notamment à l'enseignement.
Plus on est passionné, plus on souffre quand l'autre n'est pas captivé et qu'on ne parvient pas à l'élever.
Mais quand la magie opère...
Elle n'en est que plus belle...
Norton, dans quel coin te produis tu ?

Posté le

iphone

(2)

Répondre

a écrit : on ne dit pas plutot qu'il ne faut pas tirer sur l'ambulance???? Je me suis posé la même question !

Posté le

iphone

(1)

Répondre

Ca me fait penser au jeu Red Dead Redemption et c'est vrai que dans les bars, quand fusillade il y a, le pianiste est souvent ma première cible !

Posté le

iphone

(20)

Répondre

a écrit : Certes , on ne tire plus sur le pianiste . Mais combien de fois ai-je eu envie de quitter le concert parcequ'il fait la part trop belle au visible ! En face de vous : la salle , des gens qui toussent , d'autres qui sommeillent , d'autres qui regardent vos jambes et mettent des paupières à leurs oreilles , d'autres encore qui sont là parceque il faut être là . Il faut pour la pianiste trouver le moyen de se distancer de soi-même tout en étant totalement engagée dans ce qu'elle fait . Être dans cette solitude qui éloigne les limites de la salle , son peu d'écoute , sa distraction qui l'égare de ce qu'elle entend , être libérée de l'oppressante et quelque peu salissante présence des gens ...Non , on ne tire plus sur le pianiste . Afficher tout il faut que tu cache tes jambes alors :)

Posté le

android

(16)

Répondre

Pianiste n'était pas un métier facile à l'époque.

Posté le

android

(4)

Répondre

"car lorsqu'une bagarre démarrait, le pianiste était souvent la première cible"

C'est sûr ouais.

Deux mecs se frittent à une table de poker au fond, ils en viennent aux mains; le premier truc qu'ils font, c'est traverser la salle pour en mettre une au pianiste, c'est bien connu.

Je connaissais l'anecdote, mais pour ce qui est de la première cible, c'est la contribution personnelle de Tommy the Kid. Aurait-il tiré sur le pianiste lui-même?

Posté le

website

(10)

Répondre

[quote="norton"]d'autres qui regardent vos jambes et mettent des paupières à leurs oreilles[/quote]

C'est chou; la miss, elle se plaint qu'on lui mate les jambes mais en même temps, elle arbore ostensiblement un superbe avatar... de ses gambettes. :)

Posté le

website

(94)

Répondre

a écrit : Certes , on ne tire plus sur le pianiste . Mais combien de fois ai-je eu envie de quitter le concert parcequ'il fait la part trop belle au visible ! En face de vous : la salle , des gens qui toussent , d'autres qui sommeillent , d'autres qui regardent vos jambes et mettent des paupières à leurs oreilles , d'autres encore qui sont là parceque il faut être là . Il faut pour la pianiste trouver le moyen de se distancer de soi-même tout en étant totalement engagée dans ce qu'elle fait . Être dans cette solitude qui éloigne les limites de la salle , son peu d'écoute , sa distraction qui l'égare de ce qu'elle entend , être libérée de l'oppressante et quelque peu salissante présence des gens ...Non , on ne tire plus sur le pianiste . Afficher tout C'est tres simple, "Dieu n'a pas fait de paupières pour les oreilles!"
Le Stup se cite partout à present :(
Comprendra qui pourra.

Posté le

android

(2)

Répondre

a écrit : Certes , on ne tire plus sur le pianiste . Mais combien de fois ai-je eu envie de quitter le concert parcequ'il fait la part trop belle au visible ! En face de vous : la salle , des gens qui toussent , d'autres qui sommeillent , d'autres qui regardent vos jambes et mettent des paupières à leurs oreilles , d'autres encore qui sont là parceque il faut être là . Il faut pour la pianiste trouver le moyen de se distancer de soi-même tout en étant totalement engagée dans ce qu'elle fait . Être dans cette solitude qui éloigne les limites de la salle , son peu d'écoute , sa distraction qui l'égare de ce qu'elle entend , être libérée de l'oppressante et quelque peu salissante présence des gens ...Non , on ne tire plus sur le pianiste . Afficher tout Norton, d'habitude j'aime beaucoup tes com. mais là, je suis un peu perplexe. Je n'ai jamais remarqué que les gens qui vont à des concerts, en tout cas à ceux auxquels j'ai assisté, soient là pour reluquer les jambes de la pianiste ou ronfler pendant l'introit ou l'allégro. Ce sont en général des passionnés. Peut être que cela se produit si on fait de la vulgarisation mal préparée dans un cinéma de quartier ou si l'orchestre ou l'oeuvre sont soporifiques, mais cela ne semble pourtant pas être le cas pour toi. Alors pourquoi avoir une si piètre opinion de son public ? L'artiste n'est-il pas là pour élever l'esprit et faire atteindre le nirvana au spectateur ?. Puisque dans l'anecdote suivante on parle de la Symphonie de l'Adieu, Haydn disait : « Si je pouvais imprimer dans l’âme de chaque amateur de musique. . . ce que je ressens devant les inimitables travaux de Mozart, les nations rivaliseraient pour posséder un tel joyau dans leurs murs ». Lui au moins essayait.

Posté le

website

(119)

Répondre